Comment savoir si vous avez une hernie

Chaque organe du corps humain est contenu dans une poche séparée ou "cavité". Vous pouvez souffrir d’une hernie quand un organe dépasse de sa cavité. Il s’agit d’un état sans gravité et qui peut se résorber de lui-même. Les hernies se produisent habituellement dans l’abdomen (n’importe où entre la poitrine et les hanches) et 75 à 80 % d’entre elles apparaissent dans la zone de l’aine. La probabilité d’avoir une hernie augmente avec l’âge et l’intervention chirurgicale nécessaire pour la traiter devient plus risquée quand vous êtes plus âgé. Il existe plusieurs sortes de hernies et chacune exige un type de traitement bien précis, il est donc important d’en savoir plus à ce sujet.

Reconnaître les symptômes

  1. Évaluez vos facteurs de risque. Bien que les hernies puissent se produire chez n’importe qui, certains facteurs peuvent vous faire courir un plus grand risque d’en développer une. Il peut s’agir de maladies chroniques, mais une hernie peut aussi s’en aller d’elle-même avec le temps si, par exemple, vous souffrez d’une mauvaise toux. Voici les différents facteurs de risque d’avoir une hernie :
    • une augmentation de la pression abdominale
    • une toux
    • le fait de soulever des charges lourdes
    • de la constipation
    • une grossesse
    • l’obésité
    • un grand âge
    • le tabagisme
    • l’emploi de stéroïdes
  2. Remarquez tout renflement. Une hernie est un défaut dans la poche musculaire d’un organe. C’est la raison pour laquelle cet organe est poussé en direction d’une ouverture, ce qui conduit à une hernie. Quand l’organe se dirige vers l’ouverture, il va créer une zone enflée ou un renflement sous la peau. Une hernie va souvent devenir plus volumineuse quand vous êtes debout ou avez une activité exténuante. L’endroit où se trouve la zone enflée variera en fonction du type d’hernie que vous avez. Les termes employés pour qualifier les différentes hernies se réfèrent à leur localisation ou à ce qui les a causées.
    • La hernie inguinale : il s’agit d’une hernie qui se produit dans la zone se trouvant entre les hanches et l’aine.
    • La hernie ombilicale : elle se produit autour du nombril.
    • La hernie fémorale : elle se produit à l’intérieur des cuisses.
    • La hernie due à une incision dans le ventre : elle se produit quand de précédentes incisions ventrales créent des points faibles dans les poches musculaires des organes.
    • Une hernie diaphragmatique ou hiatale : elle se produit en cas de malformation congénitale du diaphragme.
  3. Faites attention aux vomissements. Une hernie qui touche les intestins peut changer, voire bloquer le passage des aliments à travers votre tube digestif. Cela peut causer un refoulement intestinal qui conduit à des vomissements et à des nausées. Vous pouvez ressentir des symptômes moins graves si les intestins ne sont pas complètement bloqués, comme des nausées sans vomissements ou un manque d’appétit.
  4. Voyez si vous êtes constipé. Vous pourriez être constipé si vous souffrez d’une hernie inguinale ou fémorale dans le bas du corps. La constipation est en réalité tout l’inverse des vomissements. Vous pouvez être constipé quand le flux des selles est bloqué au lieu de s’évacuer et quand il stagne au lieu de sortir. Il est inutile de préciser que ces symptômes nécessitent une intervention chirurgicale immédiate.
    • Une hernie peut être très grave si elle compromet les fonctions vitales de votre corps. Voyez immédiatement votre médecin si vous souffrez de constipation.
  5. Ne négligez pas une sensation de satiété anormale. Bien des personnes qui souffrent d’une hernie ne se plaignent pas trop de douleurs ou de symptômes graves ou visibles. Mais elles peuvent éprouver une sensation de lourdeur dans la zone touchée par une hernie, surtout dans l’abdomen. Vous pourriez attribuer cela à des problèmes de ballonnements. Sinon, vous remarquerez que quelque chose ne va pas bien dans votre abdomen, que ce soit une sensation de satiété, de faiblesse ou tout simplement une pression étrange. Vous pouvez soulager ces ballonnements dus à une hernie en vous reposant dans une position inclinée.
  6. Notez l’intensité de vos douleurs. Bien que la douleur ne soit pas toujours présente, elle est une indication de hernie, surtout s’il y a des complications. L’inflammation peut causer une sensation de brûlure ou de douleur aiguë. Une accumulation de pression peut conduire à une douleur intense, laquelle suggère que la hernie est entrée en contact direct avec une paroi musculaire. Voici les douleurs qui peuvent se produire à des stades de hernie différents.
    • Une hernie irréductible : elle ne peut pas revenir à un état normal et va au contraire gagner en volume, ce qui peut parfois vous faire souffrir.
    • Une hernie étranglée : l’organe protubérant n’est plus alimenté par le sang et peut dépérir rapidement sans intervention médicale. Dans ce cas, vous pourriez ressentir des douleurs manifestes accompagnées de nausées, de vomissements, de fièvre et de difficultés à aller à la selle. Cet état nécessite une intevention chirurgicale d’urgence.
    • Une hernie hiatale : l’estomac devient protubérant et provoque des douleurs dans la poitrine. Cela perturbe aussi le flux sanguin, cause des reflux de suc gastrique et de la difficulté à avaler.
    • Une hernie non traitée : une hernie est habituellement indolore et sans symptômes, mais elle peut devenir douloureuse et provoquer d’autres problèmes de santé si elle n’est pas traitée.
  7. Sachez quand voir un médecin. N’importe quelle hernie peut éventuellement devenir dangereuse. Vous devriez voir un médecin le plus tôt possible et vous faire examiner si vous soupçonnez la présence d’une hernie. Il ou elle saura si vous en avez vraiment une et vous parlera de sa sévérité et des solutions de traitement à votre disposition.
    • Rendez-vous immédiatement au service des urgences hospitalières si vous savez pertinemment que vous avez une hernie et si vous sentez soudain des palpitations ou des douleurs dans la zone concernée. La hernie peut s’étrangler et être privée de sang, ce qui est extrêmement dangereux.

