Comment soigner une lombalgie

La prévalence de la lombalgie (sur une vie entière) dans la population adulte française est de l'ordre de 75 %, c'est dire si c'est un problème fréquent . Ce chiffre élevé peut se comprendre aisément si l'on songe que cette partie du dos supporte une bonne partie du poids quand on marche, court, s'assoit ou porte. Les vertèbres, les disques, les nerfs et les ligaments sont sollicités sans arrêt. Il existe des douleurs lombaires mineures, mais certaines peuvent être graves (hernies discales). Le plus souvent, ce sont des douleurs qui durent de quelques jours à quelques semaines. Il est possible de soigner soi-même une lombalgie. Parfois, il faut faire appel à un médecin dans les cas plus graves.

Soigner une lombalgie soi-même

  1. Reposez-vous et attendez. La colonne vertébrale est un ensemble complexe d'os, de muscles, de nerfs et de vaisseaux sanguins . Ce sont autant d'éléments qui, s'ils sont martyrisés ou se placent mal, peuvent générer des douleurs. Un choc à cet endroit peut aussi amener une douleur, le stress est également un facteur déclencheur. Cependant, une douleur lombaire (même prononcée) peut disparaitre sans traitement lourd, souvent en quelques jours. Votre corps, s'il est en pleine forme, est capable de se réparer seul : une lombalgie n'est pas une maladie, mais plutôt un dysfonctionnement. Aussi faut-il être patient quand on a mal au dos ! Arrêtez toute activité qui l'aggrave et voyez si la douleur disparait d'elle-même.
    • Pour les douleurs lombaires, repos ne signifie pas rester couché de longues heures. Il faut avoir une activité modérée, comme marcher, monter des escaliers, faire un peu de vélo. L'exercice permet d'améliorer la circulation sanguine et donc, de réparer la partie pincée ou endolorie.
    • Si votre douleur lombaire a été causée par une séance de sport, c'est que vous avez trop forcé ou fait de mauvais mouvements. La prochaine fois, faites-vous expliquer les bons mouvements.
    • Si votre douleur lombaire s'explique par votre poste de travail, rencontrez votre patron pour qu'il vous change temporairement de poste ou modifie votre lieu de travail. Ainsi, il est possible d'installer un siège ergonomique sur un poste de travail assis pénible.
  2. Utilisez du froid pour calmer une douleur lombaire aigüe. Certes, il faut du repos et être patient, mais pendant ce temps, il faut mettre du froid sur la partie douloureuse. Le froid sur une atteinte musculosquelettique aigüe calme l'inflammation . Vous pouvez mettre de la glace pilée, des glaçons, des poches réfrigérantes ou un sac de petits pois congelés sur la partie douloureuse pendant 10 à 15 minutes, toutes les heures. Lorsque cela ira mieux, faites deux ou trois applications de glace par jour.
    • La glace ne doit pas être appliquée directement sur la peau, car il y a un risque de brulure. La poche de glace doit toujours être enveloppée dans une serviette.
    • Essayez de fixer cette poche de glace avec une bande pour que le froid reste bien sur la zone douloureuse.
    • Le froid ne doit pas être appliqué sur une douleur lombaire chronique, car, au lieu de calmer, la glace aggrave la situation. Seul le chaud, de préférence humide, est approprié.
  3. Appliquez de la chaleur humide sur une douleur lombaire chronique. Si vous avez une lombalgie chronique qui va et vient depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, utilisez de la chaleur humide, laquelle va favoriser la circulation sanguine, relâcher les muscles resserrés et restaurer les tissus mous du bas du dos . Il existe dans les commerces des sacs thermiques aromatiques qu'on réchauffe dans un four à microonde. Donnez la priorité à ceux qui sont remplis d'herbes aux vertus relaxantes (lavande). Glissez votre sac dans le microonde pendant quelques minutes, puis appliquez-le pendant une vingtaine de minutes sur la zone douloureuse. Vous pouvez être assis ou couché, peu importe. Enveloppez ce sac dans une serviette afin de ne pas vous bruler et de conserver la chaleur plus longtemps.
    • La chaleur humide humide peut aussi s'obtenir en prenant un bain chaud. Dissolvez-y des sels d'Epsom et prenez un bain d'au moins 20 minutes, deux à trois fois par jour jusqu'à ce que la douleur disparaisse. Les sels d'Epsom contiennent du magnésium qui relaxe les muscles et résorbe les œdèmes.
    • Veillez à ce que votre bain ne soit pas brulant. Il faut aussi beaucoup boire, car les sels ont tendance à déshydrater.
    • Par contre, la chaleur humide (ou un bain avec des sels) est foncièrement décommandée pour tous ceux qui souffrent d'une lombalgie aigüe, la chaleur stimulant la circulation sanguine, elle tend à amplifier l'inflammation.
  4. Prenez des médicaments en vente libre. Vous trouverez en pharmacie et en vente libre, des antiinflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme de l'ibuprofène (Advil, Motrin), du naproxène (Alevetabs) ou de l'aspirine. Ces produits agissent sur les douleurs aigües, car elles réduisent l'inflammation . Il existe aussi des antalgiques pour les douleurs chroniques, comme ceux à base de paracétamol (Doliprane). Cette substance agit sur le cerveau, centre de gestion des douleurs.
