Comment savoir à quel moment appeler le docteur après une mastectomie

Une mastectomie est une intervention chirurgicale qui est faite pour prévenir le cancer de sein. Si vous présentez les premiers symptômes de cette maladie, vous pourriez choisir entre une tumorectomie qui consiste à retirer la tumeur, et une mastectomie qui consiste à ce que le tissu du sein y compris le mamelon soit retiré. L’intervention se fait sous anesthésie complète, ce qui veut dire que vous serez complètement endormie et n'aurez aucun souvenir de l’intervention ou de la douleur qu’elle provoque. La mastectomie est une chirurgie qui consiste à retirer le tissu entier du sein, mais il y a d’autres procédures au cours desquelles l’on retire bien plus que le tissu de la périphérie. Tout comme toute chirurgie, une mastectomie est suivie d’un temps de récupération, d’une période de douleur et d’inconfort. Toutefois, vous devriez aussi savoir le moment où il faut consulter votre médecin, en raison de la moindre complication qui pourrait survenir à la suite de l'opération.

Comprendre à quoi s’attendre après une mastectomie

  1. Identifiez l’opération chirurgicale que vous allez subir. Le résultat généré par l’intervention dépendra de la masse de tissu qui vous sera retirée par le chirurgien. Dans certains cas, un muscle est aussi retiré afin de prévenir ou d’extraire le tissu cancéreux. Cela aura un impact sur l’ampleur de la douleur ainsi que des risques potentiels pour les effets post-chirurgicaux. Vous devriez discuter des différents types de mastectomie disponibles avec votre médecin avant votre opération.
  2. Décidez de subir une mastectomie simple (encore appelée mastectomie totale). Au cours d’une mastectomie simple ou totale, le chirurgien retire tout le tissu mammaire, mais pas le tissu musculaire ni les ganglions lymphatiques qui sont situés sous le bras. Les femmes ayant de larges tissus de carcinome canalaire in situ (CCIS) ou celles qui recourent à une mastectomie pour des raisons prophylactiques subiront ce genre d'opération.
  3. Envisagez subir une mastectomie radicale modifiée. Au cours de cette intervention, le chirurgien retire le tissu du sein et la plupart des ganglions lymphatiques situés en dessous du bras. Ici, aucun muscle en dessous du sein n’est retiré.
    • Les femmes souffrant d’un cancer invasif et qui optent pour la chirurgie subiront une mastectomie radicale modifiée. De cette façon, le spécialiste pourra évaluer les ganglions lymphatiques pour déterminer l’étendue de la maladie.
  4. Étudiez la possibilité d’une mastectomie radicale. Au cours d’une telle procédure, le spécialiste retire tout le tissu du sein, tous les ganglions lymphatiques situés dans la zone ainsi que le muscle de la paroi thoracique situé en dessous du sein.
    • Cette procédure est uniquement appliquée lorsque le cancer n’a pas atteint le thorax. Il a été prouvé que la mastectomie radicale modifiée offre des résultats similaires et présente moins de lésions que la mastectomie radicale.
  5. Envisagez une mastectomie partielle. Au cours de cette intervention, la zone cancéreuse ainsi qu’une partie des tissus en bon état entourant cette zone sont également retirés. Une tumorectomie est un type de mastectomie partielle, mais beaucoup plus de tissus périphériques sont retiré au cours d’une mastectomie partielle par rapport à la tumorectomie.
  6. Envisagez une mastectomie sous-cutanée. Encore appelée innervation « épargnant le mamelon », une mastectomie sous-cutanée implique que tout le tissu mammaire soit retiré, mais le mamelon est épargné. Cette procédure n’est pas couramment utilisée, car elle peut faire place à un peu de tissu qui pourrait développer un cancer.
    • Si une chirurgie réparatrice est faite au même moment, le bout du sein pourrait après cette intervention être engourdi ou déformé.
  7. Prévoyez votre temps de récupération. Les périodes de rétablissement pour chacune de ces chirurgies dépendront de quelques facteurs, dont vos antécédents médicaux, votre état de santé général et votre bien-être, sans parler de votre capacité à exécuter la routine d’exercice qui vous a été recommandée pour améliorer votre flexibilité et réduire le risque de lymphœdème. Les interventions chirurgicales au cours desquelles une petite partie de tissu est retirée auront le plus court temps de récupération.
    • Les hospitalisations durent en moyenne 3 jours ou moins.
    • La peau guérira complètement en 2 semaines s’il n’y a pas de complications avec l’incision chirurgicale.
    • Votre corps continuera de récupérer au fil des mois qui suivront. Vous pourriez ressentir une fatigue transitoire pendant cette période, mais vous pourrez récupérer de la meilleure des façons si vous continuez d’effectuer les exercices de rétablissement recommandés.
  8. Apprenez-en davantage sur la reconstruction mammaire. La reconstruction du tissu mammaire peut être effectuée au moment de l’intervention avec vos tissus corporels ou avec un implant qui porte le nom de reconstruction immédiate. Cette reconstruction peut se faire plus tard, et l'on parle de reconstruction différée à ce niveau. La contrainte d’une radiation et/ou d’une chimiothérapie pourrait retarder la reconstruction.

