Comment s'occuper d'un paon

Les paons sont de spectaculaires et charmants animaux de compagnie. S’ils sont plus à l’aise à la ferme et en zones rurales, le spectacle est toujours impressionnant lorsque le mâle commence à parader avec sa queue déployée ! Les mâles sont appelés « paons » et les femelles « paonnes », cependant la plupart des éleveurs appellent tout simplement les deux genres « paons ».

L’enclos

  1. Achetez du grillage à poulet. Gardez les paons dans un nid chauffé entre leur quatrième et sixième semaine de vie. Au départ, il est conseillé de maintenir le nid à 35 °C avant de baisser la température de 5 °C toutes les semaines. La température requise peut varier en fonction de la période de l’année et la localisation géographique.
    • Référez-vous aux réactions des paons pour connaître la température la plus adaptée. Lorsqu’ils ont froid, ils se regroupent entre eux. Dans le cas contraire, ils s’éloigneront le plus possible des sources de chaleur. Si les paons se déplacent sans problème et ne manifestent aucun de ces comportements, la température est idéale.
  2. Construisez un enclos large. L’enclos est indispensable si vous ne souhaitez pas voir vos paons s’envoler au loin. Il doit faire au moins 2,4 m de haut pour permettre aux oiseaux de voler ou déployer librement leur queue. Le grillage à poulet doit être fin sur les murs et la toiture. Le haut de l’enclos doit quant à lui être en arc ou plus élevé que le reste de l’enclos à un endroit particulier.
    • Si vous élevez un mâle, veillez à ce que l’enclos soit suffisamment long et large pour qu’il puisse exhiber ses plumes et faire la roue. Il risque autrement de casser ses plumes ou se blesser.
  3. Achetez un abri en bois similaire à un petit hangar ou une grange. Mettez-le dans la maison ou reliez-le à l’enclos principal. Les oiseaux s’y reposeront et/ou pourront y nidifier. Installez une lampe chauffante dans l’abri et préparez une litière avec de la paille. Installez également des perchoirs où les paons pourront se poser. Assurez-vous que les ratons laveurs, renards et autres nuisibles ne puissent pas entrer dans l’enclos.
    • Si vous avez des problèmes de nuisibles, mettez une radio allumée à côté de l’enclos. Les prédateurs et nuisibles ont tendance à s’éloigner lorsqu’ils entendent des voix humaines.
  4. Ne laissez pas vos paons en liberté. Bien que les paons s’éloignent rarement de leur enclos lorsqu’ils sont encore petits, ils deviennent à moitié sauvage si laissés à leur propre sort. Gardez-les dans un enclos fermé si votre terrain est délimité ou si vous craignez de les perdre.
  5. N’élevez jamais plusieurs paons à la fois. Vous risquez non seulement de rendre son enclos inconfortable, mais votre paon risque d’être mal à l’aise et d’attraper une affection grave, ce qui n’est pas sans risque. Chaque oiseau doit avoir environ 7,5 m² d’espace.

L’alimentation

  1. Achetez de la nourriture et une écuelle d’eau. Utilisez un plat suspendu (suspendu par une chaîne sur la partie supérieure) pour éviter que les souris n’y entrent. L’écuelle d’eau sera également suspendue ou protégée de façon à empêcher les crottes d’y tomber. Vous pouvez si vous le voulez utiliser un seau de 11 ou 15 L pour l’eau des oiseaux.
  2. Nourrissez les paons. Le régime des jeunes paons doit être riche en protéine au cours des trois premiers mois. Cherchez des miettes d’aliments pour gibier contenant 25 à 30 % de protéine. À mesure que les paons grandissent, sevrez-les progressivement des miettes. Trop de protéines durant la croissance risquent de causer de sérieuses déformations aux jambes.
  3. Commencez le sevrage des paons. Après trois mois, les paons doivent être sevrés des miettes ou des granules (les granules sont parfaites pour les oiseaux dans les cages au fond grillagé). Le sevrage se fait la plupart du temps au cours d’une période de transition de six semaines, néanmoins vous devez être attentif à la réaction des oiseaux. S’ils ne mangent plus leur nourriture habituelle, continuez à leur donner ce qu’ils veulent manger et essayez de les sevrer un autre jour. Le calendrier de sevrage se fait comme suit :
    • Semaine 1 : trois parts de miettes pour une part d’aliment pour adulte
    • Semaine 2 : deux parts et demie de miettes pour une part d’aliment pour adulte
    • Semaine 3 : deux parts de miette pour une part d’aliment pour adulte
    • Semaine 4 : une part et demie de miettes pour une part d’aliment pour adulte
    • Semaine 5 : une part de miette pour une part d’aliment pour adulte
    • Semaine 6 : une demi-part de miette pour une part d’aliment pour adulte
    • Semaine 7 : uniquement de l’aliment pour adulte.
  4. Donnez quelques friandises occasionnelles à votre paon. Même si certaines friandises causent de graves problèmes de santé, vous empêcherez vos oiseaux d’aller chercher de la nourriture ailleurs ou leur donnerez plus facilement des médicaments en leur apportant quelque chose de spécial. Pour soigner les paons, donnez-leur des fruits, des légumes, du pain, des céréales sans sucre, des aliments pour chiens ou des aliments pour chats. Ne leur donnez pas d’arêtes, car ils risquent de s’étrangler.

