Comment lire la musique

La notation musicale est présente sur notre planète depuis le XVIe siècle av. J.-C. sur une tablette babylonienne. Elle apparait ensuite en Grèce au VIe siècle av. J.-C. dans un ordre alphabétique et désigne la succession des notes en fonction de leur hauteur. Si vous aimez jouer d'un instrument ou apprendre à jouer d'un instrument de musique, savoir lire les notes sera un atout précieux, car vous aurez la possibilité d'apprendre beaucoup plus rapidement, de jouer des morceaux qui vous plaisent en lisant la partition et de jouer avec d'autres musiciens sans connaitre les morceaux, car vous pourrez les lire comme on lit n'importe quel livre. Dans cet article, nous allons vous enseigner comment lire la musique.

Apprendre les bases

  1. Familiarisez-vous avec la portée. Pour commencer, vous devez apprendre les bases que tous les musiciens devraient connaitre (et connaissent généralement), car elles facilitent la communication et la compréhension. Les notes de musique s'écrivent sur ce qui est nommé une portée (qui porte). La portée est composée de 5 lignes horizontales parallèles et c'est sur cette portée que les notes de musique sont placées.
    • Les notes de musiques peuvent être placées sur les lignes de la portée ou sur les interlignes (entre les lignes), mais il y a des notes au-dessus et au-dessous, nous verrons cela plus loin. Les lignes et les interlignes de la portée sont numérotés depuis le bas vers le haut. La ligne la plus basse est la ligne 1 et la plus haute est la 5 (vous avez deviné quelles sont les autres...) Il en va de même pour les interlignes, mais il y en a 4 alors qu'il y a 5 lignes.
  2. Apprenez ce qu'est la clé de sol. Le premier signe musical placé sur la portée (complètement à gauche) est la clé. Il existe 7 clés (une clé de sol, 2 clés de fa et 4 clés d'ut) et la plus répandue est la clé de sol. Si vous jouez du piano, vous devrez apprendre à lire 2 clés : la clé de sol et la clé de fa (4e). Comme certains instruments produisent des notes très élevées ou très basses, il n'est pas possible de les écrire toutes sur une seule portée. Les clés servent à identifier de manière parfaite la hauteur des notes que vous devez reproduire ou bien nous aurions besoin d'une portée de 30 lignes et non pas de 5 et il serait alors très compliqué de la lire.
    • À l'origine, les notes de musique étaient des lettres (comme c'est toujours les cas dans les pays anglo-saxons) : A, B, C, D, E, F, G, H. La clé de sol est la clé de G et elle représentait à l'origine la lettre G. Les notes furent par la suite changées en ut, ré, mi, fa, sol, la , si par Guido d'Arezzo en 1028 qui s'inspira d'un hymne des vêpres . La clé de sol se dessine à partir de la 2e ligne (la 2e en partant du bas) de la portée et bien qu'elle représentait au début un G majuscule (le sol était un G) elle est de nos jours différente.
    • Lorsque vous lisez en clé de sol, sur la première ligne de la portée (celle du bas), se trouve le mi et sur les autres lignes, viennent (en montant), sol, si, ré et fa.
    • Les interlignes sont quant à elles occupés par le fa (entre la 1re et la 2e ligne), la, do et mi.
    • Commencez par faire des exercices de lecture sur une portée en utilisant uniquement 3 notes (mi, sol, si) puis ajoutez le ré et ensuite entrainez-vous à lire les 5 notes placées sur les lignes, mais dans le désordre bien sûr. Familiarisez-vous ensuite avec les notes placées sur les interlignes de la même manière (en lisant les 4 notes fa, la, do, mi dans le désordre). Il existe des méthodes très simples que vous pouvez vous procurer dans des magasins de partitions .
  3. Apprenez ce qu'est la clé de fa. En écriture anglo-saxonne, le fa est un F. À l'origine, la clé de fa représentait un F majuscule. Pour la plupart des instruments, il est nécessaire de lire une seule clé, les partitions de piano sont par contre écrites sur 2 portées. La portée supérieure se lit en clé de sol et la portée inférieure se lit en clé de fa. Certains instruments se lisent uniquement en clé de fa, c'est le cas de la basse ou du trombone.
    • La clé de fa ressemble un peu à un C inversé ou à un 9 incomplet. 2 points sont placés à côté de la clé, un sur le 3e interligne et l'autre sur le 4e interligne, elles sont en dessous et au-dessus de la 4e ligne sur laquelle se trouve un fa en clé de fa. En clé de fa, les notes placées sur la portée ne sont pas les mêmes qu'avec la clé de sol.
    • Les notes qui se trouvent sur les lignes en clé de fa sont le sol (1re ligne, celle du bas) si (2e ligne) ré (3e ligne) fa (4e ligne) et la (5e ligne, celle du haut).
    • Les notes placées sur les interlignes sont un la (1er interligne, le plus bas), do (2e interligne), mi (3e interligne) et sol (4e interligne).
  4. Familiarisez-vous avec les différents types de notes. Les notes ne se dessinent pas toutes de la même façon. Certaines sont simplement un cercle « vide », d'autres ont une hampe (une barre) et d'autres un « crochet » au bout de la hampe (indicateur de durée).
    • La tête. La tête de la note indique quelle est la note que le musicien doit jouer sur son instrument. La tête est représentée par un cercle ovalisé qui peut être vide (blanc) ou plein (rempli de noir).
    • La hampe. La hampe d'une note est une barre verticale qui part de la tête et peut être dirigée vers le bas ou vers le haut (en fonction de l'endroit où est placée la tête sur la portée). Lorsqu'une tête de note est située vers le haut de la portée (au-dessus de la 3e ligne ou ligne centrale) la hampe est généralement dirigée vers le bas et elle est placée à gauche de la tête. Quand une tête est positionnée sous la 3e ligne, la hampe est normalement orientée vers le haut et elle est dessinée à droite de la tête.
    • Même si la hampe doit habituellement être orientée vers le haut ou le bas en fonction de la position de la tête par rapport à la 3e ligne, il y a des exceptions, c'est par exemple le cas quand plusieurs notes sont reliées, comme 2 ou 4 croches ou doubles croches.
    • L'indicateur de durée. L'indicateur de durée est une sorte de crochet qui est dessiné à partir de l'extrémité de la hampe opposée à la tête. Que la hampe soit placée à gauche ou à droite de la tête, l'indicateur de durée sera toujours dessiné vers la droite de la note (♪).
    • Quand vous écoutez des morceaux de musique, vous pouvez entendre que certaines sonorités sont longues, d'autres moins et que certaines notes sont très courtes et enchainées de manière très rapide. La façon dont sont dessinées les notes permet au musicien de savoir exactement quelle note il doit jouer sur son instrument et à quelle vitesse en fonction du tempo.