    • Les antiinflammatoires ne sont pas sans effets secondaires. Ils peuvent s'attaquer à l'estomac et aux reins en cas de dépassement de la dose prescrite ou de prise longue (plusieurs mois). Lisez attentivement les notices pour connaitre les dosages maximaux et les modes d'administration.
    • Le paracétamol s'attaque moins à l'estomac et aux reins qu'au foie : ne dépassez jamais 3 g par jour en prises espacées de 4 à 6 heures.
    • Pour soulager une douleur lombaire sans craindre pour son estomac, ses reins ou son foie, il est possible d'appliquer sur la zone douloureuse une pommade ou un gel contenant un antiinflammatoire (paracétamol, menthol ou capsaïcine).
  5. Modifiez votre position dans le lit. Le lit est un endroit sympathique, mais il peut aussi être un lieu de douleur si vous n'avez pas une bonne position. Ainsi, dormir sur le ventre creuse les lombaires, ce qui à terme comprime les articulations vertébrales ou les nerfs . La meilleure position est celle dite « du fœtus », à savoir couché sur le côté et les jambes ramenées vers le haut. La position sur le dos est possible, à condition d'avoir les jambes légèrement surélevées. Ces deux positions soulagent les lombaires.
    • Si vous avez une literie ayant plus de dix ans, il serait temps d'en changer. En cas de douleur lombaire chronique, il vaut mieux dormir sur un lit ferme que trop mou : le corps est mieux soutenu.
    • Tout le monde est certes différent, mais il y a des constantes dans le mal de dos. Si vous vous réveillez le matin tout courbatturé, vous pouvez être sûr que c'est une question de position dans le lit ou de literie inadaptée ou usée ou les deux. Si, par contre, vous avez mal au dos le soir, il faudra trouver ce qui, dans la journée, peut générer une telle distorsion au niveau de vos lombaires (travail, sport, station debout, gestes répétitifs).
    • Les matelas en mousse ou à ressorts ne durent guère plus de 10 ans, même s'il est vrai que cela dépend du poids de la personne. Retournez régulièrement votre matelas d'une saison à l'autre pour l'user de façon homogène.
  6. Améliorez vos postures tout au long de la journée. Si vous êtes avachi quand vous êtes assis ou debout, la tension augmente rapidement dans le bas du dos, ce qui crée la douleur. Une bonne posture est fondamentale pour ne pas avoir mal ou pour ne pas aggraver une douleur déjà présente. En fait, il s'agit plutôt d'un conseil pour éviter le retour d'une lombalgie . Cependant, sachez qu'être toujours en bonne posture nécessite une vigilance de tous les instants.
    • Pour améliorer la posture, il faut renforcer les muscles de la partie intermédiaire du corps. Ces muscles sont ceux de la région lombaire, du dos donc, mais aussi les abdominaux et les muscles latéraux (obliques). Tous sont plus ou moins fixés sur la colonne vertébrale ou le bassin et aident à avoir un corps droit .
    • Pour avoir une bonne posture debout : tenez-vous droit en répartissant bien le poids sur les deux pieds, les genoux restant souples. Pour avoir un dos bien droit, il faut rentrer le ventre et contracter les muscles fessiers. Ayez des chaussures confortables et de temps à autre, soulagez la fatigue musculaire en vous tenant sur un pied et en faisant reposer l'autre sur un tabouret.
    • Pour avoir une bonne posture assise : prenez une chaise ferme, si possible avec des accoudoirs. Le haut du dos doit être bien vertical, mais les épaules sont relâchées. Vous pouvez mettre un petit coussin entre la chaise et vos lombaires. Gardez vos pieds bien à plat sur le sol, quitte à utiliser un petit marchepied .
  7. Si vous devez porter, utilisez la bonne technique. Tout le monde n'est pas d'accord, dans le détail, sur la façon de porter des choses lourdes, mais il y a quand même des points communs .
    • Soulevez ou bougez légèrement l'objet pour évaluer le poids qu'il fait. Si c'est trop lourd, n'essayez même pas : demandez de l'aide.
    • Un objet lourd se porte toujours contre soi pour éviter l'effet de levier, terrible pour les lombaires. Il en va de même si vous le soulevez pour le prendre.
    • Une fois le poids dans vos mains, ne faites toujours qu'un mouvement à la fois. Pas de torsion et d'étirement en même temps. Si vous devez mettre l'objet à droite, tournez tout votre corps à droite.
    • Il y a une règle d'or concernant le port d'une charge : il faut toujours avoir le dos droit afin que les disques restent bien en place. Il faut s'agenouiller (pas plus que nécessaire) pour saisir la charge et s'aider de tous les muscles. Vous ne devez ressentir aucune douleur, sinon reposez la charge. Si la charge est très lourde, vous pouvez reprendre haleine en déposant l'objet sur vos cuisses pliées . Veillez à toujours avoir le dos droit.