Comprendre les facteurs de risque

  1. Tenez compte de votre sexe. Les hommes sont plus susceptibles de développer une hernie que les femmes. Selon certaines études, la plupart des hernies présentes à la naissance (c’est très courant chez les nouveaux-nés), se trouvent chez les bébés de sexe masculin. Il en va de même tout le long de la vie d’adulte ! Ce risque accru chez les hommes peut s’expliquer à travers le lien entre une hernie et la descente des testicules dans l’abdomen. Cela est dû au fait que les testicules des hommes descendent le long du canal inguinal peu avant leur naissance. Le canal inguinal d’un homme (lequel contient les ligaments qui retiennent les testicules) va habituellement se fermer après la naissance. Cependant, dans certains cas, il ne se referme pas correctement, ce qui favorise les hernies.
  2. Sachez quels sont vos antécédents familiaux. Vous courez de plus grands risques de faire une hernie si un membre de votre famille en a déjà souffert. Certaines maladies héréditaires touchent les tissus conjonctifs et les muscles et augmentent votre sensibilité aux hernies. Gardez à l’esprit que cette probabilité génétique ne s’applique que dans des cas de malformations héréditaires. La hernie n’est généralement pas d’origine génétique.
    • Vous courez plus de risques d’avoir une nouvelle hernie à l’avenir si vous en avez déjà souffert.
  3. Tenez aussi compte de l’état de vos poumons. Une fibrose cystique (une maladie des poumons mortelle) remplit les poumons de caillots de glaires épaisses. Les patients souffrant de cet état développent une toux chronique quand ils cherchent à évacuer ces glaires. Cette augmentation de tensions crées par les toux répétées est un facteur de risque pour avoir une hernie. Ce type de toux crée une plus grande tension dans vos poumons, laquelle abîme les parois des muscles. Les patients ressentent de la douleur et de l’inconfort quand ils toussent.
    • Les fumeurs courent aussi de plus grands risques de développer une toux chronique et sont donc plus susceptibles de faire une hernie.
  4. Faites attention à une constipation chronique. Une constipation vous oblige à forcer sur vos muscles abdominaux pour évacuer vos selles. Vous serez plus susceptible de développer une hernie si vos muscles abdominaux sont faibles et si vous devez constamment exercer une pression sur eux.
    • Les muscles s’affaiblissent avec une mauvaise alimentation, un manque d’activité physique et avec l’âge.
    • Le fait de forcer quand vous urinez peut aussi vous faire courir le risque d’avoir une hernie.
  5. Sachez que vous courez un risque si vous êtes enceinte. Le développement d’un bébé dans l’utérus crée une série de pressions dans l’abdomen. Votre ventre s’alourdit, ce qui est l’un des facteurs de développement d’une hernie.
    • Les bébés prématurés courent aussi le risque d’avoir une hernie car leurs muscles et tissus conjonctifs ne sont pas encore développés ni renforcés.
    • Une anomalie génitale chez les bébés a plus de chances de créer des tensions à cet endroit. Cela comprend une position anormal de l’urètre, du liquide dans les testicules ou des caractéristiques génitales ambiguës (le bébé a des caractéristiques génitales propres aux deux sexes).
  6. Essayez de garder un poids correct. Les personnes obèses ou en surpoids sont plus susceptibles de développer des hernies. Tout comme les femmes enceintes, elles ont un ventre plus volumineux ce qui augmente les tensions abdominales et peut toucher des muscles affaiblis. Il est conseillé de vous mettre au régime dès à présent, si vous êtes en surpoids.
    • Sachez qu’une perte de poids rapide et importante due à un régime drastique affaiblit les muscles et peut aussi causer une hernie. Tâchez de perdre du poids sainement et de façon progressive, si vous voulez maigrir.
  7. Demandez-vous si votre emploi ne serait pas responsable d’une hernie. Vous courez le risque d’avoir une hernie si votre emploie vous demande de rester debout longtemps et d’avoir beaucoup de force physique. Les personnes les plus sensibles aux hernies d’origine professionnelles comprennent les ouvriers du bâtiment, les vendeurs et vendeuses, les charpentiers et autres. Parlez-en avec votre employeur si vous avez un emploi de ce genre. Vous pourriez vous arranger pour travailler dans des conditions qui sont moins susceptibles de provoquer une hernie.

