Comment effectuer la réanimation cardiorespiratoire sur un chat

Si votre chat ne respire plus à cause d’un accident, d’une suffocation, ou d’une maladie, vous devez agir rapidement pour dégager ses voies respiratoires et lui permettre de respirer à nouveau. Effectuer la réanimation cardiopulmonaire (RCP) ou réanimation cardiorespiratoire (RCR) sur un chat peut sembler effrayant, mais si vous connaissez les étapes à suivre, cela sera beaucoup plus facile. Le mieux c’est d’amener votre chat chez un vétérinaire immédiatement, mais avant d’y arriver, vous pouvez chercher à déterminer si votre chat a besoin d’une RCR, vérifier les voies respiratoires de votre animal, et commencer à effectuer la RCP. Apprenez davantage en lisant cet article comment effectuer la RCP sur un chat.

Déterminer si un chat a besoin d’une RCP

  1. Amenez votre chat chez un vétérinaire dès les premiers signes d’un problème sérieux. La meilleure chose à faire est d’amener immédiatement votre chat chez un vétérinaire pour éviter d’avoir à effectuer vous-même la réanimation cardiopulmonaire sur ce dernier. Le vétérinaire est beaucoup mieux équipé pour faire face à une crise sérieuse de ce genre. Observez les signes qui annoncent un problème sérieux et amenez immédiatement votre chat chez un vétérinaire si vous remarquez que votre chat :
    • a des difficultés à respirer,
    • perd connaissance,
    • est trop léthargique et faible,
    • est gravement blessé,
    • est sérieusement malade.
  2. Déterminez si votre chat respire toujours. Pour déterminer si votre chat respire, vous pouvez soit regarder les mouvements de sa poitrine, ressentir la sortie de l’air en plaçant votre main devant son nez et sa bouche, ou placer un petit miroir devant son nez ou sa bouche et voir si une brume se forme sur le miroir. Si vous constatez que votre chat ne respire plus, vous pourrez peut-être décider de lui administrer la RCP.
  3. Vérifiez le pouls de votre matou. Le rythme des pulsations de votre chat peut également vous aider à déterminer si vous devez effectuer réanimation cardiopulmonaire. Pour vérifier le pouls de votre minet, placez vos doigts à intérieur de sa cuisse et attendez quelques instants. Si vous avez un stéthoscope, vous pouvez l’utiliser pour essayer d’écouter les battements cardiaques du chat. Si vous n’écoutez aucune pulsation, c’est que vous devez sans aucun doute administrer la RCP à votre animal de compagnie.
  4. Examinez les gencives de votre chat. La couleur des gencives de votre matou peut également indiquer s’il a besoin ou non d’une RCR. Normalement, les gencives en bonne santé devraient avoir la couleur rose. Si les gencives de votre chat sont bleuâtres ou grises, cela signifie qu’il ne reçoit pas assez d’oxygène. Si ses gencives sont blanches, cela signifie qu’il pourrait avoir une mauvaise circulation sanguine. Vous devez prendre en compte ces facteurs pour déterminer si votre chat a besoin ou non d’une RCR.