Soigner une lombalgie grâce aux médecines douces

  1. Prenez rendez-vous avec un chiropraticien. Les chiropraticiens sont des spécialistes du dos et des articulations. Ils soignent par des manipulations diverses de la colonne vertébrale. Ces dernières sont plus ou moins douces et visent à corriger les défauts de positionnement de la colonne afin de libérer les tensions et les mauvais appuis, ceux-là mêmes qui créent les pincements, les inflammations et la douleur .
    • Il est rare qu'une seule séance apporte un bienfait immédiat et permanent, il faut tabler au moins sur trois ou quatre séances… si cela marche ! Sachez aussi que la Sécurité sociale ne prend pas en charge ces séances, certaines mutuelles remboursent parfois quelques séances par an.
    • Les chiropraticiens ne se concentrent pas que sur la seule colonne, ils travaillent aussi à libérer les tensions musculaires et les problèmes de ligaments, ce qui en soi est une bonne chose quand on a des lombaires fragiles. Ils utilisent l'électrostimulation des muscles (tens) ou des ultrasons pour pénétrer dans le cœur des fibres.
    • Pour tirer sur la colonne vertébrale afin de soulager les lombaires, on peut utiliser ce qu'on appelle une « table d'inversion ». Certains chiropraticiens en sont équipés, ce qui les aide à redresser le haut du corps de leurs patients, s'aidant en cela de la gravité (renversement) pour soulager la colonne vertébrale.
  2. Faites-vous masser le bas du dos. Toutes les douleurs lombaires ne sont pas liées au squelette, certaines sont dues aux muscles de la région qui sont trop contractés ou traumatisés. En fonction de la pathologie, un vrai masseur pourra vous prodiguer des massages profonds de ces muscles afin de les détendre, de leur redonner leur fonction première. Les muscles sont alors détendus, ne connaissent plus de spasmes, ils tirent moins sur leurs attaches, l'inflammation est moindre . Faites vous prescrire ces massages par un médecin et faites-les faire par un MKDE (masseur diplômé d'État). Chaque massage dure environ 30 minutes et concerne l'ensemble de la partie lombaire.
    • Ces massages apportent un certain bienêtre sur le moment, mais il faut plusieurs séances pour avoir des résultats plus durables. Avec une douleur lombaire chronique, voyez avec votre masseur si des séances d'une heure ne seraient pas plus appropriées, en parallèle avec des exercices qui font travailler le bas du dos et les jambes.
    • Après le massage, buvez beaucoup d'eau afin d'éliminer les toxines. Si vous oubliez, surtout après une séance longue, vous allez avoir des douleurs musculaires, des maux de tête ou de petites nausées.
    • À défaut d'un massage expert, vous pouvez vous installer sur le dos sur une surface dure. Placez une balle de tennis au niveau de vos lombaires et faites des mouvements du bassin pour masser doucement la région lombaire. Comptez environ 15 minutes, plusieurs fois par jour.
  3. Essayez l'acuponcture. L'acuponcture est une des cinq branches de la médecine traditionnelle chinoise. Elle se base sur une approche énergétique et holistique du corps humain. Ce dernier est parcouru par des flux d'énergie qui passent par certains points et méridiens. En plantant des aiguilles sur certains de ces points, on obtient un soulagement de la douleur, ici des lombaires . L'acuponcture a de bons résultats sur les douleurs lombaires aigües et récentes. Les aiguilles, judicieusement placées, permettent au corps de stimuler la production d'endorphines et de sérotonine, lesquelles sont de puissants antalgiques.
    • Des études théoriques ont démontré l'intérêt de l'acuponcture dans le traitement de la douleur lombaire chronique, mais les résultats varient d'une personne à l'autre .
    • Les points d'acuponcture qui soulagent les douleurs lombaires ne sont pas situés à proximité immédiate des points douloureux, l'acuponcteur pique, par exemple, dans la main.
    • L'acuponcture est aujourd'hui assurée par de nombreux praticiens plus ou moins compétents. Consultez le site de l'AFA (Association française d'acuponcture) pour trouver une adresse près de chez vous .
  4. Pensez à une éventuelle thérapie cognitivo comportementale (TCC). Cette thérapie repose sur le principe de remplacer les pensées négatives du patient par des pensées positives. Dans le cadre du soulagement d'une douleur lombaire, l'objectif du thérapeute va consister à modifier le ressenti de la douleur par le patient . Une chose est à peu près sure, c'est que le patient est moins stressé et la douleur musculaire, moindre .
    • La thérapie cognitivo comportementale pour atténuer une douleur lombaire n'est envisageable qu'en tout dernier recours, quand tout le reste a échoué.
    • Demandez à votre médecin ou à votre caisse d'assurance-maladie les adresses de ces praticiens comportementalistes. Afin de fixer votre choix sur l'un d'eux, prenez le temps de vous renseigner et de les voir à l'œuvre .

