Comment expliquer un licenciement lors d'un entretien d'embauche

Il peut y avoir plusieurs raisons, la société pour laquelle vous travailliez a peut-être décidé de se réorganiser, de diminuer ses effectifs ou de se restructurer, vous avez peut-être subi un échec qui n’était pas de votre faute, vous vous êtes mal comporté, vos compétences ne correspondaient plus aux demandes dans votre domaine. Quelle que soit la raison, il est difficile de l’expliquer pendant un entretien d’embauche. Vous voulez être honnête, mais vous ne voulez pas perdre cette opportunité de travail, alors comment faire ? Nous allons vous montrer comment le faire avec assurance et sérénité. Lisez l’article suivant !

S’occuper du problème

  1. Dites la vérité. Vous serez beaucoup plus en sécurité si vous êtes honnête et avouer la vraie raison. Non seulement vous allez vous sentir plus sûr de vous en disant la vérité (c’est beaucoup plus facile à dire qu’un mensonge), mais vous allez aussi être sûr que s'ils vérifient votre histoire, ils recevront la même version. En inventant des raisons absurdes et peu vraisemblables, par exemple ils voulaient simplement une raison de me licencier, alors ils ont prétexté que mon comportement n’était pas correct, vous donnerez l’impression à la personne qui vous fait passer l’entretien que vous manquez d’intégrité et de responsabilité.
    • Que vous obteniez ce travail ou non, votre honnêteté sera toujours appréciée et pourrait vous aider dans le futur. Vous pourriez lier une relation avec votre employeur potentiel. Votre bravoure en choisissant de dire la vérité sera toujours récompensée par les bonnes personnes.
  2. Comprenez bien que si vous mentez, il va s’en rendre compte un jour ou l’autre. De nos jours, il est plutôt facile de retrouver des informations à propos de quelqu'un dans le monde du travail. Une petite indiscrétion et les ragots se mettent en marche. Même si vous obtenez le poste après avoir menti, la vérification de vos antécédents de travail mettra à mal votre réputation, votre crédibilité et votre intégrité.
    • En plus, mis à part les méthodes formelles pour vérifier vos antécédents, votre employeur pourrait avoir une manière personnelle de vérifier ce que vous avez fait auparavant. Vous ne devez pas le décevoir, car cela pourrait se retourner contre vous.
    • Parfois, même si votre employeur potentiel en connaît la raison, il pourrait toujours en parler. Vous ne pouvez pas savoir de quoi vous allez parler !
  3. Soyez bref. Vous n’avez absolument pas besoin d’expliquer les raisons qui ont mené à votre licenciement. Vous pourriez trop en dire à ce moment-là, et vous ne devez pas le faire ! Soyez le plus bref possible.
    • La personne qui vous fait passer l’entretien pourrait se montrer très intéressé ou vous soutenir à propos de ce que vous lui dites, mais il n’est vraiment intéressé qu’à savoir quel type de personne vous êtes et ce que vous pouvez apporter à son entreprise, pas ce qu’il s’est passé lors de votre dernier emploi.
    • Ne vous sentez pas obligé de lui donner les moindres détails, vous n’êtes pas là pour cela, aucun de vous deux. Concentrez-vous sur des phrases affirmatives (votre expérience et vos compétences) et pas ce que vous n’avez pas fait ou ce que vous n’avez pas pu faire.
  4. N’évitez pas la question. Cela pourrait lui faire penser que quelque chose manque dans vos performances professionnelles et que vous avez vraiment fait quelque chose de mal si vous refusez de répondre à sa question. Essayez de ne pas éviter de donner une réponse à propos de votre licenciement. Évoquez de manière simple et concise ce qu’il s’est passé et passez au sujet suivant.
    • Si votre licenciement est de votre faute, n’hésitez pas à l’accepter. Ne vous perdez pas en détails à propos de ce que vous avez ressenti, de la façon dont personne ne vous comprenait et de ce que vous avez fait. Vous n’aurez pas l’air de vouloir accepter vos responsabilités comme un adulte.