Apprendre les mesures et les temps

  1. Familiarisez-vous avec les barres de mesure. Lorsque vous observez une partition de musique, vous pouvez voir qu'il y a des barres verticales coupant la portée tout au long de la partition. Ces barres s'appellent des « barres de mesure ». L'espace qui se trouve entre 2 barres (qui se suivent) s'appelle une mesure. L'espace entre la clé et la première barre de mesure est la 1re mesure du morceau. La suivante est la 2e mesure, la suivante est la 3e mesure, etc. Les barres de mesure permettent aux musiciens d'un groupe de se réunir à un endroit précis du morceau à n'importe quel moment (indispensable lors des répétitions).
    • Lorsque vous tapez du pied en écoutant votre morceau favori, il vous est peut-être arrivé de compter inconsciemment 1-2-3-4-1-2-3-4-1-2... En faisant cela, vous avez trouvé les barres de mesure sans le savoir. En général, il y a toujours le même nombre de temps dans chaque mesure du morceau (le plus souvent, 3 ou 4 temps). Dans un morceau à 4 temps, il y aura 4 temps dans chaque mesure tout au long du morceau (sauf indication contraire). En musique classique ou en jazz, les variations de temps dans les mesures sont fréquentes et elles sont indiquées clairement sur la partition afin que les musiciens ne puissent pas se perdre.
  2. Familiarisez-vous avec les temps. Quand vous écoutez de la musique, vous sentez les temps de manière inconsciente. Dans certains styles musicaux comme la musique électronique, le reggae ou le rock, les temps sont particulièrement mis en évidence. En musique électronique ou pour le hip-hop, les temps sont appelés le beat (battement).
    • L'indicateur de temps (nombre de temps qu'il y aura dans chaque mesure) est placé au début de la partition (cela s'appelle la signature) et il se trouve à la droite de la clé. Cet indicateur comprend 2 chiffres, par exemple 4/4. Le chiffre du haut est le numérateur et celui du bas est le dénominateur . Le numérateur (le chiffre placé en haut) vous permet de savoir combien de temps il y a dans chaque mesure et le chiffre du bas (le dénominateur) vous indique quelle est la note qui équivaut à 1 temps (la blanche, la noire, la croche...) ou a 1 beat.
    • La signature la plus employée (surtout dans la musique populaire) est la mesure à 4 temps (4/4). Avec cette signature, vous avez 4 temps (ou battements) dans chaque mesure du morceau et la note qui équivaut à 1 temps (1 battement ou beat) est la noire. Dans une mesure à 4/4, quand vous comptez 1-2-3-4... vous comptez les noires qui sont placées sur chaque temps.
    • Le numérateur indiquant le nombre de temps qu'il y a dans chaque mesure, lorsque vous voyez 3/4, vous devrez compter 1-2-3-1-2-3... durant tout le morceau, sauf si le numérateur change en cours de route. Toutes les valses sont composées en 3 temps et ont le signe 3/4 placé au début de la partition.

