Comment travailler avec des personnes difficiles

Vous trouverez probablement tout le long de votre carrière professionnelle des personnes avec lesquelles il est difficile de travailler. Le fait de comprendre des types de personnalités difficiles va vous aider à travailler plus efficacement avec elles, que ce soit à cause de l’ego d’un collègue qui se met en travers du chemin, de plaintes et de la propagation de ragots ou simplement parce que l’un d’eux ne veut pas faire sa part du travail.

Travailler avec des collègues hostiles

  1. Sachez ce qu’est l’hostilité. Un collègue est généralement considéré comme agissant de façon hostile quand il ou elle procède à une forme de harcèlement (verbal ou sexuel), quand il se moque des autres et/ou fait des brimades, et ce de façon récurrente. L’hostilité peut être intimidante ou démoralisante et peut ne pas faciliter la tâche des autres pour se sentir dans un environnement de travail sécurisé.
  2. Sachez pourquoi une personne agit avec hostilité. Il s’agit souvent d’un mécanisme de défense, employé par une personne qui se sent peu sûre d’elle ou jalouse, ou par quelqu’un qui rejette les autres parce qu’il se sent insulté. Dans d’autres cas, une personne peut être hostile parce qu’elle a pu être maltraitée ou négligée dans sa propre vie. Indépendamment des motivations de vos collègues, vous devriez comprendre qu’en profondeur, ce problème n’a rien à voir avec vous.
  3. Essayez d’aborder votre collègue hostile. Une communication efficace peut souvent régler une situation si elle est gérée assez tôt. Parlez calmement et dites à votre collègue quels sont les agissements précis ou les comportements qui posent un problème et pourquoi. Ne soyez pas hostile à votre tour. Tâchez plutôt de faire comprendre au collègue sur un ton calme et clair comment vous voudriez qu’il vous traite.
    • Parlez en privé à votre collègue hostile. Les personnes hostiles peuvent se sentir menacées si on les affronte devant un groupe de collaborateurs.
    • N’abordez pas ni ne cherchez à parler à un collègue au sujet de son comportement si vous vous sentez menacé. Dans ces cas, il est sans doute préférable d’en parler avec un responsable ou un supérieur. Ce dernier devrait être en mesure de calmer la situation et pourrait même envoyer votre collègue en stage, pour suivre un programme de gestion de la colère qui peut l’aider à travailler sur ses problèmes, par exemple.

Travailler avec des collègues qui se plaignent de façon chronique

  1. Comprenez ce qu’est un besoin chronique de se plaindre. Tout le monde a besoin de s’exprimer de temps à autre au sujet de situations tendues ou pénibles, mais certaines personnes semblent ne s’épanouir qu’en se plaignant. Les psychologues nomment ce type de comportement du geignement, lequel se différencie de la plainte en raison de la nature du grief et la motivation pour exprimer cette récrimination. En d’autres mots, il existe une différence entre exprimer un souci ou une frustration au sujet de problèmes réels et le fait de se lamenter en se sentant dans son bon droit.
  2. Sachez pourquoi des personnes se comportent de cette façon. Tandis que les plaintes classiques au sujet de problèmes courants comme les embouteillages ou la météo sont normales et peuvent aider les gens à créer des liens sociaux, le fait de se plaindre de façon chronique sur n’importe quel aspect de la vie peut être épuisant et démoralisant à écouter. Une personne se lance souvent dans la plainte chronique car elle se sent impuissante sur le lieu de travail et dans sa vie. Ce sentiment d’impuissance peut, avec le temps, devenir un état d’esprit à part entière.
  3. Essayez d’écouter. Il est possible que cette personne ait simplement besoin de parler à quelqu’un au sujet de problèmes sous-jacents dans sa vie. À moins que ce collègue ne se sente seul et isolé au travail et cherche à entrer en contact avec vous via des frustrations qu’il imagine avoir en commun avec vous.
  4. Créez un dialogue. Demandez à votre collègue ce qu’il pense au sujet de ce qui va se passer. Encouragez votre collègue à parler calmement du souci qu’il vous soumet avec un supérieur, s’il a un problème avec quelqu’un d’autre au travail.
    • Ne soyez pas d’accord avec les plaintes de votre collègue et ne vous excusez pas. Ces réactions ne feront qu’encourager le collègue à continuer à se plaindre régulièrement.

