Comment résoudre une grille de mots codés

À première vue, les mots codés semblent difficiles et incompréhensibles, mais avec un peu de bon sens et suffisamment de pratique, vous verrez que ce divertissement est très intéressant et enrichissant. Si vous n’avez jamais pratiqué ce jeu, allez-y, car vous n’oublierez jamais la première grille de mots codés que vous réussirez à résoudre. Les mots codés sont différents des mots croisés « habituels » qui sont publiés dans les journaux. En effet, la définition du mot à trouver forme elle-même une énigme et pour la clarifier, vous devez exploiter à bon escient les indices fournis par l’auteur. Par exemple : le dieu de l’amour a le début d’unique pour donner de l’argent. (5) Dans l’état où elle est, cette phrase ne donne vraiment pas d’idée sur la réponse, mais un cryptographe chevronné vous dira que la solution n’est que le mot euros, car le dieu de l’amour (éros) contenant le début du mot unique (u), donne le mot euros, qui n’est autre que le pluriel de l’unité de monnaie européenne. Comme dans tous les problèmes de ce genre, le nombre entre parenthèses indique le nombre de lettres de la réponse.

Étapes

  1. Comprenez la structure d’une indication codée. Généralement, le texte d’une indication codée bien formulée comprend trois parties : une définition précise, un indice complémentaire assez remarquable et une troisième partie sans rapport avec la solution. La définition est similaire aux définitions des grilles normales de mots croisés. L’indice complémentaire peut prendre plusieurs formes qui seront exposées par la suite dans cet article.
  2. Ne prenez pas en compte la signification apparente de l’information. Pendant la lecture, pensez que vous êtes en train de résoudre un problème de mots codés. Généralement, la signification de l’information n’a pas de lien avec la réponse et la rédaction du texte peut même vous induire en erreur.
  3. Analysez les indices de la définition et de l’indication codée complémentaire. Généralement la définition est placée au début ou à la fin de la phrase. Parfois, un verbe auxiliaire relie la définition et l’indication complémentaire, mais ce n’est pas toujours le cas. Habituellement, la partie codée contient un « indicateur » visant à vous faciliter le déchiffrage.
  4. Familiarisez-vous avec les différents types d’indice. Efforcez-vous de deviner le type d’indice qui s’applique à votre énigme.
    • La définition double. Les indices de ce type sont souvent très courts, ce qui les rend très faciles à identifier et à analyser. Une définition double donne deux définitions différentes d’un même mot. Par exemple : une plante ornementale, une partie de l’œil (4) = iris. L’iris est une plante ornementale de la famille des iridacées. L’iris désigne également une membrane qui occupe le centre antérieur de l’œil, percée au milieu par la pupille.
    • Les anagrammes. Un indice sous cette forme comprend d’abord l’indicateur qui annonce l’anagramme et les lettres pour le construire. L’indicateur suggère l’idée de mélange, d’arrangement, de maladie, de démence, de dégât ou de réparation. Il s’agit d’un type d’indice parmi les plus simples pour un débutant. Soyez attentifs et repérez les mots qui peuvent annoncer l’emploi d’une anagramme. Les plus vraisemblables comme « mêlé » ou « ordonné » sont faciles à repérer, mais faites attention à d’autres mots qui sont fréquemment employés comme « jeu » ou « nouveau ». Avec un peu de chance, ce premier exposé sur la question vous aidera à repérer un ou deux mots.
    • Les mots cachés. Les indices de ce type sont simples. Les lettres de la solution sont réparties dans un ou plusieurs mots. Exemple : à priori, gamine c’est du papier plié (7) = origami. Un origami est réalisé avec du papier et ce mot est contenu dans les mots : pri ori gami ne.
    • La majorité des indices viennent sous la forme d’une « charade », c’est-à-dire que la réponse est obtenue en combinant des éléments indiqués dans différents mots. Les indices de ce type comprennent des mots plus longs que ceux des indices des autres types.
    • La suppression. Dans ce type d’indice, la réponse est déterminée en supprimant certains éléments contenus dans un ensemble plus long. Exemple : maintenir sans tache et effectuer une action (4) = agir. La définition est donnée par les termes : effectuer une action. Ensuite, maintenir = conserver et sans tache = propre.
    • Les homophones. Dans ce type d’indice, il s’agit d’employer des mots qui ont la même prononciation. Cependant, sachez que l’indice devient inopérant si vous ne tenez compte que de l’orthographe de ses mots. Les indices basés sur des homophones sont annoncés par un mot qui fait référence à l’ouïe ou à la parole. Exemple : le cri de frayeur de la pleureuse ou du saule (6) = alarme. La définition est donnée par le terme frayeur. Ensuite, la pleureuse a larme tout comme le saule pleureur. Le mot cri annonce un indice décelable à l’ouïe et non par écrit.
    • L’acrostiche. La réponse est obtenue en combinant les lettres initiales des mots qui composent la partie codée de l’information. Exemple : jeune, enjoué, ambitieux, nerveux (4) = Jean. Les moines se réfèrent aux 4 lettres initiales des mots précédents et affirment que c’est le prénom d’un apôtre.
    • Les anacycliques. La réponse est donnée en lisant à l’envers les lettres d’un mot. Exemple : ils écoutaient le ressac des vagues (6) = casser. Lu à l’envers, le mot ressac donne casser.
    • Les palindromes. La réponse est donnée en lisant le mot de droite à gauche ou de gauche à droite, sans en changer l’orthographe. Exemple : répéter sans cesse les mêmes choses (9) = ressasser.
    • Pair ou impair. La réponse est donnée par les lettres paires ou impaires d’un mot. Exemple : les muets ne commettent pas d’impair (3) = mes. La réponse est donnée par les lettres impaires du mot muets.
    • Les contrepèteries. Pour ce type d’indice, la réponse est obtenue en permutant certains phonèmes, lettres ou syllabes d’une phrase. Exemple : partir, c’est mourir un peu ! (6,7) = martyr pourrir.
  5. Souvenez-vous que les indications codées ne contiennent jamais d’indices qui ne se rapportent pas à la réponse. Cependant vous devez appliquer quelques règles de grammaire et de style pour comprendre l’indice en question. Par exemple, si vous rencontrez un nom propre, vous pouvez être sûr qu’il a une relation avec la réponse. Souvent, les noms propres sont utilisés dans les anagrammes, car ils permettent d’avoir des combinaisons de lettres qui sont compliquées à obtenir autrement.
  6. Prenez en compte l’indicateur du nombre de lettres de la solution pour en faciliter l’identification. Cet indicateur correspond à l’information entre parenthèses. La grille vous indiquera le nombre total de lettres de la réponse, mais l’examen des énumérations vous apprendra si la solution comporte un mot unique, plusieurs mots ou si elle contient un trait d’union ou un mot sous une forme contractée. Les indices les plus simples sont composés de plusieurs mots, de mots courts ou longs. Cependant, le corps de l’énigme sera composé de mots comprenant entre 6 et 8 lettres.
  7. Ne faites absolument pas attention à la signification apparente d’une définition. Il s’agit de ce que cette signification peut suggérer à première vue. Souvenez-vous que l’auteur de l’énigme essaie de vous dérouter.
  8. Ignorez la ponctuation et les majuscules. Cependant vous devez prendre en compte le point d’exclamation ( !) et le point d’interrogation ( ?) à la fin de du texte de la définition.
    • Un point d’interrogation indique qu’il ne s’agit pas d’une définition directe, mais plutôt d’une suggestion. Les définitions des mots croisés normaux sont construites sur le même principe.
    • Un point d’exclamation vous informe que l’ensemble du texte correspond en même temps à la définition directe et à l’indice complémentaire. Ceci représente une exception à la règle habituelle qui veut que la définition soit séparée de l’indice complémentaire. Un tel texte est assimilable à une définition à double lecture.
  9. Trouvez le sens « réel » de l’indice. Il s’agit de la partie de l’indice que vous pouvez incorporer dans une grille de mots croisés normale. Cette partie est habituellement constituée par le premier mot ou le dernier ou les deux derniers mots du texte. Ensuite, efforcez-vous de décomposer le reste de la proposition pour former le mot ayant le sens recherché.
  10. Examinez individuellement chaque mot du texte et pensez aux significations possibles qu’il peut avoir. Ainsi, vous finirez par vous rendre compte que le mot en question peut vous indiquer une partie de la réponse.

