Comment rester optimiste pendant la ménopause

En France, 7 % des femmes de 40-44 ans et 83 % des femmes de 50-54 ans sont ménopausées. La ménopause est l’arrêt définitif de la fonction ovarienne chez la femme et de nombreux préjugés négatifs persistent à l’égard de « ce changement de vie ». Pour les médecins, les nombreux symptômes de la ménopause sont en partie liée au manque d’œstrogènes, et non à un processus global . Il existe beaucoup d’informations mensongères à ce sujet, et elles sont favorisées et encouragées par la très grande importance accordée sur la culture des jeunes et le désir de mettre à l’écart tout ce qui fait penser à « la vieillesse ». Ce ne devrait pas être le cas ! Le retour d’âge est une étape naturelle et inévitable de l’évolution de la vie de chaque femme, étape qui se doit d’ailleurs d’être commémorée et respectée.

Avoir une attitude positive

  1. Faites un choix. Vous avez deux choix : vous pouvez faire face à la ménopause avec colère et avec déni (mais elle surviendra) ou vous pouvez l’accepter et passer le maximum de la période de transition à vous préparer .
    • Quand des pensées négatives vous viennent à l’esprit ou quand vous vous sentez accablée par les symptômes, arrêtez d’y penser et respirez.
    • Dites-vous : « J’accepte ce changement qui survient dans ma vie ».
  2. Sachez que vous êtes toujours une femme. Dans une société qui est très axée sur la jeunesse, il est très facile de se voir intégrer dans le groupe des personnes âgées, et votre féminité est quelque peu réduite. La vérité est que vous êtes une femme à part entière ! En effet, le retour d’âge est l’une des expériences féminines les plus unificatrices  !
    • Servez-vous de cette nouveauté dans votre vie comme un moyen de vous lier à d’autres personnes.
    • En discutant de cette période avec d’autres femmes, vous pouvez vous créer de nouvelles relations.
  3. Réveillez tous les objectifs que vous vous êtes fixés. Pour beaucoup de femmes, la ménopause est un moment de redéfinition de ses rôles, de ses intérêts, mais aussi de ses objectifs. D’autres femmes trouvent que c’est un moment de réflexion sur leur situation actuelle et sur leur avenir
    • Y a-t-il quelque chose que vous avez toujours voulu faire ?
    • Est-il temps de mettre un terme à une relation difficile ?
    • Est-ce le moment pour vous d’accorder une priorité à vos intérêts et d’avoir ce que vous avez toujours voulu ?
  4. Utilisez des techniques antistress. Si vous vous sentez stressée, les variations hormonales pourraient en être à l’origine. Au lieu de prendre des comprimés, pensez aux techniques pouvant limiter le stress .
    • Pouvez-vous modifier votre charge de travail ?
    • Pouvez-vous suivre des cours de yoga, de méditation, ou de gymnastique ?
    • Les exercices de respiration profonde peuvent aider à atténuer les bouffées de chaleur. Ils nécessitent de la pratique, mais ils sont très efficaces.
  5. Restez en bonne santé. Un corps sain favorise l’appropriation d’un esprit sain, ce qui est d’une grande utilité au cours de cette période de transition. Prenez de bons aliments, de l’eau, et faites des exercices pour vous fortifier.
    • Alimentez-vous bien pour avoir une meilleure humeur. Optez pour les « aliments convenables à la ménopause » comme les aliments n’ayant pas subi une transformation, les fruits et légumes, les haricots, les légumineuses, le poisson, les produits alimentaires ne contenant pas de sucres, etc.
    • Buvez beaucoup d’eau pour vous hydrater. En cette étape de votre vie, le niveau des hormones influence l’état d’hydratation cellulaire.
    • Pratiquez une activité physique pour garder la bonne humeur et une bonne santé physique. Les exercices physiques permettent de réduire l’intensité et la fréquence des bouffées de chaleur.

