Comment aider sa femme pendant l'accouchement

L'accouchement de votre femme peut être l'une des expériences les plus stressantes que vous n’aurez jamais à vivre au cours de votre vie. Néanmoins, vous devez vous rendre compte du fait que cette situation est bien plus stressante et plus douloureuse, pour votre épouse. Si vous avez envie de traverser ce moment de la meilleure des façons, vous devriez alors apprendre à venir en aide à votre femme lors de son accouchement. Chacune des naissances que vous aurez à affronter sera différente des autres et le fait de ne jamais vraiment savoir ce qu'il va arriver est en partie ce qui rend l'expérience aussi bien excitante qu'effrayante. Prenez le temps de veiller à ce que vous soyez bien préparé et apportez à votre conjointe autant de soutien que possible.

Aider avant l'accouchement

  1. Suivez des cours avant le jour de l'accouchement. Le meilleur moyen d'apporter de l'aide avant le jour de l'enfantement est de vous renseigner en suivant des cours de préparation à l'accouchement (cours prénataux). Ces cours sont disponibles sous plusieurs formats pour les futurs parents et pères. Cherchez à suivre les cours qui sont dispensés dans votre localité. Si l'idée d'avoir un enfant vous effraie, vous devez savoir que des études ont montré que les hommes ayant suivi les cours prénataux ont eu une expérience d'accouchement plus agréable .
    • Faites des recherches dans votre quartier ou votre centre social.
    • Renseignez-vous auprès de votre docteur.
    • Entrez en contact avec une université ou un lycée proche de vous.
    • Cherchez à suivre des cours en ligne.
  2. Rassemblez le matériel nécessaire. Veillez à ce que vous ayez tout le matériel nécessaire pour que l'accouchement se déroule dans les meilleures conditions. Vous pouvez vous procurer une valise de maternité ou une mallette. N'y mettez pas seulement de l'équipement pour le bébé et votre femme, mais pensez aussi à prendre des choses qui vous serviront. Il est de loin préférable de constituer cela en avance afin que vous soyez prêt lorsque votre femme accouchera. Votre valise de maternité doit donc être prête au moins 2 semaines à l'avance .
    • Ce que vous devez prendre pour votre femme :
      • de l'huile de massage, en faisant toutefois attention aux senteurs,
      • des chaussons, un peignoir et une robe de chambre au cas où elle préfèrerait cela aux blouses d'hôpital,
      • un rouleau à pâte ou de la glace pour baisser la pression et soulager les douleurs lombaires,
      • des bas chauds,
      • de la musique relaxante,
      • des objets familiers (une figurine, des fleurs ou une photo) sur lesquels votre épouse pourra se focaliser lors des contractions,
      • son jus de fruit favori ou une boisson équilibrée en électrolyte (comme Gatorade) conservée dans une glacière,
      • des produits cosmétiques,
      • des effets de toilette,
      • ses friandises préférées,
      • des soutiens-gorges d'allaitement,
      • de l'argent pour les faux frais,
      • des vêtements qu'elle portera pour rentrer à la maison au moment de la sortie de l'hôpital (qui devraient toujours être adaptés à la maternité).
    • Ce qu'il vous faut :
      • un exemplaire du plan de naissance,
      • une montre indiquant les secondes,
      • des articles de toilette (brosse à dents, déodorant, produit pour l'haleine, rasoir),
      • des encas et des boissons (tenez compte du fait qu'il est probable que votre conjointe soit vraiment sensible à l'odeur de votre haleine),
      • des vêtements de rechange,
      • un maillot de bain afin de pouvoir accompagner la maman sous la douche,
      • un crayon et du papier,
      • de quoi lire ou s'occuper les mains, afin de meubler les heures creuses lorsque votre épouse n'aura pas besoin de votre assistance,
      • les numéros des personnes à contacter après ou pendant l'accouchement,
      • un appareil photo ou une caméra,
    • Ce qu'il faut pour le bébé :
      • des couches,
      • une couverture pour bébé,
      • des sous-vêtements,
      • des habits (tenues chaudes, bonnets),
      • une couverture pour berceau,
      • un siège auto pour bébés.
    • Ce qu'il faut prévoir pour le trajet vers l'hôpital :
      • un réservoir d'essence plein,
      • un oreiller et des couvertures dans la voiture .
  3. Élaborez un plan de naissance. En élaborant un plan de naissance, vous allez rassurer votre épouse qui se sentira plus en confiance au moment d'aller à l'hôpital lorsqu'elle ressentira les signes d'accouchement. Vous pouvez gérer l'anxiété, si vous prenez le temps de planifier et de répéter ce qui se produira le jour J. Si vous répétez cela à maintes reprises, vous saurez exactement quoi faire le moment venu. Il a aussi été prouvé que les femmes qui ont élaboré leur plan de naissance à l'avance sont moins susceptibles de subir une césarienne .
    • Prenez ces décisions de commun accord avec votre femme.
    • Élaborez un plan de partenaire de naissance pour vous-même. De cette façon, vous vous évitez des mésaventures au moment de trouver le chemin le plus court, ce qui vous évite de vous perdre et vous permet d'avoir un aperçu du chemin que vous allez emprunter.
    • Consultez votre médecin au moment d'élaborer votre plan de naissance. Il existe plusieurs plans préétablis en ligne, mais leur qualité est discutable. Le mieux est d'élaborer cela avec l'aide de votre médecin.

