Comment savoir reconnaître les symptômes d'une IST (pour les adolescents)

Les infections sexuellement transmissibles (ou IST), connues aussi sous le nom de maladies sexuellement transmissibles (ou MST) ou même maladies vénériennes, peuvent être des troubles inoffensifs et traitables ou des maladies incurables et mortelles. Il est important de savoir comment en reconnaître les symptômes pour obtenir un traitement. Les symptômes des IST incluent des sécrétions, des ulcères, des inflammations de glandes, de la fièvre et de la fatigue. Cependant, certaines IST n'ont pas de symptômes observables, c'est pourquoi il est important de passer des tests de dépistage si vous êtes sexuellement actif. Si vous avez appris que vous êtes atteint d'une IST, il est essentiel de suivre les instructions de votre médecin pour traiter le trouble et pour prendre des mesures afin d'éviter d'infecter d'autres personnes.

Identifier les symptômes

  1. Discutez avec votre médecin ou rendez-vous dans une clinique pour passer un test de dépistage. Certaines IST ne présentent aucun symptôme et ne peuvent être découvertes qu'en passant des tests. Si vous vous inquiétez des IST, la meilleure chose à faire est de passer un test de dépistage. Selon le pays où vous habitez, il est possible de passer un test de dépistage à partir d'un certain âge sans l'accord de vos parents. Pour en savoir plus sur vos droits en matière de tests de dépistage de maladies sexuellement transmissibles, vous pouvez en discuter avec votre médecin ou vous rendre dans une clinique, par exemple au planning familial. Voici plusieurs types de tests utilisés pour le dépistage des IST.
    • Un test d'urine. Le médecin va vous demander un échantillon d'urine pour déterminer si vous êtes atteint des chlamydias ou de la gonorrhée, les deux IST les plus répandues. Vous allez uriner dans un récipient et le médecin l'enverra dans un laboratoire pour analyses.
    • Une prise de sang. La prise de sang permet de voir si vous avez la syphilis, l'herpès, le sida ou une des hépatites. Une infirmière vous prélèvera du sang avec une seringue avant de le faire analyser.
    • Un échantillon vaginal. Pour les femmes qui ne présentent pas de symptômes, c'est la seule façon de détecter la présence du papillomavirus. Si le prélèvement indique des changements inhabituels, un test ADN pourrait être effectué. Ce test n'est disponible que pour les femmes. Il n'existe pas à l'heure actuelle de test fiable pour détecter la présence du papillomavirus chez les hommes.
    • Un prélèvement d'échantillon. Le prélèvement d'échantillon de la zone affectée peut déterminer un cas de trichomonase. Votre médecin prendra un coton-tige et le frottera sur la zone affectée avant de l'envoyer dans un laboratoire pour analyse. Puisque seulement 30 % des personnes atteintes de trichomonase développent des symptômes, ce test est souvent la seule façon de savoir si vous en êtes atteint. On utilise aussi des prélèvements d'échantillon pour tester la présence des chlamydias, de la gonorrhée et de l'herpès.
  2. Observez des difficultés à uriner ou des sécrétions inhabituelles. La couleur, la texture et l'odeur des sécrétions peuvent vous aider à identifier l'IST en question, ainsi que la présence de douleurs pendant la miction. Vous êtes le seul à connaître votre corps, mais si vous pensez que les sécrétions ne sont pas normales ou que votre miction est différente, cela pourrait être le signe de diverses maladies.
    • La gonorrhée chez les femmes et chez les hommes accompagnée d'une augmentation de sécrétions au niveau des parties génitales (généralement blanches, jaunes ou vertes) ou une sensation de brûlure pendant la miction. Les femmes pourraient aussi observer des règles irrégulières et des gonflements de la vulve. Quatre femmes sur cinq et un homme sur dix atteints de la gonorrhée ne présentent pas de symptômes.
    • La trichomonase peut se présenter chez les femmes et chez les hommes par des sensations de brûlure pendant la miction ou chez les femmes par une odeur vaginale et des sécrétions vaginales inhabituelles (transparentes, blanches ou jaunes). Cependant, environ 70 % des personnes infectées ne présentent pas de symptômes.
    • Les chlamydias peuvent être présents chez les femmes comme chez les hommes et provoquer des sécrétions et une miction difficile. Les femmes pourraient aussi ressentir des douleurs abdominales et une envie d'uriner plus fréquente que d'habitude. N'oubliez pas qu'entre 70 et 95 % des femmes et 90 % des hommes qui ont les chlamydias ne présentent pas de symptômes.
