Comment assembler un ordinateur

Il y a toujours un sentiment de fierté quand on allume pour la première fois un ordinateur qu'on a monté soi-même de A jusqu'à Z. Le doux ronronnement des ventilateurs, l'enchaînement des bips qui indiquent que tout se passe bien, et enfin, l'affichage sur l'écran. Vous avez réussi à assembler un ordinateur ! Pour ceux qui aiment l'informatique, c'est une expérience inouïe ! Pour beaucoup moins cher que dans le commerce, on peut assembler un simple PC, mais aussi un "média center" ou une plateforme de jeu haut de gamme. Voyez plutôt comment on s'y prend !

Réunissez tous les composants dont vous aurez besoin

  1. Déterminez de quel type d'ordinateur vous avez besoin. S'il vous en faut un pour du traitement de texte et pour de la navigation Internet (surf, courriel, …), il vous faudra moins d'éléments et de puissance que si vous comptez vous en servir pour jouer en réseau par exemple. C'est l'utilisation finale de l'ordinateur qui dicte le nombre, la qualité et la puissance des éléments qui le composent.
  2. Ne gaspillez pas votre argent dans l'achat de composants hors de prix et dont vous n’aurez pas l’utilité ! Si vous pensez utiliser votre PC à des tâches telles que faire du travail de bureau ou surfer sur Internet, vous pouvez économiser en vous procurant des composants moins puissants et/ou d'occasion, sur eBay, par exemple.
  3. Réunissez les éléments dont vous allez avoir besoin. Quels que soient les ordinateurs, tous ont les mêmes composants de base :
    • un microprocesseur – C'est le "cerveau" de votre ordinateur. La plupart des processeurs vendus aujourd'hui sont des microprocesseurs multi-cœurs ("multi-core" en anglais) qui comprennent en leur sein des circuits capables d’exécuter des programmes de façon autonome. Comparez-en plusieurs et choisissez celui qui va correspondre à vos besoins en termes de puissance. Mais n'oubliez pas de tenir compte de sa consommation en électricité et de sa facilité, ou pas, à le refroidir !
    • une carte-mère – Elle met en relation tous les composants de votre ordinateur. Le choix de la carte-mère dépend du processeur que vous avez choisi. Les microprocesseurs se présentent avec des “réceptacles” de tailles variées, et il faut donc que la carte-mère soit compatible avec ces derniers.
      • Il existe deux types de cartes-mères : les ATX (boîtier de 305 × 244 mm) et les mATX (boîtier de 244 × 244 mm). Aujourd'hui, l'ATX est le standard pour les cartes-mères. Si vous assemblez une unité centrale de type "tour", prenez la norme ATX. Les cartes mATX sont donc plus petites et mieux adaptées aux ordinateurs portables et aux PC médias.
      • Avant d'acheter une carte-mère, assurez-vous qu'elle sera capable de supporter et de gérer tous les éléments que vous comptez installer. Ainsi, si vous comptez mettre une carte graphique puissance, votre carte-mère devra supporter le PCI-E. Si vous avez besoin de beaucoup de RAM, et donc de barrettes, vérifiez que votre carte-mère pourra toutes les accueillir et les faire fonctionner.
    • de la mémoire RAM – La RAM ("Random Access Memory" = mémoire vive) est le lieu où les programmes qui tournent installent des informations dont ils ont besoin pour fonctionner. S'il n'y a pas assez de RAM, vos logiciels vont tourner au ralenti (ou pas du tout !) De plus, la RAM doit être physiquement adaptée à la carte-mère et la vitesse d'accès de la RAM doit pouvoir être supportée par ladite carte-mère.
      • La RAM s'installe toujours par paires de barrettes. Ces dernières doivent avoir la même vitesse d'accès et devraient être de la même marque et du même modèle. Ainsi, si vous désirez 8 GB de RAM, vous pouvez installer deux barrettes de 4 GB ou 4 barrettes de 2 GB.
      • Si vous escomptez mettre plus de 4 GB de RAM, il vous faudra installer un système 64-bits. De toute façon, si vous avez un 32-bit, le système ne gérera pas plus de 4 GB de RAM !
    • un disque dur – C'est sur le disque dur que tout est stocké - système, logiciels, vos documents, etc. Depuis longtemps maintenant, il est possible d'acheter des disques durs à forte capacité (compté en terabytes aujourd'hui) pour des prix très raisonnables.
      • Pour un ordinateur de bureau, il existe aujourd'hui trois types de disques durs selon leur vitesse de rotation : les 7200 tours/minute, les 10000 tours/minute et les RAID (acronyme pour "Redundant Array of Independent (or Inexpensive) Disks"). Ces derniers sont les plus rapides du marché et, à ce titre, sont aussi les plus chers.
      • Si vous pensez mettre d'un côté, votre système d'exploitation et vos principaux logiciels sur un petit disque, et, d'un autre côté, tout le reste sur un disque dur plus grand, sachez que votre ordinateur sera plus lent.
    • une carte graphique/vidéo – disons-le tout net : si vous ne faites que de la bureautique et un peu de tout (musique, jeux) modérément, prenez une carte graphique classique ! Par contre, si vous faites du jeu en ligne, il faut songer tout de suite à installer une carte graphique dédiée à cette seule activité.
    • un boîtier – C'est l'enveloppe dans laquelle se trouveront tous vos composants. Il vous faut choisir un boîtier qui puisse accueillir, en largeur et en profondeur, vos lecteurs, votre carte-mère, etc. Sachez qu'il existe des boîtiers sobres et donc bon marché, mais il en existe dans des couleurs originales et sont donc forcément plus chers.
      • Si vous assemblez un ordinateur qui va tourner à pleine puissance (graphisme, jeux en ligne, …), songez à prendre un boîtier où les aérations seront conséquentes, et dans lequel, vous pourrez installer des ventilateurs supplémentaires.
    • un boîtier d'alimentation - C'est lui qui alimente en électricité tous les composants de votre ordinateur. Certains boîtiers sont livrés avec leurs blocs d'alimentation, mais, le plus souvent, ils sont livrés nus. Votre bloc doit avoir une puissance compatible avec tous les composants que vous allez installer. Par contre, il est inutile qu'il soit surpuissant, sinon, gare à la note d'électricité !
  4. Faites des recherches sur le sujet. Lisez des magazines spécialisés, visitez des sites de conseils aux consommateurs pour de plus amples informations. C’est l’étape la plus importante, parce que le résultat final dépendra de la qualité du matériel que vous monterez. Beaucoup de revues sur le matériel et de guides d’achat sont disponibles en ligne. Nous vous suggérons :
    • PC World
    • PC Magazine
    • Maximum PC
    • Custom PC