Reconnaitre les symptômes des complications post-chirurgicales

  1. Notez les changements que vous remarquez par rapport au niveau de la douleur que vous ressentez. L’ampleur de la douleur ou de l’inconfort sera liée à la quantité de tissu retiré. Bon nombre des patientes ressentent peu, voire pas de douleur après la chirurgie. Toutefois, une augmentation de la sensibilité, de la douleur, ou un endolorissement accru peut être source d’une infection.
    • Autrement dit, si l’inconfort remarqué après l’intervention était de 3 sur 10, et augmente de façon soudaine à 5 ou 6, alors il est temps de téléphoner votre docteur.
  2. Surveillez votre température. Si votre température est au-dessus des 37 degrés ou si vous éprouvez des frissons, il est alors temps pour vous de contacter votre chirurgien. La fièvre pourrait indiquer que votre organisme combat une infection. Une consultation et un traitement contre une infection amélioreront votre rétablissement et diminueront les problèmes liés à une infection de plaie.
    • Les infections chirurgicales sont spécialement dangereuses, car elles peuvent conduire à la septicémie (infection du sang) ainsi qu’à des problèmes de cœur ou de respiration.
  3. Observez l’incision et la zone de la plaie pour rechercher des signes d’infection. Vous devez avoir le numéro de votre médecin pour le prévenir immédiatement de tout signe d’infection afin d’empêcher de nouvelles complications. Les infections de plaie seront caractérisées par des rougeurs, des inflammations et de la sensibilité qui augmentent au lieu de s’améliorer après la chirurgie. La rougeur qui entoure l’incision augmentera également.
    • Les incisions peuvent être lavées avec du savon et de l’eau, mais vous ne devez pas y appliquer des crèmes ou des onguents, à moins que cela ne soit prescrit par le docteur. Ne trempez pas la partie incisée dans une baignoire ou dans une piscine.
    • Les infections de plaie peuvent aussi dégager une odeur nauséabonde.
  4. Examinez le site chirurgical pour rechercher des signes de tissus morts ou de mauvaise guérison. En plus des infections, la baisse de circulation sanguine dans la zone de l’incision après la chirurgie peut aussi provoquer des séparations sur la peau et/ou à des tissus morts (nécrose). Une nécrose de lambeaux survient chez 18 à 30 % des femmes ayant subies une mastectomie. La mort de ces tissus est causée par un manque de l’alimentation en oxygène au tissu qui sert à couvrir la zone du sein après que le tissu mammaire ait subi une ablation chirurgicale. Si vous avez l'impression que le tissu ne guérit toujours pas, dégage des odeurs, change de couleur ou est simplement dans un mauvais état, vous devez contacter votre chirurgien pour une consultation.
    • La nécrose des lambeaux de peau conduira le tissu à devenir rouge foncé et ensuite, la couleur deviendra totalement noire, étant donné que les cellules cutanées sont mortes.
    • La peau à proximité de l’incision pourrait aussi se dissocier. Si cela se produit, vous devez immédiatement appeler votre docteur pour un examen et un traitement. La séparation ne permettra pas une bonne guérison et augmentera plutôt le risque d’infection. Votre médecin pourrait prescrire l’utilisation d’une ceinture thoracique médicale, ce qui pourrait diminuer la tension de la plaie et accélérer la guérison.
