Comment se débarrasser d'une infection des sinus

Les sinus sont de petites cavités osseuses qui se situent à l'arrière et de part et d'autre des fosses nasales. Ils servent à humidifier l'air que vous respirez et à retenir certains vecteurs pathogènes qui sont alors emprisonnés dans un mucus épais. Il peut arriver que les sinus ne remplissent plus leur fonction : on parle alors de sinusite. Les sinus sont encombrés par du mucus, ils deviennent douloureux au toucher, on a des maux de tête, de la toux, le nez est bouché, parfois de la fièvre. La sinusite se traite en fonction des éléments déclencheurs. Si vous êtes en bonne santé générale, la sinusite disparaitra d'elle-même en quelques jours. Vous pouvez cependant hâter la guérison et diminuer les symptômes en suivant certains des conseils donnés dans cet article .

Déterminer le type d'infection

  1. Sachez reconnaitre les symptômes principaux. La sinusite a des symptômes faciles à repérer. Ils s'aggravent dans la semaine qui suit l'infection. Si les symptômes de la sinusite chronique sont plus atténués, ils durent en revanche plus longtemps. Les symptômes les plus fréquents sont  :
    • des maux de tête,
    • une sensation d'oppression ou de relâchement autour des yeux,
    • une congestion nasale,
    • un nez qui coule,
    • un mal de gorge et un écoulement nasal postérieur (une sensation de « gêne » ou d'écoulement en arrière du nez, dans la gorge) ,
    • de la fatigue,
    • une toux,
    • une respiration difficile,
    • de la fièvre.
  2. Depuis combien de temps avez-vous ces symptômes ? La sinusite peut être aigüe (moins d'un mois) ou chronique (plus d'un an) . Ce n'est pas parce que les symptômes durent que l'infection est plus sévère ou dangereuse.
    • La sinusite aigüe a de multiples causes, mais le plus souvent elle est consécutive à une infection virale (90 à 98% des cas) . Elle peut aussi se déclencher après un simple rhume. Normalement, une sinusite d'origine virale disparait en une à deux semaines.
    • Les allergies se manifestent le plus souvent par des sinusites chroniques. Ce n'est pas la seule cause : la sinusite chronique s'installe si vous êtes asthmatique, si vous fumez ou si vous avez des polypes dans le nez.
  3. Voyez si vous avez de la fièvre. Normalement, les sinusites d'origine allergique n'entrainent pas de fièvre. Par contre, si vous avez une sinusite consécutive à un rhume, elle peut s'accompagner d'une certaine fièvre .
    • Une température supérieure à 39 °C est souvent le signe d'une sinusite d'origine infectieuse. Si c'est le cas, vous devez consulter votre médecin.
  4. Avez-vous des sécrétions jaune foncé ou vertes ? Si c'est le cas et si ces sécrétions ont une odeur marquée ou un gout particulier, c'est que vous êtes victime d'une infection bactérienne. Vous devez alors consulter votre médecin pour qu'il vous prescrive un antibiotique (Amoxicilline, Augmentin, Cefdinir ou Azithromycine Teva) .
    • Les médecins ne sont jamais pressés de prescrire des antibiotiques en cas de sinusite. En effet, nombre de sinusites ne sont pas d'origine microbienne et donc les antibiotiques seraient totalement inopérants. Tout le monde le sait à présent : utiliser des antibiotiques quand c'est inutile est non seulement sans intérêt, mais risque de développer, chez vous et d'autres, des souches microbiennes résistantes… et cela devient un réel problème .
    • Les antibiotiques ne sont efficaces que pour des sinusites d'origine bactérienne. Pour les autres, ils ne servent à rien.
    • 2 à 10% des sinusites aigües sont d'origine bactérienne .
  5. Sachez si vous devez ou non consulter. Outre une fièvre persistante et des sécrétions abondantes, il est d'autres symptômes qui doivent vous alerter. Seul un médecin pourra établir l'origine infectieuse et vous prescrire l'antibiotique adapté. Prenez rendez-vous si vous avez :
    • des symptômes qui persistent plus d'une semaine (7 à 10 jours),
    • des symptômes, comme un mal de tête qui ne passerait pas avec votre antalgique habituel ,
    • une toux productive (grasse) avec un mucus jaune, vert ou même sanglant,
    • une difficulté à respirer, une sensation de poids sur la poitrine ou une douleur dans cette même poitrine,
    • une sensation de raideur ou de douleur dans le cou,
    • une douleur dans l'oreille,
    • une modification de la vue, une rougeur ou un gonflement de la région autour des yeux,
    • une réaction allergique (urticaire, gonflement des lèvres ou du visage, difficulté à respirer) à certains médicaments,
    • une aggravation de votre asthme.
    • Si vous souffrez de sinusite chronique, il est préférable de consulter votre médecin. Il pourra vous prescrire un traitement au long cours. S'il le juge utile, il pourra vous orienter vers un allergologue ou un otorhinolaryngologiste (spécialiste nez-gorge-oreilles) qui déterminera l'origine de votre sinusite.

