Comment piloter un ballon à air chaud

Partout dans le monde, on trouve des passionnés de vol en ballon qui peuvent vous proposer une excursion aérienne payante ou même parfois une place d'équipier. Si vous avez déjà goûté à un voyage en ballon et que vous aimeriez être celui qui tire les cordes et fait cracher les flammes, alors il va vous falloir vous former et obtenir un certificat qui vous donnera le droit de voler en solo. Dans cet article vous allez apprendre l'essentiel sur les manœuvres de base à effectuer en ballon, ce qui pourra vous donner une idée de ce qui peut être fait et peut-être l'envie d'aller sur le terrain et dans les airs pour vivre une expérience forte qui pourrait faire de vous un passionné du ballon.

Comprendre les bases du vol en ballon

  1. Comprenez pourquoi un ballon s'élève dans les airs. Le vol en ballon à air chaud est basé sur un concept très simple. L'air, tout comme n'importe quel autre gaz, devient moins dense lorsqu'il est chauffé, et il a tendance à monter dans l'air plus dense de l'atmosphère comme une bulle d'air monte dans l'eau d'un aquarium. Si vous chauffez suffisamment l'air contenu dans l'enveloppe du ballon, il va s'élever dans l'atmosphère en emportant avec lui la nacelle et tout ce qu'elle contient.
    • Tandis que le ballon monte, il se retrouve entouré par un air de moins en moins dense. Lorsque la densité de l'air atmosphérique est identique à la densité moyenne du ballon et de l'air qu'il contient, le ballon cesse de monter.
  2. Apprenez à connaître la structure d'un ballon. En fait, elle est si simple que vous pouvez d'emblée comprendre comment est fait un ballon. Il est préférable cependant d'apprendre les termes techniques (la terminologie) afin de pouvoir communiquer clairement avec les membres d'un équipage.
    • La partie du ballon qui est en tissu s'appelle l'enveloppe. Elle est faite de panneaux (les fuseaux) qui sont cousus entre eux.
    • Pour la plupart des ballons, il y a un trou au sommet de l'enveloppe qui est recouvert par un panneau de tissu que l'on peut actionner. La soupape parachute est contrôlée par une corde depuis la nacelle du ballon.
    • Le bord inférieur de l'enveloppe du ballon s'appelle la bouche. Le brûleur qui se situe juste en dessous produit des flammes grâce à un réservoir contenant du propane.
    • Ce réservoir, les passagers et le reste de la charge sont portés par la nacelle qui est attachée à l'enveloppe par des cordes.
  3. Portez un équipement de protection. Le pilote doit porter des lunettes de sécurité car il se trouve à proximité du brûleur qu'il doit actionner. Tous les membres d'équipage doivent porter des gants épais, de longs pantalons et des vêtements à manches longues. Il faut éviter le nylon, le polyester et les autres matériaux qui peuvent fondre à proximité de la flamme du brûleur.
    • Il faut garder en tête que le ballon peut finir sa course dans un terrain irrégulier ou marécageux, et c'est pourquoi il faut porter un équipement robuste et confortable.
  4. Brûlez du propane pour faire monter le ballon. Pour booster la flamme du brûleur, il suffit d'ouvrir la valve du réservoir de propane en tirant sur une corde. Plus vous tirez sur la corde et plus vous ouvrez la valve, ce qui a pour conséquence de grossir la flamme qui surchauffe l'air du ballon qui s'élève alors dans le ciel. Plus la flamme est puissante et plus le ballon monte rapidement.
    • En jetant des sacs de lest ou des objets lourds par dessus la nacelle, vous réduisez la densité moyenne du ballon qui doit alors monter. Pour des raisons évidentes, il faut éviter cette méthode lorsque le ballon survole des zones habitées.
  5. Apprenez à stabiliser le ballon à une certaine altitude. Comme n'importe quel objet chaud qui est entouré par un environnement plus froid, l'air chaud du ballon et son enveloppe ont tendance à se refroidir au contact de l'air plus frais de l'atmosphère. Le ballon a alors aussi tendance à perdre progressivement de l'altitude. Pour garder le ballon à la même altitude, vous devez utiliser une des deux techniques suivantes :
    • Ouvrir progressivement la valve du réservoir de propane. Vous pouvez doser la puissance de la flamme pour produire juste assez de poussée pour empêcher le ballon de perdre de l'altitude sans pour autant le faire monter.
    • Ouvrir brièvement la valve. Ouvrez-la pour booster la flamme un court instant, juste assez pour pousser le ballon vers le haut au moment où vous sentez qu'il descend.
  6. Ouvrez la soupape parachute pour faire descendre le ballon. Lorsque vous ouvrez le panneau de tissu qui bouche le sommet de l'enveloppe, vous laissez de l'air chaud s'échapper de celle-ci. L'air chaud expulsé est remplacé par de l'air plus froid de l'atmosphère, et l'air de l'enveloppe a tendance à se refroidir. Le ballon se met alors à descendre car il devient globalement plus dense. La soupape parachute bouche automatiquement l'enveloppe lorsqu'on ne tire pas sur la corde rouge qui la contrôle.
    • La soupape parachute est aussi appelée valve de dégonflage, et la corde rouge qui permet de la contrôler, la ligne de dégonflage.
  7. Faites monter ou descendre le ballon pour le diriger. On ne peut pas contrôler directement la direction de déplacement d'un ballon. Par contre, il est possible de le faire indirectement en utilisant la direction du vent. En fait, il faut parler des directions des vents, car les courants d'air atmosphériques différemment orientés forment des couches qui s'empilent les unes sur les autres. Il faut faire monter ou descendre le ballon pour « attraper » le courant qui va dans la bonne direction. Les pilotes improvisent souvent pour choisir leur route, et il faut une certaine expérience pour attraper le bon vent au bon moment.
    • De nombreux ballons ont des cordes qui permettent d'écarter des clapets sur les côtés de l'enveloppe, mais ceux-ci ne peuvent servir qu'à faire tourner l'enveloppe et la nacelle sur elles-mêmes.
    • La plupart des vols en ballon se font avec un accompagnement au sol. En général, une voiture ou un bus suit le ballon pour récupérer les passagers et le matériel après l'atterrissage.

