Comment défendre votre choix de ne pas avoir d'enfants

Les enfants sont censés être une source de joie pour toutes les familles. Vos proches peuvent donc avoir du mal à comprendre que vous ayez choisi de ne pas en avoir – et ce pour des raisons diverses. Vous pouvez avoir pris cette décision et vous sentir à l'aise avec ça – mais votre famille peut vous harceler lors de chaque réunion avec un sempiternel « Quand vas-tu nous donner des petits-enfants ? » ou bien « Qu'est-ce que vous attendez ? Ca fait cinq ans que vous êtes mariés ! » Mais cela reste votre famille (ou vos amis). Il peut être dur de garder de l'empathie pour votre famille tout en défendant votre choix, mais on espère que les suggestions ci-dessous pourront vous aider.

Étapes

  1. Souvenez-vous que votre famille vous aime. Elle vous harcèle parce qu'elle tient à vous et ne pense qu'à votre bonheur, même si ces perpétuelles questions et tentatives de persuasion finissent par devenir pesantes. Vous pouvez garder votre calme en ne perdant pas de vue l'affection de votre famille quand vous répondez à leurs questions pour la mille et unième fois.
  2. Soyez ferme. Vous devez vous tenir à votre choix si vous ne voulez pas devoir vous justifier dans les vingt-cinq prochaines années. Si vous êtes marié (e), dites à votre conjoint d'adopter la même fermeté que vous (mettez-vous d'accord et tenez-vous-y). Si vous esquivez une réponse ou évitez d'être précis (e), vous ne ferez qu'entretenir dans votre famille l'espoir que vous finirez par changer d'avis. Dites quelque chose de très direct, comme : « Je sais que vous ne pourrez pas forcément comprendre ou être d'accord, mais nous avons pris la décision de ne pas avoir d'enfants. Nous vous préviendrons si nous changeons d'avis. »
  3. Ne vous justifiez que si vous le désirez. Les raisons de votre décision vous appartiennent. Vous ne devriez donner d'explications que si cela ne vous dérange pas et si vous souhaitez divulguer l'information à votre famille et à vos amis. Ne le faites pas si vous n'en avez pas envie. Vous n'avez pas besoin de vous justifier auprès de quiconque.
  4. Autorisez-les à être déçus ou à avoir du chagrin. Vous êtes peut-être le seul garçon et le seul espoir de la famille de transmettre votre nom à la génération suivante. Votre lignée finira avec vous si vous n'avez pas d'enfants. Cela peut créer pas mal de pressions pour vous et des tas de rêves qui s'écroulent pour votre famille si vous faites le choix de ne pas avoir d'enfants. Ou alors vous êtes une femme qui a simplement décidé de ne pas être mère. Quelles que soient vos raisons, vous devez comprendre avec empathie que votre famille a rêvé tenir dans ses bras vos propres enfants depuis que vous étiez tout (e) petit (e). Autorisez votre famille à faire le deuil de cette perte – car oui, il s'agit bien d'une perte pour eux – vous n'êtes pas le seul membre de la famille et si vous tenez à elle, vous devez accepter qu'elle éprouve une peine véritable. Votre décision la touche vraiment. Vous avez le droit de vivre comme bon vous semble et le fait que votre famille sera triste ne doit pas vous obliger à devenir parent si ce n'est pas ce que vous désirez dans la vie.
  5. Rappelez à votre famille que le fait d'avoir des enfants devrait rester une décision mûrement réfléchie à deux. La décision de ne pas avoir d'enfants doit prévaloir s'il y a un désaccord dans le couple sur le fait d'avoir ou non des enfants. On ne devrait pas introduire d'enfants dans un couple qui ne les accepte pas et ne les aime pas sans réserve.
  6. Soyez attentif (ve) à toutes les suggestions. Si vous êtes fermement décidé à ne pas avoir d'enfants et que vous êtes, par exemple, le seul fils de votre famille, cela ne vous fera pas de mal d'écouter les suggestions de votre famille et leurs tentatives de compromis – sauf s'il y a dans votre famille des antécédents de maladies physiques ou mentales héréditaires. On pourrait trouver un moyen de continuer à porter le nom de famille – votre sœur peut toujours autoriser ses enfants à porter votre nom et non pas celui de son époux, par exemple. Cela peut aussi être très dur à accepter si vous êtes une fille et que vos parents continuent à exiger des petits-enfants sous le prétexte que toutes les femmes veulent des enfants ; si vous n'en voulez pas, ils auront du mal à le comprendre et auront des tas d'idées pour vous convaincre. Vous n'avez pas besoin de le faire à toutes les réunions de famille, mais tâchez au moins d'écouter ce qu'ils ont à vous dire et tenez compte de leurs suggestions – il faudra du temps pour l'accepter. Donnez-leur aussi l'impression qu'ils avaient leur mot à dire dans cette affaire. Rien ne vous oblige à tenir compte de leur avis ou suggestions. Souvenez-vous qu'il s'agit de votre vie et non pas de la leur et ils n'auront pas la responsabilité de votre descendance – c'est votre problème.