Se soigner avec des médicaments

  1. Prenez rendez-vous auprès de votre médecin. Si vous devez prendre des médicaments, faites-vous les prescrire par un médecin. Si vous faites de l'automédication, n'hésitez pas à appeler votre médecin pour lui demander conseil. Il connait votre dossier et vous conseillera utilement. Généralement, les médicaments en vente libre ne sont pas dangereux si vous n'avez pas de pathologie particulière. Cependant, il existe des situations qui nécessitent des précautions particulières.
    • Les médicaments pour adultes ne doivent jamais être donnés aux enfants et le plus souvent, ceux en vente libre sont, dans leur grande majorité, destinés aux adultes.
    • Les femmes enceintes (ou qui allaitent) doivent être particulièrement vigilantes face à l'automédication. En ce cas, il faut au préalable demander l'avis du pharmacien et du spécialiste qui vous suit.
  2. Prenez vos antibiotiques conformément à la prescription. Si votre médecin vous prescrit tel antibiotique à telle dose et pendant un certain nombre de jours, vous devez aller jusqu'au bout de votre traitement, même si vous vous sentez mieux au bout de 2 ou 3 jours. Si vous suivez bien la prescription, vous éviterez un retour en force de l'infection, voire une résistance de l'agent pathogène.
    • Parmi les molécules destinées à traiter les infections des sinus, on peut citer l'amoxicilline (la plus prescrite - Augmentin), une céphalosporine (Cefdinir) ou l'azithromycine (pour ceux qui sont allergiques à l'amoxicilline) .
    • Parmi les effets indésirables de ces antibiotiques, on a noté des nausées, des vomissements, des diarrhées et des éruptions cutanées. Certains effets peuvent être plus sévères, comme des malaises, des troubles respiratoires ou des démangeaisons importantes. Le recours au médecin ou aux urgences est alors vital .
  3. Prenez un antihistaminique pour vos allergies. Si vos problèmes de sinus sont d'origine allergique (saisonnière ou systémique), un antihistaminique a déjà dû vous être prescrit. Les antihistaminiques sont des substances qui entrent en action dès que le corps détecte un allergène. Ils empêchent alors l'histamine de se fixer sur certains récepteurs des cellules. Les antihistaminiques préviennent l'apparition de la sinusite allergique .
    • Les antihistaminiques se présentent généralement sous forme de pilules, comme c'est le cas pour la loratidine (Clarityne), la diphénhydramine (Actifed) et la cétirizine (Zyrtec). Pour les enfants, ils se présentent sous forme d'une solution buvable, de gomme à mâcher ou de poudre soluble.
    • C'est votre médecin qui vous prescrira l'antihistaminique le mieux adapté à votre cas.
    • Ne prenez pas d'antihistaminique pour une sinusite aigüe sans en parler au préalable à votre médecin ! Dans ce cas très précis, les antihistaminiques peuvent entrainer des complications à cause d'un épaississement des sécrétions nasales .
  4. Prenez un analgésique en vente libre. Il ne soignera pas votre sinusite, mais, au moins, il en diminuera certains symptômes comme les maux de tête ou les douleurs dans les sinus .
    • Des molécules comme le paracétamol (Doliprane) ou l'ibuprofène (Advil) sont très efficaces en cas de maux de tête et de gorge et de fièvre.
      • L'ibuprofène ne doit pas être administré aux enfants de moins de 6 mois.
  5. Essayez un spray nasal. Ils sont souvent en vente libre dans les pharmacies et dégagent assez rapidement le nez. Il en existe trois types : ceux à base d'eau salée, les décongestionnants et ceux à base de corticoïde.
    • Les sprays décongestionnants (comme l'Afrin) ne doivent pas être utilisés plus de 5 jours de suite, sans quoi vous risquez une congestion nasale bien plus sévère .
    • Les sprays qui envoient un brouillard d'eau salée dans le nez sont plus inoffensifs et assez efficaces dans l'ensemble.
    • La fluticasone (Flixonase) est un corticoïde qui combat les symptômes allergiques. À la différence des décongestionnants, ce type de spray nasal peut être utilisé pendant une période plus longue. Sachez cependant qu'il ne traite pas la sinusite, mais atténue les symptômes de l'allergie.
  6. Essayez un décongestionnant. Il diminue la congestion nasale et les douleurs des sinus, mais le traitement ne doit pas dépasser 3 jours. Quand on dépasse cette durée, on a observé des phénomènes inverses, de « rebond » en ce qui concerne la congestion nasale .
    • Les molécules les plus couramment utilisées sont la phényléphrine (Sudafed) ou la pseudoéphédrine (Sudafed 12-heures). Certains antihistaminiques contiennent un décongestionnant, comme l'Allegra-D, la Clarityne-D ou le Zyrtec-D.
    • La lettre « D » indique la présence de pseudoéphédrine, laquelle ne se délivre que sur ordonnance.
    • Certains décongestionnants contiennent du paracétamol. En ce cas, vous ne pourrez pas prendre de paracétamol sous d'autres formes. Il est interdit, sous peine d'overdose, de dépasser la quantité journalière prescrite .
  7. Essayez un expectorant. Un expectorant (contenant de la guaïfénésine comme le Toplexil) fluidifie les sécrétions, lesquelles s'évacuent plus facilement, libérant ainsi vos sinus . Pour l'instant, il n'a pas été prouvé que ces expectorants traitaient la sinusite, mais il est possible qu'ils vous apportent un certain confort respiratoire.