Apprendre le rythme

  1. Familiarisez-vous avec l'expression. Le rythme peut être considéré comme le cœur de la musique. Maintenant que vous savez que dans un morceau en 4/4 il y a 4 temps par mesure, le rythme est la manière dont vous allez jouer ces 4 temps.
    • Faites par exemple ceci : frappez sur votre table avec les doigts de votre main dominante de manière régulière tout en comptant 1-2-3-4-1-2-3-4... Essayez ensuite de faire la même chose, mais en tapant le 1er et le 3e temps (1 et 3) plus fort que le 2e et le 4e temps. Notez-vous la différence ? Essayez maintenant de faire l'inverse : tapez le 1er et le 3e temps doucement et accentuez le 2e et le 4e temps. Vous sentez la différence ?
    • Pour vous rendre compte de l'effet produit dans un morceau de musique, écoutez par exemple le morceau Don't Leave Me de Regina Spektor. Si vous écoutez ce morceau attentivement, vous allez noter que les claps et la caisse claire marquent clairement le 2e et le 4e temps alors que la basse joue beaucoup plus doucement sur le 1er et le 3e temps. Ceci est l'un des éléments qui font qu'un musicien à du groove ou du swing.
  2. Marchez. Si vous êtes assis face à votre ordinateur, imaginez que vous marchez... Chaque pas que vous effectuez représente 1 temps. Sur une partition avec une mesure en 4/4 (le type de mesure le plus couramment employé dans les pays occidentaux), chacun de vos pas est symbolisé par une noire et il y a 4 noires dans chaque mesure. Le rythme que vous êtes en train de marquer ressemble à peu près à ce qui suit.
    • Chaque pas que vous faites est représenté sur une portée par une noire. La noire est une note dessinée avec une tête pleine (complètement noircie) à laquelle est attachée une hampe, mais il n'y a pas d'indication de durée (crochet) au bout. Comptez en même temps que vous marchez : 1-2-3-4-1-2-3-4.
    • Ralentissez (ou imaginez que vous le faites) de moitié afin de faire un pas tous les 2 temps, sur le 1er et sur le 3e temps de chaque mesure. Vous êtes maintenant en train de faire des blanches. Sur la portée, la blanche est une note ressemblant à la noire, mais elle est « vide » (la tête est simplement un cercle ovalisé qui n'est pas rempli). La blanche à une hampe, mais n'a jamais d'indicateur de durée, elle est unique.
    • Ralentissez maintenant de moitié et effectuez chaque pas uniquement sur le 1er temps de la mesure (tous les 4 temps). Vous êtes maintenant en train de faire des rondes. La ronde est facilement reconnaissable sur la portée, elle est plus grosse que les autres notes, elle est vide (c'est juste un cercle non rempli) et elle n'a jamais de hampe ni d'indicateur de durée. Elle ressemble à un o ovalisé.
  3. Accélérez. Bon, il est temps de se remuer un peu. En ralentissant, vous vous êtes rendu compte que les notes dessinées sur la portée se sont progressivement dénudées, la blanche non remplie, puis la ronde sans hampe. Vous allez maintenant étudier les changements qui se produisent lorsque vous accélérez et que vous marquez des notes comme les croches.
    • Commencez par revenir à la vitesse à laquelle vous marchiez au début de cette expérience musicale. Si vous êtes assis, imaginez-le et si possible tapez du pied, ce qui rendra les choses beaucoup plus claires. Pensez que vous êtes en retard pour aller au bureau ou à l'école et que vous devez courir pour arriver à temps.
    • Pour que le musicien joue des notes plus vite, il faut lui donner des indications de durée des notes. L'indicateur de durée est un crochet qui est placé à l'extrémité de la hampe de la noire et transforme cette dernière en une croche. La croche est 2 fois plus rapide que la noire (il y a 2 croches pour 1 noire). En ajoutant un autre crochet, la note devient une double croche. La double croche est 2 fois plus rapide que la croche, il y a donc 2 doubles croches pour une croche ou 4 doubles croches pour une noire. Lorsque vous marchez en marquant les noires (sur les temps, 1-2-3-4...), pour faire des croches, faites 2 pas réguliers sur chaque temps (1 et 2 et 3 et 4 et), 8 pas dans une mesure à 4 temps. Pour faire des doubles croches, marchez 2 fois plus vite, 4 pas par temps (1 et et et 2 et et et...) soit 16 pas par mesure.
  4. Reliez les croches. Lorsqu'il y a de nombreuses croches ou doubles croches se suivant sur la portée, si vous devez ajouter un indicateur de durée (le petit crochet) à chaque note, vos yeux vont bientôt se croiser, car vous devez lire rapidement et la portée va devenir bien noircie et remplie de crochets ! Pour rendre la portée plus claire et la lecture plus facile, vous allez donc relier les croches ou les doubles croches en créant des groupes.
    • Relier des croches ou des doubles croches (il existe aussi des triples, des quadruples et des quintuples croches) a pour objectif principal de rendre la lecture de la partition plus facile tout en rendant l'écriture de la partition plus rapide. Les notes sont reliées de manière logique, généralement en groupes de 2 ou de 4 notes, mais dans la musique classique, il y a bien d'autres configurations. Pour relier 2 croches, vous devez placer un seul trait droit reliant la pointe de chaque hampe. Pour relier des doubles croches, il faut tracer 2 traits droits parallèles.
  5. Familiarisez-vous avec les notes pointées ou liées. Un point placé à côté d'une note a la fonction opposée à l'indicateur de durée, car il prolonge la note. Il ne multiplie toutefois pas sa durée par 2, mais augmente sa durée de la moitié de sa valeur. Le point se place toujours à côté et à droite de la tête de la note concernée. Les points sont principalement employés pour les notes longues comme les noires, les blanches et les rondes bien qu'ils sont parfois employés avec des croches.
    • Si par exemple vous voyez un point placé à côté de la tête d'une noire dans une mesure en 4/4, cette note doit durer un temps et demi (la valeur de la noire, 1 temps, plus la moitié de sa valeur, 1/2 temps. Un point placé à côté d'une blanche la prolongera d'un temps et elle vaudra alors 3 temps.
    • Les liaisons servent également à prolonger une note, mais sur la portée, la représentation est différente. Dans une mesure à 4 temps, si la dernière note est une noire, il n'est pas possible de lui ajouter un point, car il y aurait alors 4 temps et demi dans la mesure. Pour prolonger cette note, on va alors écrire la même note (un do si la note qui doit être prolongée est un do) sur le premier temps de la mesure suivante et relier les 2 avec une liaison (une parabole).
    • En notation musicale, il est absolument impossible d'avoir plus de 4 temps dans une mesure de 4 temps (4/4) ou plus de 3 temps dans une mesure à 3 temps (3/4). Une liaison est alors l'unique façon de pouvoir prolonger certaines notes au-delà de la mesure dans laquelle elles se trouvent.
    • La liaison se place de manière à relier 2 notes (ou plus) à partir de leur tête et dans la plupart des cas, du côté opposé à la hampe des notes.
  6. Faites une pause. Certains musiciens disent que la musique est une suite de notes, mais d'autres, comme Charlie Parker, affirment que la note la plus importante dans la musique est le silence. Parfois, la mélodie (ou les arrangements) ne comporte pas de notes durant 1 ou 2 temps (ou plus), mais il y a toujours le même nombre de temps dans chaque mesure. Si vous placez 2 noires dans une mesure à 4 temps (parce que vous désirez un silence de 2 temps après ces 2 notes), il manque 2 temps dans la mesure. Pour pallier cela, vous allez ajouter un silence .
    • Les silences sont (tout comme les notes de musique) représentés par certains symboles. Le soupir ressemble à une chauvesouris et il remplace la noire, la demi-pause à la même valeur que la blanche et c'est un rectangle plein qui est dessiné sur la 3e ligne de la portée. La pause a la même valeur que la ronde et c'est un petit rectangle plein qui est dessiné sous (en la touchant) la 4e ligne de la portée. Le demi-soupir a la valeur de la croche et le quart de soupir la même valeur que la double croche.

