Comment éduquer votre enfant sans avoir recours aux punitions corporelles

Éduquer ses enfants peut être une expérience à la fois très éprouvante et enrichissante. Comme dans n'importe quel travail, vous avez besoin d'une grande variété d'outils pour pouvoir être efficace. Décider de ne pas avoir recours aux punition corporelles avec votre enfant peut-être un peu difficile car cela requiert de la prévoyance, de la préparation, du temps et de la créativité. Suivez ces étapes pour découvrir différentes techniques à utiliser telles quelles ou à cumuler dans le but de devenir un parent plus efficace.

Étapes

  1. Prenez la décision de ne pas frapper. Cela peut sembler évident, mais il y a une grande différence entre choisir de ne pas donner de fessées en certaines circonstances et déclarer aux autres comme à vous-même que vous ne frapperez pas vos enfants.
  2. Parlez-en à votre famille et à vos amis. La meilleure manière de promouvoir l'éducation non-violente est de faire en sorte que les gens remarquent à quel point votre enfant se comporte bien. Apprenez des méthodes alternatives à votre famille si vous avez le sentiment que l'un ou l'une d'entre eux pourrait être tenté d'utiliser les punitions corporelles sur vos enfants.
  3. Renseignez-vous sur les différentes étapes de développement de l'enfant. Si vous avez conscience de ce qu'un enfant peut plausiblement comprendre à chaque âge et de quelle manière les informations sont traitées dans sa tête, vous serez mieux capable d'évaluer si il est nécessaire de discipliner votre enfant ou s'il vaut mieux tout simplement ignorer certains comportements.
  4. Essayez de varier les techniques. Il se peut que certaines fonctionnent mieux que d'autre auprès de vous et votre enfant.
    • Les Conséquences Naturelles. Le concept fondamental de cette méthode est qu'il faut "laisser faire la nature" lorsque cela est approprié. Voici quelques exemples: Si votre enfant laisse son jouet dehors, il sera peut-être perdu ou abîmé. Si votre enfant oublie son parapluie à l'école, il sera mouillé la prochaine fois qu'il rentrera sous la pluie. Si votre enfant oublie son déjeuner, elle aura faim jusqu'à ce qu'elle soit rentrée à la maison.
    • Les Conséquences Logiques. Lorsqu'il n'y a pas de Conséquence Naturelle, mettez en œuvre la méthode des Conséquences Logiques (lorsque, par exemple, votre enfant a brisé le jouet de son frère ou de sa sœur beaucoup plus jeune) ou lorsque les Conséquences Naturelles peuvent d'avérer trop dangereuses (un enfant qui se mettrait à courir en plein milieu de la route, par exemple). Expliquez à votre enfant quelles sont les conséquences d'un mauvais comportement continu. Rater certains événements, comme la lecture d'une histoire le soir au coucher pour un très jeune enfant, ou une activité prévue depuis un moment pour un enfant plus âgé, peuvent parfois s'avérer bien pire qu'une paire de claques.
    • La Diversion. Avec les tout-petits et jusqu'à la maternelle, la méthode de la diversion peut être un outil efficace car elle permet, lorsqu'un enfant a envie de faire quelque chose d'inconvenant, de rediriger son attention vers quelque chose de plus approprié. Par exemple, si un enfant a envie de sauter dans le salon, proposez lui d'aller faire du trampoline dehors (afin qu'il puisse sauter autant qu'il le souhaite) d'aller faire un tour au parc (afin qu'il puisse satisfaire son besoin de se dépenser), ou encore de faire une activité sans aucun rapport comme de la pâte à modeler (cela peut être moins efficace si l'enfant ressent l'envie de se relaxer physiquement). Vous pouvez utiliser des alternatives pour n'importe quelle chose/activité inappropriée que votre enfant pourrait vouloir faire, et plus l'alternative que vous proposez se rapprochera de ce qu'il veut faire, plus vous avez de chance de réussir à le faire se concentrer sur cette nouvelle activité. L'astuce réside dans le fait de faire paraître la diversion aussi attrayante et passionnante que possible (n'attirez pas l'attention sur l'activité/chose non désiré(e) : vous être en train d'essayer de la lui faire oublier!).
    • La Discipline Positive. Cette technique permet de prendre les mauvais comportement en exemple pour en enseigner de nouveaux. (Après que votre fille ait appris que son jouet a été abîmé, vous pouvez par exemple lui montrer comment mieux ranger ses affaires.) Cela inclut aussi le fait de leur renvoyer une image positive en recadrant votre propre comportement de parent et en éliminant tout langage négatif. Donc, au lieu de dire tout simplement "Ne fais pas ça.", vous pouvez les guider en rajoutant: "Pourquoi ne ferais-tu pas ça, à la place?"
    • Le Système de Récompense. Cette technique est à la base prévue pour complémenter les autres méthodes de discipline, et consiste à vous mettre en quatre pour féliciter l'enfant lorsque qu'il se conduit de la bonne manière (par exemple, remerciez votre enfant d'avoir aidé à faire quelque chose, félicitez-le d'avoir été si gentil et calme pendant la dernière demi-heure, etc.). Il est très facile de négliger lorsque votre enfant se comporte bien, mais il s'agit en général de tout le temps où il ne se comporte pas mal.
    • Le Système de Points. Donnez des points lorsque l'enfant se conduit bien et enlevez-en lorsqu'il se conduit mal. Dans certaines familles, les points accumulés donnent droit à des récompenses. Dans d'autres, des privilèges sont accordés en fonction de la conduite, et passer en dessous d'une certaine limite peut causer une perte de ces avantages. Faites attention à ce que l'enfant ne commence pas à bien se conduire que dans le but d'obtenir des points, il faut qu'il le fasse parce que c'est la bonne chose à faire.
    • Associez les différentes techniques et créez-en de nouvelles qui fonctionnent pour vous.
  5. Trouvez des sites de soutiens pour vous aider. Le site Non-Violence Actualité (www.nonviolence-actualite.org/) possède des informations très intéressantes pour les gens cherchant des alternatives aux punitions corporelles. Pour d'autres idées, vous pouvez aussi lire l'article Comment être de bons parents.
  6. Forcez vous à continuer. Si vous avez l'habitude de donner des fessées, il se peut que vous ayez besoin de temps pour vous habituer à l'éducation non-violente.
  7. Examinez les résultats. Examinez le comportement récent de votre enfant, réfléchissez à ce qui semble fonctionner, ce qui ne fonctionne visiblement pas, et adaptez vos techniques en conséquence.