Les préparatifs du montage

  1. Ouvrez le boîtier. Portez des gants car certaines parties métalliques de l’intérieur du boîtier ne sont pas toujours limées et peuvent même être très coupantes.
  2. Installez le bloc d’alimentation. Certains boîtiers sont livrés avec leurs blocs d'alimentation, d'autres, non. Dans ce dernier cas, il vous faudra en acheter un, charge à vous de l'installer ! Lors de l'installation, veillez à le mettre dans le bon sens et à ce que rien ne vienne bloquer le ventilateur.
    • Votre bloc d'alimentation doit avoir une puissance suffisante pour alimenter tous les composants que vous allez installer. C'est particulièrement vrai si vous installez des cartes graphiques puissantes (pour les jeux), mais gourmandes en énergie.
  3. Utilisez un bracelet antistatique. Ce bracelet devra être relié électriquement au boîtier. Les décharges antistatiques peuvent être fatales pour la carte-mère ou pour d'autres éléments intégrant des circuits électroniques. Si vous n’avez pas pu vous en procurer un, raccordez votre bloc d’alimentation (sans le mettre en fonctionnement) par son câble à une prise électrique équipée d'une ligne de terre et touchez les parties métalliques du boîtier avant de manipuler les composants sensibles aux décharges électrostatiques.