La santé

  1. Gardez vos paons en bonne santé. Le suivi sanitaire est indispensable (avec le test approprié) lorsque vous acquérez un nouveau paon et chaque année qui suit pour vérifier et prévenir l’apparition d’affections courantes.
  2. Éliminez les vers. Les paons en cage doivent être traités contre les vers chaque mois (plus souvent si nécessaire) et ceux élevés en plein air doivent l’être au moins une fois tous les trois mois. Il existe une variété de produits pouvant être utilisés pour éliminer les parasites. La plupart sont cependant destinés aux chiens, chats, poulets, dindes ou vaches. Voici quelques exemples de traitements adaptés aux paons :
    • la pipérazine. Il s’agit d’un médicament contre les vers proposé en liquide ou en pilule. Le liquide peut être mélangé à de l’eau et utilisé pour traiter plusieurs oiseaux en même temps. La pilule peut être insérée directement dans le bec du paon.
    • l’IVOMEC. L’IVOMEC est un autre médicament contre les vers très efficace. Il n’a toutefois aucun effet sur le ver capillaria. Si vous décidez d’utiliser l’IVOMEC, il est conseillé de l’utiliser en alternance avec le Panacur (le Panacur est particulièrement efficace contre les vers capillaria). Sachez que ces deux médicaments ne doivent jamais être donnés en même temps. Utilisez-les en alternance chaque fois que vous désirez traiter les parasites.
    • l’Ivermectine pour le bétail. Ce médicament est communément utilisé pour traiter les mâles reproducteurs. Il peut être caché dans une friandise donnée au paon ou inséré de force dans sa bouche.
  3. Surveillez les parasites extérieurs. En plus des vers et parasites internes, les parasites extérieurs comme les poux sont dangereux pour votre élevage.
    • Les poux. Ces insectes vivent toute leur vie sur le dos des autres en se nourrissant de peau, d’écailles et de débris de plumes. Si vous trouvez des poux sur vos paons, l’ensemble de vos oiseaux devra être traité avec un pesticide.
    • Les mites. Ces parasites résistent mieux que les poux aux pesticides. Si vous trouvez des mites, vous devrez traiter vos oiseaux tous les 10 jours durant quatre ou cinq semaines. Traitez ensuite votre élevage mensuellement jusqu’à entière disparition des mites.
    • Les puces-chiques. Les puces-chiques se nourrissent sur les cuisses, les seins, les ailes et les orifices. Elles sont responsables de plaques rouges sur les oiseaux. Le traitement nécessite la prise en compte de tout l’enclos, y compris les zones inhabitées par les paons.
  4. Cherchez les maladies protozoïques. Les protozoaires sont des organismes unicellulaires pouvant causer une infection et d’autres maladies chez différents types d’animaux. Ceux qui s’attaquent particulièrement aux paons sont :
    • la coccidiose. Cette maladie se retrouve chez les oiseaux ayant 3 à 12 semaines. Les symptômes les plus apparents sont des selles liquides noires. Le traitement se résume à l’utilisation de coccidiostatique ou de sulfamides mélangés à la nourriture des paons. Il est également conseillé d’ajouter des médicaments préventifs à leur alimentation jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge à risque.
    • l’histomoniasis. Les oiseaux entre 5 et 14 semaines sont les plus touchés. Les symptômes sont des selles jaunâtres liquides, de la somnolence et une asthénie. Cette affection est très contagieuse, mais elle peut être traitée avec de la métronidazole ou du sulfate de cuivre.
    • le leucocytozoonosis. Ce protozoaire attaque les globules blancs des oiseaux. Parmi les symptômes, on peut citer une anémie sévère, une fièvre, une asthénie, une perte d’appétit et une difficulté à marcher. Le leucocytozoonosis est généralement transmis par les puces noires et les moucherons vivant tous les deux dans les cours d’eau. Il est conseillé de garder les oiseaux dans leur enclos durant la saison de prolifération de ces insectes. Si malgré tout les paons sont touchés, le traitement se résume au sulfate de cuivre et au clopidol.
    • le paludisme aviaire. Ici, ce sont les globules rouges qui sont attaqués. Parmi les symptômes, on peut citer l’asthénie, la perte d’appétit et la mort. Comme pour le leucocytozoonosis, le paludisme aviaire se transmet par les morsures de moucherons. Pour prévenir cette maladie, vous devez éloigner les insectes et donner à vos oiseaux une faible quantité de médicaments antipaludique de type Clopidol si vous redoutez une infection.

