Comment diminuer naturellement le taux de prostaglandines à travers l'alimentation

Les prostaglandines sont des substances qui ressemblent à des hormones et qui font partie d’un groupe de molécules de défense appelées eicosanoïdes. Elles sont impliquées dans une variété de fonctions corporelles parmi lesquelles la contraction et la décontraction des muscles lisses, le resserrement et la décontraction des vaisseaux sanguins (pour contrôler la pression sanguine) et la gestion des inflammations. Les prostaglandines sont créées à partir d’une réaction chimique à l’endroit où le corps en a besoin, ce qui correspond généralement à une blessure ou une infection. Lorsque les prostaglandines sont libérées, elles provoquent généralement des douleurs, des inflammations et de la fièvre. En ce qui concerne l’inflammation, les prostaglandines sont connues pour encourager et diminuer les inflammations. Même si elles sont un mécanisme vital pour le corps, une production chronique ou prolongée de prostaglandines peut provoquer des inflammations inutiles. Bien qu’il existe des médicaments qui peuvent faire diminuer le taux de prostaglandine (comme l’aspirine), vous pouvez aussi essayer de le faire diminuer naturellement en changeant votre régime alimentaire et en mangeant certains aliments.

Choisir des aliments qui font diminuer le taux de prostaglandines

  1. Consommez des aliments riches en oméga-3. Selon plusieurs études, les acides gras oméga-3 peuvent avoir des effets antiinflammatoires, antithrombogéniques et antiarythmiques. Il a aussi été démontré que les huiles de poisson permettent de réduire la production et l’efficacité de plusieurs prostaglandines.
    • Les oméga-3 entrent en compétition avec les oméga-6 dans le même site de lien appelé enzyme COX 1. Cet enzyme convertit les oméga-6 en prostaglandines. Plus il y a d’oméga-3 qui bloquent l’enzyme COX 1, moins d’oméga-6 peuvent être convertis en prostaglandines.
    • Parmi les aliments riches en oméga-3, on compte les sardines, le saumon, les graines de soja, les graines de lin, les noix, le tofu et le maquereau. La dose d’oméga-3 recommandée par jour est de 0,3 à 0,5 g.
  2. Consommez des aliments riches en vitamine E. Il existe un groupe de composés connus sous le nom de vitamine E qui présente des propriétés similaires à celles des antioxydants. Cette vitamine est aussi connue pour ses effets antiinflammatoires à cause de sa capacité à éliminer ou à inhiber la synthèse des prostaglandines, ce qui permet d’en faire baisser le taux.
    • Parmi les aliments riches en vitamine E, on compte les graines et l’huile de tournesol, les amandes, l’huile de carthame, les noisettes, les cacahouètes et le beurre de cacahouètes, les épinards, le brocoli et l’huile de germe de blé.
  3. Consommez seulement des céréales intégrales. Des études ont montré que les céréales intégrales possèdent de nombreux effets sur la santé, par exemple un meilleur processus antiinflammatoire dans le corps. Cela signifie que les céréales intégrales permettent de faire baisser directement votre taux de prostaglandines.
    • Essayez de consommer par exemple de l’orge, du quinoa, des flocons d’avoine, du riz brun et des pâtes et du pain intégral.
    • Les céréales raffinées sont extrêmement modifiées et dépourvues de leurs nutriments. Voici les céréales raffinées que vous devriez diminuer ou éviter : le pain blanc, les pâtes blanches, le riz blanc et d’autres céréales.
  4. Mangez des mangoustans. Les mangoustans sont un fruit tropical originaire de Thaïlande qui possède une chair blanche parfumée et sucrée. Il est utilisé à des fins médicinales depuis des années en Thaïlande et selon des études récentes, il pourrait inhiber la production ou la synthèse des prostaglandines dans le corps.
    • Vous pouvez manger des mangoustans crus en en-cas ou au dessert. Vous pouvez aussi en mettre dans vos salades ou en faire de la confiture.
  5. Ajoutez des grenades à votre régime alimentaire. Ce fruit délicieux et rouge rubis est rempli de petites graines sucrées comestibles. Il possède de nombreuses vertus pour la santé à cause de concentrations élevées de substances phytochimiques. Selon certaines études, la grenade pourrait faire baisser le taux de prostaglandine en inhibant sa production et sa synthèse.
    • Vous pouvez manger la grenade crue, l’utiliser dans des desserts ou en mettre dans certains plats comme les salades et les sauces.
