Comment greffer un arbre

Pour obtenir à profusion des fruits identiques à celui de votre arbre fruitier préféré, la solution idéale est peut-être d’apprendre à greffer un arbre. En effet, il s’agit là de la seule façon de garantir l’homogénéité de vos fruits. Il existe de nombreuses façons de s’y prendre pour greffer un arbre, mais un peu de pratique et les instructions suivantes vous suffiront pour vous lancer dans cette aventure.

L’écussonnage

  1. Choisissez votre cultivar et votre porte-greffe. Pour que votre greffe soit un succès, vous devez vous procurer un scion (petit morceau de plante à greffer) sur un cultivar en bonne santé. Le cultivar est l’espèce d’origine que vous cherchez à greffer sur le porte-greffe, un arbuste déjà existant. Pour faire une greffe à partir de la technique de l’écussonnage, l’écorce du cultivar comme du porte-greffe doit être facile à peler pour découvrir une couche verte et humide, c’est pourquoi on pratique généralement la greffe au printemps. Il est aussi utile de bien arroser vos arbres à cette période pour favoriser la greffe.
    • L’écussonnage est la technique de prédilection pour la greffe des arbres fruitiers.
  2. Coupez un scion. Pour l’écussonnage, il faut découper une branche environ 8 mm sous un bourgeon et 2 cm au-dessus. Découpez une couche assez épaisse pour retirer la couche verte et tendre de la branche, mais pas au-delà. C’est cette couche verte qui doit être mise en contact avec le porte-greffe. Si vous devez conserver votre scion avant de l’utiliser, enroulez-le dans du papier absorbant humide, placez-le ensuite dans un sac de congélation et conservez-le ainsi au réfrigérateur.
  3. Faites une entaille en forme d’écusson sur votre porte-greffe. Choisissez une branche ou une pousse mesurant entre 0,5 et 2,5 cm de diamètre. L’emplacement de la greffe doit se situer le plus loin possible des bourgeons existants. Pratiquez une entaille assez profonde pour révéler la couche vert tendre de la branche, sur 2,5 cm de long. Faites ensuite une entaille de même profondeur et environ large d’un tiers de la longueur sur le prote-greffe. Introduisez votre couteau en tournant doucement à la jonction entre les deux entailles pour retirer des petits volets d’écorce et révéler la couche verte.
  4. Introduisez le scion. Glissez le scion contenant le bourgeon sous les petits volets que vous avez soulevés avec le couteau en prenant bien soin de ne pas introduire de germes ou de poussière. Si une partie de l’écorce du scion dépasse de l’écusson, découpez-la pour que le scion et le porte-greffe soient parfaitement alignés.
  5. Attachez le scion sur le porte-greffe. Enroulez une bande d’élastique à greffe autour du porte-greffe pour maintenir le scion en place. Attention à ne pas abîmer ou recouvrir le bourgeon.
  6. Retirez l’élastique. Au bout d’un mois environ, l’élastique que vous avez utilisé devrait de détendre et finir par tomber. Si ce n’est pas le cas, retirez-le vous-même, avec précaution, pour éviter que votre plante soit comprimée.
  7. Vérifiez la santé de votre bourgeon. Si le bourgeon paraît rebondi et en bonne santé, il est probablement vivant. Si au contraire il est desséché, c’est que la greffe n’a pas pris et qu’il faut recommencer.
  8. Retirez les parties non greffées. Au printemps prochain, lorsque le bourgeon greffé produira des feuilles, découpez en biseau la branche au-dessus du bourgeon greffé. Retirez toutes les pousses partant du pied pour favoriser la croissance à partir du bourgeon greffé.

