Comment diagnostiquer l'asthme

L'asthme est une maladie respiratoire qu'il faut prendre au sérieux, car elle peut être mortelle. Les personnes qui en sont atteintes peuvent vivre normalement si elles font les démarches nécessaires pour obtenir de l'aide des professionnels de la santé. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette maladie et connaitre les mesures que vous pouvez prendre pour vous préserver d'une crise, lisez cet article.

Identifier les symptômes de l'asthme

  1. Sachez reconnaitre une crise d'asthme. Une attaque sérieuse nécessite l'intervention rapide d'un professionnel de la santé. Réagissez immédiatement si vous subissez ou observez l'un des symptômes décrits ci-dessous :
    • des lèvres ou les bases des ongles qui deviennent bleues,
    • des difficultés pour marcher ou même parler,
    • une peau qui s'enfonce légèrement entre les côtes ou au-dessus du sternum pendant un mouvement de respiration,
    • des narines, des côtes et un estomac qui remuent rapidement au rythme de la respiration,
    • un torse qui reste gonflé à l'expiration,
    • des douleurs de poitrine,
    • un refus de s'alimenter et une incapacité de reconnaitre ses parents (dans le cas d'un petit enfant).
  2. Prenez un rendez-vous chez un médecin si les symptômes sont différents (de ceux décrits ci-dessus) et que vous pensez que l'asthme en est la cause. Il est très difficile de diagnostiquer soi-même l'asthme avec certitude. Si vous subissez les symptômes décrits ci-dessus et que votre médecin généraliste ne peut pas déterminer s'il s'agit ou pas d'asthme, consultez un pneumologue ou un allergologue (spécialiste des allergies).
    • Même si vous subissez des problèmes respiratoires qui ne correspondent pas aux symptômes de l'asthme, consultez un médecin, car vous pourriez souffrir d'une autre maladie respiratoire grave.
    • Les symptômes peuvent varier d'une crise d'asthme à une autre. Ils disparaissent parfois juste après l'attaque, mais ils peuvent aussi, dans de nombreux cas, persister bien après la crise.
  3. Décelez tout signe d'oppression thoracique. Ce symptôme, souvent accompagné de sensations désagréables ou de douleurs dans la poitrine, est très fréquent chez les personnes qui sont atteintes d'asthme. La personne qui le subit ressent la même chose que si quelqu'un s'asseyait sur sa poitrine.
  4. Essayez de vous remémorer toutes les fois où vous avez éprouvé une sensation de manque d'air. Avez-vous souvent du mal à respirer ? Inspirez-vous assez d'air dans vos poumons ? La sensation de manque d'air est un symptôme que subissent la plupart des personnes asthmatiques.
    • Cette sensation peut s'accentuer fortement lorsque vous faites des exercices physiques. Si une personne ressent ce symptôme lorsqu'elle effectue des exercices bénins, c'est qu'elle souffre probablement d'asthme. Dans ce cas, elle doit se limiter à pratiquer des exercices qui ne déclenchent aucune difficulté respiratoire avant d'avoir eu l'avis d'un médecin et de connaitre les causes de ses problèmes respiratoires.
  5. Essayez de déceler des sifflements quand vous inspirez. Ils peuvent avoir plusieurs sources, mais ils sont souvent le symptôme d'une réaction allergique ou d'une attaque virale (grippe).
  6. Soyez vigilant concernant la toux. Les personnes asthmatiques subissent souvent des quintes de toux qui surviennent généralement pendant la nuit ou tôt le matin. Elles sont souvent la cause d'insomnie.
  7. Intéressez-vous aux antécédents de problèmes d'allergie et d'exéma dans votre famille. L'asthme est favorisé par des facteurs génétiques, et c'est pourquoi il se développe souvent chez des personnes appartenant à une famille dans laquelle le problème a déjà été rencontré.
  8. Sachez déceler l'asthme chez un enfant. Un enfant qui a moins de 5 ans et qui émet des sifflements en respirant n'est pas forcément atteint d'asthme, car ce symptôme peut être causé par un coup de froid ou une infection virale. Il est difficile de déceler l'asthme chez un enfant de cet âge, même pour un médecin qui peut cependant vous suggérer un traitement pour dégager les voies respiratoires. Par contre, si les problèmes respiratoires chroniques persistent au-delà de l'âge de 5 ans, vous pouvez en déduire que l'enfant est très probablement asthmatique.
    • Les enfants ne parlent pas forcément des gênes qu'ils ressentent et c'est pourquoi vous devez être vigilant lorsque vous décelez des signes indirects de problèmes respiratoires. Si votre enfant est souvent fatigué, s'il évite les activités physiques, s'il a des difficultés pour s'alimenter, il est possible qu'il souffre d'un dysfonctionnement respiratoire.