    • Les infections vaginales chez les femmes s'accompagnent de sécrétions laiteuses et d'une odeur de poisson.
  3. Observez la présence de rougeurs et de plaies. Les rougeurs et les plaies dans des zones spécifiques du corps pourraient indiquer une IST. Faites très attention aux rougeurs et aux plaies au niveau des parties génitales et de la bouche, car ce sont les zones les plus souvent atteintes par les IST. Si vous observez une poussée de quelque sorte que ce soit, consultez votre médecin ou rendez-vous dans une clinique le plus rapidement possible pour obtenir un diagnostic.
    • Les plaies non douloureuses chez un homme ou une femme peuvent indiquer un cas de syphilis dans ses premiers stades. Les plaies (qu'on appelle des chancres) apparaissent généralement au niveau des organes génitaux et peuvent apparaître entre trois semaines et trois mois après l'infection.
    • Les ampoules ou les plaies douloureuses au niveau des organes génitaux ou de la bouche peuvent indiquer chez les hommes et chez les femmes un cas d'herpès. Ces ampoules peuvent apparaître deux jours après l'infection et durer pendant une à deux semaines.
    • Les verrues génitales peuvent indiquer la présence du papillomavirus chez les hommes et chez les femmes. Elles apparaissent généralement en petits groupes au niveau de la zone génitale. Elles peuvent être petites ou grosses, plates ou gonflées ou avoir l'apparence du chou-fleur. Le papillomavirus est l'IST la plus souvent transmise et presque toutes les personnes sexuellement actives en sont infectées à un moment ou à un autre de leur vie. Dans la plupart des cas , le papillomavirus disparaît tout seul, mais s'il ne le fait pas, certaines souches peuvent provoquer le cancer du col de l'utérus chez les femmes.
  4. Observez des symptômes qui ressemblent à ceux de la grippe. Certaines IST sont difficiles à reconnaître, car leurs symptômes sont similaires à ceux de la grippe. Cela inclut de la toux ou des maux de gorge, un nez bouché ou qui coule, des frissons, de la fatigue, des nausées, de la diarrhée, des maux de tête ou de la fièvre. Si vous avez des symptômes qui ressemblent à ceux de la grippe, discutez-en avec votre médecin pour savoir si vous êtes atteint de cette maladie ou d'une IST.
    • Par exemple, les symptômes de la grippe après un rapport sexuel peuvent être le signe de la syphilis ou du sida autant chez les femmes que chez les hommes.
  5. Vérifiez la présence de glandes enflées et de fièvre. Parfois, les IST peuvent provoquer une inflammation des glandes et de la fièvre. Par exemple, si vos glandes sont sensibles ou si vous ressentez de la douleur en appuyant dessus en même temps que de la fièvre, cela pourrait être le signe de l'herpès. Le plus souvent, les glandes sont gonflées près du site de l'infection et les glandes dans l'aine sont souvent gonflées lors d'infections génitales.
    • Si vous avez l'herpès, les symptômes vont généralement apparaître entre deux et vingt jours après l'infection.
  6. Déterminez la présence de fatigue. Il existe de nombreuses raisons qui peuvent vous amener à être fatigué. Cependant, si vous êtes fatigué en même temps qu'une perte d'appétit, de douleurs articulatoires et abdominales, de nausée ou de jaunisse, cela pourrait être le signe de l'hépatite B.
    • Environ un adulte sur deux atteint de l'hépatite ne présente jamais de symptômes, mais lorsque ceux-ci apparaissent, ils le font entre six semaines et six mois après l'infection.
  7. Identifiez des démangeaisons anormales. Certaines IST peuvent provoquer une sensation de démangeaison ou de brûlure dans la zone génitale, c'est pourquoi vous devez remarquer ce symptôme lorsqu'il se produit. Par exemple, des démangeaisons ou des irritations sur le pénis peuvent être le signe de la trichomonase chez les hommes et les mêmes symptômes dans le vagin peuvent être le signe de vaginose bactérienne chez les femmes. Les chlamydias peuvent aussi provoquer des démangeaisons, surtout au niveau de l'anus.
    • Si les symptômes de la trichomonase se développent, ils devraient le faire entre trois et vingt-huit jours.
    • Si les symptômes de la vaginose bactérienne se développent, ils devraient apparaître entre douze heures et cinq jours. La vaginose bactérienne peut aussi être contractée par d'autres voies que les rapports sexuels, peut-être en utilisant un stérilet en cuivre comme moyen de contraception, en fumant ou en prenant des bains moussants trop souvent, c'est pourquoi certains médecins ne la classent pas parmi les maladies sexuellement transmissibles.