La greffe en chip budding

  1. Choisissez votre cultivar et votre porte-greffe. Pour que votre greffe soit un succès, vous devez vous procurer un scion (petit morceau de plante à greffer) sur un cultivar en bonne santé. Le cultivar est l’espèce d’origine que vous cherchez à greffer sur le porte-greffe, un arbuste déjà existant. Pour pratiquer une greffe avec la technique du chip budding, le scion et le porte-greffe doivent être de même diamètre. Si ce n’est pas le cas, il faudra sans doute les couper différemment afin que les parties à greffer soient compatibles.
    • La greffe en chip budding est l’une des techniques les plus simples et convient parfaitement pour les fruitiers : agrumes et rosacées (comme le pommier) notamment.
  2. Faites une entaille dans votre porte-greffe. Faites une entaille en biseau profonde d’environ 1/5 à 1/4 du diamètre de votre porte-greffe. Découpez en faisant glisser votre lame vers le bas à cette profondeur sur environ 3 à 4 cm. Retirez la lame sans sectionner l’écorce. Remontez un petit peu la lame et redécoupez vers le bas pour rejoindre l’entaille initiale, afin d’obtenir une petite encoche. Retirez le morceau d’écorce de votre porte-greffe.
  3. Découpez un scion dans votre cultivar. Utilisez le morceau d’écorce retiré dans votre porte-greffe comme gabarit pour découper le scion dans votre cultivar. Le bourgeon doit se situer au centre du scion. Le scion doit pouvoir être inséré dans le porte-greffe comme une pièce de puzzle.
  4. Insérez le scion dans le porte-greffe. Glissez le scion dans l’encoche, bien au fond. Les couches vertes du scion et du porte-greffe doivent être parfaitement en contact sur les bords également. C’est une condition sine qua non pour que la greffe prenne.
  5. Maintenez le scion en place. Enveloppez le porte-greffe au niveau de la greffe avec un matériau extensible comme de la bande en polyéthylène ou de l’élastique à greffe. Faites attention à ne pas étouffer ou abîmer le bourgeon.
  6. Retirez la bande ou l’élastique. Au bout d’un mois environ, l’élastique que vous avez utilisé devrait de détendre et finir par tomber. Si ce n’est pas le cas, retirez-le vous-même, avec précaution, pour éviter que votre plante soit comprimée.
  7. Vérifiez la santé de votre bourgeon. Si le bourgeon paraît rebondi et en bonne santé, il est probablement vivant. Si au contraire il est desséché, c’est que la greffe n’a pas pris et qu’il faut recommencer.
  8. Retirez les parties non greffées. Au printemps prochain, lorsque le bourgeon greffé produira des feuilles, découpez en biseau la branche au-dessus du bourgeon greffé. Retirez toutes les pousses partant du pied pour favoriser la croissance à partir du bourgeon greffé.

La greffe anglaise compliquée

  1. Choisissez votre cultivar et votre porte-greffe. Pour que votre greffe soit un succès, vous devez vous procurer un scion (petit morceau de plante à greffer) sur un cultivar en bonne santé. Le cultivar est l’espèce d’origine que vous cherchez à greffer sur le porte-greffe, un arbuste déjà existant.
    • La greffe anglaise ne peut être utilisée que pour greffer un scion et un porte-greffe de même diamètre, qui doit être compris entre 8 mm et 1,5 cm.
    • La greffe doit être effectuée après les dernières gelées, mais avant que l’écorce ne commence à glisser, c’est-à-dire avant qu’il ne devienne facile de la retirer.
    • Le scion utilisé doit être dormant, c’est-à-dire avant que les bourgeons n’éclosent. Il doit s’agir d’une branche de 30 cm environ, munie de trois à cinq bourgeons.
  2. Préparez le scion. Retirez l’extrémité du scion. Découpez le biseau pour retirer la base.
  3. Préparez le porte-greffe. Choisissez la branche à greffer et coupez-la également en biseau, de manière à ce que le scion épouse parfaitement le porte-greffe.
  4. Découpez des languettes. Découpez des encoches à la base du scion et sur le porte-greffe de façon à pouvoir les emboîter l’un dans l’autre.
  5. Introduisez le scion. Approchez le scion du porte-greffe et faites-le glisser de manière à ce que les languettes s’entrecroisent. Assurez-vous bien que les couches vertes (sous l’écorce) des deux parties greffées soient bien en contact, sans quoi la greffe ne prendra pas.
  6. Maintenez le scion bien en place. Enveloppez la partie greffée avec un matériau extensible, par exemple de l’élastique à greffe, pour maintenir le scion en place. Si vous utilisez un autre matériau (ou que l’élastique ne s’est pas correctement décomposé au bout d’un mois), retirez-le au bout d’un mois pour ne pas comprimer la plante.
  7. Surveillez la greffe. Retirez toutes les pousses partant du pied de la plante (sous la greffe) à l’exception des feuilles, qui doivent être conservées jusqu’à ce que la partie greffée soit capable de transmettre la nourriture jusqu’au sommet de la plante.

La greffe en couronne

  1. Choisissez votre cultivar et votre porte-greffe. Pour que votre greffe soit un succès, vous devez vous procurer un scion (petit morceau de plante à greffer) sur un cultivar en bonne santé. Le cultivar est l’espèce d’origine que vous cherchez à greffer sur le porte-greffe, un arbuste déjà existant.
    • Les scions peuvent être au nombre de deux ou trois. Il faut sélectionner des branches dormantes (où les bourgeons ne sont pas encore ouverts) de 30 cm environ, munies de trois à cinq bourgeons.
    • Le porte-greffe doit avoir un tronc lisse, droit et vertical de 2,5 à 5 cm de diamètre.
    • La greffe en couronne doit être effectuée lorsque l’écorce commence à pouvoir être facilement décollée du tronc, au printemps.
    • Cette greffe est généralement réservée aux cas où la greffe anglaise est impossible, car le diamètre du tronc est trop important.
  2. Amputez le porte-greffe. Au-dessus d’un nœud d’où partent plusieurs branches, sectionnez net l’une des branches avec une scie très bien affûtée. L’écorce ne doit pas être déchirée par la scie. Gardez toujours une branche entière à proximité pour que la plante reçoive assez de nutriments le temps que la greffe prenne.
  3. Préparez les scions. Découpez des scions de 12 à 15 cm, munis de cinq bourgeons chacun. À environ 8 cm de la base, coupez le scion en biseau jusqu’à la base.
  4. Préparez le porte-greffe. Tenez chaque scion contre le porte-greffe en laissant dépasser 3 mm de la partie biseautée au-dessus du porte-greffe. Tracez les silhouettes des scions contre le porte-greffe avec un couteau bien aiguisé. Retirez les scions et découpez l’écorce du porte-greffe de manière à pouvoir encastrer les scions.
  5. Introduisez les scions. Placez chaque scion à l’emplacement prévu pour lui sur le porte-greffe. Assurez-vous que les parties vertes sous l’écorce du scion et du porte-greffe soient bien alignées. Une fois les scions bien positionnés, clouez-les dans l’arbre.
  6. Scellez la greffe. Étalez de la cire horticole ou du goudron sur la zone greffée pour éviter le dessèchement et la contamination par des germes pathogènes. Vérifiez le lendemain qu’aucun trou n’est apparu dans la cire.
  7. Surveillez la greffe. Retirez toutes les pousses en dessous de la greffe. Une fois que l’un des scions vous paraît plus prometteur que les autres, conservez-le tel quel et taillez les autres branches greffées. Au bout de deux étés, sélectionnez le scion le plus fort et supprimez complètement les autres.

