Comment réussir rapidement un test de dépistage de drogues

Si vous devez passer un test de dépistage de drogues, la première chose que vous devez savoir, c'est que la technologie utilisée pour ces tests a tellement avancé que les astuces classiques pour les fausser, comme mettre du sel dans un échantillon d'urine ou utiliser de la fausse urine, sont facilement détectables. Vous feriez mieux de préparer votre corps longtemps à l'avance et autant que possible en cessant votre consommation de drogue dès que vous apprenez que vous devrez passer ce test. Lorsque vous n'avez pas suffisamment de temps pour effacer les traces de drogue de votre organisme, il existe des techniques de dernier recours que vous pouvez essayer pour contrecarrer le système. Et si rien ne marche, connaître vos droits peut vous aider à vous sortir du pétrin.

Vous préparer à faire le test

  1. Donnez-vous le plus de temps possible. Chaque jour qui vous éloigne de celui où vous avez consommé de la drogue augmente vos chances de réussir le test. Si vous avez très peu de temps pour vous préparer, utilisez-le sagement et arrêtez de consommer des drogues jusqu'à ce que vous soyez net. Peu importe le type de drogue que vous avez consommé, vous devez arrêter bien avant le test plutôt que compter sur des méthodes inefficaces censées le fausser.
    • Si le test est demandé par votre employeur, dans la plupart des cas, on devrait vous prévenir assez longtemps à l'avance. Vous ne devriez pas en connaître la date exacte, mais vous devriez au moins connaître la semaine. Portez attention à la politique de votre entreprise afin de vous préparer au test au lieu de vous faire prendre de vitesse.
    • Si on vous teste parce que vous êtes en probation, vos tests devraient être programmés à l'avance. Ne vous laissez pas avoir par le temps : préparez votre organisme à l'avance.
    • Bien sûr, ce n'est pas toujours possible. Si on vous arrête pour excès de vitesse et que les policiers vous suspectent d'être sous l'emprise de drogues, vous devrez probablement faire un test sur place. Même s'il est difficile de réussir un test impromptu, il y a tout de même certaines choses que vous pouvez faire pour améliorer vos chances.
  2. Trouvez le type de test que vous passerez. Il existe quatre types de dépistage de drogue : le test urinaire, le test sanguin, le test salivaire et le test capillaire. Le panel standard recherche des amphétamines (le speed, la meth, le crack et l'ecstasy), le cannabis (la marijuana, le haschisch), la cocaïne (la coke, le crack), les opiacées (l'héroïne, la morphine, l'opium et la codéine) et la phencyclidine (la PCP). Les avancées technologiques rendent difficile de truquer les tests, mais connaître la différence entre chaque test peut être utile selon votre situation. Voici leurs descriptions.
    • Le test urinaire est le type de test le plus couramment administré par les employeurs. C'est le plus facile à falsifier vu que vous disposez d'un peu d'intimité pendant que vous êtes supposé fournir un échantillon d'urine (si on part du principe qu'on ne vous regarde pas).
    • Le test sanguin peut vous être prescrit si on vous arrête pour un excès de vitesse et qu'on vous soupçonne d'être sous l'emprise de la drogue. Ce type de test est très difficile à réussir si vous en avez récemment consommé, car il détermine efficacement la quantité exacte qui se trouve dans votre système. Mais si plusieurs jours se sont écoulés, le test a plus de chances d'être négatif que le test urinaire.
    • Le test salivaire est parfois proposé à la place d'un test urinaire ou d'un test sanguin vu qu'il est moins invasif. Il est un peu moins sensible que le test sanguin.
    • Le test capillaire est extrêmement difficile à fausser. Ce sont jusqu'à 120 cheveux qui sont évalués dans un laboratoire pour déterminer s'ils contiennent des traces de drogue. Vu qu'il faut jusqu'à deux semaines pour qu'une section capillaire soit assez longue pour être analysée, un test capillaire ne peut dire si vous avez consommé de la drogue il y a deux semaines. Cependant, des traces peuvent rester dans vos cheveux jusqu'à 90 jours, alors, c'est une façon efficace de dire si vous êtes un consommateur régulier.
  3. Essayez d'estimer la quantité de drogue qui est dans votre organisme. La méthode que vous choisirez pour réussir un dépistage dépend en partie de cela. Par exemple, si vous êtes un consommateur occasionnel de marijuana, cette drogue ne devrait plus être détectable après quelques jours. Cependant, une grosse consommation de marijuana, de cocaïne et de certains barbituriques est détectable même après 15-30 jours.
    • Si vous êtes un gros consommateur ou un consommateur « chronique » de marijuana, le test que vous passerez sera sans aucun doute positif. Cependant, si vous n'en avez consommé que quelques fois, vous avez de bonnes chances de nettoyer votre organisme et d'obtenir un test négatif.
    • N'oubliez pas que si on vous fait passer un test capillaire, quoique vous ayez consommé lors des 90 derniers jours (à l'exception des deux dernières semaines) sera trouvé.
  4. Sachez quel test choisir si vous en avez le choix. Vous ne pourrez pas toujours choisir le test de dépistage, mais parfois, vous pourrez décider de si vous voulez passer un test urinaire, sanguin, salivaire ou capillaire. Au lieu d'essayer de fausser votre test, vous devriez choisir celui qui a le plus de chances d'être négatif. Bien sûr, il n'y a aucune garantie, mais cela vaut la peine d'essayer.
    • Si vous n'avez consommé de la drogue que quelques fois, et que la dernière fois date d'au moins une semaine, choisir un test sanguin ou salivaire vous donnera de meilleures chances vu que la plupart des drogues quittent votre système sanguin au bout de quelques heures ou de quelques jours.
    • Si vous êtes sous l'emprise de drogue au moment où vous passez le test, vous devez choisir le test urinaire, car il est moins sensible que le sanguin concernant les niveaux exacts de drogue présents dans votre organisme. Les tests urinaires ne mesurent pas les niveaux de THC, alors si votre problème vient de la marijuana, même si vous ne réussissez pas le test, il n'y aura aucune preuve de votre emprise au moment du test.
    • Si vous avez essayé une drogue pour la première fois dans la semaine, et qu'on vous laisse le choix de passer un test capillaire, faites-le. Tout ce que vous avez fait lors des dernières semaines ne sera pas décelé, mais les drogues que vous avez consommées jusqu'à 90 jours en arrière le seront.
    • Si vous êtes un gros consommateur, évitez le test capillaire puisqu'il est très difficile à contester.

