Comment savoir si son enfant est atteint du trouble réactionnel de l'attachement

La plupart des relations humaines sont basées sur la confiance mutuelle. Lorsqu'un bébé ou un enfant en bas âge ressent un besoin qui n'est pas assouvi, qu'il soit physique (faim, malaise quelconque) ou émotionnel (amour, tendresse, sourires, contact physique, signes d'affection), il va progressivement faire de moins en moins confiance aux personnes qui s'occupent de lui. Sans cette confiance, il sera alors incapable de nouer des relations saines, enrichissantes et interactives avec son entourage. C'est le début du trouble réactionnel de l'attachement (TRA). Les conséquences potentielles sont trop nombreuses pour être toutes décrites ici. Commencez par lire la première étape ci-dessous si vous pensez que votre enfant est peut-être atteint de ce trouble.

Diagnostiquer le trouble chez les bébés

  1. Observez le développement de votre bébé. Les bébés qui souffrent du trouble réactionnel de l'attachement ne sont pas épanouis, ni physiologiquement, ni émotionnellement, ni intellectuellement. Ce manque d'épanouissement peut se manifester de différentes manières :
    • Physiquement. Sa croissance est inférieure à la normale, car il ne se nourrit pas suffisamment.
    • Émotionnellement. Lorsqu'il est en pleurs, il est très difficile de le calmer et de le réconforter, car il ne fait pas confiance aux personnes qui l'entourent pour lui donner du réconfort, de la tendresse et de la chaleur humaine.
    • Intellectuellement. En dérivant ses connaissances sur le monde de ses expériences passées, il a du mal à comprendre et à anticiper les réactions des personnes qui s'occupent de lui, car il a des représentations souvent erronées des relations humaines.
  2. Observez votre enfant jouer avec d'autres enfants. Les bébés atteints du trouble réactionnel de l'attachement ne jouent pas activement avec d'autres bébés. Ils sont généralement des bébés « faciles », qui ne demandent pas beaucoup d'attention. Ils sont souvent obéissants et ne requièrent pas trop qu'on les surveille de près. En fait, ils ne font pas grand-chose.
    • Ils sont souvent plutôt insensibles au monde qui les entoure et font preuve d'une certaine léthargie dans leurs mouvements physiques, ils n'aiment pas beaucoup jouer avec des jouets et n'ont pas envie d'explorer leurs environnements. Contrairement aux bébés sains, ils ne sont pas curieux.
  3. Essayez de voir s'il a tendance à vouloir être proche de sa mère ou de la personne qui s'occupe habituellement de lui. En effet, les enfants atteints du trouble réactionnel de l'attachement ne font pas la différence entre ceux qui s'occupent d'eux et les inconnus. Ils n'ont pas d'affinités particulières avec leur mère et cherchent plutôt à créer des liens avec d'autres adultes « inconnus ». Cela est contraire aux comportements habituels d'enfants en bas âge, qui ont tendance à chercher du réconfort auprès des personnes qu'ils aiment et qui leur inspirent confiance.
    • Les raisons pour lesquelles cela peut poser des problèmes plus tard dans la vie sont évidentes. Si un enfant ou un adolescent fait facilement confiance aux inconnus, cela peut engendrer des problèmes par la suite. Cet aspect du syndrome peut mener à des comportements impulsifs et radicaux plus tard dans la vie.
  4. Examinez la relation nouée entre le bébé et celui qui s'en occupe. Une relation profonde, emplie d'affection et d'attachement mutuel entre l'enfant et la personne qui s'en occupe est la base sur laquelle va se construire l'aptitude de l'enfant à développer de l'empathie, des compétences sociales et des mécanismes de régulation de ses sentiments. Si une telle relation n'existe pas, ces compétences risquent de ne pas se développer chez l'enfant. Comment la personne adulte s'occupe-t-elle du bébé ? Vient-elle le prendre dans ses bras lorsqu'il pleure ? Le bébé grandit-il dans un bon environnement ?
    • Cela illustre ce que Freud a dit à propos de la relation mère-enfant : « La relation entre la mère et l'enfant est le prototype de toutes les relations futures. » Pour le trouble réactionnel de l'attachement, il n'avait pas tort. Cela veut dire que la relation entre la mère et l'enfant va influer sur le reste de la vie de ce dernier.

