Comment soigner naturellement une infection nasale

La sinusite est une inflammation des sinus, qui sont les cavités à l’intérieur du front et du visage. Ces cavités ont différents usages et l’un d’eux est la production de mucus pour piéger et éliminer les agents pathogènes ainsi que les autres corps étrangers. Parfois, les sinus s’enflamment à cause d’une infection et ne peuvent plus produire de mucus. On parle alors de sinusite. Les polypes nasaux, variations de la pression atmosphérique ou infections dentaires sont également responsables de la sinusite. Si les remèdes naturels ont souvent une efficacité limitée (notamment contre les infections bactériennes), il est possible de les utiliser pour réduire les symptômes et empêcher la sinusite de s’aggraver.

Traiter l’infection

  1. Buvez beaucoup d’eau. L’assèchement des voies nasales affecte la capacité du corps à combattre les infections. Une bonne hydratation est utile pour fabriquer du mucus et atténuer la sensation de pression et de blocage. Elle calme également les maux de gorge.
    • Les hommes doivent boire au moins 13 tasses (3 litres) de liquide chaque jour. Les femmes doivent en boire au moins 9 tasses (2,2 litres). Lorsque vous luttez contre une infection, vous devez en boire plus. Essayez de boire au moins 20 cl de liquide toutes les 2 heures.
    • L’eau, et non pas le thé sans caféine, est la meilleure option. Il en est de même pour le bouillon clair. En cas de vomissements, tournez-vous vers les boissons sportives contenant des électrolytes pour faire le plein d’électrolytes.
    • Évitez l’alcool, car il favorise le gonflement de la paroi des sinus. L’alcool et la caféine déshydratent le corps et doivent être évités en cas de maladie.
  2. Prenez des extraits de baie de sureau. Le sureau noir est une herbe couramment utilisée pour traiter les infections respiratoires. Il a des propriétés anti-inflammatoires et antivirales en plus de stimuler le système immunitaire. Les extraits de baie de sureau sont disponibles en sirop, en pastilles ou en gélules chez la plupart des pharmacies et magasins de produits nutritionnels.
    • Vous pouvez aussi tremper 3 à 5 grammes de fleurs de sureau séchées dans une tasse d’eau bouillante pendant 10 à 15 minutes. Égouttez les fleurs avant de boire le breuvage trois fois par jour.
    • N’utilisez pas de baies de sureau insuffisamment mûres, car elles sont toxiques.
    • Si vous êtes enceinte ou allaitante, évitez les baies de sureau et leurs extraits.
    • Si vous souffrez d’une maladie auto-immune, comme la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus, demandez l’avis de votre médecin avant de prendre des baies de sureau ou leurs extraits.
    • Les baies de sureau ont une interaction médicamenteuse avec les médicaments contre le diabète, les laxatifs, les médicaments utilisés en chimiothérapie et les immunosuppresseurs. Si vous utilisez l’un de ces produits, demandez l’avis de votre médecin avant de prendre des baies de sureau.
  3. Mangez de l’ananas frais. Les ananas contiennent une enzyme appelée bromélaïne, utilisée par les médecins pour réduire les gonflements et inflammations du nez ainsi que des sinus.