    • Si vous n’aimez pas ce genre de graines, essayez de boire du jus de grenades à 100 %. N’achetez pas de mélanges de fruits ou de concentré.
  6. Mangez plus d’ananas. Ce fruit jaune vif contient un enzyme appelé bromélaïne qui permet de réduire le taux de prostaglandines. Il permet d’inhiber la production ou la synthèse des prostaglandines. L’ananas est le seul aliment qui contient naturellement de la bromélaïne.
    • Vous pouvez manger de l’ananas cru au goûter, dans une salade de fruits ou dans un yaourt pour augmenter vos apports en bromélaïne.
  7. Mangez plus de tomates. Ce légume répandu contient de grandes quantités d’un caroténoïde appelé lycopène. C’est un antioxydant connu pour prévenir le cancer de la prostate, les maladies cardiovasculaires et pour réduire les inflammations. On pense que la réduction de l’inflammation se fait en affectant des médiateurs chimiques dans le corps responsables de la production de prostaglandines et d’autres médiateurs inflammatoires.
    • Faites cuire des tomates et utilisez des produits à base de tomates qui ont été cuits ou préparés à la chaleur (par exemple les tomates en conserve ou le concentré de tomates). La cuisson des tomates permet de changer le lycopène en une forme qui est absorbée plus facilement par le corps.
    • Vous pouvez manger des tomates cuites à la vapeur ou ajoutez de la sauce tomate à vos pâtes ou vos légumes. Ajoutez des tomates en conserve à vos soupes, vos ragouts et vos sauces.
    • Vous pouvez mettre des tomates crues dans vos salades ou les manger avec un peu d’huile d’olive et de sel.
  8. Augmentez votre consommation d’ail et d’oignons. L’ail et l’oignon contiennent de l’allicine, un ingrédient actif qui fonctionne comme un médicament antiinflammatoire en bloquant la production de prostaglandine. En plus, ces aliments possèdent aussi des propriétés antimicrobiennes, anti-tumeurs, antithrombotiques et anti-arthrite.
    • Mettez de l’ail et des oignons dans vos plats. Cette combinaison est excellente pour une variété de plats y compris des soupes, des ragouts, des sauces en plus de plats braisés ou cuits à la cocotte.
  9. Cuisinez avec des herbes et des épices. De nombreuses herbes et épices présentent de nombreux avantages pour la santé, y compris des propriétés antiinflammatoires. Utilisez de nombreuses plantes fraîches ou séchées et épices pour ajouter des aliments antiinflammatoires dans votre alimentation.
    • Mettez du curcuma dans vos plats. Le curcuma est une racine jaune vif ou orangée qui est connue pour être l’ingrédient principal du curry. Elle contient un composé appelé curcumine qui permet d’inhiber la production de prostaglandines. En plus, il a été démontré que le curcuma permet de réduire les douleurs et l’inflammation liées à l’arthrose.
    • Vous pouvez acheter du curcuma cru sous forme de racine ou séché et moulu sous forme de poudre. Essayez d’utiliser du curcuma en poudre dans vos œufs brouillés, dans des légumes grillés, dans les plats de riz, dans les salades et les sauces pour salades et même dans vos smoothies.
    • De nombreuses cultures utilisent aussi le curcuma pour préparer une tisane. Faites mijoter la racine dans de l’eau bouillante pendant environ cinq minutes. Filtrez et buvez la tisane trois à quatre fois par jour.
    • Ajoutez plus de gingembre à votre régime alimentaire. Des études ont montré que le gingembre possède des propriétés anti-ulcères, antiinflammatoires et antioxydantes.
    • Utilisez du gingembre frais dans des sauces, des marinades, des sautés ou des currys. Vous pouvez aussi mettre du gingembre frais dans de l’eau chaude pour obtenir une tisane.
    • Mettez du gingembre séché dans vos marinades, vos gâteaux ou vos sauces.
  10. Buvez du thé vert. Selon certaines études, le thé vert permet de faire baisser le taux de prostaglandines dans l’organisme. On pense que les polyphénols présents dans le thé vert possèdent des propriétés antioxydantes qui permettent de réduire les dégâts des radicaux libres au niveau des cellules.
    • Pour préparer du thé vert, mettez une c. à c. de feuilles de thé vert dans 250 ml d’eau chaude. Ne mettez pas le thé vert dans de l’eau bouillante, car les substances chimiques utiles pourraient être détruites par les températures élevées.
    • Mettez du miel dans votre thé vert. Selon certaines études, le miel permet de faire baisser la concentration de prostaglandine dans le plasma.

