Comment arrêter de penser au suicide

Quand le désespoir, l’isolement et la souffrance deviennent insupportables, le suicide peut être la seule échappatoire. Il peut être difficile de voir des solutions dès à présent, mais certaines d’entre elles peuvent vous soulager et vous garder en vie pour ressentir à nouveau de la joie, de l’amour et de la liberté. Vous pouvez prendre des mesures pour vous sentir mieux en assurant votre sécurité dans l’instant, en montant un programme pour faire face au problème et en explorant les raisons pour lesquelles vous voulez vous suicider.

Gérer une crise immédiate

  1. Appelez le Centre de Prévention du Suicide au 0800 32 123, l’appel est gratuit.
    • Trouvez un service en ligne, si vous préférez ce moyen de communication. Vous trouverez des tas de sites en mettant en route votre moteur de recherche.
  2. Appelez les urgences. Rendez-vous à l’hôpital le plus proche de chez vous ou demandez à quelqu’un de vous y emmener. Vous serez pris(e) en charge par des professionnels et resterez dans un endroit sûr jusqu’à ce que vous soyez hors du danger de vous détruire. Appelez tout de suite un numéro d’urgence s’il y a un risque que vous passiez à l’acte ou si vous avez déjà pris des mesures pour vous blesser sérieusement.
  3. Trouvez un ami. Ne laissez jamais la honte, la peur ou l’embarras vous empêcher de chercher de l’aide auprès de proches. Appelez une personne de confiance et parlez-lui aussi longtemps que vous en avez besoin. Demandez-lui de passer chez vous jusqu’à ce que vous puissiez à nouveau rester seul en toute sécurité. Dites exactement à quoi vous pensez ou ce que vous avez prévu de faire, de telle sorte que votre ami sache que votre demande est sérieuse.
    • Il pourrait être plus facile d’envoyer à cet ami un email ou un texto ou une lettre, même si vous êtes justement assis à côté de cette personne.
    • Arrangez-vous pour assurer un roulement parmi vos amis ou demandez à quelqu’un de le mettre en place pour vous, si la crise dure depuis un certain temps.
  4. Faites-vous aider par un professionnel. Vous souffrez d’une maladie grave qui doit être traitée par un spécialiste, tout comme une personne qui a une jambe cassée doit aller voir un médecin. En fait, appeler votre médecin est un bon point de départ. Par ailleurs, une plateforme téléphonique d’aide peut déjà vous conseiller la visite d’un spécialiste, d’un psychiatre ou d’un psychologue dans votre région. Vous pouvez aussi trouver des adresses de spécialistes en ligne ou dans l’annuaire.
    • Vous pouvez aussi entrer en contact avec un psychologue en ligne si vous faites une recherche dans ce sens.
    • Un psychologue peut vous aider à mieux faire face aux étapes dont il sera question plus loin et vous trouver des traitements spécifiques qui peuvent vous aider. Il ou elle peut vous orienter vers un psychiatre, lequel est habilité à prescrire des médicaments.
  5. Donnez-vous du temps. Changez-vous les idées aussi longtemps que vous le pouvez en prenant une douche, un repas ou en vous plongeant dans une occupation prenante en attendant les secours. Respirez profondément et promettez-vous de ne pas vous suicider pendant au moins 48 heures et pas avant d’avoir consulté un professionnel de santé. Aussi dur que cela puisse paraître, reportez votre geste de deux jours afin de vous laisser plus de temps pour vous reposer et y réfléchir. Le suicide peut sembler être maintenant la seule solution, mais les situations peuvent évoluer très vite. Promettez-vous de vous laisser un répit d’au moins deux jours pour trouver de meilleures solutions ou raisons de rester en vie.
    • Essayez de séparer vos émotions de vos agissements. La souffrance peut paraître tellement insupportable qu’elle finit par déformer vos pensées et agissements. Mais il y a une différence entre le fait de penser au suicide et celui de passer à l’acte. Vous avez toujours la possibilité de faire le choix de ne pas vous suicider.