      • Ne dites pas : tout le monde enfreignait les règles de la société de temps en temps, mais personne ne se faisait prendre. Je n’ai pas eu de chance, c’est tout. En rendant les autres responsables de vos propres erreurs, vous montrerez simplement que vous êtes hypocrite et irresponsable.
    • Montrez-lui que vous avez tiré les leçons de vos erreurs. Le plus important est que vous avez compris la gravité de votre erreur et que vous avez travaillé pour vous améliorer. Dites-le-lui ! C’est d’autant plus important si vous savez que vous avez fait une erreur grave.
      • Si vous avez enfreint les règles de la société, soyez honnête et dites : C’était mon premier emploi. J’ai enfreint les règles de la société parce que je pensais que ce n’était pas grave. Je n’avais pas réalisé que les règles sont aussi importantes et que je pourrais m’attirer des ennuis en les enfreignant. Mais cet incident m’a aidé à devenir plus responsable et plus respectueux des règles. J’ai pris la mesure de la gravité de ce que j’ai fait, et maintenant j’ai plus de respect pour la société, le poste et les responsabilités qui me sont données. Si vous êtes honnête dans votre explication, la personne qui vous fait passer l’interview sera moins susceptible de retenir cette erreur contre vous.
  5. Ne montrez pas que vous êtes en colère contre votre ancien employeur. En expliquant de manière agressive que vous aviez raison et que les autres avaient tort, vous ne montrez pas que vous savez travailler en équipe et montrer du respect pour les idées et les actions de vos collègues. Souvenez-vous que l’entretien est un filtre, pas une opportunité d’exprimer toutes les rancunes et les injustices que vous avez subies dans le monde du travail.
    • Votre employeur potentiel ne s’intéresse pas vraiment aux détails de votre histoire. En plus, il se moque de savoir que vous aviez raison et que votre ancien employeur avait tort, dans tous les cas, cela ne va pas vous aider. La seule chose qui l’intéresse est de vous évaluer et d’évaluer vos compétences, votre personnalité, vos qualités, et de savoir si vous ferez un bon employé pour sa société. Ne l’oubliez pas.
      • En disant : la façon dont ils m’ont traité n’a pas été juste, je suis devenu le bouc émissaire, vous montrez que vous ne savez pas prendre en compte le point de vue des autres.
    • Il est aussi peu recommandé d’affirmer que vous étiez trop qualifié pour votre ancien emploi et que cette société a beaucoup perdu après votre départ.
      • Ne dites pas : j’étais leur meilleur employé et je suis un excellent atout pour l’entreprise où je travaille. J’attends avec impatience de voir le mal qu'ils vont avoir maintenant que je suis parti. Vous aurez l’air puéril et rancunier.
      • De la même façon, il vaut mieux ne pas dire : je suis content de ne plus travailler là-bas. Il n’y avait aucune opportunité de changement ou d’évolution. Ils utilisent encore de vieilles technologies et de vieux systèmes alors que je suis plus en avance qu’eux, car je me suis adapté aux dernières technologies. Vous aurez l’air prétentieux et égocentrique.
  6. Ne vous laissez pas emporter par l’énervement. Plus vous plongez dans les petits détails de votre licenciement, plus il vous posera des questions à son propos. Les questions pourraient devenir embarrassantes et difficiles à gérer. Pour conserver votre élégance et votre dignité, ne rentrez pas dans les détails qui pourraient vous énerver afin de rester calme, détendu et posé.
    • Les questions pourraient aussi toucher une corde sensible. Elles pourraient vous affecter et vous vous sentiriez insulté, humilié et vous pourriez vous emporter. Cela pourrait ruiner vos chances d’obtenir ce poste.
    • Cela pourrait aussi ruiner vos chances d’obtenir un autre travail, car le mot pourrait se passer. Il se passe encore plus vite dans le monde du travail. Ce sont toutes de bonnes raisons de parler rapidement de votre licenciement et de passer à autre chose.