L'installation de la carte-mère

  1. Retirez la carte-mère de son emballage. Posez-la sur le dessus de sa boite. NE LA POSEZ PAS sur son sac antistatique car l’extérieur de celui-ci est conducteur ! Tant qu'elle est dehors, profitez-en pour installer dessus tous vos composants, ce sera plus pratique qu'une fois installée dans le boîtier.
  2. Retirez le microprocesseur de son emballage. Repérez les broches absentes du microprocesseur (détrompeurs) et faites-les correspondre au support situé sur la carte-mère. En général, il existe un marquage doré (point ou flèche) qui vous indiquera comment l’orienter correctement.
  3. Insérez le microprocesseur sur la carte-mère. Déverrouillez soigneusement son support et insérez-y le microprocesseur en prenant les plus grandes précautions. Il doit pouvoir entrer sans forcer, en respectant l'orientation et l'alignement. S’il n’entre pas directement, ou que vous sentez une résistance même légère à l'insertion, il sera très probablement mal aligné. Vérifiez une nouvelle fois l’alignement des broches du circuit. Une fois le circuit en position, fermez le bras de verrouillage du support tout en maintenant un doigt légèrement appuyé sur le dos du processeur. Certains supports sont munis d'un levier métallique pour assurer le blocage du circuit en place, d’autres sont équipés d’assemblages plus complexes pour ouvrir et fermer le support.
  4. Appliquez une pâte thermoconductrice de bonne qualité au dos du microprocesseur. N’en appliquez pas plus que le volume d’un petit-pois et répartissez-la en une couche fine sur toute la surface du dos du circuit. Une couche trop épaisse de pâte nuirait à la bonne conduction thermique, rendant plus difficile le refroidissement du circuit.
    • Dans certains cas (cas des microprocesseurs livrés avec dissipateur de chaleur), vous devrez passer outre à cette étape car la pâte a déjà été appliquée par le constructeur. Vérifiez alors sous le dissipateur si la colle y est effectivement.
  5. Montez le dissipateur thermique. Cette opération peut varier selon les modèles, il vous faudra donc lire les instructions d’assemblage. La plupart des dissipateurs se fixent directement sur le microprocesseur et s'enclenchent sur la carte-mère. Certains dissipateurs d'occasion ont des clips qui se fixent sous la carte-mère. Pour de plus amples informations, regardez la documentation livrée avec le dissipateur.
  6. Insérez la mémoire RAM. Fixez les barrettes de RAM dans les supports prévus, et appuyez jusqu'à entendre un "clic" de verrouillage. Avant l'installation, regardez les barrettes et leurs supports, ils doivent coïncider pour une fixation parfaite. Quand vous enfoncez une barrette, exercez une force égale aux deux extrémités. Afin d’indiquer la priorité des bancs de RAM à équiper, les supports de mémoire peuvent être repérés par des couleurs différentes, et dans le cas où vous n’utilisez pas tous les supports disponibles, vous devrez équiper les bancs de mémoire selon l’ordre de priorité requis par le système.
    • Veillez à bien installer la RAM aux bons endroits. Pour cela, reportez-vous à la documentation livrée avec la carte-mère.
  7. Retirez de l’arrière du boîtier la platine de masque des entrées-sorties et extrayez de son emballage celle qui a été livrée avec votre carte-mère. Il est peu probable que celle qui a été installée d'office soit compatible avec votre carte-mère.
    • Il vous faudra forcer un peu pour retirer la platine de masque d'origine. Ces platines peuvent parfois être maintenues par des vis, mais le plus souvent, elles sont seulement maintenues par friction. Pour enlever l’ancienne plaque, il vous faudra presser fermement par l’arrière du boîtier de manière à l’extraire par l’intérieur de celui-ci.
  8. Retirez ensuite toutes les parties prédécoupées couvrant les accès correspondant aux connecteurs d’entrées-sorties de votre carte-mère. Introduisez alors la nouvelle platine par l’intérieur du boîtier, puis appuyez fermement sur ses bords depuis l’intérieur pour la faire entrer dans son logement. Vérifiez bien que vous la mettez dans le bon sens.
  9. Installez correctement les entretoises ou écarteurs. Avec les boîtiers, sont livrés de petits sachets contenant les entretoises correspondant aux dimensions du boîtier. Ces dernières ont pour rôle de rehausser la carte-mère de manière à l'isoler du fond du boîtier et de permettre le vissage.
    • Dans ces boîtiers, il y a souvent plus de trous que votre carte-mère n'en possède. Le nombre d’entretoises nécessaires sera déterminé par le nombre d’orifices de fixation existant sur la carte-mère. Positionnez celle-ci de manière à localiser l’emplacement des entretoises sur la plaque de fond du boîtier.
  10. Fixez la carte-mère. Une fois les entretoises positionnées, positionnez la carte-mère sur les entretoises, dans le boîtier donc, et poussez-la contre la platine de masque. Utilisez les petites vis fournies pour fixer la carte-mère sur les entretoises. Les trous d'entrée des vis se trouvent sur la carte-mère.
  11. Connectez les différents éléments du boîtier sur la carte-mère. Les broches de connexion réservées à cet effet sont en général toutes groupées sur la partie de la carte-mère qui se trouve du côté de la face avant du boîtier. L’ordre de connexion des fils venant du boîtier dépend seulement de leur facilité d’accès. Il est alors temps de connecter les ports USB, le bouton d'alimentation, le contact de remise à zéro, la LED d’alimentation, les témoins de marche du disque dur et le connecteur de raccordement audio (HDAudio ou AC97). Lisez attentivement la documentation de la carte-mère pour toutes ces connexions.
    • Tous ces connecteurs n'ont qu'un sens d'installation, il y a des détrompeurs. Donc, ne forcez jamais pour les installer !