Conseils

  • Si vous cherchez à résoudre vos mots codés en utilisant un logiciel en ligne, efforcez-vous de décomposer la définition et de trouver pourquoi votre solution est juste. C’est une bonne méthode pour apprendre.
  • Il est très utile de résoudre des grilles de mots codés préparés par le même auteur. Trouvez une bonne grille dans votre journal quotidien.
  • Ces grilles sont généralement faciles les lundis, puis leur difficulté augmente au fur et à mesure de l’avancement de la semaine, mais vous pouvez tomber un jour sur une grille relativement plus facile, si vous avez la chance d’être sur la même longueur d’onde que l’auteur.
  • Vous pourrez réussir plus facilement si vous apprenez, entre autres choses, les définitions classiques, les chiffres romains et les anciennes unités de monnaie.
  • Familiarisez-vous avec les abréviations habituellement employées dans les indications codées. Vous rencontrerez fréquemment des abréviations d’une ou de deux lettres pour indiquer une partie de la solution dans les définitions sous forme de charade.
  • Certains auteurs de mots codés éprouvent un plaisir particulier à composer des définitions aussi déroutantes que possible, même si le sens de la définition est suffisamment clair une fois qu’elle est décodée. Si vous pouvez interpréter un indice de plusieurs façons, il y a de fortes chances pour que la bonne interprétation soit celle qui est la moins plausible. Par exemple, le mot loup peut être défini comme étant « un masque de velours noir » ou « un poisson », le mot grain peut être défini comme étant « l’aspect d’une surface » ou « un vent violent et de faible durée » et le mot bourdon peut signifier « un bâton de pèlerin » ou « une faute de composition ». En tout cas, ne croyez pas que le sens apparent d’une phrase puisse vous aider à déterminer sa signification probable compte tenu du contexte.

Avertissements

  • Pendant vos débuts, ne croyez pas que vous ferez des progrès significatifs sans une pratique assidue sur une longue période. Il est fort possible que pendant des semaines, vous ne pourrez résoudre que des anagrammes , mais soyez tenace, car avec le temps, vous finirez par progresser et acquérir de l’expérience. Toutefois, sachez qu’il est fréquent de se trouver rapidement dans une impasse.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.