    • Pour obtenir de la bromélaïne, vous pouvez manger deux tranches d’ananas frais ou boire du jus d’ananas tous les jours.
    • Si vous êtes allergique au latex, au blé, au céleri, au fenouil, au pollen de cyprès ou au pollen de pelouse, il est possible que vous soyez également allergique à la bromélaïne.
    • Ne mangez pas de graines de soja ou des pommes de terre avec votre ananas. Ces produits contiennent des substances qui affectent le fonctionnement de la bromélaïne.
  4. Reposez-vous suffisamment. Le corps a besoin de suffisamment de sommeil pour récupérer. Couchez-vous sur le dos si votre nez est bouché. Si vous avez l’habitude de vous coucher sur le côté, dormez du côté le moins bouché. Reposez-vous 24 heures durant si possible.
    • Dormir avec la tête sur un oreiller empêche le mucus de bloquer les sinus. L’oreiller doit épouser les courbes naturelles de votre cou et être confortable. S’il est trop haut, il provoquera des tensions musculaires dans le dos, le cou et les épaules. Optez donc pour un oreiller qui alignera votre cou avec votre poitrine et le bas de votre dos.
    • Ne dormez pas sur le ventre, car vous aurez du mal à respirer en cas de sinus bouchés. Vous risquez également de vous faire mal au cou et aux épaules.
    • Évitez la caféine, l’alcool et les aliments sucrés 4 à 6 heures avant de vous coucher.
    • Évitez les exercices 2 heures avant de vous coucher. À noter que des exercices réguliers et modérés améliorent la qualité du sommeil, surtout s’ils sont effectués l’après-midi.
    • Si vous avez souvent du mal à vous endormir, parlez-en avec votre médecin. Il est possible que vous souffriez d’apnée du sommeil qui vous empêche de respirer normalement durant votre sommeil. Votre médecin vous conseillera une intervention chirurgicale ou une thérapie CPAP nécessitant l’utilisation d’une machine à air pressurisée que vous devrez porter en dormant.
  5. Gérez votre stress. Le stress affaiblit le système immunitaire et vous empêche de vous défendre contre les infections. Si vous arrivez à le gérer, il vous sera plus facile de traiter votre sinusite.
    • Adonnez-vous à des activités permettant de réduire le stress : sortez avec vos amis, écoutez de la musique ou restez dans un coin tranquille pour vous détendre.
    • La mélisse se révèle non seulement utile contre le stress, mais elle soulage également les symptômes d’insomnie et d’anxiété. Vous en trouverez sous forme de feuilles fraiches, de thé, de gélules, d’extraits, de teintures et d’huiles essentielles. Pour faire de la tisane de mélisse, trempez 1,5 à 4,5 grammes (¼ - 1 cuillère à café) de mélasse dans de l’eau chaude. Buvez-en 4 fois par jour.
    • Autre solution : la camomille, qui réduit le stress et favorise la relaxation. Pour faire une infusion à la camomille, versez une tasse d’eau bouillante sur 2 à 4 grammes (2 à 3 cuillères à soupe) de camomille sèche ou sur un sachet de thé à la camomille. Laissez tremper 10 à 15 minutes et buvez 3 à 4 fois par jour. La camomille ne convient pas aux femmes enceintes, aux personnes asthmatiques, aux personnes ayant une hypoglycémie et aux personnes prenant des médicaments anticoagulants. Certaines personnes sont également allergiques à la camomille.