Trouver des moyens de faire face

  1. Surveillez les signes d’avertissement. Vous pourriez sous-estimer votre propre capacité à vous suicider quand vous vous trouvez dans un état émotionnellement intense. Servez-vous des exemples ci-après pour définir votre situation de crise, indépendamment de ce que vous pouvez ressentir :
    • vous vous sentez isolé, exclu de votre cercle familial et amical, vous avez l’impression de n’appartenir à personne ou d’être un fardeau
    • vous vous haïssez à fond, vous vous sentez impuissant
    • vous avez des sautes d’humeur subites, des bouffées de rage, vous supportez très mal les contraintes, vous êtes agité ou anxieux
    • vous prenez plus d’alcool ou de drogues
    • vous souffrez d’insomnie ou d’un sommeil très perturbé
    • vous parlez de suicide, le prévoyez ou avez acheté du matériel pour passer à l’acte
  2. Tandis que les comportements autodestructeurs ne sont pas similaires au tentatives de suicide, les deux sont intimement liés. Faites-vous aider immédiatement si vous vous infligez souvent des blessures graves, y compris si vous tapez votre tête contre un mur, vous arrachez les cheveux ou vous coupez la peau.
  3. Sécurisez votre intérieur. Un accès facile à des objets dangereux augmente la probabilité de commettre un suicide. Ne vous facilitez pas la tâche si vous changez d’avis. Débarrassez-vous de tout ce qui pourrait vous faire du mal, comme des cachets, des rasoirs, des couteaux ou des armes à feu. Donnez-les à quelqu’un d’autre qui les gardera loin de vous ou mettez-les à un endroit difficile d’accès.
    • Réduisez votre consommation d’alcool et de drogues. En dépit de la sensation temporaire de bien-être qu’ils procurent, ils peuvent aggraver une dépression ou la rendre plus difficile à gérer.
    • Rendez-vous à un endroit où vous pouvez vous sentir en sécurité, si vous avez l’impression de ne pas l’être chez vous. Restez chez un proche ou rendez-vous dans les locaux d’une association ou un lieu public où vous pouvez voir d’autres gens.
  4. Partagez ce que vous ressentez avec des personnes de confiance. Votre réseau de soutiens est très important quand vous devez gérer des pensées suicidaires. Vous avez besoin de personnes fiables qui ne vous jugeront pas pour votre désespoir ni ne chercheront à vous donner des conseils qui vous feront plus de mal que de bien. Des personnes même bien intentionnées peuvent parfois vous culpabiliser ou vous rendre honteux(se) vis-à-vis de vos pensées suicidaires. Tâchez de fréquenter des personnes qui sauront vous écouter et prendre soin de vous sans vous juger.
    • Lisez des témoignages en ligne de personnes qui ont été aidées par des inconnus si vous n’êtes pas à l’aise pour en parler avec une personne de votre entourage.
  5. Trouvez des témoignages d’autres personnes. Le fait de lire, ou de regarder des émissions concernant des personnes qui ont dû se battre contre des idées suicidaires va vous montrer que votre cas n’est pas isolé. Cela peut aussi vous apprendre de nouvelles façons de faire face au problème ou vous apprendre de nouvelles techniques pour ne pas baisser les bras.
  6. Préparez un plan de secours quand vous avez des pensées suicidaires. Il s’agit d’un plan personnalité que vous pouvez utiliser pour cesser de penser au suicide quand cela se produit. Trouvez des formulaires de survie en ligne ou lisez-les pour avoir une idée de ce que contient ce type de programme. Voici un exemple de plan de sauvegarde de base, mais il est bon d’y ajouter des signes d’avertissement et des numéros d’appels d’urgence.
    • 1. Appelez quelqu’un qui se trouve sur votre liste de personnes auxquelles vous pouvez parler. Dressez une liste comportant cinq personnes ou plus, y compris la plateforme de Prévention du Suicide. En cas de crise, appelez une ou plusieurs des personnes de cette liste jusqu’à ce que vous ayez pu joindre quelqu’un.
    • 2. Reportez votre tentative à 48 heures. Promettez-vous de ne pas commettre de suicide avant d’avoir réfléchi à plusieurs autres solutions.
    • 3. Demandez à quelqu’un de rester avec vous. Rendez-vous à un endroit où vous vous sentez en sécurité si personne ne peut se rendre chez vous.
    • 4. Rendez-vous à l’hôpital. Conduisez ou faites-vous conduire à l’hôpital le plus proche de chez vous.
    • 5. Appelez les urgences.