L'installation de la carte graphique

  1. Retirez le panneau arrière correspondant aux sorties PCI-E. Aujourd'hui, la plupart des cartes vidéo utilisent le port PCI-E. Parfois, il faut enlever deux panneaux. Vous avez juste à forcer un peu pour déloger ces panneaux.
  2. Insérez la carte vidéo. Il y a souvent un petit onglet qu'il faut repousser pour pouvoir insérer correctement la carte graphique. Une fois la carte glissée, l'onglet se repositionne et verrouille la carte (ce verrouillage est particulièrement important pour les cartes puissantes, destinées aux jeux en ligne par exemple). Appuyez sur la carte uniformément mais fermement, et vérifiez l'alignement avec le port PCI sur l'arrière.
  3. Fixez la carte. Une fois celle-ci insérée, fixez-la à l'aide d'une vis sur l'arrière du boîtier. Si vous oubliez de la fixer, elle finira par s'abîmer à cause des vibrations.
  4. Installez vos autres cartes PCI si cela est prévu. Procédez de la même façon que pour la carte graphique, par exemple si vous envisagez d'installer une carte son.

L'installation des différents lecteurs

  1. Retirez le ou les caches, situés à l'avant du boîtier, destinés aux différents lecteurs. Les boîtiers sont prévus pour accueillir les divers lecteurs (DVD, optiques, etc.). Retirez autant de panneaux de protection que vous souhaitez. Pour le disque dur, ce n'est pas la peine !
  2. Depuis l'avant du boîtier, insérez les lecteurs que vous voulez. Les emplacements sont taillés sur mesure pour les différents lecteurs, il suffit de les glisser dedans. Une fois que c'est fait, il ne reste plus qu'à les fixer à l'aide de petites vis, à l'intérieur du boîtier. Les vis se mettent sur les côtés.
  3. Installez le disque dur. Glissez-le à l'intérieur, dans le bac prévu à cet effet (un logement de 3,5 pouces). Parfois, il faut soulever des clips pour pouvoir glisser le disque dur. Comme d'habitude, une fois le disque dur bien installé, fixez-le avec les vis.
  4. Raccordez les câbles SATA. Aujourd'hui, la norme est est la connexion via un câble SATA qui relie le lecteur, le disque dur à la carte-mère. Il vous faut donc connecter une extrémité du câble au port SATA fu lecteur, et l'autre, ao port SATA la carte-mère. On utilise les mêmes câbles pour les disques durs et les lecteurs optiques.
    • Pour éviter de futurs ennuis, connectez le disque dur au premier port SATA de la carte-mère, puis connectez les autres lecteurs sur les autres ports SATA. Évitez de brancher au hasard !
    • Les câbles SATA ont deux extrémités identiques. Dès lors, peu importe le sens de connexion !