Réussir un test urinaire

  1. N'essayez pas de masquer ou de diluer votre échantillon. Les analyseurs d'urine ont déjà tout vu et sauront retrouver des traces de masquants chimiques disponibles dans le commerce. La plupart des substances domestiques, comme l'eau de Javel, le sel ou le vinaigre changeront radicalement le pH de votre urine et il sera évident que vous aurez falsifié votre échantillon. Le diluer en y ajoutant de l'eau les alertera également vu que la couleur et/ou la température seront modifiées. Un échantillon clair sera probablement rejeté tout comme un échantillon tiède.
    • Ignorez la rumeur qui dit que boire de l'eau de Javel purifiera votre urine. Faire cela peut corroder votre bouche, votre gorge et votre estomac et potentiellement vous tuer. Le pire, c'est que cela ne masquera même pas votre échantillon.
    • Ne vous faites pas avoir par les fausses publicités à propos de produits qui, ajoutés à votre urine, la révèleront négative. Ils ne fonctionnent pas.
  2. Buvez beaucoup d'eau dès le matin du dépistage. En augmentant votre apport en liquide, vous pourrez (plus ou moins) diluer votre échantillon. Cela ne fonctionnera pas très bien si vous êtes un gros consommateur, mais pourrait faire l'affaire si vous n'avez consommé qu'une ou deux fois.
    • Il n'y a pas de boisson ou d'ingrédient spécial qui vous aidera mieux à « purger » votre organisme ou à vous purifier que l'eau. Il n'y a aucune preuve que des substances comme l'hydraste du Canada, le vinaigre, la niacine ou la vitamine C ont un effet sur les niveaux de drogue.
    • Prenez des gélules de vitamine B la veille de votre dépistage pour que votre urine soit jaune. Si elle est trop claire, les évaluateurs seront suspicieux.
  3. Urinez le plus possible avant le test. Cela vous aidera à pomper les métabolites de drogue de votre organisme. Buvez beaucoup d'eau le matin du test et forcez-vous à beaucoup uriner avant de le faire.
    • Boostez votre dépense de fluides avec un diurétique. Il stimulera la miction et aidera à purger votre organisme. Le café, le thé et le jus de canneberge sont des diurétiques. Des diurétiques plus puissants, comme le furosémide, ne sont disponibles que sur ordonnance.
    • Les métabolites des drogues s'accumulent dans votre corps lorsque vous dormez, alors, la première urine du matin est plus concentrée. Assurez-vous d'uriner avant de produire un échantillon et buvez beaucoup d'eau afin que votre urine soit plus diluée.
    • Si on ne vous surveille pas, assurez-vous de faire pipi dans les toilettes, puis dans le flacon. Votre première urine contiendra plus de métabolites.
  4. Pensez à remplacer votre urine par de l'urine synthétique ou saine. C'est bien plus délicat qu'on le pense, alors, n'envisagez de faire cela qu'en dernier recours. On peut vous pénaliser si on vous attrape. Vous pouvez soit acheter de la fausse urine, soit trouver un donneur sain. L'astuce réside dans le fait de stocker l'urine à la bonne température pour l'analyse d'urine (entre 32 et 36°C) et de l'introduire clandestinement sur le lieu de dépistage. Vous pouvez acheter des kits contenant de la fausse urine et l'équipement nécessaire pour la garder à la bonne température en ligne ou dans certains bureaux de tabac.
    • L'urine synthétique réussit la plupart des tests, mais certains pays ont commencé à rechercher de l'acide urique. Assurez-vous que votre échantillon en contient.
    • Elle doit également avoir une odeur. L'urine sans odeur est suspecte pour les évaluateurs.
    • Il est essentiel de garder l'échantillon à la bonne température. S'il est trop froid ou trop chaud, c'est le signe qu'il a été falsifié.