Identifier le type de hernie

  1. Sachez comment un médecin procède pour diagnostiquer une hernie. Le médecin devrait toujours vous faire tenir debout, quand il procède à un examen pour détecter une hernie. On vous demandera de tousser, de vous tendre ou de faire un mouvement du mieux que vous le pouvez pendant qu’il ou elle tâte doucement la zone enflée. Le médecin va évaluer la souplesse des mouvements dans la zone soupçonnée de loger une hernie. Le médecin sera en mesure de vous diagnostiquer une hernie et de quel type, après cette évaluation.
  2. Reconnaissez une hernie inguinale. C’est le type de hernie le plus courant et il se produit quand les intestins ou la vessie poussent la paroi abdominale inférieure dans l’aine et le canal inguinal. Ce canal retient les ligaments des testicules chez les hommes et une hernie est habituellement causée par une faiblesse naturelle de ce canal. Chez les femmes, ce canal contient les ligaments qui gardent l’utérus en place. Il existe aussi deux types de hernies inguinales : les hernies directes ou plus couramment les hernies indirectes.
    • La hernie inguinale directe : posez un doigt sur le canal inguinal, il s’agit du creux qui se trouve le long du bassin et où les jambes se rejoignent. Vous sentirez un renflement à l’avant du corps et une toux peut lui donner plus de volume.
    • La hernie inguinale indirecte : quand vous touchez votre canal inguinal, vous allez sentir un renflement allant de l’extérieur vers le milieu du corps (sur les côtés ou au centre). Ce renflement peut aussi bouger vers le bas, en direction du scrotum.
  3. Soupçonnez une hernie hiatale si vous avez plus de 50 ans. Une hernie hiatale se produit quand la partie supérieure de l’estomac pousse en direction du diaphragme et de la poitrine. Ce type de hernie se produit habituellement chez les personnes de plus de 50 ans. Il s’agit d’une malformation de naissance si un enfant présente ce type de hernie.
    • Le diaphragme est formé d’une fine couche de muscles qui vous permettent de respirer. Il s’agit aussi du muscle qui s’occupe de séparer les organes dans l’abdomen et dans la poitrine. #*Ce type de hernie provoque des sensations de brûlure dans l’estomac, des douleurs dans la poitrine et des difficultés à avaler.
  4. Observez une hernie ombilicale chez un bébé. Bien qu’elle puisse se produire plus tard dans la vie, la hernie ombilicale se produit couramment chez les nouveaux-nés et les bébés de moins de six mois. Elle apparaît quand les intestins se répandent hors de la paroi abdominale et pressent contre le nombril. Le renflement est surtout très visible quand l’enfant se met à pleurer.
    • Vous verrez apparaître un renflement au niveau du nombril quand il s’agit d’une hernie ombilicale.
    • Une hernie ombilicale se résorbe généralement d’elle-même. Mais elle doit être opérée si elle persiste jusqu’à cinq ou six ans, si elle est très grande ou si elle provoque des symptômes.
    • Tenez compte de la taille. Une hernie ombilicale assez petite d’environ 1,25 cm peut se résorber d’elle-même. Une hernie ombilicale plus grande doit être opérée.
  5. Faites attention avec une hernie due à une intervention chirurgicale sur le ventre. Ces incisions faites pendant l’opération mettent du temps à guérir et à cicatriser correctement. Les muscles qui se trouvent dans cette zone doivent aussi reprendre des forces. Une hernie opératoire peut se produire si des tissus d’organe exercent une pression sur la cicatrice de l’incision avant qu’elle n’ait guéri. C’est plus courant chez les personnes âgées et celles qui sont en surpoids.
    • Posez vos doigts fermement mais délicatement à l’endroit de l’opération et pressez. Vous devriez sentir un renflement dans cette zone.
  6. Reconnaissez une hernie fémorale chez une femme. Ce type de hernie peut se produire tant chez les hommes que chez les femmes, mais la majorité de ces hernies se retrouvent chez les femmes en raison de la grande taille du bassin. Ce dernier loge un canal qui soutient les artères, les veines et les nerfs dans le haut de l’intérieur des cuisses. Ce canal est généralement assez étroit, mais il peut souvent s’élargir quand la femme est enceinte ou obèse. Il s’affaiblit quand il se dilate et devient par conséquent sensible à une hernie éventuelle.

