Comment se comporter avec les membres de notre famille que l'on déteste

Vous avez des proches qui vous agacent au plus au point ? Si l'on ne choisit pas sa famille, vous pourrez tout de même choisir la façon dont vous réagissez et répondez aux situations difficiles qui se présentent au sein de votre famille. Vous ne pouvez probablement pas éviter les repas et autres évènements familiaux, et peut-être avez-vous d'excellentes relations avec les membres de votre famille... à l'exception d'un seul. Il est possible d'apprendre à gérer les situations familiales avec aise, afin que les réunions de famille soient moins stressantes et plus agréables.

Gérer les situations inévitables

  1. Réfléchissez à la façon dont vous voulez vous comporter. Avant de passer du temps avec cette personne, prenez le temps de décider comment vous allez vous comporter. Peut-être vous et cette personne vous êtes-vous disputés dans le passé. Demandez-vous quelle était la raison de ces disputes et s'il vous sera possible d'éviter de vous disputer cette fois-ci.
    • Vous pourriez être fier d'être athée, alors que votre tante pense sincèrement que votre athéisme vous mènera en enfer. Il serait alors préférable d'éviter d'aborder des sujets religieux en présence de votre tante.
  2. Attendez avant de parler. En particulier si vous avez des sentiments négatifs forts envers cette personne, ne régissez pas trop rapidement et ne parlez pas sans réfléchir. Respirez avant de parler. Si vous avez du mal à retenir vos commentaires négatifs, excusez-vous et isolez-vous.
    • Dites, "excusez-moi, je dois aller aux toilettes", ou "je vais voir s'ils ont besoin d'aide en cuisine".
  3. Demandez du soutien. Si vous avez du mal à vous entendre avec un proche, dites à un autre membre de votre famille (votre époux, votre sœur, etc.) que vous aimeriez limiter vos interactions avec cette personne. De cette façon, si vous vous retrouvez pris dans une discussion que vous souhaitez quitter, vous pourrez faire un signe à cette personne afin qu'elle vienne vous délivrer.
    • Vous pourrez décider d'un signe à l'avance, si vous pensez avoir besoin d'aide lors d'un évènement familial qui se prépare. Par exemple, vous pourriez chercher du regard la personne qui vous viendra en aide et faire un signe de la main qui voudra dire "s'il te plait, aide-moi à sortir de cette situation !"
  4. Amusez-vous. Vous n'avez pas à stresser à l'idée de vous rendre à cette réunion de famille parce que cette personne sera présente. Concentrez-vous à passer du temps avec les membres de votre famille que vous appréciez et à faire des activités qui vous amusent. Même si la personne avec laquelle vous avez du mal est dans la pièce, concentrez-vous sur d'autres choses. Et si vous vous retrouvez dans une discussion avec cette personne, trouvez une distraction qui vous aidera à surmonter le moment (comme jouer avec le chien).
    • Si vous avez peur de vous retrouver assis à côté de ce proche au cours du repas, proposez de faire un plan de table et mettez-vous très loin de cette personne.
  5. Occupez le proche qui vous agace. Une bonne façon de gérer un proche difficile est de lui assigner une tâche lors de la réunion de famille. Si un repas est en préparation, demandez-lui de couper des oignons ou de mettre la table, et laissez-le le faire à sa façon. Ainsi, la personne aura l'impression de mettre la main à la pâte, et sera occupée pour un moment.
    • Trouvez des façons d'inclure la personne dans les activités de groupe tout en l'occupant.
  6. Faites preuve d'humour. Si la situation devient tendue, faites preuve d'humour, afin de contourner les comportements inappropriés et de désamorcer la situation. Faites une petite remarque décontractée, afin de faire comprendre que vous ne vous prenez pas, vous-même et la situation, trop au sérieux.
    • Si votre grand-mère n'arrête pas de vous répéter de mettre un pull, dites-lui "je devrais aller chercher un pull pour le chat aussi, je ne voudrais pas qu'il attrape froid!"
  7. Ayez un plan de secours. Si vous redoutez vos interactions avec cette personne, préparez la situation et arrivez à la réunion de famille avec un plan de secours afin de pouvoir vous isoler ou même partir en cas de besoin. Vous pourriez demander à un ami de vous appeler, ou appeler un ami, qui vous ferait part d'une "urgence", ou vous pourriez dire que l'alarme de votre maison s'est déclenchée ou que votre chien est malade. Préparez des excuses que vous trouvez plausibles, afin de pouvoir partir si vous êtes mal à l'aise ou êtes en colère contre ce membre de votre famille.