Piloter un ballon

  1. Prenez des cours avant de piloter vous-même un ballon. Les instructions qui vont vous être données ci-dessous peuvent vous aider à comprendre les bases du vol en ballon, mais elles ne peuvent pas remplacer la pratique qui est indispensable pour parvenir à piloter un ballon en toute sécurité. Les cours théoriques et pratiques et la licence de pilotage de ballon peuvent coûter plusieurs milliers d'euros, mais vous pouvez acquérir de la pratique à moindre coût en devenant membre d'un équipage au sol. Une fois que vous aurez acquis de l'expérience au sol, il ne vous faudra que de 10 à 15 heures d'entraînement en vol pour pouvoir passer le test qui peut vous permettre d'obtenir la licence.
  2. Vérifiez les conditions de vent. Il est très important de savoir quand annuler un vol. Voler par vent fort peut être dangereux. Les débutants doivent voler pendant les premières heures qui suivent le lever du Soleil ou les dernières heures qui précèdent le coucher du Soleil, car le vent est en général faible et prévisible à ces moments de la journée.
  3. Vérifiez l'équipement de survie. Vous devez vérifier qu'il y a, dans la nacelle, un extincteur, un kit de premiers secours, une carte topographique, une carte d'aviation, un altimètre et un journal de bord sur lequel vous allez noter tous les détails du vol. Vérifiez le niveau de propane dans le réservoir pour vous assurer qu'il y a assez de gaz pour le vol. Il faut environ 115 litres de propane par heure de vol. Pour les vols particulièrement longs, vous devez aussi avoir un équipement radio et, si possible, du matériel électronique d'aide à la navigation.
  4. Gonflez le ballon pour décoller. La plupart des ballons nécessitent le travail de plusieurs personnes pour décoller. Premièrement, le brûleur doit être fixé à la structure supérieure de la nacelle et couché sur le côté à proximité de l'enveloppe prête et déployée sur le sol. Puis, il faut attacher l'enveloppe à la nacelle et ouvrir sa bouche face à un ventilateur qui va la gonfler en soufflant de l'air pendant environ 10 minutes. Une fois que l'enveloppe est largement gonflée, il faut allumer le brûleur pour chauffer l'air contenu dans l'enveloppe. La nacelle est en général maintenue au sol par des membres de l'équipage et/ou attachée au sol jusqu'au moment du décollage. La nacelle est alors redressée tandis que le pilote et les autres membres d'équipage montent dedans. Il ne reste plus au pilote qu'à faire cracher une puissante flamme au brûleur pour que le ballon s'élève dans les airs.
  5. Restez vigilant pendant la phase de décollage. En tant que pilote, vous devez surveiller l'enveloppe gonflée tandis que les membres de l'équipage se tiennent aux cordes de la nacelle jusqu'à ce que celle-ci se soit totalement stabilisée. Vérifiez rapidement et méthodiquement qu'il n'y a pas aux alentours des obstacles, comme des arbres, qui pourraient toucher le ballon tandis qu'il est en train de monter. Dès que vous sentez le premier courant d'air, dirigez votre regard dans la direction où va aller le ballon pour vérifier qu'aucun obstacle ne va boucher la ligne de vol. Ne relâchez votre attention que lorsque vous êtes sûr que le ballon a suffisamment pris d'altitude pour éviter tout obstacle. L'état de vigilance vous permet de détecter toute variation dans la direction du vent et de faire monter rapidement le ballon si cela est nécessaire.
  6. Apprenez à connaître les phénomènes météorologiques. Ceux qui aspirent à une licence de pilote de ballon doivent passer des tests de connaissances en météorologie. Ils doivent comprendre comment la température, l'altitude et l'humidité interagissent, et être capables de déterminer les conditions météorologiques en observant les nuages. Voici quelques exemples de phénomènes qu'il faut connaître :
    • Un changement significatif de la direction du vent alors que vous montez est appelé un cisaillement. Vous devez être très concentré lorsque ce phénomène se produit car il peut considérablement ralentir ou accélérer le mouvement du ballon. Si un vent de cisaillement éteint la flamme du brûleur, rallumez-le rapidement et ouvrez la valve des gaz pour faire reprendre de l'altitude au ballon.