Trouver les causes quand vous êtes plus calme

  1. Continuez votre thérapie. Une thérapie de bonne qualité est un excellent moyen de traiter une dépression, même après que la crise soit passée, ou simplement pour mettre en place des changements positifs dans votre vie. Le conseil donné plus loin peut vous aider à commencer, mais il ne doit en aucun cas remplacer un traitement personnalisé proposé par un professionnel.
  2. Demandez-vous pourquoi cela s’est produit. Quand vous êtes dans un état mental plus calme et moins dangereux, songez sérieusement à ce qui vous arrive. Cela vous est-il déjà arrivé, ou est-ce la première fois ? Les pensées suicidaires peuvent être causées par des tas de choses différentes, et il est essentiel que vous sachiez quelle en est l’origine afin d’avoir une vision objective et prendre les bonnes mesures pour faire cesser ces pensées.
    • La dépression, la schizophrénie, une bipolarité, un choc post traumatique et bien d’autres troubles mentaux peuvent conduire à des pensées suicidaires. Ces maladies peuvent souvent être traitées avec une thérapie et des médicaments. Prenez rendez-vous avec un psychologue et voyez les choix de traitement à votre disposition si vous souffrez de troubles mentaux qui vous donnent envie de vous suicider.
    • Vous courez plus de risques de vous suicider si vous êtes un vétéran de l’armée ou si vous avez vécu des situations de harcèlement, de maltraitance, d’extrême pauvreté, de maladie grave, de chômage de longue durée ou un deuil. Il est impératif de vous faire aider par des personnes qui ont vécu la même chose et qui comprennent ce que vous endurez. Il existe des groupes de soutien pour tous ces cas de figure.
    • Certains événements ou circonstances peuvent conduire à un sentiment d’impuissance, d’isolation ou d’être un fardeau – ce qui conduit souvent à avoir des pensées suicidaires. Mais ces circonstances sont souvent temporaires, même s’il est impossible de le voir dans l’instant. Les choses changent et la vie sera à nouveau plus facile.
    • Il est important de vous faire aider par un médecin, un psy ou un analyste pour savoir ce qui se passe si vous ne savez pas pourquoi vous avez des idées suicidaires.
  3. Identifiez ce qui déclenche ces pensées. Les pensées suicidaires se déclenchent parfois au contact de certaines personnes, de certains endroits ou suite à certaines expériences. Il n’est pas toujours facile de savoir quel est le phénomène déclencheur en cause. Réfléchissez-y et voyez si vous pouvez reconnaître des motifs récurrents qui pourraient vous donner un indice pour savoir si vos pensées suicidaires sont le résultat de certaines expériences, lesquelles vous devriez éviter à l’avenir. Voici quelques exemples de facteurs qui peuvent déclencher une crise.
    • L’usage de drogues et d’alcool. Les substances chimiques contenues dans les drogues et l’alcool peuvent souvent rendre suicidaires des pensées très négatives.
    • Les personnes qui vous maltraitent. Le fait de fréquenter des personnes qui vous maltraitent physiquement ou mentalement peut déclencher des pensées suicidaires.
    • Des livres, des films ou de la musique qui rappellent des souvenirs douloureux. Si, par exemple, vous avez perdu un proche décédé d’un cancer, vous devriez éviter de regarder des films qui traitent de patients qui meurent des suites de cette maladie.
  4. Apprenez à gérer le problème si vous entendez des voix. Certaines personnes entendent une voix qui leur dit de se comporter d’une certaine façon. Cette situation est généralement considérée comme un cas de maladie mentale qui est traitée avec une médication très lourde, mais il existe aujourd’hui d’autres solutions pour faire face à ce symptôme, proposées par des associations d’aide aux personnes qui souffrent de ce problème. Essayez de contacter en ligne des associations d’aide aux personnes souffrant d’hallucinations auditives pour trouver un réseau de soutien et des conseils pour y faire face à long terme. Vous pouvez, en attendant, essayer les choses suivantes.
    • Planifiez votre journée à peu près au moment où vous entendez le plus souvent des voix. Certaines personnes apprécient de se détendre ou de prendre une douche pendant ce temps, là où d’autres préfèrent rester très occupées.
    • Sélectionnez les messages que vous entendez et concentrez-vous sur ceux qui sont positifs, s’il y en a.
    • Reformulez des affirmations méchantes ou neutres et utilisez la première personne du singulier. Changez, par exemple, "Tu dois sortir tout de suite" en "Je crois que je vais sortir".
  5. Obtenez l’aide dont vous avez besoin. Le seul moyen d’arrêter vos pensées suicidaires, quelles que soient leurs raisons, est de prendre des mesures pour vous faire traiter. Vous pouvez vous sentir à nouveau mieux en ayant un moyen de faire face dans l’instant et en prévoyant des soins à plus long terme pour savoir ce que vous ressentez et changer votre situation. Si vous ne savez pas par quoi commencer, appelez le Centre de Prévention du Suicide au 0800 32 123 et demandez-leur de vous trouver des adresses de spécialistes près de chez vous auxquels vous pouvez vous confier.
    • Il n’est pas toujours facile de mettre en place un traitement. Vous devrez en référer à un psychologue ou psychiatre avec lequel vous vous entendez et qui a une approche qui semble efficace. Vous pouvez aussi choisir un traitement médical ou une combinaison de médicaments qui pourraient prendre un certain temps pour résoudre votre problème. Ce n’est pas grave si vous n’obtenez pas de résultats immédiats – le plus important est de vouloir essayer. Continuez à vous servir de votre plan d’urgence quand vous en avez besoin pour aller mieux.
    • Chez certaines personnes, les pensées suicidaires vont et viennent tout le long de leur vie. Mais vous pouvez apprendre à y faire face quand ces pensées se produisent et avoir tout de même une existence bien remplie et épanouissante.

Conseils

  • Expliquez à vos proches que l’on ne peut pas éloigner des pensées suicidaires avec un raisonnement ou de la logique. Certaines personnes ont même l’impression que cela est à l’origine de leur haine d’elles-mêmes et que cela ne fait qu’augmenter leur fureur.

Avertissements

  • Le suicide est une solution définitive à un problème temporaire.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.