Incorporer des aliments antiinflammatoires à son alimentation

  1. Discutez avec votre médecin. Discutez avec votre médecin avant de faire des changements dans votre alimentation en y ajoutant des compléments alimentaires. C’est d’autant plus vrai si vous essayez de traiter ou de gérer un problème de santé.
    • Discutez avec votre médecin en particulier des aliments que vous souhaitez ajouter ou éliminer de votre alimentation, de la raison qui vous amène à changer d’alimentation et de la façon dont vous pensez que cela pourrait être bénéfique pour votre santé.
    • Vérifiez aussi auprès de votre médecin les dosages appropriés qui seront sûrs et sains pour vous.
    • Même si de nombreux aliments et compléments alimentaires ont montré de nombreux bénéfices pour la santé, ils pourraient interagir avec des médicaments que vous prenez ou des problèmes de santé de façon négative.
  2. Faites un plan alimentaire. Un plan alimentaire sera utile lorsque vous essayez d’ajouter certains aliments à votre alimentation. Il pourrait être utile de voir où vous pouvez incorporer des aliments antiinflammatoires tous les jours et toutes les semaines.
    • Commencez par ajouter lentement différents aliments toutes les semaines. Cette approche sera plus facile à maintenir au lieu de vous forcer à vous habituer à de nouveaux aliments d’un seul coup.
    • Essayez aussi de choisir des aliments que vous pouvez manger tous les jours. Pour commencer, il pourrait être plus facile d’inclure une tasse de thé vert par jour.
    • Souvenez-vous qu’il n'est pas nécessaire d’inclure des aliments antiinflammatoires à vos repas tous les jours. Choisissez plusieurs aliments que vous pouvez étaler sur toute la semaine.
  3. Préparez de nouvelles recettes et de nouveaux repas. Certains aliments antiinflammatoires comme le gingembre, l’ail et l’oignon peuvent être plus faciles à inclure à vos recettes. Vous pouvez les consommer crus, mais cela pourrait être moins agréable que de les incorporer à des recettes.
    • De nombreuses cuisines différentes utilisent régulièrement des aliments et des épices qui ont des propriétés antiinflammatoires. La cuisine indienne est connue pour son utilisation du curcuma tandis que la cuisine italienne utilise beaucoup plus d’ail.
    • Essayez de faire des recherches sur Internet à propos des différents types de recettes ou consultez des livres de cuisine qui se concentrent sur des aliments antiinflammatoires.

Éviter les aliments qui encouragent les inflammations

  1. Limitez vos apports de graisses saturées malsaines. Les graisses saturées sont utilisées pour synthétiser les prostaglandines dans le corps.
    • Parmi les aliments qui contiennent des graisses saturées, on retrouve les viandes transformées (comme les saucisses, les hot-dogs ou le bacon), les aliments frits, les fast-foods et les produits laitiers entiers (comme le fromage et le beurre).
  2. Limitez votre consommation de boissons alcoolisées. Arrêtez ou limitez vos apports en alcool. Il a été démontré qu’une consommation élevée d’alcool fait augmenter la production de prostaglandine.
    • Les femmes devraient boire au maximum un verre d’alcool par jour et les hommes devraient limiter leur consommation à deux verres par jour.
  3. Limitez les sucres ajoutés. Certaines études ont démontré que les sucres ajoutés déclenchent la libération de certaines substances chimiques qui encouragent les inflammations. En limitant ces aliments, surtout si vous en mangez régulièrement, vous pourriez faire diminuer les inflammations.
    • Parmi les aliments à limiter, évitez les sucreries, les pâtisseries, les boissons sucrées et les desserts qui contiennent généralement des sucres ajoutés.
  4. Diminuez la quantité d’oméga-6 que vous consommez. Ce genre de graisses est la clé de la production de prostaglandines. En réduisant leur consommation, vous pourriez arriver à faire diminuer votre production de prostaglandines.
    • On retrouve des oméga-6 dans l’huile de maïs, de carthame, la mayonnaise, les sauces, l’huile de soja, d’arachides et l’huile végétale.

Conseils

  • Discutez toujours avec votre médecin avant de faire des changements dans votre alimentation pour ne pas mettre votre santé en danger.
  • Choisissez des techniques de cuisson plus saines comme la vapeur ou le gril, plutôt que de faire frire vos aliments. Cuisinez avec de l’huile d’olive ou d’autres huiles végétales à la place du beurre ou du lard.
  • Trouvez différentes sortes d’aliments antiinflammatoires. Incorporez-les lentement à votre alimentation de tous les jours.
  • Si vous aimez déjà différents types d’aliments antiinflammatoires, essayez d’en manger plus ou d’en manger plus souvent.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.