Comment se défendre d'une agression

Apprenez grâce à cet article les compétences nécessaires pour vous défendre d’une agression.

Étapes

  1. Raisonnez votre agresseur. Se battre ne doit être considéré que comme le dernier recours. Ne vous défendez physiquement que lorsque vous avez épuisé toutes les autres solutions.
  2. Si votre agresseur refuse de se calmer, mettez-vous en position de combat. Orientez votre corps sur le côté de façon à présenter l’épaule du côté de votre main dominante (épaule droite pour les droitiers, gauche pour les gauchers.) Relevez les poings de façon à protéger votre corps, pas trop haut pour ne pas bloquer votre vue, mais assez haut tout de même pour protéger votre visage.
  3. Apprenez à bloquer une attaque. Pour parer un coup de poing, ouvrez votre main et repoussez le poing pour qu’il n’atteigne pas les zones les plus fragiles (tête, abdomen, aine.)
  4. Apprenez à contre-attaquer. Évitez les coups de poing avec élan, dans lesquels vous décrivez un large C avec votre poing, en l’accompagnement de tout votre poids. Un coup de poing doit être porté depuis le centre de votre corps, en position de combat. Votre poing doit aller et venir rapidement. Ne laissez pas votre bras traîner là où votre agresseur pourra facilement l’attraper. Utilisez aussi des coups de pieds. Utilisez le pied situé vers l’arrière en position de combat. Relevez la jambe et portez un coup rapide, en rentrant la jambe le plus rapidement possible pour éviter que votre agresseur ne puisse l’attraper.
  5. Apprenez à serrer les poings correctement. Cela vous paraîtra peut-être idiot ou trivial, mais il est crucial de savoir serrer les poings correctement pour éviter les blessures. Le poing doit être très serré, le pouce posé sur ou sous l’index et le majeur, mais surtout pas replié dans le poing. Ne placez jamais le pouce à l’intérieur de votre poing et ne laissez jamais le pouce sorti, dans les deux cas vous risqueriez de le casser si vous portez un coup assez fort. Gardez aussi le poignet droit lorsque vous portez un coup, pour éviter de vous blesser.
  6. Ayez l’air fort. Tout se joue dans la posture. Vous devez garder le dos droit, marcher d’un pas sûr, sans pour autant marcher trop vite et laisser penser que vous êtes suspicieux ou effrayé, garder la tête haute (surtout dans un quartier mal fréquenté) et éviter de détourner le regard des personnes qui vous entourent. Il y a trois buts à tout cela : montrer aux gens que vous êtes alerte, vous permettre d’identifier les personnes situées autour de vous et vous donner l’occasion de saluer les personnes que vous pourriez connaître.
  7. Soyez conscient de votre environnement. Les agresseurs approchent généralement leurs victimes en jouant l’innocent ou en les menaçant pour de l’argent. Cela peut par exemple se produire dans les endroits désertés la nuit. Gardez toujours un oeil sur les personnes qui pourraient vous approcher.
  8. Soyez sur la défensive. Si quelqu’un vous approche, tenez-vous avec les pieds légèrement écartés, le dos et la tête droite et étendez les bras devant vous, les paumes vers l’avant comme pour repousser la personne qui s’approche de vous. Criez "Stop!" d’une voix forte et assurée. Cette posture vous donnera un air de force, d’assurance et de confiance en vous, ce qui peut faire fuir un agresseur. Si la personne s’arrête mais ne s’éloigne pas, posez-lui fermement des questions telles que "Êtes-vous en train de me suivre ?" "Pourquoi êtes-vous en train de me suivre ?" ou "Que voulez-vous ?"Interrogez-la sur ses motivations et essayez de déterminer ses intentions, sans changer de position. Ne bougez pas. Vous en apprendrez de cette façon davantage sur votre ennemi et sur ses intentions, ce qui est toujours une bonne chose. Si la personne vous répond, il sera peut-être possible de la persuader de changer d’avis et de trouver un terrain d’entente. Vous devrez peut-être lui proposer de l’argent pour qu’elle vous laisse tranquille, si vous avez une somme raisonnable sur vous. Une somme située aux alentours de 50 € paraît acceptable, tandis qu’une poignée de monnaie risque de ne pas faire l’affaire. Votre vie est plus importante que de l’argent.
  9. Si votre agresseur ne veut pas vous laisser tranquille, mettez-vous en position de combat. Si vous êtes droitier, reculez le pied droit derrière vous. Si vous êtes gaucher, reculez le pied gauche. N’écartez pas trop les pieds de façon à rester facilement mobile. Un bon repère est de conserver les pieds écartés de la largeur des épaules. Le pied situé en arrière vous permettra de garder l’équilibre si votre agresseur vous pousse, ce qui vous évitera de vous retrouver au sol sur le dos. Si vous tombez sur le dos, c’est fini pour vous. Cette posture ressemble à celle des boxeurs, avec le pied de derrière un peu plus reculé. Le pied de derrière permet aussi de frapper l’agresseur. Après avoir placé vos pieds, placez vos bras selon votre main dominante : les droitiers doivent lever le bras gauche plus haut que le droit et vice versa. Serrez votre poing et placez-le devant le visage pour protéger votre tête. C’est votre bras de défense. Le bras dominant doit être placé légèrement plus bas pour pouvoir attaquer. Le but est de parer les coup avec votre bras de défense de façon à pouvoir porter les coups avec votre bras dominant dans l’espace laissé libre.
  10. Attrapez votre agresseur par les cheveux ou la tête avec votre main dominante et relevez la jambe opposée pour pouvoir porter un coup de genou sur la tête baissée de votre ennemi. Si ce mouvement est effectué correctement, vous devez pouvoir le choquer suffisamment pour avoir le temps de fuir.
  11. Frappez (fort) le nez de votre agresseur avec votre bras dominant. Cela devrait désorienter votre opposant, lui casser le nez et vous laisser le temps de lui échapper. Criez en même temps que vous portez le coup, cela surprendra votre adversaire tout en donnant plus de force à votre coup, et vous permettra aussi d’attirer l’attention. Si vous devez frapper, ne le faites pas à moitié. Un coup trop faible, même si vous touchez votre cible, ne suffira pas à faire neutraliser votre agresseur et risque même de le mettre en colère. Frappez comme si votre vie en dépendait, car c’est peut-être le cas.
  12. Si votre agresseur vous saute dessus par derrière en enroulant ses bras autour de votre buste et de votre taille, écartez vivement les bras et frappez la tête de votre agresseur avec votre coude, en utilisant le bras situé le plus près de sa tête. Utilisez votre main libre pour attraper son bras de ce côté et faites un pas pour essayer de vous dégager après avoir porté le coup de coude.
  13. Si on vous attrape par derrière, faites un pas en avant puis reculez en vous déportant sur le côté en même temps. Cela pourrait déséquilibrer votre agresseur et l’envoyer par-dessus votre épaule. Cette technique fonctionne mieux avec un agresseur plus grand que vous. Entraînez-vous à faire ce mouvement avec un ami.
  14. Si votre agresseur vous attrape par le bras, redressez la main comme pour la rendre la plus plate possible, et tirez votre bras pour le dégager de son emprise. Le fait de rigidifier les doigts durcit le bras, ce qui rend plus facile d’échapper à un agresseur, même plus fort que soi.
  15. Si vous devez faire face à un groupe d’agresseurs, essayez de ne pas vous retrouver au sol, car il deviendrait très difficile de vous défendre.