Essayer d'autres traitements

  1. Reposez-vous. Si vous négligez de vous reposer, si vous ne dormez pas assez, votre corps est affaibli et l'infection risque de s'éterniser. Essayez de vous reposer véritablement au moins 24 heures d'affilée .
    • Dormez la tête légèrement surélevée par rapport au corps. Le drainage des mucosités est alors facilité et votre nez est moins bouché .
  2. Buvez beaucoup. Le fait de boire permet de fluidifier les sécrétions et atténue la sensation d'obstruction des fosses nasales . Buvez plutôt de l'eau ou du thé déthéiné. Les boissons énergétiques contenant des électrolytes ou des bouillons clarifiés permettent également une bonne hydratation.
    • En théorie, les hommes et les femmes devraient boire respectivement 3 et 2 - 2,5 litres d'eau par jour. Quand on est malade, il faut boire encore plus  !
    • Ne buvez pas d'alcool ! Ce dernier va augmenter la pression dans des sinus déjà infectés . De même, la prise de caféine entraine en général une déshydratation, ce qui provoque un épaississement du mucus nasal .
  3. Pour vous laver le nez, utilisez un « pot de neti » (ou « lota ») ou une seringue nasale. Le lavage des sinus permet de débarrasser naturellement le nez de ses sécrétions. Vous pouvez procéder à ce genre de lavage plusieurs fois par jour sans effets secondaires notoires .
    • Préparez une solution saline stérile à mettre dans votre lota. Vous pouvez acheter en pharmacie une préparation toute faite ou vous préparer une solution saline avec de l'eau distillée, bouillie ou stérilisée.
    • Inclinez votre tête d'environ 45° sur le côté. Mettez-vous au-dessus d'un lavabo ou d'un bac à douche, si vous ne voulez pas mettre de l'eau partout .
    • Introduisez le bec du lota (ou l'embout de la seringue) dans une des narines. Soulevez alors progressivement le lota pour faire couler la solution dans le nez. L'eau ressort par l'autre narine.
    • Répétez l'opération dans l'autre narine.
  4. Faites des inhalations. La vapeur d'eau permet d'humidifier les voies nasales, ce qui a pour conséquence une meilleure respiration. Vous pouvez prendre une douche très chaude, mais l'idéal est de préparer un bol d'eau bouillante dont vous inhalerez la vapeur . Si vous prenez une douche, songez à utiliser de petites boules mentholées.
    • Versez prudemment l'eau bouillante dans un bol. N'allez surtout pas inhaler de la vapeur au-dessus d'une casserole en train de bouillir sur le feu ! Placez votre bol sur la table de façon à pouvoir vous pencher au-dessus sans effort  .
    • Penchez votre tête au-dessus du bol. Il ne faut cependant pas être trop près du bol sous peine de vous bruler !
    • Couvrez votre tête avec une grande serviette. Inhalez la vapeur pendant une dizaine de minutes.
    • Vous pouvez ajouter quelques gouttes d'huile d'eucalyptus, c'est plus agréable !
    • Faites de 2 à 4 inhalations par jour .
    • Si c'est un de vos enfants que vous soignez, faites très attention à cause de l'eau bouillante. Ne le laissez jamais sans surveillance !