Lire la mélodie

  1. Apprenez à lire une mélodie. Maintenant que vous avez les bases sur la notation musicale et quelques bases vous permettant de comprendre le tempo, les mesures ainsi que la vitesse et la durée des notes, c'est le moment de passer à des choses plus amusantes, lire une partition !
  2. Travaillez la gamme de do. Si vous jouez du piano, la gamme de do majeur est la première chose que vous allez apprendre. Il existe 12 gammes majeures comme il existe 12 notes de musique. Une gamme est une suite de notes ayant des intervalles spécifiques . Toutes les gammes majeures sont composées des mêmes intervalles, mais elles commencent par différentes notes.
    • Commencez par regarder la gamme de do sur la portée afin de voir à quoi elle ressemble puis si vous avez un instrument vous allez essayer de la jouer avant de commencer à lire des morceaux qui vous plaisent.
    • En regardant la gamme de do sur la portée, vous constatez avec surprise que la première note (un do) est placée sous la portée ! Il n'est pas possible d'écrire toutes les notes d'un piano sans dépasser les lignes même avec 2 portées (clé de sol et clé de fa), car il y a 88 notes sur un piano. Lorsque des notes sont écrites sous ou au-dessus de la portée, il faut placer un petit morceau de ligne (parfois plusieurs) pour savoir exactement de quelle note il s'agit. Le do se trouvant sous la portée est traversé par un petit morceau de ligne.
    • La gamme de do majeur comporte 7 notes (do, ré, mi, fa, sol, la, si) qui sur un piano sont toutes les touches blanches de do à do.
    • Si vous n'avez pas de piano ni de clavier à portée de la main, vous pouvez vous aider en utilisant un piano virtuel, car bien que votre objectif soit de lire les notes, il est également important pour votre apprentissage de les associer à leur sonorité.
  3. Travaillez la lecture. Même si le mot solfège vous fait peur, le fait de lire des partitions fait partie du solfège ! Vous connaissez peut-être déjà les 3 premières notes de la gamme de do majeur, do, ré, mi.
    • Si vous vous entrainez à jouer ou à chanter les notes que vous voyez sur une partition, vous allez développer une aptitude qui est nommée la lecture à vue. Même s'il faut des années pour exceller dans l'art de la lecture à vue, c'est une très bonne idée de commencer le plus tôt possible. Observez à nouveau la gamme de do majeur attentivement.
    • Essayez de chanter les 3 premières notes de la gamme de do tout en les regardant. Il s'agit des notes do, ré et mi. Ces 3 notes sont d'ailleurs employées pour commencer le morceau The sound of music de Rogers et Hammerstein. Vous pouvez écouter ce morceau sur YouTube.
    • Regardez le do et chantez-le, regardez ensuite le ré et essayez de le reproduire avec votre voix ou en le jouant puis faites la même chose avec la troisième note, le mi.
    • Continuez à faire cela tout d'abord très lentement puis en accélérant peu à peu lorsque les notes que vous produisez avec la voix sont justes. Si vous jouez du piano (ou en employant un piano virtuel), vous avancerez plus vite, car vous n'aurez pas à vous préoccuper pour produire des notes justes avec votre voix. Si vous chantez, n'allez pas plus loin avant de bien chanter ces 3 notes.
    • Faites la gamme entière. Que vous les chantiez ou les jouiez, continuez ensuite en reproduisant peu à peu toute la gamme de do majeur. Considérez le premier do et le dernier comme des blanches et tenez-les 2 temps alors que vous tiendrez les autres notes comme des noires (1 temps). Une fois que vous êtes arrivé au do supérieur, redescendez la gamme : do, si, la, sol, fa, mi, ré, do et recommencez en montant et descendant la gamme plusieurs fois.
  4. Fantastique ! Félicitations, vous êtes maintenant en train de lire la musique.