Diagnostiquer le trouble chez les enfants et les adolescents

  1. Sachez que le trouble réactionnel de l'attachement peut se faire très discret. À cet âge-là, le syndrome se manifeste par un manque d'esprit d'initiative, une difficulté à interagir de manière appropriée avec d'autres personnes et une tendance à éviter le contact social.
    • Lorsque les besoins de l'enfant ne sont pas couverts, il se sent privé d'amour et d'affection, ce qui le fait se considérer lui-même comme indésirable et inapte à recevoir de l'attention, de la tendresse et de l'affection. Du coup, l'enfant n'est pas sûr de lui-même, ce qui peut être un frein majeur aux interactions sociales. Cela empire à son tour le manque de considération qu'il a pour lui-même et qu'il traîne avec lui partout où il va.
  2. Sachez comment le trouble réactionnel de l'attachement se manifeste lorsqu'il est désinhibé. Certains autres enfants atteints du syndrome se projettent en revanche trop dans la sphère sociale. Ils cherchent sans cesse du réconfort, du soutien et de l'amour de la part de presque tous les adultes, qu'ils les connaissent ou non. Ces comportements sont considérés comme relevant de la promiscuité dans la société et cela peut créer des problèmes pour l'enfant.
    • C'est là le genre d'enfants qui ont appris à ne pas se fier aux personnes « habituelles » et qui cherchent du coup une relation de confiance auprès d'inconnus. La distinction entre la version inhibée et la version désinhibée du syndrome n'apparaît souvent que plus tard dans la vie.
  3. Soyez à l'affût de comportements qui trahissent un manque de contrôle de soi et une certaine agressivité. Certains de ces comportements sont souvent interprétés comme des symptômes du TDA/H. Cependant, le trouble réactionnel de l'attachement se distingue la plupart du temps par les comportements suivants : >
    • tendance compulsive à mentir et à voler
    • une facilité à nouer des affinités intimes avec des inconnus et généralement des comportements sexuels inappropriés et risqués.
      • Il faut comprendre qu'il s'agit là non de problèmes comportementaux « normaux », mais de symptômes du trouble réactionnel de l'attachement, causé lui-même par la négligence et l'abus, qui ont causé un développement incomplet du cerveau pendant les premiers mois et les premières années de la vie de l'enfant.
  4. Suivez attentivement les performances scolaires de votre enfant. Lorsque les liens sociaux primaires ne peuvent pas se développer normalement, le cerveau de l'enfant, au lieu de se concentrer sur les études et l'apprentissage, va s'employer à développer des stratégies de survie. Cela explique pourquoi ces enfants ont très souvent de bien médiocres résultats scolaires. Leurs cerveaux n'ont tout simplement pas été totalement développés, condition essentielle pour s'épanouir dans un cadre scolaire et réussir académiquement. Leur cerveau est incomplet, leur apprentissage l'est donc aussi.
    • Ce développement incomplet du cerveau explique pourquoi un enfant atteint du trouble réactionnel de l'attachement peut avoir des comportements agressifs et manipulateurs, avoir des problèmes avec l'autorité et avoir recours au mensonge. Cela explique leur agressivité et leur incapacité à gérer la colère. Ils se mettent alors à se comporter de manière destructrice sans jamais en ressentir de remords, car ils ne voient tout simplement pas d'autres manières d'exister socialement.
