Comment surmonter la timidité

La simple idée de devoir parler en public vous donne envie de sortir par moins dix après avoir pris une douche dans l'espoir de tomber malade ? Si c'est le cas, vous n'êtes pas seul. Beaucoup de gens souffrent d'une forme légère de timidité et luttent pour la surmonter. Rappelez-vous que sortir de cette coquille n’arrive pas du jour au lendemain comme par magie. Cela demande du temps, des efforts et, bien sûr, le désir de changer. Voici quelques conseils pour vous aider à surmonter votre timidité.

comprendre votre timidité

  1. Qu'est-ce qui cause votre timidité ? La timidité ne signifie pas nécessairement qu'on est introverti ou qu'on ne s'aime pas. Cela veut simplement dire que, pour l'une ou l'autre raison, vous vous sentez mal à l'aise quand l'attention se porte sur vous. À quoi est-ce dû ? Car il s'agit souvent d'un symptôme d'un problème plus grand. Voici trois possibilités :
    • Vous n'avez pas une très bonne opinion de vous-même. Cela arrive lorsqu'on s'évalue soi-même et que l'on ne pense que des choses négatives à notre sujet. Il n'est pas facile d'arrêter ces pensées. Mais rendez-vous bien compte que c'est vous qui pensez cela. Vous pouvez donc penser autre chose.
    • Vous vous souciez du regard des autres. Cela arrive lorsqu'on se concentre trop sur soi-même. Parce qu'on passe la journée à surveiller ce que l'on fait et à faire attention de ne pas faire de gaffe, on part du principe que tout le monde nous regarde aussi. Si vous pensez être comme cela, essayez de vous concentrerez sur autre chose que vous-même.
    • Les autres vous trouvent timide. Il arrive qu'enfant, on soit timide. Malheureusement, les gens le remarquent vite et vous traitent toujours comme un timide. Même quand on grandit et qu'on change. Il est donc possible que l'on vous ait rangé dans cette catégorie et que vous n'ayez jamais pensé que vous n'y êtes pas à votre place. La bonne nouvelle ? Vous ne devez accommoder qu'une seule personne : vous-même.
      • Quelle que soit la raison, vous pouvez changer. Il ne s'agit que d'une manière de penser et c'est vous qui contrôlez vos pensées. Ne baissez pas les bras !
  2. Découvrez ce qui provoque votre timidité. Vous devenez timide face à un public ? En apprenant quelque chose de nouveau ? Quand vous vous lancez dans l'inconnu ? Quand vous êtes entouré de personnes que vous admirez ? Quand vous ne connaissez personne ? Essayez de découvrir quelles pensées traversent votre esprit avant que la timidité ne vous fige.
    • Il est probable que seules quelques situations vous rendent timide. Vous vous sentez bien en famille, n'est-ce pas ? Pourquoi est-ce différent quand vous ne connaissez pas les gens qui vous entourent ? Ce n'est pas différent : vous connaissez mieux votre famille et eux vous connaissent, c'est tout. Ce n'est donc pas vous, mais la situation. Cela prouve que ce n'est pas quelque chose qui arrive constamment. Très bien.
  3. Faites une liste des situations qui vous rendent nerveux. Ordonnez cette liste dans l'ordre des situations qui vous rendent le moins nerveux à celles qui vous rendre le plus nerveux. En mettant cela sur papier, vous vous rendrez compte que rien n'est insurmontable.
    • Décrivez des situations aussi concrètes que possible. "Parler en public" peut être une cause, mais vous pouvez être plus précis. "Parler devant un public sur lequel vous n'avez aucune autorité" ? "Parler à des gens que vous trouvez attirants" ? Plus vous êtes précis, plus facile vous aurez à identifier les situations et à résoudre votre problème.
  4. Devenez maître de la liste. Quand vous avez 10 à 15 situations sur votre liste, commencez à attaquer les problèmes un par un (après avoir lu cet article bien sûr). Les premières situations "plus faciles" vous aideront à bâtir votre confiance en vous, afin que vous puissiez avancer vers les situations plus compliquées.
    • Ne vous inquiétez pas si vous devez revenir en arrière de temps en temps : allez-y à votre tempo, mais ne brusquez pas les choses.