  5. Parlez des réactions allergiques que vous remarquez par rapport à vos médicaments. Les réactions allergiques peuvent causer la toux, des démangeaisons, des éruptions cutanées, des difficultés à respirer, ou encore des nausées et le vomissement. Rapportez tout cela à votre docteur. Demandez que l’on vous prescrive d’autres médicaments si vous avez de plus en plus mal ou si vous sentez que les comprimés sont trop forts pour vous.
    • La constipation est l’un des effets secondaires les plus courants. Parlez à votre docteur des médicaments en vente libre qui peuvent soulager.
  6. Observez les zones rouges et les inflammations. Toutes les rougeurs n’indiquent pas la présence d’une infection. Cela peut également être relié au développement d’un hématome. Cela peut se produire sur la partie ayant subi l’incision ou sur les zones environnantes, mais ce constat sera différent d’une infection. Les changements sont liés à la circulation du sang dans la zone et ils apparaitront sous la forme d’un bleu, tout comme si vous étiez tombée.
    • Les petits hématomes prendront une couleur noire et bleue, et seront absorbés par le tissu périphérique. Toutefois, puisque le tissu n’est pas en bon état en raison de la chirurgie, tout soupçon d’hématome doit être vu par votre médecin.
    • Des quantités importantes de sang doivent être évacuées avec des seringues pour réduire le risque d’ischémie (manque d’oxygène et de sang). Cette diminution de l’apport sanguin artériel pourrait augmenter le risque de nécrose du lambeau.
  7. Surveillez un quelconque saignement de la zone ayant subi l’intervention. Tout saignement de l’incision qui s’échappe de votre pansement après votre sortie de l’hôpital n’est pas normal et cela doit être signalé à votre médecin.
    • Un suintement de fluide clair n’est pas vraiment alarmant. Toutefois, si cela continue pendant plus d’une ou deux semaines ou si le fluide change de couleur, contactez votre docteur.
    • Ce dernier vous dira s’il s’attendait à plus de suintement de votre plaie en raison des circonstances particulières qui sont survenues après votre opération. Si un tel avertissement n’avait pas été donné, alors vous devriez contacter votre médecin.
  8. Surveillez toute douleur fantôme. Il s’agit d’une douleur ressentie dans le tissu du sein, tissu ayant été amputé après l’intervention. Vous pourriez subir des démangeaisons, des sensations de picotements et de fourmillements, des pressions ou des pulsations. Votre docteur peut prescrire des comprimés et aussi suggérer un massage et des exercices techniques pour réduire les douleurs fantômes.
    • Rien ne prouve qu’une douleur fantôme indique une réapparition du cancer dans le tissu restant.
  9. Cherchez des signes de lymphœdème dans la zone de l’incision. Vu que le tissu lymphatique pourrait être retiré, cela pourrait perturber le flux du liquide lymphatique. Cette interruption peut causer une inflammation de la zone qui précède fréquemment une sensation d’oppression ou une réduction de la flexibilité entre le bras et le poignet.
    • Le lymphœdème peut consister en une très petite inflammation (difficilement remarquable) ou en une grosse enflure qui rend difficile l’utilisation du bras. Lorsque le lymphœdème n’est pas traité, l’inflammation peut causer une infection secondaire, une fibrose (épaississement et lésions cicatricielles) de la peau sus-jacente, une limitation des mouvements et une rare forme de cancer des tissus mous.
    • Vous pouvez soigner le lymphœdème en faisant des exercices, du massage et en mettant des vêtements de compression, et ce, en fonction de l’étendue de l’inflammation. Consultez votre docteur pour connaitre les techniques de traitement qui conviennent le mieux à votre cas spécifique.