Décongestionner les sinus

  1. Choisissez un vaporisateur nasal salin. Le vaporisateur nasal salin humidifie les voies nasales et élimine les croutes ainsi que les mucus. Vous en trouverez en vente libre dans la plupart des pharmacies sous la forme de cartouches pressurisées ou de flacons pulvérisateurs.
    • Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien quel type de solution saline vous convient le mieux. Les vaporisateurs de solution saline hypertonique ont une concentration en sel plus élevée que les tissus organiques. C’est l’inverse pour les vaporisateurs de solution saline hypotonique.
    • Si vous avez une peau sensible, optez pour un vaporisateur ayant une teneur en sodium inférieure à 1 %. La concentration saline du corps est de 0,9 % (ce qui explique pourquoi les liquides de remplacement dans les hôpitaux sont une solution saline à 0,9 %). Le vaporisateur nasal salin piquera légèrement ou provoquera une irritation si sa teneur en chlorure de sodium est supérieure à 0,9 %.
    • La plupart de ces produits peuvent être utilisés aussi souvent que nécessaire. S’ils provoquent des saignements du nez, ne les utilisez plus. Si les saignements ou irritations ne s’arrêtent pas, consultez votre médecin.
  2. Utilisez votre vaporisateur nasal salin. Les cartouches pressurisées doivent être lavées au moins une fois par semaine. Avant de les utiliser, vous devez vous moucher pour éliminer le mucus de votre nez. Secouez la cartouche, relevez votre tête et expirez doucement. Placez-la dans une de vos narines et bouchez l’autre. Appuyez la cartouche tout en inspirant doucement. Recommencez avec l’autre narine.
    • Si vous utilisez un flacon pulvérisateur, mouchez-vous pour éliminer le mucus de votre nez. Secouez doucement le flacon, penchez votre tête en avant et expirez. Placez-le dans une de vos narines et bouchez l’autre. Pressez le flacon tout en inspirant par le nez. Recommencez avec l’autre narine.
    • Essayez de ne pas éternuer ou vous moucher tout de suite après avoir utilisé le vaporisateur nasal salin.
    • Référez-vous aux indications sur l’emballage. Autrement, vous risquez de gaspiller le médicament ou d’irriter encore plus vos voies nasales.
  3. Irriguez vos voies nasales. Irriguez vos voies nasales avec un pot neti ou une seringue. La plupart des pots neti ou seringues sont vendus avec une solution préemballée. Si vous les utilisez pour irriguer vos voies nasales, commencez par une irrigation par jour. Quand vous vous sentirez mieux, vous pourrez passer à deux irrigations par jour.
    • Une irrigation nasale a très peu d’effets secondaires. Les premières fois, il est toutefois possible que vous ressentiez une légère sensation de brûlure ou d’irritation.
    • Pour irriguer vos sinus, penchez-vous au-dessus d’un évier. Vous pouvez également procéder dans votre douche ou dans votre baignoire pour éviter les éclaboussures. Respirez par la bouche. Penchez votre tête à 45 degrés.
    • Placez le bec du pot neti dans la narine du dessus sans appuyer sur l’intérieur de votre nez. Renversez la solution pour nettoyer vos voies nasales. Le produit va ressortir par l’autre narine. Durant toute l’opération, respirez par la bouche.
    • Une fois le pot vide, expirez fortement par les deux narines pour évacuer le mucus et l’excès d’eau salée. Mouchez-vous ensuite dans un mouchoir.
    • Pensez toujours à rincer l’excès d’eau salée et à laver le pot neti ou la seringue avec du savon et de l’eau après l’avoir utilisé.
    • Il est normal que votre nez coule encore 30 minutes après l’irrigation. Gardez donc toujours un mouchoir à portée de main.
    • Si vous ressentez des brûlures ou des picotements, utilisez moins de sel la prochaine fois.