Conseils

  • N’effrayez pas vos paons. Ce sont des oiseaux très peureux et ils risquent de se blesser en se cognant trop souvent contre les murs de leur enclos.
  • Préparez vous-même la nourriture de vos paons. Si vous ne trouvez pas de mets pour oiseaux ou décidez de vous en passer, vous avez la possibilité de préparer vous-même leur nourriture. Il vous suffit pour cela de mélanger des granules de poulet et différents types de graines (de l’orge, du blé ou du riz). Vous pouvez également leur donner du maïs ou de la nourriture pour chiens (pour les gros chiens).
  • Assurez-vous que l’enclos soit suffisamment large pour permettre au mâle de faire la roue (déployez ces plumes pour vérifier) et voler. Installez également des perches de chaque côté de l’enclos.
  • Faites attention aux prédateurs comme les renards ou ratons laveurs. Ces derniers risquent de tuer vos paons et manger leurs œufs.
  • Pour le nid de la femelle, utilisez un pneu large et propre que vous remplirez de paille. La paille peut être mélangée aux copeaux de bois et la femelle y posera ces œufs. Si vous ne préparez de nid, la paonne laissera ses œufs sur le sol où ils risquent d’être écrasés ou volés par les prédateurs.
  • Sachez que la paonne peut se reproduire avec six mâles différents durant la période de reproduction.
  • Lorsque vous entrez dans l’enclos, faites attention à ce que les paons ne s’échappent pas. Emportez un balai avec vous si nécessaire. Utilisez un dispositif qui se déverrouille sans clé et qui se verrouille derrière vous lorsque la porte se ferme. Si vos paons parviennent malgré tout à s’enfuir, ils sont certainement dans un arbre ou se sont éloignés. Ils peuvent également être avec d’autres paons ou des dindes sauvages qui sont leurs cousins proches.
  • Les paons font la roue lorsqu’il pleut : faites donc en sorte que la toiture de l’enclos laisse passer la pluie.

Avertissements

  • Ne mettez pas deux mâles dans un même enclos. Ils risquent de se battre jusqu’à la mort.
  • Ne donnez pas de chocolat, de café ou d’alcool à vos oiseaux, car ces aliments sont toxiques.
  • Éloignez les objets métalliques comme les pièces de monnaie, clous, soudures ou câbles.
  • Les paons déploient régulièrement leurs ailes. Pensez donc à les mettre dans un enclos suffisamment large.
  • Bien que les paons peuvent être élevés avec des poules, ils risquent d’attraper la maladie de la tête noire transmise par un germe vivant dans les vers en restant dans un même enclos. Il est préférable de séparer les deux espèces.
  • Le cri aigu des paons peut être une source de problèmes si vous vivez en zone urbaine.
  • Les paonnes sont sujettes aux attaques de renards, notamment les renards à la recherche de poules. Les mâles sont en revanche capables de se défendre puisqu’ils s’envoleront aussitôt dans les arbres. C’est pourquoi les mâles prolifèrent mieux que les femelles.

Éléments nécessaires

  • Un grillage à poule
  • Du bois
  • Des clous
  • Des granules de poulet/graines
  • De la nourriture pour chiens
  • Des fruits/légumes
  • De la paille/du foin/ou une autre litière similaire
  • Des produits alimentaires/une écuelle d’eau
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.