Apprendre les altérations et les tonalités

  1. Apprenez les dièses et les bémols. Vous avez maintenant les connaissances de base pour lire des partitions de musique, vous savez ce qu'est une portée, vous reconnaissez certaines notes et vous savez ce que sont la mesure et les barres de mesure tout en connaissant les valeurs des notes. C'est un bon début, mais si vous souhaitez détrôner Richard Clayderman et Yannis, vous devez maintenant passer à l'étape suivante. Pour continuer, vous allez apprendre les dièses, les bémols, les bécarres et les tonalités.
    • Peut-être avez-vous déjà remarqué des bémols et des dièses sans même le savoir. Le bémol est très ressemblant au b minuscule (b) et le dièse est un hashtag que vous avez peut-être déjà utilisé sur Facebook (# ). Le bémol vous indique que vous devez jouer la note concernée un demi-ton (nous allons voir cela dans le paragraphe suivant) plus bas et le dièse vous informe que vous devez jouer la note concernée un demi-ton au-dessus. Le dièse et le bémol se placent toujours devant la note et pour le bémol c'est sa partie arrondie qui compte alors que pour le dièse c'est le carré central du signe qui doit être placé sur l'interligne ou la ligne concernée juste devant la note.
  2. Apprenez ce qu'est un demi-ton. Les tons et les demi-tons sont des intervalles virtuels qui séparent les notes les unes des autres. Ces intervalles sont très faciles à visualiser sur le manche d'une guitare ou sur le clavier d'un piano. Si par exemple vous observez le clavier d'un piano, regardez le do du milieu du piano (ou un autre do, mais celui du milieu est facile à localiser). La touche noire venant immédiatement à droite du do est un do dièse et il est placé un demi-ton au-dessus du do. La touche blanche placée juste à gauche du do est un si et il se trouve un demi-ton sous le do (il n'y a pas d'autre note entre le si et le do). Le demi-ton est donc l'intervalle qui sépare 2 notes qui se touchent. C'est l'intervalle visible et concret le plus petit (même si certains styles musicaux emploient des quarts de ton qui peuvent se reproduire sur des instruments à cordes).
    • Un ton est composé de 2 demi-tons. Regardez le do du clavier du piano et regardez ensuite la touche blanche placée à sa droite (le ré). L'intervalle séparant le do du ré est un ton. Il y a 2 demi-tons entre le do et le ré. De do à do dièse (# ), il y a un demi-ton et de do# à ré il y a un autre demi-ton. Un demi-ton plus un demi-ton = 1 ton.
    • Employer un dièse plutôt qu'un bémol dépend de différents facteurs, le premier étant la tonalité dans laquelle vous jouez et ensuite la facilité d'adaptation en fonction de la tonalité. Par exemple, vous verrez beaucoup plus souvent un sib (si bémol) qu'un la#, pourtant il s'agit de la même note. Vous verrez également beaucoup plus souvent un mib qu'un ré#. Il est beaucoup plus simple pour le cerveau de jouer une gamme de mib qu'une gamme de ré# qui sont pourtant exactement les mêmes (bien que pas en théorie).
    • Pour ceux qui aiment les détails, le fait qu'un do# et un réb ne soient pas la même note vient des comas. Le coma est le plus petit intervalle en musique. Il y a 9 comas dans un ton. Le dièse augmente la note de 5 comas. Quand vous jouez un do#, vous jouez donc 5 comas au-dessus du do et il ne vous reste que 4 comas pour arriver au ré. Le bémol diminue la note de 5 comas (vous suivez toujours ?), quand vous jouez un réb, vous jouez donc 5 comas en dessous du ré. Donc, de réb à ré, il y a 5 comas, mais de do# à ré il n'y a que 4 comas... Sur un piano, on ne peut pas faire la différence, mais sur certains instruments à cordes c'est possible. Cela n'est par contre jamais utilisé dans la musique occidentale .
    • Apprenez ce qu'est un bécarre. Le bécarre (♮) est un signe qui annule l'effet d'un dièse ou d'un bémol. Si par exemple il y a un bémol devant le premier mi d'une mesure, mais que le mi suivant (dans la même mesure) doit être un mi normal (naturel), en plaçant un bécarre devant le mi suivant, l'effet du dièse est annulé. Il faut savoir que l'effet d'un dièse ou d'un bémol accidentel est valable jusqu'à la fin de la mesure dans laquelle il est placé. Les bécarres sont également utiles pour annuler des altérations (dièses ou bémols) qui sont placées à la clé (nous allons voir cela un peu plus loin).