Administrer la réanimation cardiorespiratoire à un chat

  1. Mettez votre chat et vous-même hors de danger. Parfois, un chat peut avoir besoin d’une RCR après avoir été percuté et blessé par un véhicule. Si vous devez soigner un chat qui se trouve dans la chaussée ou une ruelle, déplacez-le hors de la chaussée avant de commencer la RCR.
    • Demandez à quelqu’un, si cela est possible, de vous conduire à la clinique vétérinaire la plus proche ou chez votre vétérinaire. De cette façon, vous pourrez effectuer la RCP sur le chemin de l’hôpital.
  2. Placez le chat inconscient ou semi-conscient en position de sécurité. Assurez-vous qu’il est placé sur le côté et sur une surface assez confortable comme sur un manteau ou une nappe. Cela permettra que le chat reste au chaud et se sente plus à l’aise.
  3. Examinez les voies respiratoires du chat. Toujours en maintenant le chat sur le côté, inclinez légèrement sa tête vers l’arrière. Ouvrez sa bouche et utilisez vos doigts pour tirer et étendre sa langue. Regardez s’il y a une obstruction dans sa gorge. Si vous ne pouvez pas voir clairement, faites glisser légèrement votre doigt dans sa bouche pour ressentir s’il y a un corps étranger qui pourrait bloquer ses voies respiratoires. Si vous ressentez une obstruction, essayez de voir si vous pouvez l’enlever avec vos doigts ou s’il y a lieu de le faire à travers des poussées abdominales.
    • N’essayez pas d’enlever les petits os qui se trouvent au fond de la bouche du chat. Cette partie constitue son larynx.
  4. Effectuez des poussées abdominales si cela s’avère nécessaire. Si vous n’arrivez pas à déloger l’objet qui bloque la gorge de votre chat avec vos doigts, essayez d’utiliser les poussées abdominales. Tout d’abord, soulevez le chat pour que sa colonne vertébrale soit au même niveau que votre poitrine, ensuite utilisez l’autre main pour localiser le fond de sa cage thoracique. Si le chat est calme, posez vos deux mains sous sa dernière côte. Si le chat s’agite, tenez-le par sa peau avec une main tandis que vous formez un poing sous sa dernière côte avec l’autre main. Appuyez le poing ou les deux mains jointes sur le corps du chat et poussez vers le haut. Répétez cette poussée verticale cinq fois.
    • N’effectuez pas ces poussées si votre chat est conscient ou s’il semble irrité. Dans ce cas, mettez votre matou dans une cage de transport et amenez-le immédiatement chez le vétérinaire.
    • Si l’objet qui bloque la respiration ne sort pas, retournez le chat et donnez-lui cinq coups dans le dos. Positionnez le chat sur votre avant-bras de telle sorte que sa tête soit en suspension vers le sol et soutenez son corps posé sur votre bras par ses hanches. Avec la main libre, essayez de localiser ses omoplates. Ouvrez la paume de votre main libre et frappez vivement le chat entre ses omoplates cinq fois.
    • Si vous ne réussissez pas à déloger l’objet qui cause l’obstruction, essayez de nouveau d’utiliser votre doigt pour le déloger et continuez d’utiliser les méthodes appropriées jusqu’à ce que vous réussissiez à enlever cet objet.
    • Si l’objet est délogé, surveillez la respiration du chat, et continuez d’appliquer les techniques de la RCP si cela est nécessaire.
  5. Donnez des insufflations de sauvetage si nécessaire. Si votre chat ne respire pas, vous devez immédiatement lui administrer deux insufflations de sauvetage. Pour ce faire, fermez la bouche du chat avec votre main et élargissez son nez pour améliorer le passage de l’air. En maintenant la bouche du chat fermée, placez votre paume de main autour de son nez et approchez votre bouche du museau du chat.
    • Soufflez directement dans le nez du chat pendant une seconde.
    • Si vous sentez que l’air pénètre, effectuez une autre insufflation et recommencez la réanimation cardiopulmonaire si vous ne sentez aucun battement cardiaque. Si le cœur du chat bat, mais qu’il ne respire pas, continuez de donner les insufflations de sauvetage à raison de 10 insufflations par minute jusqu’à ce que le chat respire à nouveau tout seul ou jusqu’à l’arrivée à la clinique vétérinaire.
    • Contrôlez les battements cardiaques du chat, et s’ils s’arrêtent, commencez à effectuer des compressions. Si l’air ne passe pas, redressez le cou de l’animal et essayez de nouveau. Si la situation n’évolue pas, recommencez à examiner ce qui cause l’obstruction.
  6. Effectuez les compressions du thorax si cela est nécessaire. Placez votre chat sur le côté et posez votre main autour de son thorax, derrière ses pattes avant. Votre pouce doit être au-dessus du côté avant du thorax et le reste des doigts en dessous. Dans cette position, vous pourrez facilement effectuer les compressions du thorax en appuyant le thorax du chat. Si votre main ne peut pas facilement envelopper le thorax du chat ou si cette position est inconfortable pour vous, placez une main sur le côté qui est devant vous, ensuite positionnez l’autre main de telle sorte que la paume de main soit posée contre la paroi thoracique. Assurez-vous que vos coudes sont fermés et que vos épaules sont directement au-dessus de vos mains.
    • Selon que vous utilisiez une seule main ou les deux mains, pressez ou appuyez le thorax assez fermement pour avoir une compression qui correspond à environ un demi ou un tiers de la profondeur normale, ensuite laissez le thorax revenir à la profondeur normale avant de recommencer d’autres compressions.
    • Évitez de laisser votre main posée sur la poitrine du chat ou de laisser le thorax partiellement comprimé dans les intervalles entre les différentes compressions.
    • Les compressions doivent être effectuées au rythme de 100 à 120 compressions par minute. Il est souvent recommandé de le faire au rythme de la chanson des Bee Gees intitulée « stayin’ alive ».
    • Après avoir administré les 30 premières compressions, vérifiez encore les voies respiratoires du chat ainsi que sa respiration. Si le chat recommence à respirer par lui-même, vous devez alors arrêter de lui administrer des compressions.
  7. Continuez d’administrer la RCP. Vous devez continuer à effectuer la réanimation cardiorespiratoire jusqu’à ce que votre minet commence de nouveau à respirer par lui-même ou jusqu’à ce que vous arriviez chez le vétérinaire. Vous pourrez avoir besoin de l’aide d’un ami si vous devez faire un long chemin en voiture pour arriver chez le vétérinaire. Suivez le cycle de RCP ci-dessous toutes les deux minutes.
    • Effectuez 100 à 120 compressions du thorax par minute ainsi qu’une insufflation de sauvetage entre 12 compressions.
    • Contrôlez les battements cardiaques et la respiration.
    • Répétez le même cycle.