Aider pendant l'accouchement

  1. Restez calme. C'est le mieux que vous puissiez faire. Vous devez plus que toute autre chose rester calme pour votre femme. Cela l'aidera à conserver elle aussi son sang-froid.
  2. Soyez l'avocat de votre femme. Ceci est votre tâche principale. Vous savez exactement ce dont elle a besoin et il peut être crucial que vous satisfassiez ses besoins si elle n'est pas en mesure de le faire elle-même .
  3. Chronométrez les contractions. Après vous être assuré de garder votre calme, c'est la deuxième chose que vous pouvez faire de mieux. Les pères peuvent ressentir le besoin de se rendre utile en faisant quelque chose, peu importe ce que cela sera et le fait de compter les secondes entre chaque contraction est un rôle important à tenir. Ceci vous aidera non seulement à rester concentré et soulager votre conjointe, mais aussi à apporter des informations importantes aux médecins .
  4. Souvenez-vous que vous devez apporter tout votre soutien à votre épouse lors des premières phases du travail. Il existe un certain nombre de choses que vous devez faire et qui feront une énorme différence quant au niveau de confort qu'aura votre femme et à la réussite de l'accouchement dans son ensemble. Prenez le temps de garder tous ces points vitaux en tête .
    • Apportez un soutien sur le plan émotionnel. Il importe que vous apportiez un soutien affectif à votre femme pendant l'accouchement. Écoutez attentivement, posez des questions, validez ses émotions et rassurez-la afin de lui permettre de se mettre à l'aise.
    • Faites-la uriner une fois minimum par heure. Rappelez-lui qu'elle doit se rendre aux toilettes. Ceci la fera bouger, ce qui peut être d'une grande aide lors du travail.
    • Faites-lui souvent changer de position.
    • La prière et vos encouragements (et non votre sympathie) sont ce dont elle a besoin pour bien traverser cette situation.
    • Il est préférable qu'elle soit hors du lit, en train de marcher ou dans un bain, plutôt que d'être allongée.
    • Le repos est indispensable.
    • Faites-lui des massages.
  5. Laissez les spécialistes s'occuper du reste . À partir d'un point donné lors des accouchements, le futur père doit prendre du recul. Les accouchements ne relèvent en effet pas de la compétence du papa la plupart du temps. Selon les modes d'accouchement choisis, on peut permettre au père de suivre la procédure. Demandez à rester en compagnie de votre femme autant que possible.
    • Ne laissez pas tomber votre épouse dans les derniers instants de l'accouchement si vous n'y êtes pas obligé.
    • Il y a toutefois des pays où les pères n'ont pas le droit d'entrer dans la salle d'accouchement.
    • Si la mère doit subir une césarienne d'urgence sous anesthésie générale, vous serez tenu de quitter la salle de délivrance.