La greffe en fente

  1. Choisissez votre cultivar et votre porte-greffe. Pour que votre greffe soit un succès, vous devez vous procurer un scion (petit morceau de plante à greffer) sur un cultivar en bonne santé. Le cultivar est l’espèce d’origine que vous cherchez à greffer sur le porte-greffe, un arbuste déjà existant.
    • Choisissez pour faire les scions deux branches d’environ 30 cm, munies de trois à cinq bourgeons encore fermés.
    • Le porte-greffe doit avoir des branches lisses, droites et verticales, de 2,5 à 5 cm de diamètre.
    • La greffe en fente doit être réalisée au printemps, avant que l’écorce se détache du tronc.
    • Cette greffe est généralement utilisée pour changer le type de fruits produits, sur un arbre déjà mature. Elle doit donc être réalisée sur plusieurs branches de l’arbre.
  2. Amputez votre porte-greffe. Choisissez un point de la branche en dessous duquel la branche est saine et droite sur une longueur de 15 cm et sectionnez-la à cet endroit. La coupe doit être nette et perpendiculaire à la branche. Gardez une branche entière près de la zone greffée pour alimenter l’arbre correctement le temps que la greffe prenne.
  3. Fendez votre porte-greffe. À l’aide d’un couteau de greffe ou d’une hache, fendez la branche par le milieu sur une longueur de 15 cm.
  4. Préparez les scions. Retirez l’extrémité et la base du scion. Découpez la base du scion en biseau, des deux côtés, en partant de juste en dessous du bourgeon le plus bas.
  5. Insérez les scions dans le porte-greffe. En vous aidant d’un gros tournevis ou d’un petit ciseau à bois, insérez un scion de chaque côté de la fente. Assurez-vous que la partie verte sous l’écorce est bien alignée et non pas l’écorce elle-même. La partie découpée du scion ne doit pas du tout être visible au-dessus du porte-greffe.
  6. Scellez la greffe. Étalez de la cire horticole ou du goudron sur la zone greffée pour éviter le dessèchement et la contamination par des germes pathogènes. Vérifiez le lendemain qu’aucun trou n’est apparu dans la cire.
  7. Surveillez la greffe. Retirez toutes les pousses en dessous de la greffe. Une fois que l’un des scions vous paraît plus prometteur que les autres, conservez-le tel quel et taillez les autres branches greffées. Au bout de deux étés, sélectionnez le scion le plus fort et supprimez complètement les autres.

Conseils

  • Marquez vos greffes avec des étiquettes en aluminium, qui plus est si vous greffez plusieurs variétés sur un même porte-greffe.
  • L’écussonnage est une méthode simple et courante, mais vous obtiendrez des résultats encore plus solides en faisant votre incision en « T » à l’envers. La méthode du chip budding, quant à elle, bien que plus compliquée, produit les meilleures greffes.
  • Adressez-vous à un pépiniériste pour obtenir des conseils sur les méthodes de greffe et le meilleur matériel à utiliser.
  • Utilisez toujours un tranchant très bien affûté pour obtenir une coupe bien nette. Nettoyez votre lame à l’alcool médical pour éliminer les pathogènes avant de découper votre scion ou votre porte-greffe.
  • Greffez vos arbres fruitiers et vos avocatiers au printemps si vous habitez une région au climat tempéré, entre le bourgeonnement et la floraison. Les agrumes peuvent également être greffés à l’automne.
  • Autant que possible, protégez les plantes nouvellement greffées du soleil.

Avertissements

  • Ne greffez que des arbres adaptés à votre climat.
  • Si vous souhaitez reproduire des arbres soumis à des droits de reproduction, il peut y avoir une taxe à acquitter pour éviter d’éventuelles poursuites.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.