Comment soigner des orchidées

Les orchidées font partie des fleurs les plus magnifiques de l’univers botanique, associant une allure exotique avec une grande variété de plantes. Les orchidées sont des plantes raffinées qui comprennent plus de 30,000 espèces différentes et plus de 200,000 hybrides – ce qui fait de cette famille de plantes la plus importante au monde. Les orchidées, uniques en leur genre, peuvent pousser à l’extérieur comme à l’intérieur ; malheureusement pour ceux qui ont la main verte, elles sont aussi difficiles à entretenir et faire pousser. Ceux qui veulent prendre soin des orchidées devraient se préparer tant à subir des échecs cuisants que des triomphes éclatants liés à la culture de ces plantes ravissantes.

Mettre l’orchidée en pot

  1. Choisissez une espèce d’orchidée. Certaines fleurs sont plus faciles d’entretien que d’autres. Les cattleyas, les phalaenopsis et les sabots de Vénus sont les plus faciles à vivre et sont recommandées pour tous les jardiniers débutants et ceux qui aiment les orchidées. Néanmoins, il y aurait plus de 20,000 espèces d’orchidées – ce qui est le double des espèces d’oiseaux vivant dans le monde et quatre fois le nombre d’espèces de mammifères existants. Il existe quasiment une orchidée pour chaque type de personne.
    • Les espèces les plus couramment vendues comprennent les phalaenopsis, dendrobiums et oncidiums. La phalaenopsis est plus connue sous l’appellation "orchidée papillon" et est extrêmement populaire parmi les jardiniers débutants ; le genre dendrobium héberge à lui seul 1200 espèces d’orchidées et constitue la variété d’orchidées la plus classique ; les oncidiums se caractérisent par des ailes en colonnes et une callosité des lèvres de la fleur.
    • Les différentes sortes d’orchidées ont aussi des besoins différents en humidité, températures de croissance, fréquence d’arrosages et luminosité. Parlez-en avec un spécialiste de la jardinerie près de chez vous ou demandez conseil auprès d’une association de culture d’orchidées pour savoir dans quelles conditions votre plante est la plus apte à s’épanouir.
  2. Choissez la terre appropriée pour vos orchidées. Quelques néophytes en culture d’orchidées font l’erreur de croire que les orchidées doivent être plantées dans le même type de terre que les autres plantes fleuries et se servent pour ce faire de terreau de rempotage classique. Ce serait désastreux de procéder ainsi. La plupart des racines d’orchidées ont besoin de bien plus d’air qu’un terreau pourrait leur fournir et prospèrent plutôt dans un mélange plus aéré et poreux.
    • On se sert la plupart du temps de copeaux d’écorce, de mousse de sphaigne, de charbon, de perlite et même de boules de polystyrène en guise de terreau de rempotage ou souvent aussi un mélange de tous ces ingrédients. Faites l’essai avec les matériaux poreux et friables que vous avez sous la main ou demandez la recette spéciale d’un expert en orchidées.
  3. Essayez un mélange tout prêt pour orchidées ou une combinaison de matériaux différents. Pour plus de simplicité, vous pouvez faire deux mélanges de base qui vont convenir à la plupart des espèces d’orchidées.
    • Fabriquez un terreau léger, lequel convient aux orchidées sabot, à la plupart des oncidiums, miltonias et toutes les orchidées à petites racines qui apprécient plus que tout l’humidité :
      • 4 parts de granulés d’écorce ou de cosse de noix de coco
      • 1 part de charbon de bois finement coupé
      • 1 part de perlite
    • Faites un mélange de terreau moyennement fin, lequel convient pour les cattleyas, les phalaenopsis et d’autres orchidées plus grandes. Si vous ne savez pas quel mélange utiliser, essayez le mélange mi-fin avant d’adopter le mélange fin :
      • 4 parts d’écorce moyennement fine ou de cosse de noix de coco
      • 1 part de charbon mi-fin
      • 1 part de perlite
  4. Choisissez un pot étroit pour votre orchidée, sauf si elle est de grande taille. Bien des orchidées sont à l’aise quand leurs racines restent à l’étroit. Choisissez un petit pot pour y installer votre fleur en vous assurant que le fond du pot possède suffisamment de trous pour le drainage de l’eau. Souvenez-vous que l’ennemi de l’orchidée est souvent un arrosage excessif. Des orchidées comme les cymbidiums ont besoin de pots plus allongés pour y loger des racines plus longues. Les modèles de pots suivants sont des variantes originales du pot de terre classique (lequel peut convenir parfaitement) :
    • Des pots tressés de filets qui possèdent un maillage qui permet une aération optimale de la plante. Ils peuvent être suspendus à des endroits propices à un bon ensoleillement.
    • Des pots en plastique transparent, qui permettent aux racines de capter la lumière. Cela permet aussi d’inspecter le réseau de racines sans perturber la plante.
    • Des pots en bois imputrescible. Capitonnez le pot en bois avec une feuille de mousse avant d’y ajouter votre mélange pour orchidées.
  5. Si vous voulez semer des graines, soyez patient. Assurez-vous que vos mains et votre environnement soient stériles. Contentez-vous d’éparpiller quelques graines au fond du pot. Ajoutez si nécessaire un fertilisant biologique. Là encore, servez-vous du meilleur terreau pour orchidées possible.
  6. Mettez votre orchidée en pot. Sortez l’orchidée de son pot de transport en vous assurant d’avoir coupé toute racine pourrie ou desséchée. Écartez si besoin le réseau de racines pour en faire plusieurs sections avant de placer la plante dans son pot. Les racines les plus anciennes devraient être placées contre la paroi du pot. Ajoutez délicatement le mélange pour orchidées en recouvrant très superficiellement le réseau des racines.
  7. Sachez quand rempoter vos orchidées. Les différentes espèces d’orchidées nécessitent des soins de rempotage spécifiques :
    • Tous les ans : les sabots de Vénus, les miltonia et phaleneopsis (et leurs hybrides)
    • Deux fois par an : les cattleyas, dendrobiums, oncidiums, odontoglossums (et leurs hybrides)
    • Une fois tous les trois ans : les vandas et cymbidiums