    • Il arrive parfois que certains compositeurs placent des bécarres « inutiles » en début d'une mesure suivant une autre mesure dans laquelle un dièse ou un bémol accidentel a été placé devant une note (ou plusieurs). Si par exemple il y a un bémol devant un si dans une mesure, il est possible que le créateur place un bécarre devant le premier si de la mesure suivante afin d'aider l'interprète a se souvenir qu'il doit jouer un si naturel.
  3. Familiarisez-vous avec les tonalités. Nous n'avons parlé pour le moment que de la gamme de do majeur. Il existe toutefois 11 autres gammes majeures, une pour chaque note de musique (en comptant les tonalités dièse et bémol). Les intervalles qu'il y a entre les notes d'une gamme majeure sont toujours les mêmes, quelle que soit la tonalité. Jouez un do puis jouez la note placée 1 ton au-dessus, la suivante 1 ton au-dessus, puis 1/2 ton, 1 ton, 1 ton, 1 ton et 1/2 ton (vous êtes revenu sur le do, mais une octave au-dessus). En utilisant les mêmes intervalles, vous pouvez jouer toutes les gammes. Commencez par un sol et montez en employant les mêmes intervalles et vous avez joué la gamme de sol. La tonalité de la gamme majeure est définie par la première note appelée la tonique ou fondamentale. Il existe bien d'autres gammes, mais nous ne les verrons pas dans cet article (vous avez poussé un soupir de soulagement pas vrai ?)
    • Bien que la tonique définit la tonalité dans laquelle vous jouez, vous pouvez commencer à jouer la gamme de do sur un sol, du moment que vous jouez les bonnes notes de la gamme (ceci est valable pour toutes les gammes). Si vous jouez do, ré, mi, fa, sol, la, si et do vous faites la gamme de do majeur. Si vous jouez ré, mi, fa, sol, la, si, do, ré, vous faites aussi la gamme de do majeur. Pour bien maitriser un instrument de musique, il est donc primordial de connaitre parfaitement les gammes principales.
    • Prenez la gamme de sol. Maintenant que vous maitrisez la gamme de do les yeux fermés, essayez de reproduire la gamme de sol sur un instrument ou en la chantant. Avant de continuer, essayez de la jouer en vous servant uniquement des intervalles : sol et 1 ton au-dessus, puis 1 ton, 1/2 ton, 1 ton, 1 ton, 1 ton et 1/2 ton. Vous avez terminé ? Comparez maintenant les notes que vous avez jouées avec celles de la gamme de sol : sol, la, si, do, ré, mi, fa#, sol. C'est ce que vous avez joué ? Extraordinaire !
    • Dans la gamme de sol, il y a un fa#, ce fa# est indispensable pour que la construction de la gamme soit identique à celle de la gamme de do (le nombre de tons et de demi-tons et leur enchainement). Si vous changez l'ordre des tons et demi-tons, vous obtiendrez une autre gamme, mais vous ne jouerez pas la gamme majeure. Si vous pensez que vous avez bien compris ceci, essayez maintenant de faire la même chose, mais en jouant dans d'autres tonalités. Essayez par exemple de reproduire la gamme de do# majeur. Bonne chance...
    • Vous trouvez que les choses se compliquent ? Vous avez totalement raison ! Pour vous aider, vous pouvez vous rendre sur le site internet Apprendrelesolfège. Ce lien vous mène sur la page des gammes majeures (avec des surprises peu communes). Dans la gamme de do majeur, il n'y a pas de dièse ni de bémol, dans les autres gammes, il y a des dièses ou des bémols (jamais les 2 en même temps). Vous venez de voir que dans la gamme de sol majeur il y a un fa#. Dans la gamme de ré majeur, il y a 2 dièses fa# et do#. dans la gamme de la, il y a 3 dièses, fa#, do#, sol#. Vous remarquez quelque chose ? Le fa# est toujours là ! Effectivement, chaque fois que vous ajoutez un dièse, vous conservez les précédents. L'ordre des dièses est fa, do, sol, ré, la, mi, si et l'ordre des bémols est si, mi, la, ré, sol, do, fa.
    • Quand vous jouez la gamme de do et la gamme de sol, vous avez l'impression de jouer la même chose, mais un peu plus haut ou un peu plus bas (grave ou aigu), ceci est dû au fait que vous employez toujours les mêmes intervalles.