Conseils

  • Si on parle de vous en tant que personne « sans enfants » et que vous trouvez le terme incorrect ou blessant, vous pouvez dire que vous préférez être vue comme une personne « libre » ou bien que vous « avez décidé de ne pas avoir d'enfants ». Vous pourriez expliquer que l'expression « sans enfants » a souvent une connotation sympathique pour des couples qui cherchent à devenir parents, mais n'y parviennent pas. Dans ce cas, il est approprié de dire « sans enfants », mais ça ne l'est pas pour un couple qui ne veut pas d'enfants.
  • On sera moins susceptible de vous harceler à chaque réunion de famille si vous êtes ferme dès le début et que vous faites comprendre que vous ne voulez plus en parler.
  • Faites des recherches en ligne à ce sujet. Il existe des tas de livres et de sites qui parlent du désir de ne pas avoir d'enfants. Le moyen le plus rapide de désamorcer toute attaque personnelle est de prouver que vous en savez plus long qu'eux sur le sujet et que vous avez une réponse sensée à toutes leurs questions. Si, par exemple, on vous traite d'égoïste, vous pourriez rappeler à ces personnes que bien des parents ont aussi des enfants pour des raisons très égoïstes.
  • Remarquez que la plupart des exemples donnés se réfèrent au présent ou à un avenir proche. C'est beaucoup plus efficace que de dire platement que l'on doit se faire une raison et que cela n'arrivera jamais, même si votre décision est prise. En disant « pour le moment », vous leur donnez l'impression que vous n'avez pas encore pris de décision ferme et définitive, ce qui va les apaiser un peu. Si vous le déclarez en termes très fermes, vous allez déclencher pas mal d'hystérie qu'il vous faudra gérer, sauf si vous souhaitez dire quelque chose d'aussi brutal que : « J'ai eu droit à une vasectomie, point final ». Il est bon d'éviter ce type de drame.
  • Faites une déclaration lors d'une fête de famille si rien de tout cela ne marche : « Je sais que vous vous demandez tous pourquoi je ne suis toujours pas enceinte. Ou pourquoi nous refusons une adoption. Nous voulons que vous sachiez que nous vous aimons tous, mais que le fait d'avoir des enfants est une décision très personnelle pour un couple et que nous avons décidé de ne pas en avoir, du moins pas dans un premier temps. Cela nous met la pression chaque fois que vous nous le demandez et nous vous demandons de ne plus le faire. Si nous devions changer d'avis, vous serez les premiers à le savoir. » Après tout, s'ils n'ont toujours pas pris note de votre décision, vous ne devriez pas avoir de scrupules à prendre les choses en main en vous montrant assez direct (e).
  • Il y a du bon dans le proverbe : « il ne faut jamais dire jamais ». Bien que vous puissiez avoir pris votre décision une fois pour toutes, vous n'êtes pas la même personne à 30 ans qu'à 20, ni la même à 40 qu'à 30. Les choses et les gens évoluent avec le temps. Vous pourriez vous retrouver à faire très facilement quelque chose que vous pensiez d'abord ne jamais faire. Si vous êtes ferme, mais laissez entrevoir que vous pourriez changer d'avis, vous vous épargnerez bien des discussions stériles. Si vous dites : « Nous avons pris la décision de ne pas avoir d'enfants en ce moment. Vous serez les premiers informés si nous changeons d'avis, mais par pitié, ne nous posez plus la question », cela leur fera comprendre que vous ne voulez plus en parler, mais vous laissez entrevoir un espoir – ce qui peut relâcher la pression chez vous et dans votre famille.

Avertissements

  • Même si vous avez la bonté d'âme de ménager vos proches en suggérant que vous ne voulez pas d'enfants « pour le moment » ou « dans les prochains temps » vous continuez à entretenir un peu d'espoir. La plupart des gens verront s'évanouir cet espoir quand les années passent et que vous n'avez toujours pas d'enfants. Mais certains continueront à se cramponner à cet espoir et vous harcèleront encore de temps en temps. Là, vous devriez dire très fermement : « Nous avons pris cette décision il y a longtemps déjà. Cela nous convient et nous aimerions qu'il en soit de même pour vous. Nous n'allons pas changer d'avis et nous aimerions que vous cessiez de nous poser tout le temps cette question ».
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.