Comment réagir face au racisme

Le racisme est très prégnant dans notre société et il n’est pas rare de découvrir un fait divers traitant de bavures policières attribuées au racisme. Que pouvons nous faire pour lutter contre cela ? En apprendre plus sur le racisme et ses effets vous permettra par exemple de savoir comment réagir lorsque vous serez témoin d’une discrimination ou lorsque vous entendrez parler de racisme dans les médias.

Réagir lorsque l'on est victime de racisme

  1. Comprenez que vous ne réagissez pas de façon trop virulente. Comme pour le harcèlement, les discriminations liées au racisme (que l’on considère comme des micro-aggressions) doivent être prises très sérieusement .
    • Des études ont démontré que les personnes de couleur étaient victimes de micro-agressions tous les jours, mais les agresseurs nient le plus souvent avoir agit de façon raciste . Les victimes peuvent ainsi penser avoir imaginer l’agression, ou que l’on renie leur expérience face au racisme.
  2. Éloignez-vous. Si vous êtes victime d’une micro-agression ou face à une personne ouvertement raciste, prenez la décision de partir. Rien ne vous oblige à parler à cette personne.
    • Vous n’avez pas à faire changer cette personne d’avis. Ce type de conversation est épuisant et souvent très énervant. Prenez votre décision en toute connaissance de cause .
  3. Pointez les paroles ou comportements de l’agresseur. Concentrez-vous sur ses actes racistes plutôt que de l’accuser simplement de l’être .
    • Plutôt que d’accuser la personne de vous avoir blessé, vous pouvez expliquer à votre interlocuteur que ses paroles sont blessantes.
  4. Soyez direct avec vos pairs. Rien ne vous oblige à souffrir de racisme pour éviter les conflits avec vos pairs. Vous avez parfaitement le droit de vous exprimer.
    • Si quelqu’un se comporte de façon raciste, pointez le problème. Il est possible que cette personne soit sur la défensive donc usez de tact afin qu’elle soit plus réceptive à votre remarque.
  5. Adressez un commentaire ou un comportement raciste au sein d’un groupe. Lorsque qu’une personne se comporte de façon raciste, vous pouvez choisir d’adresser ce problème au sein d’un groupe, ou non. Prenez votre décision en fonction des relations que vous souhaitez conserver avec la personne (dans le cas où son comportement serait simplement maladroit).
    • Lorsque vous faites une remarque en public, vous montrez clairement au groupe que vous n’acceptez pas les comportements racistes. Mais la personne visée peut être sur la défensive.
    • Si ce comportement n’était pas intentionnel, vous pouvez décider de maintenir la relation que vous entretenez avec cette personne en en parlant en privé. Le problème est qu’il est possible qu’elle ne se souvienne plus de ses paroles exactes ou du contexte et que vous laissiez penser à vos amis que vous acceptez les comportements racistes.
  6. Essayez différentes approches. Cela vous permettra de définir celle correspondant le mieux à votre personnalité et à celle de votre agresseur.
    • Vous pouvez par exemple expliquer que ce type de comportement vous blesse. Exprimez vos sentiments afin que l’agresseur se sente moins atteint et puisse réfléchir à son comportement sans que la faute ne lui soit complètement imputée .
    • Vous pouvez aussi expliquer que la personne ne doit pas dire cela, car il risque de blesser autrui afin qu’il puisse changer de comportement.
  7. Apprenez à réagir au racisme d’un supérieur. Si un professeur ou votre patron vous traite différemment en raison de votre race ou fait des commentaires désobligeants, il peut être difficile de savoir comment réagir, car cette personne est dans une position de force et a une influence sur vos notes ou votre salaire.