devenez maître de votre esprit

  1. Concentrez votre attention sur les autres. Pour la plupart d'entre nous, la timidité nous prend quand nous parlons ou quand nous nous faisons remarquer en public, cela nous gêne. C'est pourquoi il est important de se concentrer sur les autres, de porter notre attention ailleurs. Quand on cesse de se concentrer sur soi-même, on cesse de s'inquiéter de l'image que l'on renvoie.
    • La solution la plus simple est d'avoir de la compassion. Lorsqu'on exprime de la compassion, de la sympathie ou même de l'empathie, on cesse de s'inquiéter pour notre petite personne et on se concentre uniquement sur les autres. N'oubliez pas que tout le monde se bat tous les jours : que nos batailles soient petites ou grandes, elles paraissent toujours grandes à nos yeux. Tout le monde mérite un peu d'attention.
    • Si cela ne fonctionne pas, imaginez-vous les pensées que vous croyez que les autres ont. Si, par exemple, vous vous en faites sur votre physique, vous partez sûrement du principe que tout le monde vous juge là-dessus (eh bien non). Cette manière de faire est contagieuse, vous n'arriverez plus à vous arrêter !
  2. Visualisez vos objectifs. Fermez les yeux et visualisez une situation où la timidité vous prend. Maintenant, imaginez que vous ne devenez pas timide. Faites cet exercice souvent, dans des situations différentes. C'est très efficace si vous le faites quotidiennement, surtout le matin. Cela peut paraître idiot, mais les plus grands sportifs visualisent leurs objectifs pour travailler leurs talents. Alors, pourquoi pas vous ?
    • Utilisez tous vos sens pour que cela ait l'air vrai. Pensez que vous êtes heureux et à l'aise. Quels sons entendez-vous ? Que faites-vous ? Ainsi, le moment venu, vous être prêt à affronter cette situation.
  3. Entraînez-vous à bien vous tenir. En vous tenant droit, vous donnez l'impression au reste du monde que vous avez confiance en vous. Les autres nous traitent souvent de la manière dont on se sent. Si vous vous sentez ouvert d'esprit et accessible, votre corps le montrera.
    • Vous allez piéger votre cerveau aussi. Des chercheurs ont découvert qu'une bonne posture (la tête haute, les épaules vers l'arrière, les bras ouverts) nous rend autoritaires, confiant et (la cerise sur le gâteau) moins stressés. Il ne vous en fallait pas plus !
  4. Entraînez-vous à parler clairement. Cela vous évitera la gêne potentielle de devoir vous répéter parce que vous n'articulez pas ou vous ne parlez pas assez fort. Habituez-vous à entendre votre propre voix ! Apprenez à l'aimer.
    • Enregistrez-vous, faites semblant d'avoir une conversation. Oui, bien sûr, ça à l'air ridicule. Mais vous allez vite remarquer où vous lâchez prise et à quels moments vous pensez parler fort alors que ce n'est pas le cas. Vous aurez l'impression d'être un acteur au début (et vous ferez certaines choses comme les acteurs), mais vous vous habituerez vite. C'est en forgeant qu'on devient forgeron !
  5. Ne vous comparez pas aux autres. Plus vous vous comparez aux autres, plus vous allez avoir le sentiment de ne pas être à la hauteur et plus vous vous sentirez intimidé, ce qui vous rendra encore plus timide. Cela ne sert à rien de se comparer aux autres. Si vous le faites, soyez au moins réaliste. Tout le monde est rongé par ses propres problèmes de confiance en soi !
