Comment détecter l'utilisation de drogues chez un individu

L'utilisation excessive de drogues est une habitude destructrice et parfois fatale qui affecte le bien-être émotionnel et physique de l'individu qui en prend. Vous vous inquiétez peut-être que votre enfant prenne des drogues ou vous ne savez pas comment le savoir. Vous pensez peut-être que votre conjoint en prend. Même au travail, vous pourriez suspecter un de vos employés ou de vos collègues de prendre des drogues. Quelle que soit la personne en question ou votre relation à cette personne, il est important de comprendre comment détecter l'utilisation de drogues pour pouvoir aider votre enfant, votre proche ou toute autre personne.

Observer les signes physiques

  1. Examinez l'apparence physique de cette personne. Un manque d'intérêt pour son habillement, pour sa coiffure ou pour son hygiène personnelle peut être le signe d'un problème de drogues. C'est d'autant plus vrai si cette personne prenait beaucoup de soin auparavant à bien s'habiller ou à être présentable en public.
    • Faites surtout attention aux taches sur les vêtements qui apparaissent à cause des vomissements, de l'urine, du sang ou des brûlures.
  2. Observez avec attention les yeux de l'individu. Ils vont souvent avoir l'air différents si la personne prend des drogues. Les yeux rouges, injectés de sang, vitreux ou qui regardent dans le vide sont des signes potentiels d'utilisation de drogues. Selon la drogue en question, les yeux de l'individu peuvent changer de manière spécifique.
    • L'alcool rend les yeux vitreux et donne l'impression que le regard est suspendu dans le vide.
    • Le cannabis rend les yeux rouges et injectés de sang.
    • Le LSD, l'ecstasy, la cocaïne, les amphétamines et les méthamphétamines provoquent une dilatation des pupilles (elles paraissent plus larges).
    • Les opiacés comme l'héroïne ou les narcotiques provoquent une constriction des pupilles (elles deviennent moins larges).
  3. Observez l'odeur de l'individu. Une odeur bizarre ou désagréable pourrait être le signe d'utilisation de drogues. L'alcool et les drogues peuvent parfois être observés au niveau de l'haleine, des vêtements ou même de la peau de l'individu. Les odeurs liées à un manque d'hygiène personnelle peuvent aussi être le signe d'un abus de drogue.
    • L'alcool s'installe dans l'haleine pendant une longue période après sa consommation et peut même exhaler par les pores de la peau le jour suivant.
    • L'odeur de cannabis peut s'incruster dans les vêtements et les tissus. Les mégots de joints produisent aussi une odeur de fumée très forte.
    • Les méthamphétamines peuvent aussi entraîner une mauvaise haleine chronique. Les laboratoires de production sentent le soufre, les œufs pourris et ont aussi une odeur forte de détergent chimique.
    • Lorsqu'il est fumé, le crack produit une odeur de caoutchouc ou de plastique brûlé.
    • De nombreux stimulants et opiacés n'ont pas d'odeurs fortes. Cependant, la cocaïne a une légère odeur d'essence ou d'éther et l'héroïne sent un peu le vinaigre.
  4. Observez des changements au niveau des sinus. Des reniflements ou des saignements du nez inhabituels ou fréquents peuvent indiquer que la personne sniffe des drogues. La cocaïne, l'héroïne, les méthamphétamines, l'ecstasy (si réduite en poudre) et d'autres drogues peuvent être inhalées par le nez (ou « sniffées »). En sniffant les dogues, elles entrent directement dans le flux sanguin à travers les membranes nasales sensibles qui répondent en produisant plus de mucus ou parfois des saignements.
  5. Observez les traces laissées par une aiguille sur le corps de l'individu, en particulier sur les bras. Observez aussi la présence de bleus qui indiquent l'injection de drogues comme l'héroïne, la cocaïne ou les méthamphétamines. L'injection de drogues est très dangereuse, car les aiguilles peuvent transmettre des infections et des maladies comme le sida.
    • Les injections répétées peuvent provoquer une augmentation des marques et de cicatrices sur le corps.
    • Plus l'individu s'injecte de drogues, plus il doit trouver de nouveaux endroits où planter les aiguilles, car les sites d'injection précédents souffrent d'effondrement des veines et de cicatrices.
    • Une personne qui couvre sa peau avec des vêtements supplémentaires pourrait essayer de cacher des ulcères, des abcès, des infections, des croûtes ou des dégâts au niveau de la peau.
  6. Observez des problèmes physiologiques inhabituels. Si cette personne tremble lorsqu'il fait chaud, transpire lorsqu'il fait froid ou tremble de manière incontrôlée, elle pourrait souffrir des symptômes du sevrage. Si elle est dépendante de drogues, les symptômes de sevrage peuvent apparaître au bout de quelques heures après la dernière prise de la drogue en question.
    • Parmi les autres signes de sevrage, cette personne pourrait avoir les yeux qui coule, éternuer, avoir des maux de tête, des palpitations, des nausées, des vomissements ou de la diarrhée.