Prendre les premières mesures pour améliorer votre résultat

  1. Discutez des procédés pour contrôler la douleur avec votre docteur avant votre sortie d’hôpital. À votre sortie, il vous sera certainement prescrit des antidouleurs. Votre médecin pourrait également recommander que vous appliquiez des sacs de glace à la zone de l’incision pour réduire la douleur, la sensibilité et l’inflammation. Utilisez une serviette pour séparer la glace de la peau afin d’éviter des dommages dus au froid. N’allez pas non plus au-delà de 15 minutes.
  2. Discutez avec le docteur à propos d’un programme d’entrainement après votre mastectomie. Les femmes qui se sont soumises à un programme d’entrainement pour améliorer la mobilité de leur épaule et des muscles du torse ont rapporté une meilleure mobilité et moins de douleur une année après l’intervention, par rapport aux femmes qui ne le font pas. Votre physiothérapeute peut élaborer un programme d’entrainement que vous pouvez exécuter à domicile pour obtenir de bons résultats.
  3. Commencez par faire de petits exercices dès que vous recevez la permission de votre docteur. Bien qu’il ne s’agisse que d’exercices simples, ils vous aideront à améliorer la mobilité de votre bras. Cependant, s’il y a un risque de nécrose du lambeau ou de séparation de la peau, votre chirurgien pourrait vous demander d’éviter tout mouvement et exercice jusqu’à ce que le risque soit annihilé. Essayez les exercices décrits ci-dessous.
    • Utilisez votre bras du même côté que celui ayant subi l’intervention pour exécuter vos activités journalières, comme pour brosser vos cheveux, vous habiller et manger.
    • Étendez-vous et gardez votre bras au niveau supérieur à celui du cœur pendant 45 minutes, et ce, 3 à 5 fois par jour pour aider à réduire l’inflammation de votre bras après l’opération.
    • Chaque fois que vous élevez votre main et votre bras au-dessus de votre cœur, faites des pompes 15 à 25 fois, ensuite pliez et redressez le coude 15 à 25 fois. Cela assure l’activité de la pompe lymphatique au niveau de votre bras.
    • Faites fréquemment des entrainements de respirations profondes pendant les deux premières semaines de récupération. En effet, cela permet à vos poumons de s’étendre, et réduit le risque de pneumonie.
  4. Allez à tous vos rendez-vous de contrôle. Votre chirurgien et votre oncologue programmeront certainement un nombre de rendez-vous de contrôle pour évaluer votre traitement et votre rétablissement. Assurez-vous de vous rendre à tous ces rendez-vous, car vos médecins pourraient apporter des changements à votre plan de traitement en tenant compte de ces examens.
    • Apportez un carnet de notes avec vous pour noter, et apportez toujours vos médicaments ou une liste de vos comprimés à chaque rendez-vous.
  5. Continuez votre programme d’entrainement en vous basant sur des recommandations professionnelles. Votre médecin ou physiothérapeute élaborera votre programme d’entrainement pour répondre à vos besoins et respecter vos limites. Les lignes directrices peuvent comprendre les points suivants.
    • Il est normal de remarquer une oppression du thorax et de l’aisselle, et cela réduira progressivement.
    • Les brûlures, les picotements et les douleurs à l’arrière du bras pourraient s’accentuer au cours des deux premières semaines suivant l’opération. L’entrainement aidera à réduire l’inflammation et l’irritation des nerfs.
    • Vous remarquerez peut-être qu’il est bien de faire vos exercices physiques après une bonne douche chaude, lorsque vos muscles sont plus relaxés.
    • Faites lentement les mouvements et les exercices. Ne faites pas de mouvements brusques, sinon vous pourriez élargir l’incision de la zone que vous sollicitez.
    • Respirez profondément pendant que vous vous entrainez.
    • Entrainez-vous deux fois par jour.

Conseils

  • Discutez des options de chirurgie de reconstruction immédiate ou différée avec votre docteur avant la mastectomie. Il y a eu des femmes qui ont connu de meilleurs résultats en prévenant ou en retardant le lymphœdème une fois qu’elles ont subi une chirurgie réparatrice.
  • Posez des questions à votre médecin par rapport aux entrainements après votre chirurgie afin de réduire la douleur et d’améliorer votre mobilité.

Avertissements

  • Bien que cet article fournisse des informations par rapport à la mastectomie, il ne devrait pas être considéré comme une recommandation médicale. Discutez avec votre docteur pour savoir quelles options pour l’opération et pour la reconstruction seront les meilleures pour vous, et faites les examens de suivi nécessaires après votre chirurgie.
  • Surveillez toute augmentation des rougeurs, de l’inflammation, de la sensibilité, de la fièvre ou de la fraicheur qui pourrait indiquer une infection.
  • Si la zone de l’incision dégage une mauvaise odeur, faites-en part à votre docteur immédiatement. Cela indique une nécrose ou une mort du tissu environnant, ce qui constitue une grave complication d’une mastectomie.
  • L’insuffisance respiratoire, les douleurs à la poitrine, un rythme cardiaque élevé et les fièvres peuvent être des signes de sérieuses complications post-opératoires. Consultez immédiatement un professionnel de la santé.
Cet article contient des informations médicales ou des conseils pouvant affecter votre santé. Avant de mettre en pratique les conseils de ce wikiHow, parlez-en de préférence à votre médecin ou à un spécialiste. Si les symptômes persistent plus de quelques jours, allez voir un professionnel de la santé. Lui seul est apte à vous fournir un avis médical, quelle que soit votre condition. S'il s'agit d'un jeune enfant, consultez un pédiatre sans attendre.Le numéro des urgences médicales européen est le : 112Vous retrouverez les autres numéros des urgences médicales pour de nombreux pays en cliquant ici.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.