    • Vraiment. Si vous avez des amis qui ont très confiance en eux et qui sont extravertis, demandez-leur. Ils vous diront sûrement que oui, ils sont extravertis par choix ou qu'ils avaient de gros soucis auparavant et qu'ils ont travaillé dur pour changer. Vous n'êtes simplement pas encore au même stade qu'eux.
  6. Pensez à quel point vous êtes super. Tout le monde a un talent spécial ou quelque chose qui le rend unique. C'est un peu gnagnan, admettons. Pensez à ce que vous savez, à ce que vous savez faire, à ce que vous avez accompli, plutôt que de vous fixer sur votre physique, votre voix ou vos vêtements. N'oubliez pas que tout le monde, même les personnes considérées "belles", n'aime pas quelque chose à son sujet. Il n'y a aucune raison pour que votre "problème" vous rende timide, alors que le leur ne les rend pas timides.
    • Si vous vous concentrez là-dessus, vous vous rendrez compte que vous avez beaucoup à offrir. Votre savoir et votre talent sont nécessaires pour résoudre des problèmes, améliorer une conversation ou des circonstances. En sachant cela, vous vous sentirez plus apte à prendre la parole.
  7. Identifiez quels sont vos forces et vos atouts en société. Ce n'est pas parce que vous n'êtes pas la personne dominante du groupe, ou celle à la plus grosse voix que vous êtes asocial. Vous aimez écouter les autres ? Vous remarquez vite les détails ? Peut-être que cela ne vous a pas encore frappé. Alors, installez-vous un instant et réfléchissez. Ne parvenez-vous pas à mieux observer les gens ? Probablement.
    • Vos forces peuvent vous donner un avantage. Si vous aimez écouter les autres, vous remarquerez probablement avant les autres que quelqu'un a un problème et qu'il a besoin d'en parler. Dans ce cas-là, c'est eux qui auront besoin de vous. Il n'y a rien de menaçant à cette situation. Demandez-leur ce qui ne va pas ! Vous avez remarqué que quelque chose n'allait pas, pouvez-vous leur consacrer un peu de temps ?
    • Dans toute situation sociale, des rôles doivent être joués. Vous tenez un rôle, même si vous ne le voyez pas. Votre rôle n'en vaut pas un autre. Sachez que votre rôle, quel qu'il soit, complète la dynamique du groupe.
  8. Ne vous laissez pas avoir par les préjugés. Pour info : les gens populaires ne sont pas plus heureux que vous. Les personnes extroverties ne sont pas nécessairement populaires ou heureuses. Et les personnes timides ne sont pas nécessairement introverties, froides ou bizarres. Vous ne voulez pas être la victime de préjugés, alors ne vous prenez pas au jeu non plus.
    • Les jeunes populaires au lycée travaillent très dur, tous les jours, pour être si populaires. Ils essaient de rentrer dans le moule et y arrivent. Tant mieux pour eux. Mais cela ne veut pas dire qu'ils sont heureux. Ni que ça va durer. Essayer de devenir quelqu'un que vous n'êtes pas ne va pas vous aider. Il vaut mieux que vous trouviez votre propre voie, car une fois le lycée et la fac finis, qu'allez-vous faire ensuite ? Concentrez-vous sur ce qui compte.