    • Si vous pensez qu’il s’agit d’un comportement qui n’est pas intentionnel et que vous avez de bonnes relations de travail avec cette personne, vous pouvez en parler ensemble. Il est possible qu’il ne se rende pas compte de la portée de son comportement. Par exemple, un professeur qui vous demande systématiquement de donner votre opinion en tant que personne noire peut ne pas réaliser que cela est blessant et que toutes les personnes noires ne pensent pas la même chose.
    • Si vous en parlez avec la personne, faites-le en privé. Parlez-leur de vos sentiments de façon claire, directe et posée. Expliquez que son comportement vous blesse et que vous espérez que cela ne se reproduise plus .
    • Si vous pensez que ce comportement est intentionnellement malveillant et que vous craignez d’en discuter avec lui, vous devez en parler à son supérieur. Il peut s’agir du principal dans votre lycée ou du responsable des ressources humaines de votre entreprise. Assurez-vous de bien avoir documenté vos griefs . Prévoyez un rendez-vous en privé afin d’expliquer de quoi il s’agit (y compris la fréquence et des citations tirées des incidents que vous dénoncez) et les raisons pour lesquelles cela n’est pas acceptable.
  8. Connaissez vos droits. Si vous êtes victime de racisme au travail ou en public, vous avez des recours à votre disposition. Les lois françaises vous protègent par exemple contre les discriminations raciales .
    • Contactez un avocat spécialisé dans le droit civil ou le droit du travail si le racisme dont vous êtes victime vous prive de logement, travail, de votre sécurité ou de vos libertés individuelles .
    • Si vous ne pouvez pas payer un avocat, il existe de nombreuses organisations qui peuvent vous soutenir dans votre démarche.
  9. Faites la différence entre une personne et un acte raciste. Les personnes racistes sont pleines de préjugés et ne changeront que rarement même si vous les mettez face à leurs actions. Les comportements racistes, cependant, sont parfois non intentionnels et découlent d’une culture latente du racisme au sein de notre société.
    • Si la personne est raciste, il est souvent inutile de chercher à lui faire changer d’avis. Elle vous accusera certainement d’être paranoïaque. Il est en effet rare qu’une personne raciste change de comportement uniquement parce que cela peut vous blesser. Et il peut être dangereux de vous confronter à ces personnes
    • Cependant, s’il s’agit d’un commentaire inhabituel, vous pouvez essayer de montrer à cette personne en quoi ses paroles peuvent être blessantes. Les gens sont parfois inconscients de leurs actes racistes et des effets qu’ils peuvent avoir.
    • Vous pouvez décider de prendre la peine de faire changer ces personnes ou non. Rien ne vous oblige à les éduquer sur ce sujet .
  10. Prenez avant tout soin de vous. Le racisme peut être traumatisant pour ses victimes. Sachez vous entourer afin d’être plus résiliant.
    • Le stress découlant du racisme peut affecter votre vie, santés physique et mentale performance in school, , mais aussi vous exposer à des maladies plus graves .
    • Vous pouvez rejoindre des organisations ou partis politiques raciaux afin de rencontrer des personnes rencontrant les mêmes obstacles. Vous pouvez également en parler avec les membres de votre famille . Des études ont démontré que pouvoir partager sur ces expériences négatives permet de soulager le stress qui en découle.