Conseils

  • Si vous êtes un parent ayant utilisé la punition corporelle auparavant, il se peut que vous remarquiez une aggravation du comportement de votre enfant dans un premier temps avant que cela ne s'améliore. Si c'est le cas, cela n'a rien d'anormal car votre enfant est tout simplement en train de vous tester pour savoir si vous aller le frapper. Sous réserve que vous les discipliniez d'une autre manière appropriée, leur comportement devrait s'améliorer en l'espace d'une à deux semaines..
  • Le comportement des enfants vient de l'exemple que les parents leur ont donné. Des parents agressifs auront bien souvent des enfants agressifs, et des parents qui gèrent le conflit de manière positive auront généralement des enfants qui gèrent le conflit de la même manière.
  • Inventez une liste de différentes punitions possibles, ainsi que des punitions graduelles lorsque l'enfant renouvelle son infraction. Que faire si votre enfant est impoli, ne vous écoute pas, fait quelque chose de dangereux, refuse de partager, etc. N'essayez pas d'inventer une règle différente pour toute situation possible et imaginable, beaucoup de choses peuvent rentrer dans la catégorie "Ne M'écoute Pas".
  • Lorsque vous ressentez le besoin de frapper votre enfant, laissez la colère passer et essayez de faire en sorte que chacun prenne de la distance par rapport à la situation.
  • Parlez sans détour et regardez votre enfant dans les yeux. Vous devez savoir rester ferme, direct, et dire à votre enfant que ce qu'il a fait est inacceptable. Il n'est pas nécessaire de crier, il vous suffit de parler fermement et de manière directe.

Avertissements

  • Votre partenaire doit soutenir votre décision pour que celle-ci soit efficace. Si vous avez des doutes, vous pouvez tester la méthode pendant un mois et voir comment ça fonctionne.
  • Refuser de donner des punitions corporelles ne signifie pas que vos enfants ne seront jamais punis. Vous devez être très impliqué afin qu'ils reçoivent la discipline nécessaire. Cela signifie qu'il ne faut pas laisser vos enfants s'en sortir impunément lorsqu'ils ont eu un mauvais comportement, qu'il faut prévoir les punitions possibles à l'avance et vous en tenir à votre parole lorsqu'ils se conduisent mal.
  • Il se peut que certaines personnes de votre entourage proche (vos parents, beaux-parents ou frères et sœurs) ne soit pas enclin à respecter votre décision de ne pas donner des fessées. Rassurez-les en leur expliquant que vous n'êtes pas en train de vous transformer en parent laxiste, et donnez-leur des exemples de situations durant lesquelles votre méthode a été couronnée de succès.
  • Informez les gens du fait que vous désapprouvez les punitions corporelles. Soyez prêt à proposer d'expliquer quelques techniques si nécessaire.
  • Ne vous méprenez pas en pensant que la seule alternative possible aux punitions corporelles est de ne rien faire. Cette idée est totalement fausse.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.