Identifier les facteurs déclenchants

  1. Faites une liste des causes potentielles de votre asthme. Dès que vous subissez des symptômes de l'asthme, écrivez ce que vous ressentez et les conditions dans lesquelles la gêne est apparue. Utilisez ce « journal » pour petit à petit identifier les facteurs qui peuvent déclencher vos attaques d'asthme.
    • Apportez ce journal lorsque vous vous rendez chez un médecin, et en particulier si vous consultez un pneumologue ou un allergologue.
  2. Prenez en considération les principales sources d'allergies. L'inhalation de substances allergènes peut enflammer vos voies respiratoires et déclencher une crise d'asthme. Ci-dessous sont listées les sources d'allergies les plus communes :
    • la poussière
    • les animaux à fourrure
    • les moisissures
    • les cafards
    • le pollen
  3. Évitez d'inhaler des produits irritants. Voici une liste de substances qui peuvent irriter les voies respiratoires et déclencher des crises d'asthme :
    • les fumées, et en particulier la fumée de cigarette,
    • les gaz d'échappement,
    • l'air pollué,
    • les substances chimiques pulvérisées comme les laques et les produits d'assainissement de l'air,
    • les produits de décoration de la maison comme les peintures et les nettoyants.
  4. Évitez de sortir par temps froid. L'air frais rétrécit les petits canaux des voies respiratoires, ce qui peut déclencher une attaque d'asthme. Dans ce type de situations, contactez votre médecin et appliquez les mesures suivantes :
    • respirer par le nez (et non pas par la bouche),
    • enrouler une écharpe autour du bas du visage pour protéger la bouche et le nez,
    • éviter les exercices à l'extérieur.
  5. Analysez les effets de l'asthme pendant que vous faites des exercices. Si vous avez des difficultés pour respirer pendant que vous pratiquez des exercices physiques, obtenez un rendez-vous chez un docteur le plus tôt possible. Arrêtez toute activité physique avant d'avoir l'avis de votre médecin ou d'un spécialiste des voies respiratoires (pneumologue) qui saura vous donner des conseils pour que vous puissiez faire du sport sans risque de subir une crise d'asthme. Votre médecin pourrait aussi vous prescrire un médicament qui peut aider à libérer vos voies respiratoires lorsque vous avez besoin d'inhaler beaucoup d'air.
    • Les personnes asthmatiques peuvent apprendre à pratiquer des sports en toute sécurité, et il y a même eu des champions olympiques qui étaient asthmatiques. Les exercices qui ne demandent des efforts intenses que sur de courtes périodes sont moins susceptibles que les autres (surtout les sports d'endurance ou de résistance) de provoquer des crises d'asthme.
  6. Identifiez dans votre environnement les facteurs déclenchants. En particulier, essayez de déterminer quelles substances chimiques peuvent irriter vos poumons. Ne pensez pas qu'un produit chimique est inoffensif parce que vous l'utilisez depuis des années sans avoir directement ressenti des effets négatifs, car vous pourriez avoir développé une allergie à cause de celui-ci sans que vous ayez pu vous en rendre compte. Prenez un maximum de précautions pour respirer le moins possible de substances chimiques. Ci-dessous sont listés les principaux produits chimiques qui peuvent déclencher une crise d'asthme :
    • l'acide chlorhydrique, l'ammoniaque et le dioxyde de soufre,
    • des gants en latex,
    • du produit durcissant pour peinture,
    • des médicaments en poudre,
    • certains objets manufacturés en résine ou en plastique,
    • des produits détergents en poudre,
    • des insecticides,
    • les farines alimentaires,
    • les substances irritantes ou allergènes citées précédemment dans l'article.
  7. Évitez de consommer de la nourriture ou des boissons contenant des sulfites. Ces sels de l'acide sulfureux sont utilisés comme conservateurs alimentaires, car ils ont des propriétés antioxydantes et antibactériennes. Les sulfites peuvent provoquer des réactions violentes, parfois fatales, chez certaines personnes qui ne les tolèrent pas et qui doivent tout faire pour ne pas en absorber. Voici une courte liste (loin d'être exhaustive) d'aliments auxquels des sulfites peuvent être ajoutés (pour des raisons de conservation) :
    • de nombreux fruits et légumes secs,
    • les vins et les bières,
    • les crevettes (y compris celles qui sont fraiches),
    • le jus de citron jaune ou vert en bouteille,
    • de nombreux produits transformés ou marinés, et en particulier ceux à base de pomme de terre.