Fixer des limites saines

  1. Évitez les débats enflammés récurrents. Si votre oncle adore parler de politique, mais que vous préféreriez ne pas aborder le sujet, n'entrez pas dans la discussion. Faites l'effort de ne pas parler de politique lorsque vous êtes en famille. Et même si votre oncle aborde le sujet et vous lance des piques, vous pourrez choisir votre façon de réagir. Cela fonctionne pour les compétitions sportives, les études universitaires, et les chamailleries entre cousins.
    • Dites "acceptons de ne pas être d'accord et restons-en là", ou "je préférerais ne pas aborder ce sujet, afin de profiter de la fête de famille sans nous disputer encore une fois."
  2. Choisissez les sujets qui vous tiennent à cœur. Votre cousin pourrait vous dire quelque chose de très méchant, et vous auriez envie de lui répondre immédiatement. Au lieu de cela, respirez et décidez s'il vaut la peine de vous engager dans une dispute ou non. Si votre grand-père fait une remarque désagréable, demandez-vous si votre réponse changera quoi que ce soit à son point de vue.
    • Parfois, vous devrez serrer les dents et dire "tu as le droit d'avoir tes propres opinions".
  3. Résolvez les conflits. Si vous ne supportez plus un membre de votre famille en raison d'un conflit, voyez si vous pourrez résoudre ce désaccord. Vous pourriez devoir trouver le temps de vous asseoir, d'être honnête l'un envers l'autre, et de parler à cœur ouvert. Alors que vous approchez cette personne, soyez aimable, compréhensif et ouvert.
    • Plus tôt vous résoudrez les conflits, moins votre ressentiment s’aggravera.
    • Soyez prêt à pardonner. Vous n'aurez pas à ignorer la situation ou à faire semblant que rien n'est arrivé. Mais apprenez à pardonner afin de pouvoir vous défaire de ce qui vous pèse.
  4. Dites "non". Si vous avez un proche qui semble vouloir obtenir quelque chose de vous (argent, travail non rémunéré, logement, etc.), n'ayez pas peur de dire non. Souvenez-vous que vous en avez le droit. Et si vous voulez réfléchir avant d'accepter, vous avez également le droit de vous accorder un temps de réflexion avant d'accepter quoi que ce soit.
    • Vous n'avez pas à justifier votre réponse ou à donner des excuses. Dites simplement "je suis désolé, je ne peux pas faire ça". Vous ne devez d'explications à personne.
  5. Évitez la manipulation passive-agressive. Peut-être vos difficultés à supporter un membre de votre famille sont-elles dues au fait que cette personne vous compare sans cesse à vos cousins ou à vos frères et sœurs ("bon, Marc va à la Sorbonne, mais tu ne t'en sors pas mal à la fac du coin"). Vous pourriez même vous sentir manipulé par les remarques ou les actions de votre proche. Si cette personne se montre passive-agressive à votre égard, gardez vos distances autant que possible et n'interagissez pas avec elle plus que le strict nécessaire. Comprenez que vous n'avez rien fait pour mériter cela.
    • Si vous avez l'impression d'être manipulé, trouvez une stratégie pour mettre un terme à la conversation ("je vais voir s'ils ont besoin d'aide en cuisine", ou "je vais jouer avec mes neveux, je ne les ai pas vu depuis longtemps"). Ne donnez pas suite à la remarque.
  6. Tenez-vous-en aux règles de famille. Si vous avez du mal à faire respecter les limites familiales avec vos proches, dites-leur clairement que ces règles doivent être appliquées. Si vous n'aimez pas la façon dont un membre de votre famille traite votre enfant (comme lui donner des ordres ou lui faire manger des tonnes de bonbons), dites à cette personne que son comportement va à l'encontre des règles de la famille, et que ces règles doivent être respectées chez vous comme chez les autres.
    • Soyez clair et direct lorsque vous abordez ce type de sujet avec un proche. Dites, "Allie n'a pas le droit de jouer à ce jeu à la maison, et elle n'a pas le droit non plus d'y jouer ici".
  7. Sachez faire face aux situations délicates. Si un proche a fait quelque chose d'impardonnable, adoptez les mesures qui vous permettront de vous sentir mieux. Si cela signifie que vous n'inviterez plus cette personne aux réunions de famille, que vous l'éviterez entièrement, ou informerez le reste de la famille de ce qu'il s'est passé, qu'il en soit ainsi. Vous devrez vous concentrer sur votre bien-être et non sur une punition que vous infligeriez à cette personne.
    • Avant d'informer le reste de votre famille de ce qu'il s'est passé, vous devrez bien réfléchir. Sachez que si vous pensez que son acte est impardonnable, le reste de votre famille pourrait ne pas être d'accord et conserver ses relations avec ce membre de la famille.
    • Si vous pourriez vouloir prendre vos distances vis-à-vis de cette personne pour votre sécurité ou votre bien-être, comprenez que la séparation pourra être douloureuse, à la fois pour vous et pour votre famille.