  5. Observez comment votre enfant se fait de nouveaux amis. Au fur et à mesure de la croissance de l'enfant, il développe une aptitude au détachement et à l'abandon et perd toute sa confiance en lui et en autrui. Il devient alors très difficile pour lui de se faire des amis et d'avoir des relations sociales durables en général. Ce sentiment d'être une personne inadaptée (car non désirable, inapte à l'amour et à l'attention d'autrui) qui a commencé au moment où ses besoins sentimentaux et/ou physiques ont été ignorés, continue à croître en lui et à détruire sa confiance en lui. C'est un cycle vicieux qui, aux premiers abords, semble hors d'atteinte de l'enfant lui-même.
    • Comme son estime de lui-même est au plus bas, il ne voit pas pourquoi d'autres personnes voudraient engager des relations sociales avec lui et il se comporte alors comme s'il n'avait besoin de personne. Ce genre de comportements n'encourage pas d'autres personnes à venir vers lui. Pour remplir ce vide de solitude et de dépression et pour calmer ses nerfs, il va alors souvent se tourner vers la drogue ou l'alcool.
  6. Prenez note de son agressivité. Les enfants atteints du trouble réactionnel de l'attachement peuvent être très autoritaires, que ce soit par le biais de la manipulation, de l'agressivité ou de la violence. Leurs cerveaux sont occupés à développer des techniques et des stratégies de survie et ils en perdent la capacité d'apprendre à interagir avec autrui de manière positive pour obtenir ce qu'ils veulent.
    • Ces enfants ne font pas confiance aux autres et supposent que tout le monde est de mauvaise foi. Ils sont donc persuadés que leurs intérêts ne seront pris en compte par les autres que s'ils manipulent, menacent ou utilisent la violence. Les comportements et les principes de la confiance mutuelle leur sont totalement étrangers.
  7. Soyez attentif à leur degré d'impulsivité. Les enfants atteints du trouble réactionnel de l'attachement auront également tendance à avoir certains comportements normalement associés au TDA/H, dont notamment une difficulté à contrôler leurs pulsions. Un tel enfant n'hésitera pas à faire des choses que d'autres enfants ne feraient jamais (ou n'envisageraient jamais sérieusement de faire) et ne pensera à aucun moment aux conséquences potentielles, à la fois pour lui et pour son entourage, de ses actes.
    • Soyez attentif aux comportements sexuels inappropriés et/ou risqués. Les enfants atteints du trouble réactionnel ont parfois du mal avec la promiscuité. Ils n'ont aucun problème à s'engager dans des relations sexuelles avec de parfaits inconnus - parfois plusieurs inconnus en même temps.
  8. Essayez de voir si votre enfant a du mal à regarder les autres dans les yeux. Un enfant normal apprend à tenir un regard dès les premières semaines de sa vie. C'est un comportement qu'il apprend de sa mère (ou d'une autre personne qui s'occupe de lui) qui l'a regardé droit dans les yeux avec amour et affection. Un enfant atteint du trouble réactionnel de l'attachement n'a pas eu cet apprentissage. Il ne comprend donc pas la signification et l'importance de tenir le regard d'une autre personne. Quand quelqu'un le regarde dans les yeux, il se sent très mal à l'aise et émotionnellement surexposé.
    • Tout cela est bien sûr lié à son manque de compétences sociales et à son désir de rester à l'écart des autres. Tout ce qui caractérise une telle personne, de sa manière de penser aux mots qu'il choisit d'utiliser, en passant par ses tics de langage ou de comportement, indique qu'il ne fait tout simplement confiance à personne.