devenez maître des situations sociales

  1. Renseignez-vous. Vous allez à une fête la semaine prochaine ? Préparez-vous en vous renseignant sur différents sujets. Que se passe-t-il au gouvernement ? Y a-t-il une finale d'un programme populaire à la télé ? Que s'est-il passé au niveau international ? Renseignez-vous. Ainsi, si au cours de la conversation ce sujet est abordé, vous pourrez participer.
    • Vous ne cherchez pas à impressionner les autres avec vos connaissances et votre sens de l'analyse. Vous voulez seulement participer. Les autres ne cherchent pas à être jugés ou à entendre vos opinions. Restez courtois et sympathique. Un simple "Je n'aimerais vraiment pas être à la place de François Hollande maintenant !" suffit.
  2. Imaginez-vous les conversations en étapes. Vous pouvez simplifier (jusqu'à un certain niveau) les interactions sociales. Quand vous analysez et comprenez les étapes de bases, vous serez prêt pour mener une conversation sans même devoir y penser, ce qui est beaucoup moins stressant. Imaginez-vous les conversations en quatre étapes :
    • La première est une phrase qui lance la conversation. Des banalités de tous les jours.
    • À la deuxième étape, on se présente. Pas besoin d'explications ?
    • Et à la troisième étape, vous cherchez ce que vous avez en commun, un sujet qui vous intéresse tous.
    • À la quatrième étape, on clôt la conversation. Une partie informe l'autre qu'elle part et met un terme à la conversation, parfois on échange alors son numéro de téléphone. "C'était chouette de t'avoir parlé, je n'y avais jamais pensé de cette manière. Voici mon numéro, appelle-moi à l'occasion !"
  3. Commencez une conversation. Vous vous souvenez de ce super projet que vous venez de finir ? Cette montagne que vous avez escaladée ? Cette maladie que vous venez de vaincre ? Ne vous tracassez pas, si vous savez faire cela, la conversation sera facile. Un simple commentaire sur un sujet que vous avez en commun pour lancer la conversation ("Ce bus est toujours en retard" ou "Ne perdez pas patience, le café arrive" ou "Vous avez vu la cravate du patron aujourd'hui ?") et c'est parti mon kiki.
    • Ajoutez des détails à votre conversation. Si quelqu'un vous demande où vous habitez, il est facile de répondre quelque chose et de mener la conversation à un point mort. Au lieu de dire "Rue de l'Église", dites "Rue de l'Église, à côté de cette super boulangerie". Ainsi, l'autre personne aura de quoi continuer la conversation. Et elle, au lieu de dire "Chouette", dira "À fond, as-tu déjà essayé leurs croissants au chocolat ?".
  4. Entraînez-vous. Au cours d'une fête, vous pouvez avoir la même conversation encore et encore et encore. Essayez de parler à une ou deux personnes à la fois et sortez les mêmes blagues, les mêmes platitudes jusqu'à ce que vous les connaissiez par cœur et que vous n'en puissiez plus. Ensuite, retournez parler aux gens que vous avez appréciés. Vous pouvez commencer une vraie conversation à ce moment-là.
    • N'hésitez pas à lancer une conversation, elle ne durera que quelques minutes. Vous serez moins stressé et sûrement moins nerveux : quand vous savez que cela ne va durer que 120 secondes, on a moins peur, n'est-ce pas ? Concentrez votre temps et votre énergie sur les personnes avec qui vous voulez faire connaissance. Cela vaut vraiment mieux pour tout le monde !
  5. Ayez l'air accessible. Ayez un langage corporel ouvert et sympathique. Ne croisez pas les bras, gardez votre tête relevée et ayez l'air intéressé. Personne ne voudra vous parler si vous jouez avec votre iPhone. C'est une question de politesse !
    • Regardez les gens auxquels vous voulez parler. Que disent leurs corps et leurs visages ? Regardez maintenant les gens auxquels vous ne voulez pas parler. Observez la manière dont vous vous tenez, dans quelle catégorie entrez-vous ?
  6. Souriez et regardez les gens dans les yeux. Un petit sourire vers un inconnu peut rendre votre journée beaucoup plus gaie et la leur aussi par la même occasion ! Sourire est une technique facile pour montrer aux autres qu'on s'intéresse à eux. C'est aussi une bonne solution pour commencer une conversation avec n'importe qui, ami ou inconnu. Vous montrez que vous ne leur voulez pas de mal, que vous êtes sympathique et que vous voulez parler.
    • Les êtres humains sont sociables. Il suffit de voir comment on punit nos criminels : en les isolant en prison. Nous cherchons tous à interagir avec les autres. Vous ne les dérangez pas, vous rendez leur journée plus intéressante et plus joyeuse.
  7. Concentrez-vous sur votre corps. Quand vous êtes en groupe (ou face à quelqu'un), des pensées sur votre timidité vont certainement émerger. C'est tout à fait normal au début. Si vous sentez l'anxiété monter en vous, posez-vous ces questions :
    • Est-ce que je respire ? Si vous parvenez à ralentir votre respiration, votre corps va se relaxer automatiquement.
    • Est-ce que je suis relaxé ? Si ce n'est pas le cas, tenez-vous différemment.
    • Est-ce que je suis ouvert ? Observez la manière dont vous vous tenez. Ouvrez-vous aux autres, vous verrez qu'ils vous aborderont différemment.