Vous faire traiter pour une hernie

  1. Signalez immédiatement des douleurs vives. Le médecin va d’abord tâcher de gérer votre douleur, si les symptômes de l’hernie apparaissent soudainement. Dans le cas d’une hernie qui s’est délogée, le médecin peut d’abord essayer de la remettre manuellement dans sa position d’origine. Cela peut réduire l’inflammation intense et le gonflement et permet d’avoir plus de temps pour prévoir une éventuelle intervention chirurgicale. Une hernie étranglée nécessite une intervention chirurgicale immédiate pour éviter la nécrose des cellules et une perforation de tissus organiques.
  2. Envisagez une opération de prévention. Votre médecin peut vous la recommander pour la corriger avant qu’elle n’évolue de façon plus dangereuse, même si elle n’est pas très grave. Des études ont montré qu’une opération de prévention fait manifestement baisser les cas de hernies morbides et mortelles.
  3. Sachez quelles sont les possibilités de récurrence d’une hernie. Il existe toutes sortes de raisons pour lesquelles une hernie peut réapparaître, suivant son type et l’état du patient.
    • Une hernie à l’aine (chez les enfants) : ce type de hernie a un taux de récurrence assez faible de plus ou moins 3 % après une intervention chirurgicale. Elle peut parfois se résorber d’elle-même chez les nourrissons.
    • Une hernie à l’aine (chez les adultes): suivant l’expérience du chirurgien, le taux de récurrence de ce type de hernie après l’opération peut aller de 0 à 10 %.
    • Une hernie due à une incision dans le ventre : environ 3 à 5 % des patients verront réapparaître une hernie après l’opération. Ces taux peuvent aller de 20 à 60 % s’il s’agit d’incisions assez grandes.
    • Une hernie ombilicale (chez les enfants): ce type de hernie peut généralement se résorber de lui-même.
    • Une hernie ombilicale (chez les adultes): elle connaît un taux de récurrence plus élevé chez les adultes. Un patient peut s’attendre à avoir une nouvelle hernie après son opération dans 11 % des cas.

Conseils

  • Évitez de soulever des charges trop lourdes, de tousser trop fort ou de vous plier en deux si vous pensez avoir une hernie.

Avertissements

  • Voyez immédiatement votre médecin si vous pensez avoir une hernie. Cela peut devenir rapidement un problème assez grave. Les signes de hernie étranglée comprennent des nausées, des vomissements ou les deux, de la fièvre, un rythme cardiaque accéléré, des douleurs soudaines qui deviennent plus intenses ou un renflement qui devient rouge, violet ou de couleur sombre.
  • Le pronostic de survie suite à une hernie aiguë est habituellement moins bon et les taux de mortalité sont plus élevés que pour une hernie ponctuelle.
Cet article contient des informations médicales ou des conseils pouvant affecter votre santé. Avant de mettre en pratique les conseils de ce wikiHow, parlez-en de préférence à votre médecin ou à un spécialiste. Si les symptômes persistent plus de quelques jours, allez voir un professionnel de la santé. Lui seul est apte à vous fournir un avis médical, quelle que soit votre condition. S'il s'agit d'un jeune enfant, consultez un pédiatre sans attendre.Le numéro des urgences médicales européen est le : 112Vous retrouverez les autres numéros des urgences médicales pour de nombreux pays en cliquant ici.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.