Comment simuler une blessure

Vous voulez vraiment vous faire dispenser de ce match de basket ? Ou voulez-vous sécher une journée de travail pour passer du temps avec vos enfants, mais avez pris toutes vos RTT ? Ne vous inquiétez pas, nous sommes là pour vous. Lisez cet article pour davantage d’informations sur la façon dont faire semblant d’être blessé.

Choisir une blessure

  1. Faites semblant de vous être foulé la cheville. Une cheville foulée est plutôt facile à simuler et c’est une blessure très commune. Cette blessure est généralement le résultat d’une chute et se soigne en 2 à 8 semaines, selon la gravité de la foulure.
    • Pour justifier votre cheville foulée, vous pourriez raconter que vous avez trébuché en descendant une colline escarpée ou êtes tombé d’un trottoir.
    • Une cheville foulée se bande dans un bandage de tissu. Vous pourriez aussi avoir besoin de béquilles.
    • Si vous devez voir un médecin, vous devrez simuler une douleur modérée et de légères difficultés à bouger votre pied. Si vous en faites trop, le médecin pourrait vouloir faire des examens plus poussés.
  2. Songez à une périostite au tibia. Cette blessure est très difficile à déceler, même avec une radio, c’est alors l’option idéale ! Les symptômes habituels sont la douleur et un gonflement et la blessure guérit en quelques semaines.
    • Si vous devez voir un médecin, dites-lui que vous avez mal et que votre jambe était légèrement enflée, mais qu’il vous semble qu’elle n’enfle que la nuit.
    • Pour expliquer votre état, vous pourriez dire que vous avez commencé à courir pour perdre du poids/vous mettre en forme. C’est l’une des causes de périostite les plus communes.
  3. Essayez une blessure à la coiffe des rotateurs. La coiffe des rotateurs est une série de muscles de votre épaule, qui peuvent se blesser si vous les faites travailler trop dur, en particulier au-dessus de votre tête. Cette blessure guérit en 2 à 6 semaines, selon la gravité.
    • Vous pourriez alors raconter que vous êtes tombé dans les escaliers et avez tenté de vous rattraper sur vos bras.
    • Face à un médecin, présentez la blessure comme légère, car les cas graves requerront une intervention chirurgicale ou une injection de stéroïdes.
  4. Songez à un nerf coincé dans le dos. Il s’agit d’une des blessures les plus difficiles à simuler, car des examens pourront prouver que vous n’avez rien. Dédramatisez la situation face au médecin, afin qu’il ne cherche pas à faire davantage d’examens.
    • Du repos allongé, peut-être un corset et environ 1 mois de guérison devraient vous permettre de vous remettre de cette légère blessure.
    • Pour raconter comment vous vous êtes blessé au dos, vous pourriez dire que vous avez soulevé un carton très lourd et que vous avez été tout à coup frappé d’une douleur intense.
  5. Simulez une élongation du ligament croisé. Ce ligament de votre genou est très enclin aux blessures du sport et aux élongations. C’est une blessure difficile à simuler, car des examens pourraient prouver que vous n’avez rien. Dédramatisez la situation face au médecin, afin qu’il ne cherche pas à faire davantage d’examens.
    • Pour expliquer comment vous vous êtes blessé, vous pourriez dire que vous avez sauté de haut et avez mal atterri.
    • Cette blessure est généralement bandée d’un bandage en tissu. Vous pourriez aussi avoir besoin de béquilles.

Inventer une histoire

  1. Trouvez une cause plausible. Pour simuler une blessure, vous devrez trouver une cause raisonnable pour cette blessure. Ce devrait être une blessure plutôt commune et vous devrez dire vous être blessé en faisant quelque chose que vous pourriez faire en réalité. Voyez les blessures listées dans la première section pour des exemples de causes plausibles correspondant à ces blessures.
  2. Répétez votre histoire. Vous devriez inventer les détails et les connaître par cœur. Se mélanger les pinceaux en racontant les détails est généralement ce qui vous trahira. N’ajoutez pas des détails chaque fois que vous racontez l’histoire (mais racontez-la cependant chaque fois de façon légèrement différente ou dans un ordre différent afin de ne pas donner l’impression de réciter un texte).
  3. Soyez vague. Ne soyez pas trop précis lorsque vous racontez votre histoire. Vous donneriez l’impression d’avoir trop préparé votre mensonge, comme si vous pensiez que les gens ne vous croiraient pas sans cela. Racontez l’histoire de façon naturelle, comme si vous n’aviez pas vraiment envie d’en parler.
    • MAUVAIS exemple : « Je descendais les escaliers pour aller chercher une boîte de soupe à la cave, puis j’ai vu une araignée qui m'a fait trop peur et j’ai trébuché. Heureusement, je me suis rattrapé à temps pour ne pas tomber sur la tête, mais je me suis blessé à l’épaule. Je suis allé chez le médecin et j’ai du attendre pendant des heures, mais alors... », etc., etc.
    • BON exemple : « J’ai trébuché dans les escaliers et j’ai dû me déplacer quelque chose dans l’épaule lorsque je me suis rattrapé ».