se lancer des défis

  1. Fixez-vous des objectifs. Il ne suffit pas de penser "Aujourd'hui, je ne serai pas timide !". Ce n'est pas un objectif concret. C'est comme si vous pensiez "Aujourd'hui, je serai formidable !". Comment pouvez faire cela ? Il vous faut donc des objectifs concrets, comme parler à un inconnu, lancer une conversation avec quelqu'un que vous aimez bien (plus à ce sujet plus loin).
    • Concentrez-vous sur des petits objectifs quotidiens et rendez-les de plus en plus intéressants. Même demander l'heure à un inconnu peut être un objectif. Ne vous dites pas que cela ne sert à rien, c'est un grand pas ! Tout doucement, vous allez réussir à parler en public. Mais chaque chose en son temps.
  2. Faites ce qui vous met à l'aise. Par exemple, boire comme un trou et danser toute la nuit dans une discothèque n'est peut-être pas votre idée d'une soirée réussie. Mais cela n'a rien à voir avec votre timidité. Si vous préférez passer la soirée avec vos parents, faites ça. N'essayez pas de vaincre votre timidité en vous mettant dans des situations qui vous mettent mal à l'aise. Ça ne marchera pas.
    • Vous ne devez pas faire ce que tout le monde fait. Si vous le faites et que ça ne fonctionne pas, vous allez baisser les bras et en plus vous n'y rencontrerez pas de personnes intéressantes. Pourquoi perdre votre temps ? Si vous n'aimez pas sortir, il n'y à pas de problème. Entraînez-vous dans un café, à des réunions, au travail. C'est plus pratique au quotidien.
  3. Mettez-vous dans des situations inconnues. Bon : on veut éviter de vous mettre dans des situations où vous allez vous ronger les ongles en vous cachant dans un coin. Mais vous devez néanmoins faire face à l'inconnu de temps en temps. Comment allez-vous évoluer sinon ?
    • Commencez par le premier élément sur votre liste. Cela peut être plein de choses : parler à votre factrice, demander l'heure à une personne à l'arrêt de bus, parler de tout et de rien avec la personne assise à côté de vous au bureau. La plupart des gens n'arrivent pas à lancer une conversation (et vous savez pouquoi ? Pour les mêmes raisons que vous !), mais il y a plein de raisons de parler.
  4. Présentez-vous à quelqu'un de nouveau chaque jour. Il est parfois plus simple de parler à des inconnus, du moins, brièvement. Après tout, vous ne les verrez probablement plus jamais, alors qu'allez-vous y perdre ? La personne que vous allez croiser dans le bus aujourd'hui. Regardez-la et faites-lui un sourire. Cela ne vous coutera que 3 secondes de votre temps !
    • Plus vous allez faire cela, plus vous allez voir que les autres sont réceptifs et sympathiques. De temps en temps, vous allez tomber sur le fou de service qui est trop parano que pour comprendre un geste aussi simple qu'un sourire. Ne vous cassez pas la tête. De plus, en souriant aux gens, ils vont se demander pourquoi vous souriez : c'est à votre tour d'être dans la tête des autres et plus l'inverse !
  5. Faites connaissance. Parlez à quelqu'un avec qui d'ordinaire vous n'auriez jamais eu de conversation. Trouvez des gens avec qui vous avez une ou plusieurs choses en commun et essayez de leur parler. À un moment ou un autre, vous allez vous retrouver face à un groupe. Intervenez dans la conversation, même si c'est pour dire quelque chose de très simple ou pour soutenir l'argument d'un des participants. Participez. C'est la seule manière d'avancer.
    • Cela deviendra plus facile avec le temps. Vous vous rappelez à quel point c'était difficile de faire du vélo au début ? C'est la même chose avec les interactions sociales : il vous faut de l'entraînement. Un jour, vous regarderez en arrière et vous vous demanderez pourquoi cela vous semblait si compliqué. Plus rien ne vous fera peur. Youpi !
  6. Notez vos réussites et continuez d'avancer. Dans ce cahier où vous avez fait votre liste de situations qui provoquent votre timidité, notez désormais vos réussites. En voyant votre évolution, vous vous motiverez à continuer. Dans quelques semaines, vous serez surpris du chemin parcouru. Vous serez convaincu que vous pouvez y arriver. Génial !
    • Il n'y a pas de limite dans le temps. Certaines personnes y arriveront du jour au lendemain. Elles auront un déclic. D'autres auront besoin de plusieurs mois. Quel que soit le temps que ça dure, c'est qu'il est nécessaire. Ayez confiance en vous. Vous allez y arriver.