Conseils

  • Évitez de rester statique et rigide si vous êtes agressé. Il faut être agile et fluide si l’on veut pouvoir parer ou esquiver une attaque rapidement.
  • Réfléchissez avant d’agir. Que va-t-il se passer si vous frappez votre agresseur ? Est-ce que cela vous donnera la temps de vous échapper, ou bien allez-vous devoir porter un autre coup de pied ou de poing ?
  • Il est parfois utile d’utiliser l’avant-bras pour parer un coup, particulièrement si votre agresseur utilise des coups de poings avec élan, ce qui laisse tout le temps de placer son bras en mode défensif.
  • Un coup de coude porté au visage peut momentanément invalider votre agresseur, ce qui peut vous laisser le temps de rejoindre un lieu plus fréquenté.
  • Si vous n’avez pas besoin d’utiliser la violence, ne le faites pas. Si vous pouvez fuir, faites-le, personne ne veut jugera lâche si vous évitez une confrontation inutile.
  • Ayez toujours un téléphone mobile sur vous et appelez de l’aide si vous le pouvez.
  • Vous pouvez suivre des cours d’autodéfense.
  • Voyagez avec des personnes de confiance si vous vous rendez dans des endroits dangereux. Il est plus fréquent d’être agressé lorsqu’on voyage seul.
  • Évitez absolument d’énerver ou de taquiner votre agresseur.

Avertissements

  • N’utilisez cette méthode qu’en cas de réel besoin.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.