    • Utiliser un donneur est plus délicat qu'utiliser de la fausse urine, car vous ne savez pas ce qui ressortira de son urine. Vous pouvez la tester vous-même en utilisant des bandes de tests disponibles dans certains bureaux de tabac ou dans des drugstores. Utilisez un échantillon dans les 48 heures. Après, il va s'assombrir et son pH commencera à changer.

Réussir un test sanguin, salivaire ou capillaire

  1. Essayez de retarder un test sanguin ou un test salivaire. S'il existe une façon de retarder ces tests, vous aurez plus de chances de les réussir. La plupart des drogues ne sont plus traçables dans le sang ou la salive au bout de quelques heures, même s'il en reste un peu dans votre système sanguin pendant au moins 3 jours. Peu importe le type de drogue que vous avez pris, vous aurez de meilleures chances si vous pouvez tout retarder d'un jour ou plus.
    • Si vous ne pouvez pas retarder un test salivaire, vous pouvez augmenter vos chances de le réussir. Si vous passez vous-même le coton-tige à l'intérieur de votre joue, frottez-le plutôt contre vos dents. Ensuite, au lieu de le passer entre votre joue et vos gencives pendant deux minutes comme conseillé, mordez-le entre vos molaires. Ça ne marchera peut-être pas, mais ça vaut la peine d'essayer.
    • Lors d'un test sanguin, il est vraiment impossible de manipuler un échantillon, car ce n'est pas vous qui vous testez. Le sang est recueilli et est immédiatement emporté pour être testé.
  2. Rasez-vous le crâne et le corps avant un test capillaire. Comme vos cheveux seront coupés sur place, vous ne pourrez rien faire pour falsifier votre test capillaire. Cependant, s'il n'y a pas de cheveux à couper, vous pourrez demander un autre type de test qui sera plus facile à réussir. Si la personne qui procède au test ne vous a jamais vu et que vous n'avez pas encore dit oui pour fournir un échantillon capillaire, rasez-vous le crâne et le reste de votre corps (surtout les zones avec de longs poils) et informez-la que vous n'avez pas de cheveu ni de poil à soumettre. Ensuite, demandez un test différent.
    • Assurez-vous de préparer une bonne histoire pour expliquer pourquoi vous vous êtes rasé le crâne. Vous pourriez dire que vous vous dégarnissez ou que vous expérimentez un nouveau style. Évitez d'inventer une maladie grave (comme le cancer) pour expliquer votre absence de cheveux : cela entraînera beaucoup de complications à long terme.
    • Comme l'échantillon capillaire ne doit mesurer qu'au moins 2,5 cm, préparez-vous à ce qu'on vous demande un échantillon provenant de vos jambes, de vos aisselles, etc. Ce sera le bon moment pour vous épiler entièrement et dire que vous êtes nageur.
  3. Trouvez une façon d'y échapper. Comme les tests sanguin, salivaire et capillaire sont si difficiles à fausser, vous devriez peut-être vous débarrasser du problème et voir si vous pouvez y échapper. Voici quelques façons d'y arriver :
    • demandez un test urinaire. Si vous pensez que vous pourriez réussir un test urinaire, car votre urine est diluée ou que vous ne voulez pas d'un test sanguin parce qu'il montrera que vous êtes complètement shooté, voyez si vous pouvez plutôt faire un test urinaire. Dites que vous le considérez comme moins invasif que les autres méthodes.
    • invoquez vos droits. Dans certains cas, la personne qui vous fait passer le test n'a peut-être pas le droit de le faire. Prenez connaissance des lois concernant les drogues dans votre pays et consultez la politique de votre employeur vis-à-vis des dépistages de drogues. Voyez s'il y a une faille qui peut vous éviter de passer le test ou de le faire plus tard.