Apprendre l'expression et les dynamiques

  1. Utilisez vos sentiments. La magie émanant de la musique ne provient pas du fait que vous jouez des suites de notes mécaniquement. Il faut au contraire donner de la vie aux notes que vous jouez et la seule façon de faire ceci est de faire passer vos sentiments à travers vos doigts. Cela s'appelle faire des nuances.
    • Les notes sont le corps de la musique, le rythme est le cœur de la musique et les nuances sont la respiration de la musique. En alliant ces trois éléments, vous deviendrez vite un fantastique musicien.
    • Posez une main sur une table et tapez le rythme suivant avec un ou plusieurs doigts : 1 et 2 et 3 et 4 et 5 et 6 et 7 et 8... (ajouter et est ce que font certains musiciens afin de marquer les contretemps). Frappez chaque temps et contretemps avec une puissance identique, comme le ferait un métronome, puis passez à la 2e possibilité.
    • Vous pouvez constater qu'il y a un accent (>) qui est placé sûr tous les 4es do. Recommencez à faire ce rythme avec vos doigts ou votre main, mais cette fois-ci, tapez un peu plus fort sur chaque note au-dessus de laquelle il y a cet accent. Écoutez attentivement. Vous rendez-vous compte de la différence ?
  2. Travaillez les nuances. Essayez maintenant de taper le rythme de manière constante (avec le même volume), mais en changeant au bout d'un moment de puissance, comme si vous prononciez quelques mots très fort, doucement, fort, très doucement... Les compositeurs emploient des signes qui permettent aux interprètes de connaitre ses intentions quant au volume auquel vous devriez jouer certains passages ou certains groupes de notes .
    • Il existe une grande quantité de signes qui permettent aux compositeurs de transmettre les informations concernant l'expression et les nuances que les interprètes doivent effectuer pour jouer leurs morceaux. Les nuances les plus employées, sont pp, p, mp, mf, f, ff.
    • pp : pianissimo (très faible) - p : piano (faible).
    • mp : mezzo piano (moyennement faible) - mf : mezzo forte (moyennement fort).
    • f : forte (fort) - ff : fortissimo (très fort). Il existe également les symboles ppp : pianississimo (très très faible) et fff : fortississimo (très très fort).
    • C'est simple : plus vous voyez de f plus vous devez jouer fort et plus vous voyez de p, plus vous vous devez jouer doucement. Essayez de travailler cela en chantant en chantant plusieurs fois une note faible, très faible, puis moyennement fort, fort, très fort...
  3. Commencez doucement. Jouez (ou chantez) une note plusieurs fois très faiblement puis augmentez le volume très progressivement pour chaque note que vous jouez. Cet effet s'appelle un crescendo. Lorsque vous jouez une note puissante et que vous diminuez progressivement le volume en jouant progressivement moins fort, vous faites un décrescendo. Les symboles indiquant que vous devez faire ceci sont respectivement < et > (ils sont par contre très allongés et commencent où vous devez commencer à faire monter ou diminuer le volume et s'arrêtent à l'endroit où l'effet prend fin).
    • Quand vous diminuez le volume graduellement, vous faites un décrescendo et quand vous l'augmentez progressivement, vous effectuez un crescendo. À certains endroits de la partition, lorsque vous voyez un f suivi d'un > puis vous voyez un p cela veut dire que vous devez passer de forte à piano en commençant à diminuer le volume au > pour jouer faiblement en arrivant au p.