Accepter le changement

  1. Acceptez-vous. Il peut être difficile de gérer certaines choses dans votre nouvelle vie, comme le gain de poids. Au lieu de vous plaindre, acceptez tout changement. C’est peut-être le moment pour vous de passer à autre chose.
    • Si vous avez du mal à accepter une nouveauté dans votre mode de vie, regardez dans le miroir et dites-vous par exemple : « Je suis fière de mon nouveau corps. » Ainsi, vous pourrez croire en vous .
  2. Appréciez la vision claire que peut présenter le retour d’âge. La ménopause est un carrefour, un temps pour renaitre, pour changer de vision et pour plus explorer vos besoins. C’est le moment de mettre vos besoins en premier plan et de commencer par opérer des changements dans votre vie pour aller de l’avant.
  3. Faites le deuil de votre passé. Vous avez laissé derrière vous des aspects de votre vie. Faites un rituel pour dire adieu à ces détails de votre vie et pour accueillir la nouvelle étape .
    • Organisez une fête pour l’arrivée de la ménopause !
    • Faites un voyage.
    • Faites ce tatouage qui vous a toujours plu.
  4. Reprenez là où vous en étiez. Avant que vous ne commenciez à réfléchir longuement à ces dernières années de votre vie qui vous ont certainement submergés, vous aviez probablement fait des plans pour vous-même. Il est temps de retourner à ces rêves. Ressuscitez une ancienne carrière, entreprenez une nouvelle carrière, faites un pèlerinage ou démarrez une affaire.
  5. Puisez la force chez vos amies. Tournez-vous vers des connaissances qui ont vécu la même chose que vous ou qui sont en train de la vivre. Se confier à des amies de confiance et capables de vous comprendre peut limiter vos préoccupations et vous donner l’impression d’être bien entourée.
    • Partagez entre vous des histoires.
    • Soutenez-vous mutuellement.
    • Riez ensemble.

S’informer

  1. Lisez des livres traitant de la ménopause. Préférez les livres écrits par des femmes qui ont vécu cette expérience ou qui la vivent actuellement. Lire ces livres vous aidera à comprendre l’étendue des hypothèses sur la ménopause, et vous rassurera sur le fait que vous n’êtes pas la seule dans le cas.
    • Essayez de lire celui-ci : La sagesse de la ménopause : Cultiver la santé physique et psychique durant cette période de changement.
  2. Sachez à quoi vous attendre. Utilisez des livres ou visitez des sites Internet pour rechercher les signes physiques et émotionnels liés à la ménopause. Cette démarche vous sera utile lorsque vous vous sentirez irritée, insatisfaite et impatiente. Retracer à l’esprit ces différents états d’âme vous aidera à les surmonter, plutôt de croire que vous avez un tempérament violent.
  3. Recherchez différentes histoires. Il y a beaucoup d’histoires qui traitent de cette épreuve difficile que vivent les femmes. Vous en trouverez certainement dans les magazines féminins. À vrai dire, ces histoires soulignent les expériences les moins communes, les plus sensationnelles, les plus rares, ainsi que les plus médiatiques, et cela ne reflète aucunement ce que vit la majorité des femmes .
    • Choisissez des livres et des articles qui racontent des histoires plutôt positives ou neutres.
  4. Discutez avec d’autres femmes. Si vous ne savez pas à quoi vous attendre de la ménopause, vous serez plus exposée aux histoires horribles, aux traitements dont vous n’aurez certainement pas besoin, et vous aurez du mal à gérer ces changements. Pour lutter contre cela, informez-vous directement de la situation en discutant avec des femmes de votre entourage. De cette façon, vous aurez connaissance d’une variété d’expériences uniques .
  5. Croyez en ce que vous savez. L’information est source de sagesse. Au fur et à mesure que vous avez des informations sur la ménopause, faites confiance à votre intuition, à jugement critique et à votre corps . Vous en savez probablement plus que vous ne le pensez !