Travailler avec des collègues médisants

  1. Sachez ce qu’est la médisance. Tout comme les plaintes, les ragots comportent une certaine valeur sociale. Tout le long de l’histoire, les humains se sont basés sur les ragots pour des raisons de sécurité, et s’en sont servis en tant que moyen pour savoir qui est fiable et qui ne l’est pas. Mais le fait de médire de façon chronique au sujet des autres peut être déroutant et peut porter atteinte à la réputation des gens sur le lieu de travail.
    • Des ragots sur des collègues peuvent blesser des sentiments, diminuer la moralité sur le lieu de travail et peuvent même conduire à des poursuites judiciaires pour diffamation ou atteinte à la vie privée.
  2. Évitez de partager des informations personnelles avec une personne qui propage des rumeurs. Le fait de révéler n’importe quoi sur vous-même peut donner à un collègue médisant de quoi alimenter de nouvelles rumeurs, si l’un d’eux est connu pour médire des autres et répandre des rumeurs.
  3. Dissipez le ragot d’une façon désinvolte ou humoristique. Essayez d’employer l’humour pour désamorcer la situation, si vous savez qu’un collègue propage des ragots sur votre compte, voire même s’il ment à votre sujet.
    • N’affrontez pas votre collègue avec de la colère. Cela peut conduire à une aggravation de la situation ou à des représailles.
    • Corrigez le problème dont le collègue vous a parlé, mais tenez-vous aux faits.
    • Essayez de dire, par exemple, que vous vous faites du souci en ce qui concerne ce que d’autres peuvent penser de vous, mais que c’est parfaitement faux, ou bien que vous avez entendu tel propos que vous auriez tenu, mais que ce n’était pas vous.
  4. Ne vous impliquez pas. Il est préférable de rester à l’écart, si d’autres personnes médisent d’un collègue. Essayez aussi de ne pas vous en préoccuper si on dit du mal de vous. Il est probable qu’on finira par se lasser et que l’on passera rapidement à un autre sujet.

Travailler avec un tire-au-flanc

  1. Sachez pourquoi votre collègue peut esquiver ses responsabilités. Ne vous énervez pas ni ne soyez rancunier. Il est possible que votre collègue ait tout simplement d’autres problèmes chez lui, lesquels affectent ses performances au travail. Votre collègue vit peut-être une situation tendue dans sa vie privée au sujet de laquelle il ou elle ne veut pas se confier.
  2. Parlez-en avec votre collègue. Ne soyez pas accusateur ni odieux. Servez-vous de preuves factuelles et non pas de suppositions et entretenez-vous calmement et clairement avec ce collègue pour lui dire que son comportement perturbe les autres au travail.
  3. Agissez comme un chef. Ne cherchez pas à créer des ennuis à votre collègue, car cela pourrait causer de l’hostilité ou des représailles. Prenez plutôt ce collègue à l’écart et tâchez de l’aider ou de trouver une stratégie plus efficace pour gérer le travail qui doit être fait.

Travailler avec des clients exigeants

  1. Comprenez les attentes de votre client. Il se peut qu’il y ait eu un malentendu et l’un de vous peut ne pas avoir compris les besoins de l’autre. Cela peut se gérer dans le calme et avec une communication directe.
    • Essayez de comprendre votre client à un niveau individuel.
    • Demandez à votre client quelles sont ses attentes pour aller plus loin.
    • Continuez en demandant ce que vous pouvez changer.
    • Posez, si nécessaire, des limites raisonnables à ce qui peut être toléré ou non. Là encore, gardez votre calme et votre professionnalisme, mais exprimez vos préoccupations.
  2. Ne faites pas de promesses que vous ne pouvez pas tenir. Le meilleur moyen de gérer les attentes de votre client est de tenir les promesses que vous avez faites. Vous ne pouvez pas le faire si vous n’atteignez pas vos objectifs.
  3. Prenez bien note de ce qui se dit au cours des entrevues et gardez tous les emails et la correspondance. Ce faisant, vous pouvez rappeler calmement à votre client des propos tenus dans le passé si un problème se présente.
    • Gardez des traces de dates, de détails et de ce qui a été dit et par qui.
  4. Ne perdez pas patience. N’oubliez pas que la gestion des attentes de votre client fait partie de votre emploi. Agissez en professionnel et tenez compte de la critique.

Conseils

  • Soyez respectueux. Traitez vos collègues avec respect et faites-leur comprendre que vous appréciez le mal qu’ils se donnent au travail.
  • Appréciez votre travail. Tâchez de ne pas laisser les problèmes des autres gâcher votre ambiance de travail.
  • Donnez un coup de main. Offrez votre aide chaque fois que c’est possible, mais ne prenez pas en charge le travail des autres sans raison valable. Dans l’idéal, vous devriez avoir l’impression de faire partie d’une équipe.
  • Travaillez dur. Ne fuyez pas vos responsabilités à cause des mauvaises habitudes prises par d’autres ou des comportements déplacés.

Avertissements

  • N’encouragez aucune forme de mauvais comportement au travail. Le fait de participer, voire d’agréer passivement à un mauvais comportement ne fera qu’encourager cette attitude à continuer et à empirer.
  • N’affrontez pas un collègue colérique. Faites part à un responsable ou à un supérieur de vos préoccupations et espérez que le conflit sera résolu de façon professionnelle.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.