Faire face au racisme touchant autrui

  1. Exprimez-vous lorsque vous entendez une moquerie ou insulte raciste. Préparez une réponse afin de savoir comment réagir lorsque cela se produira. Vous pouvez adopter différentes stratégies en fonction de votre personnalité, de votre relation avec la personne et de la situation.
    • Vous pouvez vous opposer à ce type de commentaire. Si vous n’avez pas le temps d’expliquer en quoi ces paroles peuvent être blessantes, vous pouvez seulement exprimer le fait que vous n’acceptez pas ce comportement raciste. Vous vous sentirez ainsi mieux, sachant que vous n’avez pas laisser passer un acte raciste.
    • Vous pouvez par exemple dire “Wow, c’était vraiment raciste. Pourquoi as-tu dit cela ?” Cela permettra d’engager la conversation et de faire réfléchir la personne.
    • S’il s’agissait d’une blague, vous pouvez lui expliquer que cela n’a rien d’amusant. La personne comprendra alors les conséquences de ses paroles et si cela n’est pas le cas, vous pourrez lui expliquer qu’il s’agissait d’un commentaire raciste.
  2. Faites face au racisme au sein de votre famille. Si un membre de votre famille fait un commentaire raciste ou discrimine directement une personne en raison de son origine (en vous interdisant par exemple de sortir avec une personne de couleur), il peut être difficile de réagir correctement, car cette personne est aussi quelqu’un que vous respectez et que vous aimez.
    • Restez calme, mais exprimez-vous. Vous devez pouvoir expliquer aux membres de votre famille pourquoi certaines remarques sont blessantes. Expliquez calmement que vous n’avez pas apprécié leur commentaire et que cela vous a énervé. Vous pouvez également initier une conversation sur le sujet et leur expliquer pourquoi cette attitude vous pose problème.
    • Soyez conscient que le problème peut cependant s’aggraver. Par exemple, votre oncle qui aime faire des blagues racistes peut décider d’en faire plus régulièrement, car il sait que cela vous énerve.
    • Si vos parents vous empêchent d’être ami avec des personnes de couleur, vous devez faire un choix. Respecter leur décision, car vous vivez chez eux ou leur désobéir. Mais cela peut avoir des conséquences s’ils le découvrent.
    • Parfois, vous ne pourrez rien faire pour les faire changer d’avis. Vous pouvez éviter ces personnes autant que possible ou leur dire votre opinion sur ce comportement raciste, mais cela ne changera malheureusement rien. Faites de votre mieux pour ne pas reproduire ces pensées racistes.
  3. Soyez un allié. Si vous êtes contre le racisme, mais ne faites pas partie d’une minorité, vous pouvez cependant agir. Apprenez à reconnaitre les actes racistes et utilisez votre position pour les combattre .
    • Évoquer ce sujet dans des endroits sûrs. Le racisme est un sujet épineux et les minorités ne sont parfois pas à l’aise pour en parler avec des personnes ne faisant pas partie de leur communauté. Vous ne saurez pas toujours comment réagir, car vous n’avez jamais été victime de racisme. Trouvez donc des alliés pour vous opposer au racisme et évoquer des scénarios au cours desquels un acte raciste peut se produire .

Faire face au racisme en société

  1. Rencontrez des personnes de tous horizons. Il est parfois difficile de rencontrer des personnes d’origines différentes et il est également naturel de s’entourer de personnes qui nous ressemblent. Faites l’effort de découvrir le monde et les personnes qui le peuplent. Vous aurez ainsi une meilleure compréhension des autres et vous pourrez en faire profiter votre famille et vos amis qui n’ont pas forcément cette chance.
    • Participez à des événements multi-culturels. Vous pouvez également faire des recherches en bibliothèque.
    • Rejoignez un groupe, une paroisse ou une équipe de sport afin de rencontrer de nouvelles personnes.
  2. Parlez de la race. Ce sujet est devenu tabou et beaucoup ont appris qu’il était malpoli d’en parler. Cependant, la volonté de débattre, d’en savoir plus et de comprendre les autres permettent d’accroitre notre tolérance . Prenez donc l’initiative de lancer une conversation sur ce sujet.
    • Parlez-en avec vos enfants. Il est normal que vos enfants remarquent les différences entre personnes. Apprenez-leur que ces différences sont une bonne chose.
    • Lorsque vos enfants seront assez grands pour comprendre, parlez-leur du racisme. Si vous faites partie d’une minorité, vous pouvez les préparer à se confronter au racisme et renforcer leur confiance en eux afin qu’ils sachent comment réagir. Cependant, même si vous ne faites pas partie d’une minorité, il est important d’en discuter avec vos enfants. Expliquez-leur pourquoi certaines personnes sont racistes et en quoi cela n’est pas acceptable.
  3. Contribuez. Si vous pouvez faire une donation ou vous engager au sein d’une organisation luttant contre le racisme, faites-le. Voici quelques exemples.
    • SOS racisme
    • La ligue des droits de l’Homme
    • Le mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (MRAP)