Prendre soin d’un chat après une réanimation cardiopulmonaire

  1. Contrôlez régulièrement la respiration, les battements cardiaques ou le pouls de votre matou. Lorsque le chat recommence à respirer par lui-même, continuez à bien le surveiller. Si vous ne l’avez pas encore fait auparavant, amenez-le chez le vétérinaire pour un examen complet et pour soigner des blessures ou saignements.
    • La visite chez le vétérinaire est essentielle. Votre chat doit être examiné pour voir s’il a des blessures internes, des fractures ou des os cassés. Dans certains cas, une opération d’urgence peut être requise après que son état se soit stabilisé.
    • Votre chat peut encore être sous le choc, et un chat dans cet état doit être pris en charge par un vétérinaire.
  2. Suivez les instructions du vétérinaire sur la façon de prendre soin du chat. Sachez que le vétérinaire peut exiger que votre chat reste à la clinique quelques jours pour l’observer et lui permettre de reprendre sa meilleure forme. Lorsque votre chat rentrera à la maison avec vous, veillez à respecter les instructions du vétérinaire en rapport avec les soins à prodiguer au chat. Administrez tous les médicaments qu’il vous a prescrits et gardez un œil vigilant sur votre matou.
  3. Consultez à nouveau un vétérinaire si votre chat présente des symptômes inquiétants. Un chat qui a eu un sérieux problème de santé ayant nécessité une RCP est susceptible d’avoir d’autres problèmes ou même de mourir. Pensez à signaler immédiatement à votre vétérinaire d’autres signes inquiétants et prévoyez des visites de contrôle régulières pour assurer la bonne santé de votre animal.

Conseils

  • Envisagez de prendre des cours de secourisme d’animaux domestiques. Le fait de connaitre comment effectuer la RCR sur les animaux de compagnie peut vous permettre de sauver leur vie s’il n’y a aucun vétérinaire dans les environs.
  • Lorsque vous portez ou transportez un chat, enveloppez-le dans une petite couverture pour le rassurer et assurer sa protection (et même la vôtre).

Avertissements

  • N’essayez jamais d’effectuer la réanimation cardiorespiratoire (RCR) sur un animal conscient et en bonne santé.
  • Un chat qui a mal est d’un tempérament imprévisible et peut réagir à la douleur par des moyens d’autodéfense, soit en mordant ou en griffant.
  • De nombreux chats dont l’état de santé nécessite une RCP ne survivent pas souvent. Faites tous ce que vous pouvez pour sauver la vie de votre minou, mais soyez assuré que s’il ne survit pas, vous aurez le sentiment d’avoir fait tout ce que vous pouviez pour le sauver.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.