Comprendre le trouble pour agir

  1. Comprenez la définition du trouble réactionnel d'attachement. Le trouble réactionnel d'attachement arrive chez les bébés et les enfants en bas âge. Les caractéristiques principales du trouble sont surtout des comportements déviants récurrents lorsque l'enfant se trouve en public qui sont causés par des problèmes d'ordre émotionnel et par des circonstances dans l'environnement de l'enfant. Les enfants atteints du trouble réactionnel de l'attachement ne réagissent pas comme le feraient d'autres enfants à certaines situations. Par exemple :
    • Leur réaction au réconfort est souvent empreinte de peur et de vigilance aiguë.
    • Ils peuvent montrer de l'intérêt pour d'autres enfants, mais les interactions sociales les font souvent se sentir mal, ce qui les décourage de poursuivre dans cette voie.
    • La détresse émotionnelle est parfois évidente : manque de réaction émotionnelle, réactions de repli sur soi ou d'adoption d'une attitude agressive face à la détresse, qu'elle soit vécue ou observée.
    • Une forme extrême de rejet de l'affection et du réconfort peut se manifester par des tentatives désespérées, excessives et peu ciblées de recevoir de l'affection et/ou du réconfort de la part d'adultes, y compris de la part d'inconnus.
  2. Assurez-vous que votre enfant ne soit pas atteint d'un trouble envahissant du développement (TED). Comme le trouble réactionnel de l'attachement est une réaction à un environnement dans lequel a été plongé l'enfant et non une maladie génétique, les enfants atteints du trouble réactionnel sont en fait capables d'interagir avec d'autres personnes de manière correcte, alors que les enfants atteints de troubles envahissants du développement ne le sont pas.
    • Les comportements antisociaux font certes partie des symptômes du trouble réactionnel de l'attachement, mais ils peuvent disparaître si l'enfant atteint est placé dans un environnement où il est traité correctement. De telles améliorations sont impossibles pour les enfants atteints de troubles de développement.
    • Les enfants atteints du trouble réactionnel de l'attachement peuvent souffrir de développements incomplets de leurs aptitudes à communiquer, sans que ces symptômes soient de la gravité de ceux observés chez les enfants autistes.
    • Les enfants atteints de trouble réactionnel de l'attachement peuvent évoluer si leur environnement change, contrairement aux enfants atteints de troubles du développement, qui sont des troubles d'origine génétique. Il n'y a pas de schéma prédéfini de comportements, d'activités et d'intérêts « types » qui correspondent à un trouble réactionnel de l'attachement, contrairement à ce qui a été observé avec l'autisme.
  3. Renseignez-vous sur l'histoire de votre enfant et notamment sur l'histoire de ses relations avec ceux qui se sont occupés de lui. Connaître en détail les relations antérieures qu'a eues votre enfant avec les adultes censés s'occuper de lui n'est pas strictement nécessaire pour établir un diagnostic, mais cela peut être d'une grande aide si vous voulez avoir un avis éclairé de la part d'un professionnel.
    • Le trouble réactionnel de l'attachement survient presque exclusivement dans des situations où l'enfant a été exposé à une prise en charge inadéquate. Il peut être provoqué par un seul ou une combinaison de plusieurs des éléments listés ci-dessous :
      • séparation abrupte des personnes en charge de l'enfant, habituellement à un âge compris entre six mois et trois ans.
      • une rotation rapide des personnes en charge de l'enfant.
      • un manque d'intérêt et de réactions de la part de la personne en charge de l'enfant face à ses tentatives de communication.
      • des formes aiguës de négligence et d'abus.
      • une prise en charge parentale très inadéquate.
      • une ignorance répétée des besoins élémentaires de l'enfant.
  4. Connaissez les environnements qui peuvent être à l'origine d'un trouble réactionnel de l'attachement. Il est vrai que les enfants ont tendance à se résilier face aux changements d'environnement. Ils s'adaptent plutôt facilement et font de leur mieux pour s'habituer et s'intégrer aux situations et aux conditions d'existence qui leur sont nouvelles. Cependant, les situations suivantes peuvent réunir les conditions nécessaires pour que se développe un trouble réactionnel de l'attachement :
    • si l'enfant a vécu longtemps dans un orphelinat ou au sein de différentes familles d'accueil.
    • si l'enfant a grandi dans une famille avec des règles et des principes excessivement stricts et rigides.
    • si l'enfant a grandi loin de ses parents et d'autres personnes qui lui étaient chères, comme au sein d'une pension ou d'un internat.
    • si les parents étaient trop occupés pour prendre en charge leur enfant et l'ont laissé sous la surveillance d'une autre personne censée s'occuper de lui.
    • si l'enfant a été élevé, pendant une assez longue période, par une personne adulte qui s'occupait de lui et avec qui il a pu nouer des liens forts, mais dont il a été séparé.
    • si l'enfant a été témoin de beaucoup de disputes, d'altercations et de débats entre ses parents.
    • si les parents de l'enfant avaient des problèmes comme le stress, la dépression, l'alcoolisme, la consommation de drogues, des troubles de la personnalité ou étaient très colériques.
    • si l'enfant a été victime d'abus physiques, émotionnels ou sexuels au sein de son foyer.
      • Encore une fois, il faut rappeler qu'il s'agit là de situations hypothétiques. Il est impossible de déterminer si un enfant, confronté à ces situations, va effectivement développer un trouble réactionnel de l'attachement.
  5. Sachez quoi faire si vous croyez que votre enfant est atteint d'un trouble réactionnel de l'attachement. N'oubliez pas que même s'il est important de se renseigner sur l'histoire de votre enfant pour avoir un diagnostic fiable, il n'est pas automatique que votre enfant ait développé le trouble s'il a été exposé aux situations décrites ci-dessus. De même, ce n'est pas parce que votre enfant présente des symptômes du trouble qu'il en est forcément atteint.
    • Ne concluez pas trop vite que votre enfant est atteint du trouble réactionnel de l'attachement. Amenez plutôt votre enfant chez un docteur ou chez un psychologue/psychiatre spécialisé dans l'enfance pour avoir un avis professionnel fiable. Votre enfant peut commencer une thérapie et rapidement adopter des comportements plus sains et plus appropriés s'il est effectivement atteint par le trouble.

Conseils

  • Le trouble réactionnel de l'attachement se développe généralement avant que l'enfant ait atteint l'âge de 5 ans, mais peut accompagner un enfant jusqu'à l'âge adulte.
  • Pour votre information personnelle, sachez que certains des symptômes et des comportements causés par le trouble réactionnel de l'attachement peuvent aussi être provoqués par d'autres troubles comme l'autisme, le TDA/H, les troubles liés à l'anxiété, l'agoraphobie et les troubles post-traumatiques. Prenez toutes les précautions nécessaires avant de donner un diagnostic définitif.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.