  5. Essayez avec un humidificateur. Un air chaud et sec a tendance à irriter les sinus, c'est pourquoi la mise en route d'un humidificateur d'air pendant la nuit permet une meilleure respiration. Peu importe qu'il envoie de la vapeur chaude ou froide. Vous pouvez, si vous aimez l'odeur, ajouter quelques gouttes d'huile d'eucalyptus, la décongestion n'en sera que plus poussée. Voyez si vous pouvez mettre autre chose que de l'eau dans votre humidificateur .
    • Attention aux moisissures ! Si votre air est trop humide, de la moisissure peut apparaitre sur et autour de l'humidificateur. Nettoyez-le régulièrement.
  6. Appliquez une compresse chaude. En cas de douleur faciale, appliquez une compresse chaude sur les endroits sensibles.
    • Mouillez une petite serviette, roulez-la et mettez-la au microonde pendant environ 30 secondes. La serviette ressortira très chaude, mais vous pourrez l'appliquer sans danger.
    • Placez cette compresse sur votre nez, sur les pommettes ou près des yeux douloureux. Laissez-la en place 5 à 10 minutes .
  7. Mangez des aliments épicés. Certaines études ont démontré que les aliments épicés (piments, raifort) avaient la capacité de dégager les sinus .
    • Les piments et les aliments épicés contiennent de la capsaïcine qui aide à la fluidification du mucus nasal, ce qui permet un meilleur mouchage .
    • Il existe d'autres aliments « épicés », comme le gingembre, qui ont un effet sur des sinus bouchés.
  8. Buvez du thé. Un thé déthéiné bien chaud combat le mal de gorge, surtout si vous y ajoutez du miel ou du gingembre. La toux sera également atténuée. Les thés contenant trop de théine sont à éviter dans la mesure où ils entrainent une déshydratation et empêchent de dormir.
    • Vous pouvez aussi vous préparer une bonne infusion au gingembre. Faites infuser environ 30 g de gingembre dans 25 cl d'eau bouillante, et ce, pendant au moins 10 minutes
    • Testé en aveugle, le thé « Throat Coat » s'est révélé être une boisson efficace contre les maux de gorge .
    • Le thé vert japonais de la variété Benifuuki, quand il est bu régulièrement, est connu pour ses propriétés modératrices dans les cas d'allergies et de nez bouché .
  9. Soignez votre toux. Assez souvent, une sinusite s'accompagne d'une toux. Pour l'atténuer, il est conseillé de boire beaucoup, des tisanes (serpolet, par exemple) dans lesquelles vous ajouterez du miel (interdit pour les enfants de moins d'un an).
  10. Arrêtez de fumer ! La fumée de la cigarette, la vôtre ou celle des autres, est souvent à l'origine des sinusites ou de leur aggravation . Aux États-Unis, on estime que la fumée des autres est à l'origine de 40% des sinusites chroniques. En cas de sinusite, il est recommandé d'arrêter de fumer et d'éviter les lieux enfumés.
    • Pour éviter d'avoir des sinusites à répétition et pour votre santé en général, arrêtez complètement de fumer. Fumer entraine des pathologies pouvant toucher tous les organes et réduit considérablement l'espérance de vie .