Demander l'aide d'un médecin

  1. Respectez certaines mesures avant de passer des tests. Pensez à informer votre médecin sur toute infection virale ou tout coup de froid que vous avez pu subir peu de temps avant la visite. Avant de vous rendre chez votre médecin qui va vous examiner afin d'établir un diagnostic, faites en sorte d'éviter tout ce qui pourrait fausser un examen de vos voies respiratoires. Voici quelques exemples de choses que les médecins recommandent fortement d'éviter le jour ou la veille de la visite :
    • fumer (le jour de la visite),
    • consommer des aliments ou des boissons contenant de la caféine (le jour de la visite),
    • pratiquer des exercices physiques (le jour ou la veille de la visite),
    • s'exposer à de l'air froid (le jour ou la veille de la visite).
  2. Décrivez à votre médecin les symptômes que vous subissez. Si vous avez une idée de ce qui peut déclencher vos crises d'asthme, faites-en part à votre médecin. Précisez les circonstances et les genres d'endroits dans lesquels les attaques ont généralement lieu. Vous pouvez également donner des détails sur les moments où les crises sont les plus susceptibles de se produire. Est-ce en été, en hiver, le matin, pendant la nuit ?
    • Parlez aussi à votre médecin des antécédents d'allergies respiratoires dans votre famille.
  3. Faites mention de tous vos problèmes de santé qui peuvent influer sur vos troubles respiratoires. Certaines maladies peuvent exacerber l'asthme. Si vous subissez régulièrement un des maux listés ci-dessous, faites le savoir à votre médecin. L'asthme peut être accentué par les dérangements ou les problèmes de santé suivants :
    • le nez qui coule souvent
    • une infection des sinus
    • des reflux gastriques
    • le stress
    • l'apnée du sommeil
  4. Testez votre souffle à travers un spiromètre. Cet instrument permet de mesurer les flux d'air alors que vous inspirez et expirez. En général, le docteur vous demande d'inspirer profondément et d'expirer lentement ou rapidement de l'air à travers l'appareil. Le test doit être réalisé au moins trois fois pour fournir des résultats fiables.
    • Si vous avez subi peu de temps avant la visite une attaque cardiaque, un accident vasculaire cérébral, des douleurs thoraciques, un pneumothorax (perforation d'un poumon), un acte de chirurgie oculaire ou abdominale ou bien de l'hémoptysie (crachements de sang), informez-en votre médecin, car des expirations fortes pourraient irriter vos voies respiratoires.
    • Demandez au docteur de vous expliquer les résultats des tests. Ils sont interprétés différemment selon le poids et la taille de la personne examinée, et c'est pourquoi vous devez fournir des données exactes.
  5. Faites-vous à nouveau examiner après avoir pris votre médicament. Si vous avez de l'asthme, votre médecin devrait vous avoir fourni un bronchodilatateur qui permet de vaporiser dans la bouche un produit qui dilate les voies respiratoires. Si après avoir utilisé l'appareil vos capacités respiratoires s'améliorent nettement, le diagnostic de votre médecin (asthme) est très probablement le bon.
    • Votre docteur peut décider de vous prescrire un médicament dont vous allez tester les effets sur vos voies respiratoires, avant de vous en proposer éventuellement d'autres.
  6. Faites mesurer le taux d'oxyde nitrique que vous expirez. Pour cela, vous devez souffler dans le tuyau d'un appareil capable de détecter très précisément la teneur en monoxyde d'azote (oxyde nitrique) de l'air que vous expirez. Ces gaz sont souvent produits par les parois des voies aériennes qui subissent une inflammation.
  7. Comprenez les autres examens auxquels vous pourriez être soumis. Si les symptômes et les résultats des tests standards ne mettent pas en évidence un problème d'asthme, le médecin peut vous demander de subir d'autres examens. Ci-dessous sont listés les tests supplémentaires qui sont utilisés pour identifier un problème des voies respiratoires.
    • La bronchoprovocation permet de tester l'état des voies respiratoires après avoir imposé au patient un coup de froid, des exercices intenses ou bien une poudre ou un spray susceptible d'irriter ses voies aériennes. Une fois le test terminé, le médecin applique des mesures qui soulagent le patient des effets désagréables provoqués par le test.
    • La photographie des poumons aux rayons X peut permettre d'observer les voies aériennes.
    • Un test de tomodensitométrie (scanographie ou tomographie axiale calculée par ordinateur) permet de numériser et de reconstruire des images 2D et 3D des structures anatomiques des poumons.
    • Certains symptômes similaires à ceux de l'asthme peuvent être provoqués par une allergie de la peau, et c'est pourquoi des tests de détection des réactions excessives de la peau à des agents extérieurs (allergènes) peuvent être réalisés chez des patients qui souffrent de problèmes respiratoires.
    • Une électrocardiographie peut permettre de détecter un dysfonctionnement cardiaque qui génère des symptômes très similaires à ceux qui accompagnent un problème d'asthme.
    • Des tests sanguins peuvent permettre de détecter le taux d'immunoglobuline E qui est un type d'anticorps produit pendant certaines réactions allergiques.