Surmonter sa haine

  1. Prenez soin de vous. Si vous savez que vous allez devoir passer la journée avec un proche que vous n'aimez pas, assurez-vous de vous y préparer le mieux possible. Si la personne fait ressortir votre côté agressif ou grincheux, assurez-vous de bien dormir la veille. Si vous vous sentez fatigué le soir du réveillon en famille, partez tôt. Et assurez-vous aussi que vous avez bien mangé : si votre taux de sucre est stable, vous aurez moins de chances de devenir agressif.
  2. Souvenez-vous que vous n'êtes pas au cœur du problème. Si quelqu'un vous rabaisse, vous met mal à l'aise ou est méchant avec vous, il est important que vous compreniez que cela en dit plus long sur cette personne que sur vous-même. Restez ferme et souvenez-vous de qui vous êtes. Faites de votre mieux pour peser vos mots, et souvenez-vous que vous n'êtes pas le cœur du problème.
    • Bien souvent, les gens sont méchants en raison des problèmes auxquels ils sont eux-mêmes confrontés. Cela peut arriver lorsque les gens manquent de confiance en eux, ont du mal à contrôler leur colère, ou qu'ils sont stressés.
    • D'autres gens pourront en revanche penser sincèrement que leurs comportements sont acceptables et normaux. Cela peut être causé par différents facteurs, par exemple lorsqu'une personne laisse son esprit de compétition ou son sens des affaires s’immiscer dans sa vie de famille.
    • Certains individus n'ont simplement pas les outils biologiques nécessaires pour ressentir de l'empathie. Cela peut être dû à des différences biologiques, ou à une certaine forme d'éducation (l'environnement dans lequel cette personne a grandi).
  3. Réalisez que vous ne pourrez pas changer cette personne. Il n'y a probablement rien que vous ne puissiez faire pour changer la personne avec laquelle vous ne vous entendez pas. Vous rêvez peut-être d'une famille heureuse, qui fêterait chaque occasion ensemble... et cette personne vous ramène à la réalité. Vous devrez alors abandonner ce rêve, accepter votre famille telle qu'elle est, et comprendre que votre fantasme n'est qu'une jolie pensée qui n'est pas basée sur la réalité.
  4. Acceptez ce membre de votre famille. Au lieu d'approcher cette personne avec jugement et dégoût, travaillez à mieux l'accepter et à mieux la comprendre. Écoutez-la parler et essayez de comprendre son point de vue.
    • Entrainez-vous à ressentir de la compassion pour cette personne. Respirez profondément et regardez cette personne. Puis dites-vous "je te vois, et je vois que tu souffres. Je ne comprends pas ta souffrance, mais je vois qu'elle est là et j'accepte qu'elle m'affecte".
  5. Trouvez des raisons d'être reconnaissant. Si vous redoutez peut-être les réunions de famille justement parce que vous détestez passer du temps avec cette personne, vous pouvez probablement également trouver des raisons de vous réjouir de ces évènements. Peut-être êtes-vous excité de revoir vos nièces et vos neveux, ou content d'avoir l'occasion de cuisiner (ou de ne pas cuisiner).
    • Trouvez des raisons de vous réjouir avant même d'arriver à la réunion de famille. Ainsi, vous entrerez dans la situation en éprouvant déjà de la reconnaissance.
  6. Consultez un thérapeute. Si vous avez du mal à surmonter la douleur que cette personne vous a causé, une thérapie pourrait vous faire du bien. Un thérapeute vous aidera à analyser vos émotions, à surmonter la situation, à voir les choses sous un angle différent, et à dépasser vos sentiments de dépression, d'anxiété ou autres.
    • Si vous souhaitez faire participer un membre de votre famille à ce processus, vous pourriez envisager une thérapie de famille. Si cela pourrait être difficile, ce pourrait tout de même être un bon moyen d'aborder des sujets douloureux et de les régler avec votre proche.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.