Conseils

  • Rappelez-vous que la timidité est une émotion, et non un trait de personnalité permanent. Vous avez la possibilité de penser de façon plus rationnelle et de changer vos sentiments de timidité à travers le désir et vos actions
  • Faites semblant jusqu'à ce que cela devienne une seconde nature. En faisant semblant d'avoir confiance en vous, vous finirez par avoir réellement confiance en vous.
  • Donnez-vous du temps pour parler. S’exprimer lentement vous donne plus de temps pour penser à ce que vous dites et ajoute également souvent plus de poids à vos paroles.
  • Sachez que presque tout le monde est timide à un certain niveau, la différence réside seulement dans le degré de timidité. Vous pouvez booster votre confiance en pratiquant votre conversation et grâce à de nouveaux sujets de discussion.
  • Il n'y à rien de mal à être timide, mais il n'y a rien de mal à être extraverti non plus !
  • La peur et l'excitation fonctionnent grâce à la même hormone : l'adrénaline. Si vous vous concentrez sur les aspects positifs d'un événement, d'un discours, d'une activité... et que vous vous persuadez que la tension que vous ressentez est de l'anticipation, vous allez transformer vos peurs et vous convaincre que vous voulez vraiment participer. Beaucoup de personnes extraverties, éloquentes, qui parlent en public, le font avec autant de stress que vous, mais elles l'interprètent comme de l'excitation et le partagent avec les autres. Le trac peut disparaître et se transformer en une performance du tonnerre à partir du moment où vous parvenez à gérer vos émotions.
  • Inscrivez-vous à un club. Inscrivez-vous à un club qui vous intéresse pour y rencontrer des gens qui partagent les mêmes centres d'intérêt que vous. C'est une bonne solution pour se faire des amis.
  • Dressez une liste de choses que vous aimez à votre propos et accrochez-la au mur. Cela pourrait booster votre confiance avant de passer la porte et de vous aventurer dans le monde extérieur.
  • Passez au-delà de votre trac en vous imaginant que vous êtes quelqu'un d'autre, votre célébrité préférée par exemple. Imaginez-vous dans sa peau jusqu'à ce que vous vous sentiez à l'aise sur scène.
  • N'ayez pas peur de consulter un spécialiste : les séances de groupe, en privé ou une thérapie peuvent vous aider. Cela va parfois au-delà de la timidité et il faut pouvoir s'en rendre compte. La phobie sociale est souvent perçue comme de la "timidité extrême", alors qu'il s'agit en réalité d'un trouble de l'anxiété.
  • Dites oui plus souvent. Ce sera difficile au début. Commencez par de petites choses : dites bonjour à un collègue. En fait, c'est en acceptant des invitations pour des événements auxquels on ne participe pas d'habitude, qu'on finit par se faire les meilleurs souvenirs. En plus, vous vous sentirez mieux, car vous aurez osé participer.

Avertissements

  • Si vous étiez connu comme timide parmi votre famille et vos amis, méfiez-vous des taquineries inoffensives. Certains peuvent être mal à l’aise avec votre nouvelle présence en dehors de la catégorie dans laquelle ils vous avaient mis dans leur esprit. Dans ce cas-là, ignorez ces personnes. Si elles veulent juste plaisanter et ne pensent pas à mal, ne les laissez tout de même pas vous intimider au point de retourner dans votre coquille.
  • La timidité ne peut être qu'une phase. Beaucoup de gens gagnent en confiance avec les années. N'essayez pas de changer qui vous êtes, à moins que vous soyez réellement malheureux : laissez le temps faire les choses.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.