Conseils

  • On parle de ménopause quand la femme n’a pas eu de menstruation pendant plus de 12 mois consécutifs.
  • Connaissez vos faits. La ménopause débute généralement après 40 ans, et les dernières menstruations apparaissent entre 49 et 51 ans. Les femmes qui fument ont une ménopause plus précoce et une densité osseuse plus faible à cause du tabagisme. Il s’agit de simples estimations, mais certaines femmes connaissent effectivement une ménopause précoce. Le plus important, c’est de ne pas écouter les rumeurs populaires sans avoir fait des recherches appropriées. Vous n’allez pas forcément être exposée à ce qu’ont vécu vos amies ou les membres de votre famille.
  • Identifiez les signes. Toutes les femmes sont différentes : certaines femmes peuvent présenter très peu (ou pas) de symptômes, et d’autres peuvent en avoir beaucoup. Par ailleurs, il convient de noter qu’il existe une autre catégorie de femmes qui vivent une situation intermédiaire. Voici un aperçu des signes les plus observés chez ces femmes :
    • Des bouffées de chaleur (environ 40 % des femmes ne présentent pas ce symptôme).
    • Des sueurs nocturnes.
    • La sécheresse vaginale.
    • Des variations du cycle menstruel : vos règles peuvent être moins abondantes, plus abondantes, régulières, irrégulières, plus fréquentes, ou disparaitront totalement.
  • La sécrétion d’œstrogène peut toujours avoir lieu après la ménopause. Cependant, cette hormone ne sera plus produite par les ovaires et sera moins sécrétée quantitativement durant la ménopause. Les androgènes (hormone produite par les ovaires et la glande surrénale) seront convertis en œstrogènes grâce à des processus métaboliques. Quand cette conversion se produit dans les tissus adipeux, les femmes ayant des taux élevés de graisse corporelle ont tendance à produire plus d’œstrogènes à la post-ménopause.
  • Le débat qu’il y a eu ces dernières années sur le traitement hormonal substitutif (THS) montre clairement la nécessité de faire vos propres recherches et de vous poser de profondes questions. À une époque, le THS était considéré comme un traitement sans danger pour les femmes ménopausées. Cependant, des études effectuées au début des années 2000 ont révélé qu’il existe un risque accru de développer des maladies comme le cancer du sein, la maladie du cœur et les maladies de la vésicule biliaire quand on suit ce traitement . Même si les arguments médicaux et juridiques continuent d’être toujours aussi vifs, le nombre de femmes suivant ce traitement a énormément baissé, tout comme les taux de cancer du sein. Cela a conduit Barbara Ehrenreich, une écrivaine et militante féministe américaine ayant souffert du cancer du sein et ayant suivi ce traitement, à affirmer qu’une mauvaise science peut être la première cause du cancer. Si vous épousez l’idée des médecins qui considèrent qu’il faille médicaliser la ménopause, au lieu de la considérer comme un processus naturel de la vie, apprenez-en autant que possible et posez-vous toujours de questions.
  • La ménopause est synonyme de l’arrêt définitif des menstruations. Les niveaux d’hormones varient également pendant cette étape de la vie et cela peut être à l’origine des sautes d’humeur.

Avertissements

  • Laissez tomber tout ce qui n’a aucun effet positif sur vous. Ce n’est pas parce qu’une de vos amies ménopausées apprécie un remède que celui-ci est adapté à votre cas. Essayez-le si vous êtes convaincue, mais soyez prête à vous en débarrasser si votre état ne s’améliore pas ou s’aggrave !
  • Ne confondez pas la ménopause avec le stress ou le vieillissement. Le stress et le vieillissement sont responsables de certains problèmes notamment l’irritabilité, l’oubli, la dépression, l’anxiété, la frigidité, etc. Même si des études ont essayé d’associer ces symptômes avec la ménopause, il n’existe en réalité aucun lien de causalité entre ces faits (comme le montrent d’ailleurs d’autres études menées par des chercheurs américains). À vrai dire, il s’agit plutôt d’un ensemble de tous ces problèmes : la ménopause vous amène à réfléchir sur le vieillissement, qui à son tour s’ajoute au stress existant. Et si vous aviez l’habitude de vous stresser pour rien avant la ménopause, cela ne changera aucunement. Toutefois, vous pouvez vous engager à améliorer votre condition.
  • Sachez qu’il est bien possible pour une femme de devenir enceinte pendant la ménopause. Bien que cette probabilité soit très infime, cela pourrait se produire, et le fait d’ignorer cette possibilité n’est pas la meilleure méthode de contraception. Le risque de malformations congénitales est plus élevé lorsque l’un des parents est d’un certain âge, et le fait d’élever un enfant à ce stade de la vie quand vous espérez normalement vous libérer de cette charge peut être très difficile à supporter.
  • Il y a plusieurs choses qui pourraient — ou non — être liées à la ménopause. Par exemple, les sueurs nocturnes peuvent être dues à d’autres maladies comme le cancer. Si vous n’êtes pas rassurée et êtes inquiète à ce propos, consultez votre médecin. Vous pourriez toujours émettre vos opinions si votre médecin essaye d’associer ces signes à la ménopause, pendant que vous pressentez qu’il s’agit d’autre chose. Sollicitez un deuxième avis, un avis d’un spécialiste, ou demandez à faire des tests.

Éléments nécessaires

  • Des documents fiables qui traitent de la ménopause. Vous pouvez commencer à lire des ouvrages écrits par des femmes qui ont reçu une formation dans le domaine médical ou thérapeutique, ou qui ont vécu cette expérience.
Cet article contient des informations médicales ou des conseils pouvant affecter votre santé. Avant de mettre en pratique les conseils de ce wikiHow, parlez-en de préférence à votre médecin ou à un spécialiste. Si les symptômes persistent plus de quelques jours, allez voir un professionnel de la santé. Lui seul est apte à vous fournir un avis médical, quelle que soit votre condition. S'il s'agit d'un jeune enfant, consultez un pédiatre sans attendre.Le numéro des urgences médicales européen est le : 112Vous retrouverez les autres numéros des urgences médicales pour de nombreux pays en cliquant ici.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.