Câblez votre ordinateur

  1. Raccordez maintenant les câbles d'alimentation à la carte-mère. Les systèmes les plus récents sont dotés d'un connecteur à 24 broches et d'un connecteur séparé à 6 ou 8 broches. Les deux doivent être connectés à la carte-mère. Les câbles d'alimentation ne peuvent aller que dans un seul type de réceptacle. Poussez les connecteurs jusqu'au bout.
    • Le connecteur à 24 broches est le plus large.
  2. Branchez l'alimentation de la carte graphique. Si vous avez installé une carte graphique dédiée, il y a des chances qu'il faille l'alimenter. Certaines cartes ont besoin d'un connecteur, d'autres cartes, de deux. Le port est situé sur le dessus de la carte.
  3. Branchez l'alimentation des lecteurs. Tous doivent être alimentés électriquement via des connecteurs SATA. Ils conviennent aussi bien aux disques durs qu'aux lecteurs optiques.
  4. Arrangez vos câbles. Il y a souvent beaucoup de câbles passant un peu partout, surtout si vous avez fait une petite tour. Il faut les réunir, avec de petits colliers par exemple. Mais surtout il ne faut pas qu'ils se trouvent sur la circulation d'air, devant les grilles d'aération, ni prés des ventilateurs qui tournent.

L'installation de ventilateurs supplémentaires

  1. Connectez d'abord les ventilateurs du boîtier. En général, les boîtiers sont livrés avec un ou deux ventilateurs préinstallés. Il suffit juste de les raccorder à la carte-mère pour qu'il(s) fonctionne(nt).
  2. Installez des ventilateurs supplémentaires. Si vos composants sont haut de gamme, il faut rajouter des ventilateurs. Ainsi, des ventilateurs de 120 sont parfaits, car ils sont puissants et relativement silencieux.
  3. Optimisez l'efficacité de vos ventilateurs. Ceux de devant et du dessus aspirent l'air frais, tandis que ceux de l'arrière et de côté expulsent l'air chaud. Ainsi se crée un flux d'air bénéfique. Il existe une flèche dessinée sur le corps du ventilateur, représentant le sens de circulation du flux d'air. Il est important d'orienter ces flux de telle manière que l'air réchauffé soit orienté vers une grille de sortie

La mise en route de votre ordinateur

  1. Fermez maintenant le boîtier. On en fait pas tourner un ordinateur avec un boîtier ouvert. Ce dernier est spécialement conçu pour aérer l'intérieur, mais il doit être fermé. C'est une question d'efficacité. Serrez bien toutes les vis de fixation Sur certains boîtiers, il existe des vis qu'il suffit de pousser avec les doigts
  2. Branchez votre ordinateur. Branchez-y un moniteur, soit sur la carte graphique, soit sur un port de la carte-mère. Branchez-y un clavier et une souris sur des ports USB situés sur le devant soit à l'arrière de l'unité centrale.
    • Ne branchez pas de périphériques tant que vous n'avez pas mis votre système d'exploitation !
  3. Allumez l'ordinateur. Bien sûr, rien ne va apparaître, mais il s'agit juste de voir si les ventilateurs tournent et si tout fonctionne bien (allumage des témoins, alimentation du CPU, …)
  4. Lancez un MemTest86+. Ce programme se télécharge gratuitement et on le lance depuis un CD ou une clé USB, sans qu'il soit besoin d'avoir un système d'exploitation. Il teste les barrettes de mémoire. De tous les composants, les barrettes sont certainement les plus fragiles. Aussi est-il judicieux de les tester, surtout si vous en avez acheté à bas prix.
    • Au début, on lance un ordinateur à partir d'un CD ou d'une clé USB, plutôt qu'à partir du disque dur. Configurez les paramètres du BIOS à ce moment-là, puis naviguez dans le menu "Démarrage". Là, vous pourrez indiquer à l'ordinateur qu'il devra démarrer sur le disque dur (ou ailleurs).
  5. Installez votre système d'exploitation. Vous pouvez installer une plateforme Microsoft Windows ou une distribution Linux. Certes, Windows coûte plus cher, mais au moins, avec, tout sera compatible, les logiciels, les utilitaires et même les éléments physiques que vous seriez amené à rajouter. Linux est gratuit et il y a derrière ce nom, toute une série de développeurs qui travaillent à enrichir ce monde. Cependant, tous les programmes Windows ne peuvent pas tourner sous Linux. De même, certains éléments physiques que vous seriez amené à rajouter ne fonctionneront pas.
  6. Installez vos pilotes. Une fois le système d'exploitation installé, vous devez installer différents pilotes. Tout le matériel que vous avez acheté est livré avec des disques sur lesquels se trouvent les pilotes. Ces pilotes sont automatiquement installés sur les dernières versions de Windows et de Linux, il suffit d'une connexion Internet.