Continuer de progresser

  1. Persévérez. Vous l'avez certainement déjà entendu, avec de la persévérance, tout est possible. Si vous jouez chaque jour durant des heures à Minecraft, vous allez vous améliorer de jour en jour. Il en va de même pour la musique et toutes les autres disciplines. Pour lire la musique, le mieux est de lire tous les jours de nouvelles partitions que vous ne connaissez pas, car vous devrez ainsi être plus concentré qu'en relisant la même partition tous les jours (vous la connaitrez bientôt par cœur...) Naviguez sur internet, vous y trouverez une quantité phénoménale de matériel pour pratiquer la lecture des notes.

Apprendre les tonalités

  1. Apprenez toutes les tonalités. Il y a 12 tonalités utiles bien qu'en théorie il y en ait 21. Nous avons mentionné les comas un peu plus haut dans cet article, vous avez donc compris que même si sur un piano un do# et un réb sont la même note, ce n'est pas le cas lorsque vous jouez d'un instrument avec lequel vous pouvez marquer la différence, comme le violon, le violoncelle, la trompette ou le saxophone. Si vous êtes pianiste vous n'avez pas à vous préoccuper de cela, mais les bassistes et les guitaristes jouent parfois sur des instruments sans frettes (les barrettes métalliques placées sur le manche de l'instrument), c'est assez souvent le cas des bassistes qui peuvent jouer de la fretless où ils peuvent marquer la différence entre un ré# et un mib. Voici les principales tonalités :
    • DO (la tonalité de base pour un pianiste débutant)
    • les tonalités utilisant des bémols : FA, SIb, MIb, LAb, RÉb, SOLb, DOb
    • les tonalités employant des dièses : SOL, RÉ, LA, MI, SI, FA# , DO#
    • Lorsque vous jouez en do majeur, il n'y a aucune altération (dièse ou bémol), vous constatez que quand vous jouez dans les tonalités contenant des dièses, vous ajoutez un dièse pour chaque tonalité suivant et pour les tonalités utilisant des bémols, vous ajoutez un nouveau bémol pour chaque tonalité suivante.
    • Nous n'avons pas parlé des gammes mineures et des autres gammes dans cet article, mais vous avez toute liberté d'explorer les gammes que vous pourrez trouver sur de nombreux sites internet. Les gammes majeures et les gammes mineures sont les principales, mais il existe d'autres gammes très amusantes comme la gamme de blues, la gamme chromatique, la gamme diminuée, les gammes pentatoniques et pentatoniques mineures. Écoutez un morceau en sol majeur puis écoutez un morceau en mib mineur, vous comprendrez tout de suite la différence.

Conseils

  • Pour commencer à lire les notes de musique, entrainez-vous avez les 5 notes placées sur la portée (mi, sol, si, ré et fa). Il existe des méthodes proposant des exercices progressifs avec ces notes . Vous pouvez sinon dessiner vous-même des points sur des portées (sur du papier à musique. Vous pouvez imprimer des feuilles vierges depuis des modèles obtenus sur internet ou acheter des cahiers de musique) de manière aléatoire et les relire ensuite. Retournez la feuille et vous avez de nouveaux exercices !
  • Si vous jouez d'un instrument de musique, pratiquez la lecture tout en jouant les notes que vous lisez, vous allez ainsi améliorer votre lecture à vue, ce qui est particulièrement important dans bien des cas, surtout pour les pianistes. Ne vous inquiétez pas, il restera toujours un endroit où vous pourrez faire votre solo.
  • Amusez-vous tout en apprenant. La musique est avant tout un plaisir, mais pour pouvoir bien jouer et bien lire les notes oui, vous allez devoir travailler dur.
  • Trouvez un endroit tranquille pour répéter et pour lire des notes. Il n'est pas facile du tout de lire de la musique ou de jouer d'un instrument quand il y a votre petite sœur qui crie dans la même pièce. Concentrez-vous, car si vous travaillez sans être vraiment concentré, cela ne sert pas à grand-chose.
  • Procurez-vous des partitions de morceaux que vous aimez. Si vous lisez une partition d'un morceau que vous adorez, vous allez l'apprendre beaucoup plus rapidement, car vous serez bien plus motivé qu'en jouant des gammes et des gammes durant des heures.
  • Pour bien lire et pour bien jouer, il faut recommencer et recommencer encore et encore. C'est la clé du succès, quelle que soit votre activité.
  • En travaillant la lecture à vue, vous allez également faire progresser votre oreille , car vous allez entendre ce que vous êtes en train de lire.
  • Faites preuve de patience. On ne devient pas ceinture noire de karaté ou pilote de formule 1 en 2 semaines, il en va de même pour la musique. Vous devez savoir faire preuve de persévérance et de patience.
  • Les figures de notes sont la ronde, la blanche, la noire, la croche, la double croche, la triple croche, la quadruple croche et la quintuple croche.
  • Naviguez sur internet et lisez toutes les partitions qui vous tombent sous les yeux. Choisissez de préférence des morceaux ou des styles de musique qui vous plaisent, vous serez ainsi plus motivé.

Avertissements

  • Ne soyez pas impatient, apprendre à bien lire la musique demande beaucoup de temps et de patience.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.