    • Si le ballon répond très lentement à vos actions, ou si vous remarquez que des éléments en suspension entrent dans l'enveloppe du ballon, il se peut que vous soyez « en inversion », c'est-à-dire que vous êtes dans une situation où l'air environnant devient plus chaud alors que vous montez. Pour prendre de l'altitude, compensez ce phénomène en brûlant plus de gaz ou en lâchant du lest.
  7. Vérifiez la direction et la force du vent. Apprenez à lire une carte météorologique, et utilisez ce type de cartes pour connaître la direction et la force du vent dans différentes zones. Pour connaître les conditions de vent juste en dessous de vous, crachez ou éjectez de la mousse à raser par dessus le bord de la nacelle.
  8. Apprenez à naviguer. Les pilotes de ballon doivent savoir utiliser une carte topographique et un altimètre pour tracer la ligne de vol et prévoir les altitudes à atteindre. Procurez-vous une carte d'aviation pour votre région, et utilisez-la pour rester hors des couloirs d'aviation. Une unité GPS, un compas magnétique et une paire de jumelles peuvent aussi vous être très utiles, même s'ils ne sont pas nécessaires pour un vol de courte durée. Dans certains endroits, ces éléments sont rendus obligatoires (administrativement), même pour les vols courts.
  9. Évitez les turbulences et les courants ascendants. Si vous vous retrouvez dans des turbulences, ou si vous vous attendez à les rencontrer (cartes, nuages, phénomènes météorologiques), atterrissez dès que vous le pouvez. De même, s'il y a des vents de cisaillement ou des courants ascendants, atterrissez le plus rapidement possible pour éviter d'être pris dedans et de perdre le contrôle du ballon. Dès que vous sortez d'un courant ascendant, ouvrez les gaz pour éviter de perdre trop rapidement de l'altitude.
  10. Préparez-vous à agir dans l'urgence. Entraînez-vous à rallumer très rapidement la flamme du brûleur. Quand le brûleur ne se rallume pas, c'est qu'il y a une obstruction de l'arrivée du gaz, et il faut alors enflammer le propane au-dessus de la valve d'injection, ce que vous devez apprendre à faire sous la supervision d'un pilote expérimenté. Dans le pire des cas, lorsque l'enveloppe du ballon se déchire en vol, brûlez un maximum de propane pour minimiser la vitesse de descente.
  11. Faites atterrir le ballon. Les manœuvres d'atterrissage demandent beaucoup de pratique car il faut prévoir la vitesse du ballon à l'approche du lieu d'atterrissage, un endroit qu'il faut savoir choisir et vers lequel il faut savoir diriger le ballon. Il existe plusieurs techniques d'approche que vous devez connaître et savoir appliquer dans des conditions très différentes, ce qui nécessite la supervision d'un pilote expérimenté. Commencez par tenter des atterrissages dans les meilleures conditions, avec une zone d'atterrissage très vaste que vous pouvez approcher en pente douce. À l'approche de cette zone, ouvrez légèrement les gaz et ne perdez pas des yeux les grands obstacles les plus proches, même s'ils ne sont pas dans la ligne de vol. Une fois que vous avez survolé et laissé derrière tous les obstacles, utilisez la valve des gaz juste ce qu'il faut pour approcher lentement du sol. À quelques mètres du sol, préparez-vous à être un peu remué, et ouvrez la soupape de parachute pour faire sortir l'air de l'enveloppe. Voilà ! Vous connaissez maintenant les bases du vol en ballon à air chaud. Félicitations !

Conseils

  • Le ballon à gaz est un autre type de ballon qui est parfois appelé, par erreur, ballon à air chaud. Les ballons à gaz sont remplis d'hélium ou d'un autre gaz plus léger que l'air et peuvent donc s'élever dans le ciel sans qu'il y ait besoin de chauffer le contenu de leur enveloppe. Lorsque ces ballons ont atteint une altitude de stabilisation, on ne peut les faire monter que si on lâche du lest (sauf s'ils sont du type hybride avec une enveloppe contenant un gaz léger et de l'air).

Avertissements

  • Prévenez le propriétaire du terrain et obtenez une autorisation, lorsque vous savez où vous souhaitez atterrir. Si vous atterrissez sur un terrain sans avoir l'autorisation de le faire, vous pourriez avoir des ennuis judiciaires.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.