Soignez vos orchidées

  1. Créez la bonne température pour votre orchidée. La plupart des orchidées sont originaires de pays tropicaux, ce qui signifie qu’elles ont besoin d’air humide, de beaucoup de soleil, un ensoleillement de douze heures par jour (toute l’année). La température (qui dépend de l’espèce d’orchidée) devrait aller de 18° à 23° degrés.
    • Assurez-vous qu’il y ait une différence de 6 degrés entre la température du jour et celle de la nuit. Cela doit être mis en place dès que vous commencez la culture des orchidées.
  2. Vérifiez que vos orchidées ont une bonne exposition au soleil mais pas plein sud. Bien des orchidées apprécient un éclairage indirect : un ensoleillement direct peut les brûler tandis qu’une insuffisance de lumière les empêche de fleurir.
    • Observez les feuilles de vos orchidées si vous voulez connaître le degré d’ensoleillement de la plante. Les feuilles des orchidées devraient être d’un vert clair, voire soutenu si la plante est en bonne santé. Si les feuilles sont d’un vert foncé, cela signifie que l’orchidée ne reçoit pas assez de soleil. Si les feuilles sont jaunes, brunes ou tirant sur le rouge, l’ensoleillement est trop brutal.
    • Les orchidées comme le sabot de Vénus, la phalaenopsis et l’oncidium se portent le mieux avec une orientation solaire au nord ou à l’est. Les cattleyas, dendrobiums et vandas en revanche préfèrent un éclairage à l’ouest ou au sud.
    • Les orchidées aiment se tenir derrière un rideau ou des persiennes. Elles reçoivent ainsi une lumière abondante, mais de façon indirecte.
  3. Arrosez votre orchidée tous les 5 à 12 jours. Il est plus facile de tuer une orchidée en l’arrosant de trop qu’en le faisant trop peu. Pendant les mois d’été, des jours plus longs et plus chauds peuvent nécessiter des arrosages plus fréquents.
    • Les espèces comme le sabot de Vénus, le miltonia, le cymbidium et l’odontoglossum doivent rester constamment humides (mais pas détrempées).
    • Les espèces suivantes doivent rester humides pendant leur croissance mais doivent sécher entre les arrosages : cattleya, oncidium, brassia et dendrobium.
    • Laissez sécher complètement ces espèces entre les arrosages : phalaenopsis, vanda et ascocenda.
  4. Soignez vos orchidées avec diligence. Les orchidées réclament bien plus d’attention que la moyenne des plantes et fleurs. Plus les feuilles de la fleur sont épaisses et plus vous devrez donner d’eau à la plante. Si votre plante possède des faux bulbes volumineux, il vaut mieux arroser moins. Dans bien des cas, les orchidées ne sont pas très résistantes, mais le sont si l’eau vient à manquer. En fait, elles résistent bien mieux au manque d’eau qu’à un arrosage excessif.
  5. Ne donnez pas trop de fertilisant à vos orchidées. D’une façon générale, envisagez de fertiliser une fois par mois, mais rarement plus. Si vous fertilisez de trop, vous risquez de brûler les racines et d’empêcher le fleurissement ; si vous ne fertilisez pas assez, vous entravez le processus de floraison.
  6. Gardez une humidité constante. Comme les orchidées ont une affinité naturelle avec l’humidité, vous devez la maintenir constamment dans la pièce où vous faites pousser la fleur – quel que soit l’endroit (une salle de bains est parfaite !) – entre 60 et 80%.
  7. Comprenez que chaque espèce d’orchidée est différente. Chaque variété requiert des règles et des soins différents. Chaque espèce est unique ; chacune a besoin d’une température, d’une exposition et de rythmes d’arrosages différents. Si donc vous choisissez de faire pousser une orchidée, vous devez vous montrer flexible.

Conseils

  • Les orchidées (quand elles sont semées) se développent très lentement. Vous ne verrez rien de la plante pendant plusieurs mois, les racines bien plus tard et les premières fleurs ne sont pas susceptibles d’apparaître avant huit ans. La patience est donc ce qu’il y a de plus important. Néanmoins, le calme et les bons soins seront récompensés quand votre magnifique orchidée aura fleuri.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.