Conseils

  • Il peut être très utile de demander son assistance à l'un de vos amis qui s'y connaisse en assemblage d'ordinateurs. Vous pourrez pour le moins lui demander son opinion au sujet des composants que vous voulez utiliser.
  • Utilisez des attaches de nylon pour grouper ensemble tous les câbles et faites-les passer de telle manière qu’ils ne bloquent pas les flux de circulation d’air à l’intérieur de l'unité centrale. Si possible, évitez d’utiliser des composants IDE tels que disques durs et disques optiques, parce que leurs câbles sont très larges et peuvent gêner considérablement les flux de refroidissement par air.
  • Ne laissez pas traîner le matériel sur le sol durant des jours parce que vous ne savez comment monter tel ou tel composant ! En effet, il peut se produire des décharges électrostatiques pouvant endommager ou détruire les composants ainsi exposés (une dizaine de volts est suffisante pour détruire certains composants électroniques comme il y en a sur les cartes-mères). S’ils ne sont pas installés rapidement dans le boîtier ou sur la carte-mère, le mieux sera de les laisser dans leurs pochettes d’emballage antistatique. Sinon, placez-les sur une surface non conductrice, telle que du bois ou du verre.
  • Si vous montez complètement votre PC et qu’il ne fonctionne pas, démontez tout, à l’exception du bloc d’alimentation, de la carte-mère, du microprocesseur et de son dissipateur, de la mémoire RAM, ainsi que de la carte vidéo (si vous n’utilisez pas l’interface vidéo interne). Assurez-vous que cette partie fonctionne. Vous le saurez en voyant apparaître l’écran du BIOS au moment du démarrage. Arrêtez-le et connectez-lui son disque dur, puis vérifiez de nouveau qu’il démarre. Éteignez-le de nouveau, puis connectez son CD-ROM, puis faites de nouveau la vérification de démarrage au moyen du BIOS. De nouveau, éteignez-le et connectez chaque périphérique additionnel jusqu’à ce que tous les périphériques soient connectés et que l’ensemble démarre. L’idée est de vous permettre d’isoler le composant qui pose un problème en les installant un par un et en obtenant le démarrage sur le BIOS à chaque pas d’installation. Ainsi, lorsque vous aurez installé un des périphériques et que l’ordinateur ne parviendra plus à démarrer, vous aurez identifié la cause du problème.
  • Chaque groupe de câbles venant du bloc d’alimentation ne pourra être branché sur la carte-mère que si le connecteur est présenté dans le bon sens, mais il faudra forcer un peu pour assurer un bon contact. Si votre bloc d’alimentation est récent, il se peut qu'il soit doté d’un connecteur à 8 broches du type EPS 12V et d’un connecteur PCI express à 8 broches également. Ne tentez surtout pas de forcer pour mettre ces connecteurs en place.
  • Quelques modèles de blocs d’alimentation sont équipés d’un commutateur 115V/230V. Si vous êtes aux États-Unis ou dans un des pays d’Amérique Centrale et du Sud, positionnez ce commutateur en 115V, sinon utilisez la position 230V.
  • Si vous avez acheté une édition OEM de Microsoft Windows, il y a dans son emballage une étiquette autocollante portant la clé de produit original du système. Vous devrez apposer cette étiquette sur une partie visible du boîtier de votre ordinateur. Elle vous servira également de référence lorsqu'il vous sera demandé d'entrer cette clé de produit.