Aider après l'accouchement

  1. Prêtez attention à l'humeur de votre femme. La dépression postpartum et le baby blues sont de véritables problèmes. Le baby blues est quelque chose de plutôt normal, mais surveillez les symptômes de dépression postpartum. Ces derniers peuvent indiquer un sérieux problème qui pourrait requérir l'aide d'un professionnel.
    • Les symptômes d'un baby blues :
      • les changements d'humeur
      • l'anxiété
      • la tristesse
      • l'irritabilité
      • le fait de se sentir submergé
      • les pleurs
      • le manque de concentration
      • le manque d'appétit
      • les troubles du sommeil
    • Les symptômes de la dépression postpartum :
      • de la dépression ou de graves changements d'humeur,
      • des pleurs excessifs,
      • de la difficulté à créer des liens avec le bébé,
      • le fait de s'éloigner des amis et de la famille,
      • une perte d'appétit ou la surconsommation soudaine d'aliments,
      • l'hypersomnie (excès de sommeil) ou l'insomnie (manque de sommeil),
      • de la fatigue générale,
      • de la colère et de l'irritabilité intense,
      • des sentiments de honte, d'inutilité, d'inadéquation ou de culpabilité,
      • la réduction de la capacité à penser clairement, à se concentrer ou à prendre des décisions .
  2. Réjouissez-vous. Vous pourriez avoir très envie de convier tous ceux que vous connaissez à venir voir le bébé, mais vous devez veiller à ne pas exagérer. Le simple fait d'avoir un bébé est déjà suffisamment stressant, sans qu'il soit nécessaire d'y ajouter le chaos généré par ces célébrations. Faites le ménage et faites partir les gens de chez vous avant qu'il ne soit trop tard .
  3. Partagez équitablement les tâches. Être parent est un travail qui se fait à deux (ou plus). Veillez à remplir votre part, mais n'outrepassez pas vos fonctions. En devenant un partenaire à égal avec votre femme, vous pourrez rendre votre expérience après l'accouchement bien plus positive. Cela est particulièrement vrai lors des premières semaines qui suivent la venue du bébé, car à ces moments une jeune mère pourrait avoir besoin de beaucoup de temps pour récupérer. Elle peut avoir besoin de fréquentes siestes, ressentir des douleurs et être fatiguée en général . En ces moments-là, vous devez vous souvenir de tout le travail qu'elle a fait en salle d'accouchement et lui apporter toute votre aide.
    • Essayez d'être aussi impliqué que possible avec le bébé. La maman ne devrait pas être la seule à se lever la nuit pour aller voir le bébé, vous devriez aussi être présent dans ces cas-là.
  4. Prenez soin de vous. Traitez bien votre femme, mais veillez aussi à prendre soin de vous-même. Parfois, les pères ressentent un trop fort besoin d'aider et oublient de s'occuper d'eux-mêmes. Veillez à bien vous reposer et à être heureux, ce qui vous permettra aussi de bien aider votre femme. Ne vous épuisez pas.

Conseils

  • Reconnaissez qu'il y a une limite à ce que vous pouvez faire. N'abandonnez pas l'idée d'apporter du soutien à votre femme lors de l'accouchement, mais si elle n'arrête pas de vous repousser et qu'il semble que vous ne puissiez rien faire de bien, prenez du recul. Ne vous mettez pas en colère, contentez-vous de respirer un bon coup et d'être simplement là pour elle.
  • Montrez-vous patient.
  • Apportez votre soutien et soyez aux côtés de votre épouse.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.