  4. Réalisez votre propre solution saline. Pour limiter vos dépenses en traitements salins, ou avoir plus de contrôle sur les ingrédients de la solution, vous avez la possibilité de réaliser votre propre solution saline.
    • Utilisez ¼ de cuillère à café de sel kasher ou de gros sel, ¼ de cuillère à café de bicarbonate de soude et environ 250 ml d’eau distillée ou d’eau bouillie. Il est important d’utiliser de l’eau distillée ou bouillie puis refroidie parce que l’eau de robinet peut contenir des vers ou des parasites.
  5. Utilisez un humidificateur. L’air sec irrite et aggrave la sinusite. Un humidificateur vous permettra de résoudre le problème. Il facilite en plus le nettoyage des sinus et empêche l’aggravation des symptômes.
    • Essayez d’atteindre un taux d’humidité optimal. L’air dans votre maison doit contenir 30 à 55 % d’humidité. Si celle-ci est trop élevée, elle favorisera la prolifération des moisissures et acariens qui sont tous les deux des allergènes. Si elle est trop basse, vous aurez les yeux secs et développerez une irritation de la gorge et des sinus. Achetez un hygrostat pour mesurer le taux d’humidité dans votre maison. Vous en trouverez dans la plupart des quincailleries.
    • Nettoyez régulièrement votre humidificateur. Des moisissures risquent d’y proliférer et de se répandre dans les autres pièces.
    • Vous pouvez verser quelques gouttes d’huile essentielle (comme de l’huile essentielle d’eucalyptus) dans l’eau de l’humidificateur pour éviter la congestion nasale.
    • Achetez une plante d’intérieur. Les plantes sont capables de réguler l’humidité dans la maison grâce à un phénomène de transpiration durant lequel leurs fleurs, feuilles et tiges émettent de la vapeur d’eau dans l’air. Elles nettoient également l’air du dioxyde de carbone et des autres polluants. Parmi les meilleurs choix de plantes d’intérieur, on peut citer l’aloe vera, le bambou, le figuier pleureur, l’aglaonème ainsi que différentes espèces de philodendron et de dragonnier.
  6. Essayez les traitements à la vapeur. Inspirer la vapeur d’un bain chaud ou d’un bol d’eau chaude est un excellent moyen d’humidifier les voies nasales et de réduire la congestion nasale. Certaines études ont montré que les bains chauds étaient également efficaces contre le stress et l’anxiété.
    • Ne restez pas plus de 5 ou 10 minutes dans l’eau chaude. Les personnes ayant la peau sensible ne doivent prendre un bain chaud qu’une ou deux fois par semaine pour éviter que leur peau ne s’assèche et s’irrite.
    • Les « shower bomb » mentholés aident eux aussi à réduire la congestion nasale, mais chez certaines personnes, leur contenu peut causer des irritations des voies respiratoires. Avant d’en acheter, consultez la liste des ingrédients et l’étiquette de mise en garde.
    • Pour le bol de vapeur, versez de l’eau chaude dans un bol résistant à la chaleur que vous placerez ensuite sur un support solide et qui ne risque pas de se renverser (table, comptoir, etc.)
    • Penchez-vous au-dessus du bol en évitant de trop vous approcher, car la vapeur ou l’eau risque de vous bruler le visage.
    • Couvrez votre tête et le bol d’une serviette légère en coton et inspirez la vapeur durant 10 minutes.
    • Vous pouvez verser 2 ou 3 gouttes d’huile d’eucalyptus, ou d’une autre huile décongestionnante, dans l’eau pour nettoyer vos voies nasales. Sachez que l’eucalyptus a une odeur très forte et les personnes asthmatiques ou sensibles aux odeurs risquent de ne pas le supporter.
    • Utilisez cette solution 2 à 4 fois par jour.
  7. Mangez des aliments épicés. Des études ont révélé que les aliments épicés, notamment le raifort et le piment, aidaient à décongestionner les sinus.
    • La capsaïcine dans les piments et autres aliments épicés liquéfie le mucus et nettoie les sinus.