Détecter des signaux émotionnels, comportementaux et sociaux

  1. Observez une baisse de l'attention, de la mémoire, de la motivation ou de la concentration. Un déclin dans les performances à l'école ou au travail peut souvent être lié à une consommation de drogues. Les drogues diminuent les capacités mentales et dominent de plus en plus les processus mentaux de leur utilisateur. Au lieu de se concentrer sur des problèmes liés à son éducation ou à son emploi, la personne qui prend des drogues pense en permanence à la prise de la drogue et sur la façon de s'en procurer.
  2. Observez des changements radicaux dans les habitudes de sommeil et le niveau d'énergie. L'insomnie et la somnolence inhabituelles peuvent indiquer une utilisation de drogues. Cette personne a-t-elle l’air bizarrement léthargique ou fatiguée ? S'écroule-t-elle d'un seul coup avant de dormir pendant de longues périodes ? D'un autre côté, présente-t-elle une énergie débordante et maniaque même sans sommeil ? Des hauts et des bas entre des périodes d'énergie élevée et basse et des périodes de manque de sommeil ou d'excès de sommeil devraient tirer la sonnette d'alarme.
    • Les personnes qui prennent des opiacés peuvent montrer une vague d'énergie euphorique avant de s'endormir d'un seul coup, même en position assise.
    • Les alcooliques pourraient être pleins d'énergie la nuit avant de s'endormir le matin en démontrant une aversion pour la lumière et le bruit.
    • Une personne qui a pris du LSD peut rester sans dormir pendant 12 heures, car elle ne peut pas s'endormir. Après cette période, elle va « s'écrouler » et dormir pendant toute une journée.
    • Vous trouverez d'autres ressources sur Internet qui expliquent le lien entre le sommeil et les drogues.
  3. Observez des changements dans les valeurs morales de l'individu. A-t-il commencé à faire des choses qu'il tenait pour immorales auparavant ? A-t-il menti, séché les cours ou évité d'aller au travail ? Vous a-t-il demandé de lui prêter une somme inhabituellement élevée d'argent ? Avez-vous observé la disparition de bien, d'objets précieux ou d'argent ? Prend-il des risques qui le mettent en danger ou mettent les autres en danger ? Si vous avez répondu oui à l'une de ces questions, cette personne souffre peut-être d'un problème de drogues.
  4. Réfléchissez aux changements dans sa vie sociale. Cette personne s'est-elle repliée sur elle-même, évite-t-elle sa famille ou ses amis proches ? Est-elle plus irritable ou distante de ses proches ? A-t-elle commencé à passer plus de temps avec de nouveaux amis mystérieux qu'elle refuse de vous présenter ? Répond-elle à des coups de fil bizarres ou envoie-t-elle des textos en permanence à des inconnus ? Si c'est le cas, cette personne prend peut-être des drogues.
  5. Vérifiez la présence d'objets suspicieux. Envisagez de fouiller dans ses affaires, dans sa commode, ses tiroirs et les poches de ses vêtements. Vous pourriez y trouver des objets bizarres comme des gouttes pour les yeux, des bains de bouche, des petites poches en plastique, du papier à cigarette, des cotons-tiges, des pinces crocodiles, des pipes, des bongs, des aiguilles, des flacons de comprimés, de l'encens ou des désodorisants. Même si certains de ces objets sont des produits de la vie de tous les jours, ils pourraient aussi indiquer un problème de drogue.
    • Faites très attention lorsque vous enfreignez la vie privée de cet individu. Vous pourriez le mettre en colère et vous pourriez vous sentir embarrassé si vous vous êtes trompé à propos de son problème de drogue.
    • Ne fouillez dans les affaires personnelles d'une autre personne que si vous vous faites beaucoup de souci à propos de sa santé et si vous êtes prêt à en subir les conséquences.

Utiliser des tests de dépistage de drogues

  1. Achetez un kit de dépistage de drogues si vous avez de forts soupçons ou si vous n'êtes pas sûr et avez besoin d'en avoir le cœur net. Il existe des kits tout prêts en pharmacie ou en ligne. Vous trouverez plusieurs sites Internet qui vous permettent d'acheter plusieurs types de kits de dépistage.
  2. Pour obtenir des résultats les plus précis possible, effectuez le test sans prévenir la personne. Si vous préveniez la personne en avance, vous pourriez lui donner suffisamment de temps pour modifier les résultats en évitant de prendre des drogues pendant une certaine période ou même en se procurant l'urine ou le sang d'une autre personne pour remplacer son urine ou son sang.
  3. Informez l'individu des résultats du test pour organiser un autre test, un traitement, une thérapie ou même un licenciement.
    • Ne forcez jamais quelqu'un à passer un test de dépistage contre sa volonté. Cela n'est pas éthique et vous pourriez vous exposer à des poursuites judiciaires.
    • Souvenez-vous que les tests de dépistage de drogues ne sont pas fiables à 100 %. Par exemple, si vous licenciez un employé sur la base d'un seul test de dépistage, il pourrait vous attaquer.

Conseils

  • Si un proche commence à démontrer des signes d'utilisation excessive de drogues, mais si vous êtes sûr qu'il ne prend pas de drogues illégales, vous pouvez envisager une mauvaise utilisation de médicaments sur ordonnance. Suivez l'utilisation que cette personne fait de ses médicaments, car ils peuvent être aussi dangereux que les drogues récréatives s'ils ne sont pas utilisés correctement ou s'ils sont pris en excès.
  • Agissez avec précaution lorsque vous discutez de drogues avec cette personne, faites attention de ne pas l'accuser ou la juger si vous pensez qu'elle prend des drogues. Vous ne voulez pas l'isoler ou l'amener à prendre ses distances par rapport à vous.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.