S’en servir à votre avantage

  1. Restez positif. Ne dénigrez pas ou ne décriez pas votre ancien employeur, vos anciens collègues ou la personne que vous pensez être responsable de votre licenciement. Même si vous haïssez quelqu'un au plus profond de vous pour ce qu’il vous a fait subir, n’abordez pas le sujet pour ne pas le faire voir. Restez concentré et positif. C’est le passé !
    • Si vous avez été la victime des manigances ou d’un plan mis au point par une autre personne, dites-le. Soyez spécifique et cantonnez-vous aux faits. Ne vous embarquez pas dans une discussion ou des explications sans fin. Dites-lui que vous ne pouviez plus supporter ces gens ou l’ambiance au travail, alors vous vous sentez mieux sans ce travail ! Gardez toujours un ton positif.
    • Vous ne faites pas passer le bon message si vous vous plaignez et rendez les autres responsables. Il y a de bonnes chances que votre futur employeur recherche une personne qui sait surmonter des défis, pas une personne qui montre du doigt des responsables lorsque la situation devient plus difficile.
      • Par exemple, ne dites pas : ce n’est pas de ma faute. Mon manager l’a fait intentionnellement pour régler ses comptes avec moi. On ne s’est jamais bien entendu. Une fois de plus, vous aurez l’air puéril et irresponsable.
  2. Servez-vous-en comme d’une opportunité pour montrer vos forces. Il n’est pas donné à tout le monde d’inverser sa mauvaise fortune et de montrer qu’il est possible d’apprendre d’une expérience négative. La plupart des gens vont se complaire dans leur négativité, se fâcher et marmonner quelque chose très loin de la vérité. Mais ce n’est pas votre cas ! Vous vous en servez comme d’une opportunité pour lui montrer que vous vous en êtes servi pour évoluer.
    • Montrez-lui ce que vous avez fait pour surmonter les effets de votre licenciement et la façon dont vous avez amélioré vos faiblesses, les leçons que vous en avez tirées et la façon dont vous pouvez utiliser ces leçons dans votre nouveau travail. Vous aurez l’air énergique,positif, enthousiaste, motivé, impassible et sûr de vous. Après tout, qui pourrait trouver quelque chose à en redire ?
  3. Si vous n’avez pas pu atteindre les objectifs qui vous étaient fixés, dites-le honnêtement.
    • Dites-lui : je reconnais que cela a été de ma faute. J’ai surestimé mes compétences et mes performances et je n’ai pas su dire non, à personne. Je n’ai pas pu rendre le travail que j’avais promis, et j’ai fait des erreurs dans le choix de mes priorités. Mais c’est maintenant dans le passé, et cet incident m’a forcé à me redresser et à réévaluer mes compétences et mes capacités. J’arrive maintenant à mieux évaluer mes forces et mes limites. L’échec fait partie de l’apprentissage, tout le monde a été plus ou moins naïf à un moment donné. Il vaut mieux être trop ambitieux que pas assez, et il sera évident à votre futur employeur que vous souhaitez vraiment apprendre.
  4. Montrez-lui que vous êtes sûr de vos capacités, de vos qualifications, de vos compétences et de votre expérience. Montrez-lui votre assurance, pas votre passé professionnel. Montrez-lui la partie de votre personnalité qui brille de charme. Montrez-lui que vous savez accepter les critiques et gérer les échecs d’une manière experte. Vous avez accepté un défi et vous avez été le meilleur !
    • Ne vous rendez pas non plus trop responsable. Cela montre que vous n’avez pas suffisamment confiance en vous et que vous êtes désespéré pour obtenir ce travail. Parlez simplement des leçons que vous avez tirées d’une manière subtile et positive sans jamais vous flageller vous-même pour montrer une fausse modestie. Vous devez vous vendre, mais pas à bas prix.
  5. Parlez-lui des réussites et des succès que vous avez eus depuis que vous avez été licencié. Parlez-lui de la valeur et des atouts que vous pouvez apporter à son entreprise, au poste et aux projets, et dites-lui que vous savez très bien gérer votre rôle et vos responsabilités. Il est aussi important de parler de vos efforts pour lui montrer que vos compétences sont similaires à celles recherchées pour le poste. Vous devez absolument lui montrer que vous avez essayé de faire votre part. Ce n’est pas le cas de tout le monde !
    • Parlez-lui de vos compétences et de votre expertise. Vous pouvez parler de choses variées et parfois qui n’ont pas de rapport avec le travail pour lequel vous postulez, du moins qu'elles sont intéressantes ! Cela lui donnera la possibilité d’avoir une vue d’ensemble de vos connaissances et de vos compétences, et vous aurez l’air d’une personne fascinante. De cette façon, vous ne fermez pas d’autres portes et vous l’aidez à comprendre que vous êtes une personne flexible.
    • Par exemple, vous pouvez lui dire : l’écart entre mes compétences et leurs attentes s’élargissait de jour en jour. Je développais mes compétences et mes connaissances en adoptant de nouvelles tendances, mais cela n’était pas en accord avec leurs attentes. Mais je sais que mes compétences et mes connaissances seront plus appréciées dans cette entreprise. En reconnaissant vos défauts, en montrant votre envie de vous améliorer et en correspondant aux besoins de cette société, vous aurez l’air d’un travailleur acharné conscient de ses forces et de ses faiblesses.
  6. Si cela est possible, dites du bien de votre ancienne société. Tout en mettant l’accent sur votre propre importance, dites-lui que vous avez toujours du respect pour votre ancienne société, votre ancien employeur et vos collègues. Vous n’avez aucune rancune, car ce n’est pas si grave.
    • Dites-lui combien vous chérissez les connaissances que vous avez acquises en travaillant dans votre ancienne entreprise. Cela lui montrera que vous n’avez pas de rancunes et que vous pouvez vous construire en travaillant dans une entreprise. Il y a tellement plus de choses qui se passent lors de cet entretien que de discuter simplement de vos petites manies dans votre ancienne société !
  7. Si vous n’avez vraiment rien fait de mal et s'il n’y a aucune rancune entre vous et votre ancien employeur, n’hésitez pas à l’expliquer (brièvement). Par exemple, si vous avez été licencié à l’arrivée d’un nouveau patron, vous pouvez dire : ce n’était pas du tout un problème de performances. Un nouveau directeur a été nommé et a décidé de nous remplacer par des collaborateurs de son ancienne entreprise en qui il avait plus confiance. Cela mettra votre licenciement sous un jour plus véridique et plus flatteur.
  8. Montrez-lui que vous êtes une personne en qui on peut avoir confiance et sur qui on peut compter. Ils ont dû se séparer de vous, c’est sûr, mais vous avez quand même de bons souvenirs. Si vous en parlez de façon positive, il n’y a aucune raison que ce nouvel employeur ait une opinion négative de votre licenciement.

Conseils

  • Plus vous avez l’air positif et sûr de vous, moins votre employeur potentiel ne pensera que vous avez fait quelque chose de mal.
  • Il y a des licenciements tous les jours. Vous n’êtes ni le premier ni le dernier à prendre ses affaires et à partir. Ce n’est pas vraiment un gros problème.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.