Connaître vos droits

  1. Consultez les lois qui régissent le dépistage de drogue dans votre pays. Chaque pays a une politique différente concernant les dépistages de drogue. Il existe des lois qui disent comment on peut tester un candidat et un employé. Dans la plupart des cas, l'employeur peut légalement administrer un dépistage de drogues, mais il ne fait que le prescrire et le dépistage est réalisé par un laboratoire d'analyses. Voici quelques conditions :
    • tous les employés ou candidats doivent être testés de la même façon
    • si une personne se porte candidate à un emploi, le fait qu'un dépistage de drogues fait partie du processus doit être clair dès le départ
    • dans de nombreux cas, un employeur n'a pas le droit de procéder à des dépistages aléatoires ou complets
    • dans de nombreux cas, un employeur peut demander qu'on dépiste un employé s'il pense raisonnablement que cet employé prend des drogues (un comportement changeant, un travail non-satisfaisant, etc.)
  2. Demandez un deuxième test si vous en avez l'occasion. Les dépistages de drogue ne sont pas toujours fiables à 100 %. Les tests urinaires sont les moins précis, mais ils sont tous faillibles. Utilisez cela à votre avantage si vous ratez le test. Une fois que vous l'aurez raté, en demander un autre ne peut pas vous faire de mal. Dites que vous êtes en désaccord avec les résultats et que voulez en repasser un.
  3. Pensez à contester le test si vous échouez. Si un employeur qui a respecté toutes les lois concernant le dépistage de drogues a le droit de vous licencier si vous ratez le test ou refusez d'en passer un, vous pouvez tout de même le contester s'il n'a pas été correctement administré. Consultez la politique de votre entreprise et les lois de votre pays pour vous assurer qu'elles correspondent. Si ce n'est pas le cas, vous pourriez rejeter le test et avoir l'occasion de le passer à nouveau.
    • Vérifiez l'administration du laboratoire pour vous assurer qu'il est conventionné.
    • Voyez si votre employeur vous a correctement notifié le dépistage à l'avance.
    • Déterminez si vous avez ressenti cette expérience comme une invasion de votre vie privée, si on vous a demandé d'uriner en la présence de quelqu'un, par exemple.

Conseils

  • Un test urinaire n'est pas précis à 100 %. Aucun test n'est infaillible.
  • Vous pouvez toujours demander qu'on vous teste à nouveau : cela vous donnera plus de temps. Après tout, l'abstinence et le temps sont les seules façons de réellement réussir un dépistage.
  • Ne consommez pas de drogues. Elles présentent beaucoup d'effets secondaires et sont illégales dans certains pays.

Avertissements

  • Remplacer de l'urine est de la fraude et peut comporter de graves risques légaux, surtout si l'analyse d'urine est commandée par le gouvernement. Si le dépistage est réalisé dans le cadre d'un entretien d'embauche, essayez soit de purger votre organisme avec de l'eau et de tenter votre chance, soit de trouver un autre emploi qui ne nécessite pas de dépistage.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.