Renforcer son immunité

  1. Mangez plus de vitamine C. En renforçant votre immunité, vous permettez à votre organisme de guérir plus vite et de mieux combattre les futures infections. Des recherches ont identifié le rôle important de la vitamine C comme antioxydant. Elle renforce le système immunitaire et réduit les risques de maladies chroniques.
    • Votre corps ne produit pas et ne stocke pas de vitamine C. Si vous en consommez plus que ce dont votre corps a besoin, elle sera évacuée dans votre urine. La quantité de vitamine C recommandée va de 65 à 90 mg par jour, sans dépasser les 2 000 mg quotidiens.
    • Sachez que de petites quantités de vitamine C aident à la prévention des maladies, mais sont insuffisantes pour combattre un rhume aigu ou une sinusite. Vous aurez besoin de fortes doses de vitamine C (1000mg-2000mg) pour tuer les virus et bactéries.
    • La meilleure façon d’augmenter votre consommation de vitamine C est de manger plus d’aliments riches en cette substance. Les aliments suivants sont riches en vitamine C et en autres nutriments essentiels:
      • les agrumes (oranges, pamplemousses, etc.) et jus d’agrumes, les poivrons rouge et vert ainsi que les kiwis sont très riches en vitamine C
      • les brocolis, les fraises, les cantaloups, les patates cuites et les tomates contiennent également de la vitamine C
    • Les fumeurs ont besoin de plus de vitamine C que les non-fumeurs. Le tabagisme augmente la quantité de vitamine C dont le corps a besoin pour réparer les dommages occasionnés par les radicaux libres aux cellules. Si vous fumez, prenez 35 mg en plus de vitamine C que la dose quotidienne recommandée pour les non-fumeurs.
  2. Intégrez les probiotiques dans votre régime alimentaire. Les probiotiques sont de micro-organismes naturellement présents dans le système digestif et dans certains aliments. Les recherches ont montré qu’ils réduisaient la sévérité ainsi que la durée des symptômes de maladies, comme le rhume et la grippe. Les probiotiques favorisent également la production par l’organisme des cellules qui combattent les infections.
    • Les probiotiques se trouvent dans le yaourt, dans certains types de lait et dans certains produits à base de soja. Cherchez des produits contenant les souches Lactobacillus ou Bifidobacterium et portant la mention « contient une culture bactérienne active».
    • Les probiotiques se trouvent également dans les compléments alimentaires.
    • Demandez l’avis de votre médecin avant de prendre des probiotiques si vous avez un système immunitaire affaibli ou prenez régulièrement des médicaments immunosuppresseurs. Les antibiotiques affectent l’efficacité des probiotiques.
  3. Prenez du zinc. Le zinc est un oligo-élément essentiel présent dans de nombreux aliments que vous mangez sans doute régulièrement. Par exemple, on en trouve dans la viande rouge, dans les fruits de mer et dans le fromage. Le zinc a des propriétés antibiotiques protégeant les cellules du corps des dommages causés par les bactéries et les virus. Certaines études ont montré qu’il se révélait efficace contre les symptômes du rhume. Les adultes doivent en consommer 8 à 12 mg par jour.
    • Parmi les bonnes sources de zinc, on peut citer les fruits de mer (notamment les huitres), la viande rouge et la volaille. On peut également citer les haricots, les noix, les grains entiers et les produits laitiers.
    • En suivant un bon régime alimentaire et en prenant des suppléments multivitaminiques, vous devrez obtenir tout le zinc dont vous avez besoin.
    • Si vous avez besoin de plus de zinc, comme c’est le cas lorsque vous avez un rhume, vous en trouverez dans la plupart des compléments alimentaires. Parmi les formes de zinc facilement assimilables, on peut citer le picolinate de zinc, le citrate de zinc, l’acétate de zinc, le glycérate de zinc et la monométhionine de zinc. Ne prenez pas de doses élevées de zinc plus de quelques jours sans avoir demandé l’avis de votre médecin.
  4. Prenez plus de vitamine E. La vitamine E est un antioxydant qui protège les tissus cellulaires des dommages occasionnés par les virus et les bactéries. Elle stimule également le système immunitaire, aide à la formation des globules rouges et empêche la coagulation du sang. La dose de vitamine E recommandée pour un adulte est de 15 mg par jour. Cependant, cette valeur a été récemment revue à la hausse et passe désormais à 500 mg ou 400 UI.
    • Optez pour les suppléments qui contiennent au moins des gamma-tocophérol (le type de vitamine E le plus efficace) et non pas des alpha-tocophérol, moins efficaces.
    • Parmi les bonnes sources de vitamine E, on peut citer les huiles végétales, les amandes, les cacahuètes, les noisettes, les graines de tournesol, les épinards et les brocolis.
    • La quantité maximale de suppléments de vitamine E pour un adulte est de 1500 UI par jour sous leur forme naturelle et de 1 000 UI par jour sous leur forme synthétique. Demandez à votre médecin quelle quantité vous convient le mieux.
    • Vous ne risquez rien en mangeant la vitamine E dans les aliments. Toutefois, les doses très importantes de vitamine E dans les suppléments augmentent les risques de saignements graves à l’intérieur du cerveau. Les femmes enceintes mangeant trop de vitamine E s’exposent également à des risques élevés d’anomalies congénitales.
  5. Évitez les aliments qui favorisent les inflammations. Les inflammations se produisent quand une partie du corps devient rouge, enfle ou s’endolorit en réaction à une blessure ou à une infection. Les infections nasales sont dues à une inflammation et certains aliments affectent la capacité du corps à en guérir. Évitez les aliments suivants pour prévenir les risques d’inflammation :
    • les glucides raffinés, comme le pain blanc, les pâtisseries et les beignets
    • les aliments frits et gras
    • les boissons sucrées
    • les viandes rouges comme le veau, le jambon ou le steak (à ne manger qu’une fois par semaine si possible)
    • les viandes transformées comme ceux que l’on trouve dans les hot dogs
    • la margarine, la matière grasse et le lard
  6. Arrêtez de fumer. En plus d’être nocive pour le corps en général, la cigarette irrite les parois des sinus. Sa fumée (tout comme la fumée secondaire) est liée à l'apparition de la sinusite chronique.
    • Aux États-Unis, la fumée secondaire de cigarette contribue à presque 40 % des cas de sinusite chronique.