Ce que vous devez éviter

  1. Évitez les blessures visibles de l’extérieur. Les coupures, bleus et cicatrices (toutes ces astuces de maquillage de théâtre) auront peut-être l’air convaincants au premier abord, mais vous prendriez le risque de ne pas reproduire la blessure à l’identique tous les jours ou de vous faire prendre si votre blessure se délave. Si vous voulez simuler une blessure, choisissez-en une parmi les blessures ci-dessus, qui ne sont pas ou peu visibles de l’extérieur.
  2. Ne vous blessez pas au travail ou à l’école. En plus du fait qu’en simulant une chute ou un accident, vous risqueriez de vous blesser pour de bon, vous blesser à l’école ou au travail pose des questions d’assurance et de responsabilité juridique et vous devrez certainement faire examiner la blessure par un médecin. Le mieux est que les gens prêtent aussi peu d’attention que possible à votre blessure.
  3. Ne surjouez pas. Surjouer est un signe clair de simulation. Pensez-vous être la première personne à faire semblant d’être blessé pour éviter quelque chose ? Les gens seront naturellement suspicieux, ne leur donnez alors pas de raisons de l’être encore plus.
    • N’en faites pas trop avec les médecins. Les médecins seront bien placés pour se rendre compte que vous simulez. Montrez-leur que vous souffrez, mais ne donnez pas l’impression que la blessure est trop grave. Vous éviterez ainsi des examens très chers, comme les radios et les scanners.
    • N’en faites pas trop face aux autres. Vos professeurs, vos coéquipiers, vos camarades de classe, votre patron, etc. se rendront généralement compte si vous exagérez. Dédramatisez votre blessure et ne passez pas votre temps à grogner et à gémir.
  4. N’oubliez pas votre rôle, même pour un instant. Vous devez vous concentrer sur le rôle que vous jouez, même lorsque vous pensez être seul. Vous ne savez jamais quand quelqu’un pourrait entrer. Et même lorsque vous n’êtes qu’avec des gens qui savent que vous n’êtes pas réellement blessé, ne cherchez pas l’occasion de vous faire prendre.

La suite

  1. Donnez-vous une semaine pour guérir. N’être blessé qu’une journée ou n’avoir mal qu’une journée n’est pas très crédible. Faites durer votre blessure et même si vous revenez à l’école ou au travail après un jour ou deux, simulez la blessure pendant au moins une semaine. La durée dépendra de la blessure que vous avez choisi de simuler.
  2. Progressez doucement vers un mouvement plus facile. Le processus de guérison devrait sembler normal. Au début, vous devriez grimacer à chaque mouvement, puis progressez doucement et montrez-vous capable de faire de plus en plus de choses.
  3. N’utilisez pas cette technique plus d’une fois. L’excuse de la grosse blessure ne fonctionnera qu’une seule fois. Si vous le faites deux fois, vous serez au mieux considéré comme malchanceux. Trois fois et les gens vous démasqueront à coup sûr. Ne vous blessez surtout pas à intervalles courts. Séparez vos blessures d’au moins quelques mois, sinon quelques années.

Conseils

  • Bien souvent, simuler un mal de dos, une élongation musculaire ou douleur à l’épaule est préférable et plus crédible que les blessures aux jambes et aux bras. Votre employeur pourrait alors vous laisser vous asseoir plus souvent ou rentrer chez vous plus tôt si votre dos vous fait souffrir.
  • Essayez de mettre un caillou ou des graviers dans la chaussure de votre jambe affectée . De cette façon, vous n’aurez pas à faire d’efforts pour boiter. Un bouchon de bouteille fera également l’affaire. Veillez à ce que personne n’aille regarder dans vos chaussures !
  • Si vous avez l’intention de faire cela souvent, assurez-vous que vos collègues soient conscients de votre maladresse. Racontez-leur vos petits accidents du week-end pour lesquels vous ne vous faites pas dispenser de travail.
  • N’appliquez pas trop de terre sur une fausse plaie ou la blessure paraîtra trop fausse à vos parents.
  • Veillez à ce que les dates soient cohérentes.
  • Les rendez-vous chez le médecin pour suivre l’évolution de votre guérison pourraient vous dispenser d’une demi-journée de travail.
  • Si vous êtes doué en maquillage, vous pourriez utiliser du maquillage pour que vos blessures soient plus convaincantes.
  • Vous pourriez aussi casser un stylo rouge et faire couler l’encre sur votre bras ou votre jambe pour faire croire que vous saignez.
  • Ayez toujours une boite d’aspirine sur votre bureau.
  • Parlez des radios et scanners que vous allez devoir passer dans le futur.
  • Pour faire du sang, utilisez à la fois un feutre marron et un feutre rouge.

Avertissements

  • Attention ! Vos parents nettoieront probablement la blessure avant d’acheter des médicaments. Ils découvriraient alors que vous mentez.
  • Si vous ne donnez pas suite à la blessure et n’informez pas de votre guérison, votre dur labeur n’aura servi à rien et les gens ne vous croiront pas lorsque vous vous blesserez pour de bon.
  • Ne donnez pas l’impression que la blessure est trop grave. Vous pourriez devoir prendre des médicaments pour une blessure que vous n’avez pas.
  • Ne boitez pas trop fort, vous vous trahiriez.
  • Les médecins ne sont pas stupides. Si vous essayez de leur faire signer un arrêt de travail ou de vous aider à obtenir une indemnité, ils seront encore plus suspicieux. Si le médecin découvre que vous mentez, il pourrait vous dénoncer.
  • Ne prétendez pas être gravement blessé, car vous aurez alors à consulter un médecin, qui saura si oui ou non vous simulez.
  • Si vous dessinez une blessure sur votre peau, n’appuyez pas trop fort avec le stylo et ne vous coupez pas. Vous pourriez vous empoisonner le sang avec l’encre et ce pourrait être très grave.
  • Ne soyez pas surpris si vous remarquez un jour un van banalisé qui vous suit dans vos activités quotidiennes. Certaines compagnies d’assurance font suivre leurs clients qui prétendent être blessés. La meilleure solution est d’éviter de simuler une blessure.
  • Si vous êtes un athlète, il est préférable de ne pas prétendre être blessé auprès du médecin de l’équipe. Il saura que vous mentez et il ne vous écoutera pas lorsque vous aurez vraiment besoin de son attention.
  • Ne consultez pas un médecin, il ne vous sera d’aucune aide.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.