Comprendre le racisme

  1. Faites la différence entre le racisme, la bigoterie et l’ignorance. Il est facile de les confondre, mais il est cependant important de les différencier. Cela vous permettra de mieux vous exprimer en public.
    • Le racisme consiste à opprimer un groupe de personnes en raison de leur race, couleur de peau ou ethnie. En général, le racisme repose sur des lois, des politiques publiques, un système et des normes culturelles en faveur d’un groupe et à l’encontre d’une minorité.
    • La bigoterie fait référence à une haine. Elle consiste à haïr un groupe de personnes ou penser leur être supérieur. Au delà de la race, la bigoterie peut se manifester à l’encontre d’un groupe religieux, d’un genre, d’une orientation sexuelle, d’une race ou d’un handicap .
    • Les préjugés consistent à penser connaitre une personne en raison de son affiliation à un groupe. Bien que ce terme ait une connotation négative, cela n’est pas toujours le cas et certains préjugés sont positifs comme considérer que les asiatiques sont bons en mathématiques, par exemple. Les préjugés peuvent aussi être accolés à une religion, un genre ou un handicap.
  2. Comprenez leurs liens avec le racisme. Parfois, un système politique raciste peut être évident (comme la traite des esclaves). Cependant, le racisme est parfois plus latent : c’est le cas par exemple de la discrimination positive qui pour certaines personnes est une forme de racisme alors que d’autres pensent qu’il s’agit au contraire d’un outil efficace pour lutter contre le racisme.
    • Le racisme repose sur une relation de pouvoir et de supériorité. Ainsi, le racisme inversé d’une minorité pour le groupe dominant n’est en réalité qu’une forme de bigoterie ou de préjugé et non du racisme .
    • Vous pouvez par exemple êentretenir une forme de racisme sans être bigot, car le racisme est un système d’oppression global qui parfois nous dépasse.
  3. Comprenez les racines du racisme dans votre pays et à travers le monde. Les grandes civilisations se sont toutes confrontées au racisme. En effet, la race a toujours été un vecteur de différenciation entre le groupe au pouvoir et les minorités opprimées.
    • Par exemple, le racisme aux États-Unis remonte à la conquête sur les natifs américains (ou indiens) qui ont été massivement tués par les armes et la propagation de maladies.
    • En Europe, la période victorienne a vu l’apogée du darwinisme dont la théorie de l’évolution stipulait que la race blanche était plus évoluée que les autres .
  4. Comprenez les liens entre le racisme et les systèmes de pouvoir. Bien que de nombreux systèmes oppressifs, comme l’esclavage, aient été abolis, le racisme est toujours prégnant dans de nombreux pays.
  5. Sachez reconnaitre les conséquences du racisme. Il s'agit d'un système qui peut affecter les médias, la politique, le système éducatif et même la religion.
    • Remarquez les stéréotypes sur les races à la télévision, dans les livres, les films, etc. Contactez les producteurs de ces contenus et expliquez-leur votre point de vue. Refusez de prendre par à ce système.
  6. Comprenez que le racisme n’est pas toujours visible. Les mico-agressions sont plus discrètes, mais tout aussi blessantes. Elles seront moins faciles à détecter, mais ont un impact très fort sur ses victimes .
    • Il peut s’agir du fait de changer de trottoir pour éviter une personne de couleur ou demander à une femme africaine si ses cheveux sont bien les siens, etc.
    • Les micro-agressions, à l’inverse des agressions haineuses, sont souvent non intentionnelles. Il est donc d’autant plus difficile de prouver qu’elles sont liées à une forme de racisme et les agresseurs considèrent souvent qu’il s’agit d’une forme de paranoïa de la part de la victime.

Conseils

  • Vous pouvez déposer une plainte si vous êtes victime de racisme.
  • Il est possible que vous ayez eu un comportement raciste sans le savoir. Vous pouvez par exemple consulter cet article afin de savoir comment éviter tout comportement raciste.

Avertissements

  • Bien que s’opposer au racisme soit noble, cela peut également être dangereux, d’autant plus si la personne est motivée par sa propre bigoterie (et non uniquement son ignorance).
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.