Conseils

  • L'utilisation d'un débitmètre de pointe permet de tester les capacités pulmonaires d'un patient. Cet appareil n'est pas aussi précis qu'un spiromètre, mais il permet au patient de surveiller avec suffisamment de précision l'état de ses voies respiratoires, au jour le jour et au cours des crises d'asthme.
  • En général, il faut plus d'un rendez-vous chez un médecin pour que celui-ci soit capable d'établir un diagnostic d'asthme. Comme les symptômes de l'asthme n'apparaissent pas forcément au cours d'un examen médical, plusieurs rendez-vous peuvent être nécessaires pour que le médecin puisse constater et mesurer des dysfonctionnements respiratoires.
  • Une personne qui souffre d'asthme peut vivre tout à fait normalement si son problème respiratoire est bien traité. Elle peut alors pratiquer des activités de plein air et des sports comme toutes les autres personnes.

Avertissements

  • L'asthme est un problème qui doit être pris très au sérieux, car il peut considérablement diminuer les capacités respiratoires et peut même parfois être fatal au cours d'une crise sévère.
  • Si vous avez parfois des difficultés à respirer, consultez un médecin. Même si vous ne souffrez pas d'asthme, le docteur saura probablement découvrir d'où provient votre problème et vous proposer une solution pour apaiser vos maux.
Cet article contient des informations médicales ou des conseils pouvant affecter votre santé. Avant de mettre en pratique les conseils de ce wikiHow, parlez-en de préférence à votre médecin ou à un spécialiste. Si les symptômes persistent plus de quelques jours, allez voir un professionnel de la santé. Lui seul est apte à vous fournir un avis médical, quelle que soit votre condition. S'il s'agit d'un jeune enfant, consultez un pédiatre sans attendre.Le numéro des urgences médicales européen est le : 112Vous retrouverez les autres numéros des urgences médicales pour de nombreux pays en cliquant ici.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.