Traiter et prévenir les IST

  1. Consultez votre médecin. Si vous pensez avoir une IST, prenez rendez-vous avec votre médecin tout de suite ou rendez-vous dans une clinique. Un traitement rapide de l'IST est crucial pour prévenir le développement d'effets secondaires sur le long terme et pour éviter de transmettre la maladie. Lorsqu'elles sont laissées sans traitement, certaines IST peuvent provoquer des problèmes de santé graves sur le long terme y compris une perte de cheveux, de l'arthrite, la stérilité, des malformations congénitales, des cancers et rarement, la mort du patient.
  2. Suivez les instructions données pour traiter votre infection. Certaines IST peuvent être traitées avec des antibiotiques tandis que d'autres n'ont pas de remède. Quelle que soit la situation, il est important de suivre les instructions de votre médecin pour traiter et gérer les symptômes. Si vous êtes atteint d'une IST, votre médecin va vous conseiller différentes options de traitement et vous donner des informations sur les façons d'éviter de transmettre la maladie à d'autres personnes.
    • Votre médecin pourrait vous prescrire des médicaments pour traiter le problème ou du moins pour atténuer la gravité des symptômes.
    • Il n'existe pas de remède contre le sida, l'hépatite ou l'herpès. Cependant, il existe des traitements pour aider à soulager les symptômes.
  3. Faites tout ce que vous pouvez pour prévenir la transmission des IST. Il existe plusieurs façons de diminuer les risques de transmission des IST. Assurez-vous de choisir la méthode la mieux adaptée à votre style de vie. Voici quelques-unes des méthodes que vous pouvez utiliser pour éviter de transmettre une IST.
    • L'abstinence. La seule vraie façon de vous assurer de ne contracter aucune IST est de vous abstenir de tout rapport sexuel oral, vaginal et anal.
    • Utilisez des protections. Si vous avez des rapports sexuels, utilisez un préservatif en latex pour réduire le risque de transmission d'une IST.
    • Privilégiez les relations monogames. Une des façons les plus sûres d'éviter les IST est d'être dans une relation monogame. Discutez de manière ouverte avec votre partenaire pour savoir s'il a été dépisté avant d'avoir des rapports sexuels ensemble.
    • Faites-vous vacciner. Il existe des vaccins contre l'hépatite B et le papillomavirus. Cela vous permet de vous assurer de ne pas contracter de maladies même si vous entrez en contact avec elles pendant les rapports sexuels. Le vaccin contre l'hépatite B est généralement administré aux enfants à la naissance, mais vérifiez-le. Le vaccin contre le papillomavirus consiste en trois injections qui vous protègeront contre la plupart des souches du virus.

Avertissements

  • De nombreuses personnes infectées par une IST sont asymptomatiques, ce qui signifie qu'elles ne présentent pas de symptômes. La seule façon de détecter leur présence est de passer un test de dépistage chez un médecin.
  • Si vous ne prenez pas de mesures de protection pendant vos rapports sexuels, vous pourriez infecter les autres.
  • Une IST peut provoquer des dégâts physiques, c'est pourquoi vous devez consulter rapidement un médecin si vous avez été infecté. Les IST non traitées peuvent provoquer la stérilité (l'incapacité à avoir des enfants), un risque plus élevé de certains cancers et une transmission éventuelle de la maladie à vos partenaires.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.