Reconnaitre une infection nasale

  1. Repérez les signes d’une infection. La sinusite est difficile à diagnostiquer, notamment parce que ses symptômes sont similaires à ceux d’un rhume. D’ailleurs, une sinusite aiguë survient souvent après un rhume, mais les symptômes évoluent au bout de 5 ou 7 jours. De manière générale, les symptômes d’une sinusite chronique sont moins sévères, mais durent plus longtemps. Parmi ceux-ci, on peut citer:
    • des maux de tête et de la fièvre
    • une sensation de pression dans le front, dans les tempes, dans les joues, dans le nez, sur les dents, derrière les yeux ou au sommet de la tête
    • une sensibilité du visage ou des gonflements, notamment autour des yeux et des joues
    • un nez bouché, une perte d’odorat
    • un écoulement nasal (généralement vert jaunâtre) ou post-nasal (une sensation de liquide coulant à l’arrière de la gorge)
    • de la toux et des maux de gorge
    • des difficultés respiratoires
    • de la fatigue
  2. Tenez compte de la durée de vos symptômes. La sinusite peut être aigüe (elle dure plus de 4 semaines) ou chronique (elle dure plus de 12 semaines).
    • La sinusite aigüe est due à plusieurs facteurs, mais l’infection virale est en cause dans 90 à 98 % des cas. Elle guérit généralement au bout de 7 ou 14 jours.
    • La sinusite chronique est également due à différents facteurs, mais l’allergie est le principal déclencheur. Elle touche plus souvent les fumeurs et les personnes asthmatiques.
  3. Évitez les changements de stimulus externes. La sinusite se manifeste souvent au moment des variations saisonnières qui déclenchent des rhumes ou des allergies. Les changements dans votre environnement et les émanations de produits chimiques ou de particules sont également des déclencheurs.
    • Les allergènes, comme le pollen ou la poussière, sont les principales causes de sinusite.
    • La fumée de cigarette et les vapeurs toxiques irritent les tissus de la paroi nasale et provoquent la sinusite.
    • Les changements de pression, comme lorsque vous faites de la plongée, prenez l’avion ou faites de l’alpinisme, sont également en cause.
    • Enfin, les températures extrêmes ou les changements de température soudains sont aussi susceptibles de provoquer la sinusite.
  4. Consultez un médecin. Certains cas de sinusite sont causés par des infections bactériennes. Ils sont plus sévères et nécessitent un traitement aux antibiotiques. Étant donné que les symptômes de sinusite bactérienne, virale et allergique sont identiques, vous devez consulter un médecin qui pourra vous diagnostiquer et vous prescrire un traitement adapté.
    • Prévenez votre médecin en cas de grossesse. Avisez-le également des éventuelles chirurgies que vous avez subies pour des problèmes dentaires ou des blessures physiques.
    • Consultez immédiatement un professionnel si vous avez une forte fièvre (supérieure à 40 °C) ou êtes essoufflé. Il est possible que vous souffriez d’un problème plus grave.
    • Parmi les rares cas de complications liées à la sinusite chronique, on peut citer les caillots sanguins, les abcès, la méningite, la cellulite orbitaire et l’ostéomyélite, une infection qui touche les os du visage.
    • Ne prenez aucun antibiotique pour la sinusite tant que votre médecin ne vous en a pas prescrit. Seuls 2 à 10 % des cas de sinusite sont causés par des infections bactériennes et les antibiotiques ne soignent que la sinusite bactérienne. Ils sont inefficaces sur les autres types de sinusite. Si vous en utilisez alors que vous n’en avez pas besoin, vous risquez de développer d’autres infections résistantes aux antibiotiques.
    • Si vos symptômes durent plus de 8 semaines, votre médecin vous fera passer des examens d’imagerie, comme des rayons X, une tomographie ou une IRM. Il se peut aussi que vous passiez un test allergique pour savoir quelles allergies ont causé la sinusite.
  5. Consultez un spécialiste ORL. Si vos symptômes durent plus de 8 semaines, votre médecin vous orientera vers un otorhinolaryngologiste (pour l’oreille, le nez et le larynx). Celui-ci effectuera une endoscopie nasale avec un fibroscope optique pour examiner vos sinus.
    • Dans certains cas, il vous conseillera une chirurgie endoscopique des sinus pour résoudre les problèmes de blocage causés par une déviation de la cloison nasale, un polype, un tissu gonflé ou endommagé, ou les autres causes de votre sinusite.

Conseils

  • Se laver régulièrement les mains réduit les risques d’infection. Ayez toujours du désinfectant pour les mains sur vous quand vous voyagez ou faites quelque chose.
  • Se faire vacciner chaque année contre la grippe réduit les risques de sinusites et d’autres maladies respiratoires.

Avertissements

  • Si vous avez de la sinusite et une forte fièvre (40 °C ou plus), consultez immédiatement un médecin.
  • Si vous souffrez de sinusite chronique, parlez-en avec votre médecin. Il est possible que vous soyez touché par un problème médical plus grave.
  • Si votre état ne s’améliore pas au bout de 10 jours, consultez un médecin. À ce stade, il saura si vous souffrez d’une infection bactérienne qui nécessitera ou pas l’utilisation d’antibiotiques. Si l’infection n’est pas bactérienne, vous pouvez utiliser des traitements naturels jusqu’à disparition complète des symptômes.
  • Attention aux vaporisateurs nasaux contenant du zinc. Certaines personnes ont affirmé avoir perdu leur odorat après en avoir utilisé.
  • Si les symptômes persistent au-delà de huit semaines, il se peut que vous souffriez de sinusite chronique ou d’une autre affection.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.