Prévenir une infection des sinus

  1. Traitez le plus rapidement possible les symptômes d'une allergie ou d'un rhume. En effet, une inflammation nasale consécutive à une allergie ou un rhume peut facilement se transformer en une sinusite.
    • Faites-vous vacciner contre la grippe. Ainsi, vous serez épargné cet hiver et vous risquez beaucoup moins une sinusite aigüe, grippe et sinusite étant souvent associées .
  2. Si c'est possible, évitez les zones polluées. Le fait de vivre dans un environnement pollué est un facteur déclencheur et aggravant des pathologies respiratoires, des sinusites en particulier. L'inhalation des rejets chimiques industriels entraine toujours un encombrement, puis une inflammation des sinus.
  3. Ayez une bonne hygiène. Les sinusites ont très souvent une origine virale. En vous lavant fréquemment les mains avec du savon, vous réduisez singulièrement le risque de sinusite.
    • Lavez-vous soigneusement les mains après en avoir serré d'autres, touché des surfaces que d'autres ont touchées avant vous (poignées de porte, suspentes dans les bus…) et avant et après avoir cuisiné
  4. Buvez beaucoup d'eau. L'absorption d'eau augmente le taux d'humidité dans le corps et aide ainsi à limiter la congestion nasale. Vos mucosités sont alors plus claires et évacuent mieux les impuretés.
  5. Mangez beaucoup de fruits et de légumes. Ces aliments sont riches en antioxydants et vitamines de toutes sortes, ce qui fait que vous êtes en meilleure santé, et plus résistant face aux agressions extérieures .
    • Certains fruits, comme les agrumes, sont très riches en flavonoïdes, éléments qui stimulent le système immunitaire, lequel vous défend contre les virus, les inflammations et les allergies .

Conseils

  • Dans votre lota, ne mettez pas de solution faite avec de l'eau du robinet. Si vous ne pouvez utiliser d'eau distillée, faites bouillir de l'eau du robinet et laissez refroidir jusqu'à la température voulue. S'il y a des amibes dans l'eau du robinet (DOM-TOM), vous allez au-devant de sérieuses complications.
  • Si vous ressentez une douleur dans l'oreille, en arrière de la mâchoire, consultez votre médecin qui vous prescrira un antibiotique pour soigner l'infection.

Avertissements

  • Appelez immédiatement le médecin en cas de survenue d'une gêne respiratoire, de douleurs dans la poitrine, de cou raide ou douloureux, de rougeurs marquées, de gonflement et de douleur au niveau du visage et de déshydratation. Soyez particulièrement vigilant si cela concerne des enfants.
  • Dans les cas d'une infection chronique des sinus, voyez avec votre médecin les solutions possibles. Dans certains cas, il est possible de recourir à la chirurgie afin de retrouver une respiration normale.
Cet article contient des informations médicales ou des conseils pouvant affecter votre santé. Avant de mettre en pratique les conseils de ce wikiHow, parlez-en de préférence à votre médecin ou à un spécialiste. Si les symptômes persistent plus de quelques jours, allez voir un professionnel de la santé. Lui seul est apte à vous fournir un avis médical, quelle que soit votre condition. S'il s'agit d'un jeune enfant, consultez un pédiatre sans attendre.Le numéro des urgences médicales européen est le : 112Vous retrouverez les autres numéros des urgences médicales pour de nombreux pays en cliquant ici.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.