Soigner une lombalgie avec des médicaments

  1. Prenez rendez-vous avec votre médecin. Si vos douleurs lombaires n'ont pas disparu avec du repos et des remèdes maison, prenez rendez-vous avec votre médecin. Il vous auscultera pour connaitre l'origine de la douleur. Il vérifiera que ce n'est pas une hernie discale, un nerf coincé, une ostéomyélite (infection des os), une ostéoporose (dégradation des os), une fracture de stress, une arthrite ou un cancer . Pour la douleur, il vous donnera certainement un antalgique plus puissant, délivré uniquement sur ordonnance.
    • Pour les problèmes de dos récalcitrants, il existe toute une panoplie d'examens possibles : une radio, une scintigraphie, une IRM, une tomodensitométrie, une électromyographie (EMG).
    • Une analyse de sang pourra être prescrite pour détecter des maladies, comme la polyarthrite rhumatoïde, l'ostéomyélite ou la méningite.
    • Votre médecin pourra éventuellement vous diriger vers un spécialiste si vous relevez d'un cas particulier : ce pourra être un orthopédiste, un neurologue, un rhumatologue…
  2. Faites vous prescrire de la rééducation. Si vous avez une douleur lombaire chronique, liée à une musculature insuffisante, de mauvaises postures répétées ou une pathologie dégénérative (arthrose), la rééducation est un bon moyen de soulager votre dos. Ces séances ne peuvent être prescrites que par un médecin qui précisera l'objectif. Un masseur ou un physiothérapeute vous montrera des étirements et des exercices de renforcement musculaire, ce qui devrait bien vous soulager . Une bonne rééducation se fait à raison de 2 ou 3 séances par semaine, pendant 4 à 8 semaines selon les cas.
    • Dans le cadre d'une rééducation de la colonne, les physiothérapeutes ont de nombreux moyens à leur disposition : gros ballons de sol, des ballons lourds, des extenseurs pour les exercices et pour les traitements, du laser et des ultrasons.
    • Si vous voulez renforcer votre dos seul, vous pouvez pratiquer certains sports, comme la natation, la rame, le yoga ou des étirements tranquillement chez vous.
  3. Faites-vous soigner les points de déclenchement. Une douleur lombaire peut provenir d'un muscle tout entier ou d'un simple point douloureux, appelé « point de déclenchement » ou « point gâchette ». Une simple pression sur ce point déclenche une douleur locale ou portée. C'est ainsi que, lorsque vous ressentez une douleur au niveau des lombaires, l'élément déclencheur peut, quant à lui, se trouver ailleurs dans le corps .
    • Ayez recours à une personne qualifiée (masseur, chiropraticien, physiothérapeute) capable de traiter la douleur myofasciale. Il utilisera différentes techniques (pression, étirements, renforcement de la zone) pour soulager la douleur .
  4. Envisagez de recourir aux infiltrations de corticoïdes. Si rien n'a pu soulager votre douleur, il faut peut-être envisager une ou deux infiltrations de corticoïdes. L'emplacement sera fonction du problème (articulation, muscles, tendons ou ligaments). Le résultat n'est pas toujours garanti . Les corticoïdes sont au départ des hormones naturellement produites par le corps humain : ce sont de puissants antiinflammatoires, rapides de surcroit. Ceux injectés aujourd'hui sont synthétiques, comme la prednisolone, la dexaméthasone et la triamcinolone. Votre médecin, s'il juge que cela pourra vous apporter un bienfait, vous adressera à un confrère spécialiste (neurochirurgien).
    • Parmi les effets secondaires des stéroïdes, citons une infection locale, un saignement abondant, une faiblesse des tendons, une atrophie musculaire, des dommages causés aux nerfs et un système immunitaire moins performant.
    • Avec les infiltrations, vous pouvez vous attendre (mais ce n'est pas toujours certain) à un soulagement de la douleur lombaire de quelques semaines à quelques mois. Les médecins ne prescrivent jamais plus de deux infiltrations par an.
    • Si les infiltrations de corticoïde ne donnent rien, il faut alors se tourner vers une intervention chirurgicale (il y en a de nombreuses). Vous pourrez demander conseil à votre médecin et au neurochirurgien qui va vous opérer.