Avertissements

  • Ne touchez SURTOUT PAS avec vos mains les broches du microprocesseur ni les composants implantés autour de son support.
  • Vérifiez deux fois plutôt qu'une toutes les connexions avec le plus grand soin avant de démarrer votre ordinateur pour la première fois. Bien qu’il soit pratiquement impossible de brancher dans le mauvais sens un connecteur précâblé, quelques-uns de ceux-ci sont fragiles, et si vous avez un peu forcé en installant un petit connecteur, vous pouvez provoquer des dommages sérieux. C’est spécialement vrai avec les circuits de mémoire DIMMs qui peuvent parfois apparaître bien positionnés alors qu’ils sont inversés. L’inversion de cette manière résultera en un court-circuit sur le module de mémoire et le rendra définitivement inutilisable. Ceci peut être évité en portant la plus grande attention à la position des détrompeurs des connecteurs et à ceux des modules de mémoire. Les plaquettes de RAM les plus récentes sont conçues de manière à rendre impossible une inversion du circuit.
  • Ne forcez pas pour insérer les composants dans leurs fentes ou leurs supports ! Les dimensions du matériel peuvent être en limite de tolérance, mais tout doit pouvoir entrer dans son logement sans nécessairement utiliser la force. Les modules de mémoire sont parmi les quelques types de composants qui auront besoin d’un peu de pression pour entrer dans leur support. Vérifiez que leurs détrompeurs correspondent bien aux détrompeurs des supports avant de tenter de les installer.
  • Ne forcez pas pour raccorder les entrées-sorties de votre PC. Par chance, les câbles venant se connecter au dos de l’ordinateur ne pourront entrer que dans les connecteurs qui leur sont destinés et il n’y a aucune possibilité d'erreur. Tous les câbles, exceptés les câbles coaxiaux ainsi que certains câbles d’alimentation d’ordinateurs portables ne pourront être branchés que s’ils sont présentés dans le même sens que leurs connecteurs de destination. Par exemple, les câbles DVI (Digital Visual Interface) et VGA (Video Graphics Array) sont équipés de connecteurs trapézoïdaux différents, donc le risque d'erreur de connexion est éliminé.
  • Si vous ne savez pas trop comment faire à telle ou telle étape du montage, n’essayez pas de forcer les choses ! Vous pouvez demander à quelqu’un qui sait de quoi il retourne de vous conseiller durant le montage, sinon recourez à un professionnel. Vous pouvez également vous référer aux manuels d'instructions livrés avec les composants. S'il n'y en a pas - parce que vous avez acquis des pièces d'occasion, par exemple - vous pouvez consulter le site web du fabricant des équipements en question : là, vous obtiendrez en général tous les renseignements théoriques et pratiques dont vous pourriez avoir besoin.
  • Attention aux décharges électrostatiques lors de l'installation des composants ! Portez autour du poignet un bracelet antistatique connecté au boîtier de l’appareil en cours de montage et si vous n’en avez pas, arrangez-vous pour vous décharger régulièrement avant de toucher les composants, en touchant le boîtier qui doit rester connecté à la terre.
  • Maintenez une connexion électrique à la terre pendant le montage de l’ordinateur. Ceci peut bien sûr être réalisé en connectant le bloc d’alimentation au réseau électrique qui doit être équipé d’une ligne de terre. Le câble doit être lui aussi pourvu de sa ligne de terre (il doit vous avoir été fourni avec le bloc d’alimentation). Pour pouvoir travailler sans risque, vous devrez prendre soin de déconnecter le réseau électrique au moyen du disjoncteur approprié dans le panneau de sécurité de votre maison, ce qui vous permettra d’assembler toutes les parties de votre machine et de les interconnecter sans qu’elles ne risquent d’être alimentées, les deux lignes actives seulement étant isolées du réseau électrique, la ligne de terre seule restant connectée à l’appareil en cours de montage. Ce genre de sécurité est maintenant obligatoire et devrait exister dans tous les foyers.
  • Faites attention lorsque vous travaillez près des bords métalliques. Il est facile de se blesser, particulièrement en travaillant à l'intérieur des boîtiers de petite taille.
  • Lorsque vous placez le microprocesseur sur son support, ou encore si vous connectez un port PATA (IDE) sur la carte-mère, faites-le en prenant beaucoup de précautions. Si vous tordez une broche, essayez de la redresser avec une pince à becs étroits ou une pince à épiler la plus fine possible (les broches situées sous le microprocesseur sont extrêmement fragiles). Si vous avez rompu une patte du microprocesseur, il ne pourra pas fonctionner. Dans le cas où vous cassez la broche d’un connecteur IDE, vous avez 7 chances sur 40 d’avoir cassé une broche de masse, ce qui n’empêcherait pas en ce cas précis un fonctionnement normal de l’équipement.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.