Conseils

  • Pour soulager le dos, rien de tel que de rouler sur un rouleau en mousse un peu ferme. Si vous avez des séances chez un masseur ou un physiothérapeute, celui-ci vous en prêtera un pour que vous puissiez vous exercer à la maison. Sur le long terme, achetez-en un dans un magasin d'articles de sport.
  • En alternance avec le rouleau en mousse, vous pouvez masser les points de déclenchement avec une balle de tennis. Étant couché sur une surface dure, placez la balle sous votre dos, puis faites des mouvements jusqu'à trouver le point douloureux. Ne bougez plus quelques secondes, puis passez au point douloureux suivant. Tant que la douleur existera, vous pouvez vous livrer à ces exercices.
  • Une douleur lombaire, liée au stress, peut être soulagée en se relaxant grâce à la méditation, au taïchi, au yoga, aux Pilates ou à des exercices de respiration profonde .
  • Arrêtez de fumer ! Le débit sanguin est moindre, vos muscles, ceux du dos entre autres, sont peu alimentés en oxygène et en nutriments et ont donc du mal à se reconstituer.
  • Lorsqu'une personne est en surpoids, elle a souvent des problèmes de lombaires. Maigrissez pour avoir le poids idéal .

Avertissements

  • Prenez immédiatement rendez-vous avec votre médecin traitant si vous constatez :
    • une douleur qui part du bas du dos et descend dans la jambe,
    • une douleur qui se fait plus ressentir quand vous vous penchez ou quand vous pliez la jambe,
    • une douleur qui s'aggrave durant la nuit,
    • une douleur lombaire qui s'accompagne de fièvre et d'une perte de poids soudaine,
    • une douleur lombaire avec une incontinence urinaire ou anale,
    • une douleur lombaire avec engourdissement ou faiblesse dans les jambes.
Cet article contient des informations médicales ou des conseils pouvant affecter votre santé. Avant de mettre en pratique les conseils de ce wikiHow, parlez-en de préférence à votre médecin ou à un spécialiste. Si les symptômes persistent plus de quelques jours, allez voir un professionnel de la santé. Lui seul est apte à vous fournir un avis médical, quelle que soit votre condition. S'il s'agit d'un jeune enfant, consultez un pédiatre sans attendre.Le numéro des urgences médicales européen est le : 112Vous retrouverez les autres numéros des urgences médicales pour de nombreux pays en cliquant ici.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.