Comment acheter un nom de domaine bon marché

En achetant un nom de domaine, vous pourrez mettre en place votre propre site web et/ou une adresse email personnalisée. Voici plusieurs points importants à prendre en compte, ainsi qu’un guide étape par étape, soit pour acheter un nom de domaine disponible, soit pour négocier et obtenir un nom de domaine déjà occupé.

Éléments à prendre en compte

  1. Considérez les facteurs qui ont une influence sur le prix et sur la valeur à l’heure de choisir un nom de domaine. Un bon nom de domaine est simple, unique et facile à retenir. Ceci étant dit, le prix (sans parler de la valeur intrinsèque) d’un nom de domaine dépend de plusieurs facteurs, y compris la longueur globale, la quantité de mots, la facilité pour l’épeler, et la quantité de trafic qu’il reçoit sans en avoir fait la promotion.
    • Un nom court d’un seul mot (par exemple : chat.com), et en particulier les noms de domaine en « .com » vont coûter cher, car les titres simples ont un grand potentiel, ce qui signifie que quelqu'un l’aura sûrement déjà réservé pour un usage personnel. Si un nom de domaine .com déjà enregistré vous intéresse, vous devrez contacter son propriétaire actuel, et même dans ce cas, un nom de domaine mal écrit ou composé de plusieurs mots devrait coûter très cher. Dans le passé, des sociétés, mais également des particuliers, se sont résignées et ils ont choisi des noms bizarres ou des noms avec des fautes d’orthographe. Ils ont également utilisé cette vieille tactique d’ajouter « le » ou « mon » devant le nom de domaine (note : avec cette astuce, les performances du domaine seront réduites).
    • Depuis 2014, les nouvelles extensions de noms de domaine (domaines de premier niveau ou TLD pour Top-Level Domains en anglais) ont été mises en circulation en tant qu’alternatives pour les .com, .org, etc. Il y a des centaines d’extensions de ce type qui continuent d’être publiées, par exemple les .club, .guru, .design, et bien d’autres, et elles ont soulagé avec efficacité la pénurie en noms de domaine .com.
    • Avant de vous permettre de tomber complètement amoureux d'un nom de domaine, créez plusieurs variations et quelques plans de secours.
    • Si le nom de domaine que vous souhaitez contient une faute d’orthographe intentionnelle, préparez-vous à perdre du trafic en faveur de la version correctement écrite. Sinon, si votre nom contient un mot habituellement mal écrit, envisagez d’acheter une variante (ou plus) de votre nom de domaine, et de la rediriger vers votre site web principal. Bien sûr, cela va engendrer des dépenses supplémentaires.
    • Évitez d’inclure des caractères (par exemple : _, *, #) dans votre nom, car ils ne sont pas intuitifs et ils vont détourner du trafic.
  2. Envisagez de passer par un bureau d’enregistrement accrédité par l'ICANN. Une société accréditée par l'ICANN doit passer par tous les contrôles d’accréditation de l'ICANN, ce qui est une procédure coûteuse et très approfondie. C’est un signe que la société est sérieuse.
  3. Vérifiez que vous pouvez contrôler tous les aspects de votre nom de domaine. De nombreux bureaux d’enregistrement de noms de domaine ne vous autorisent pas à réaliser vous-même des modifications sur votre domaine. Vous devez envoyer une requête via leur système de support technique, puis attendre des jours pour qu’un technicien s’en charge. Des manipulations simples comme changer la balise IPS et changer de serveur de nom devraient être possibles via votre interface d’administration. Assurez-vous qu’on vous fournit une interface d’administration, et regardez ce que vous pouvez faire avec cette dernière.
  4. Regardez si vous devrez payer quand vous voudrez libérer ou transférer votre domaine. De nombreux bureaux d’enregistrement de noms de domaine et d’hébergeurs font payer une taxe de libération. D’autres vous feront payer une taxe de transfert chaque fois que vous voudrez changer d’hébergeurs (.com, .net, .biz etc.) Cette taxe n’est en aucun cas obligatoire : on ne devrait jamais prendre votre nom de domaine en otage.
  5. Vérifiez si on vous offre des comptes email. De nombreux hébergeurs n’incluent pas l’email ou le font payer en tant que supplément. Dans de nombreux cas, on vous offrira seulement le transfert d’email. Même dans le cas d’un simple email POP3, certaines sociétés ne vous offrent qu’un ou deux comptes d’emails. Vérifiez qu’on vous offre au moins 15 à 20 comptes email POP3, et qu’ils sont inclus gratuitement avec votre domaine.
  6. Assurez-vous que vous pouvez utiliser leurs serveurs SMTP pour des emails sortants. De nombreux hébergeurs et bureaux d’enregistrement de noms de domaine ne vous laisseront pas utiliser leurs serveurs SMTP pour envoyer des emails. Ils vont supposer que vous pouvez envoyer des emails via les serveurs SMTP de votre fournisseur d’accès à Internet. Cependant, une grande majorité des FAI ne vous laissera utiliser leurs serveurs SMTP qu’à partir du compte email de votre FAI (par exemple : george.martin@monfai.fr). Cela signifie que si vous utilisez votre propre adresse email (par exemple : george@georgemartin.fr), vous ne pourrez pas envoyer d’email via leurs serveurs SMTP. Il y a des moyens de le contourner, mais il n’est pas normal de rencontrer ce problème.
    • Faites attention : il y a une grande quantité d’hébergeurs renommés qui vous laissera utiliser leurs serveurs SMTP seulement si vous possédez un compte email Premium, ce qui correspond à un abonnement supplémentaire.
  7. Assurez-vous que vous gardez toujours le contrôle de votre nom de domaine. Des centaines de personnes hébergent leur site web avec un hébergeur qui ne leur convient pas. Un service de mauvaise qualité, des factures-surprises, un site web pas toujours accessible et des problèmes d’email, voici seulement une partie de la liste des problèmes que les clients d’aujourd’hui doivent affronter. La majorité d’entre eux aimerait manifester son mécontentement et partir pour aller chez un autre hébergeur. Cependant, ils ne se lancent jamais, car c’est un véritable casse-tête administratif que de déménager tous ses domaines chez un autre hébergeur. Choisissez correctement dès le départ pour éviter de devenir l’un de ces clients.
  8. N’enregistrez jamais votre domaine avec le nom de quelqu’un d’autre. Votre webmaster ou votre cousin est peut-être plus calé en informatique que vous, mais si le domaine est enregistré sous son nom, vous pourriez perdre le site d’un jour à l’autre s’il oublie de le renouveler à temps ou si vous vous disputez.

Acheter un nom de domaine disponible

  1. Faites une recherche et consultez plusieurs hébergeurs avant de décider celui avec lequel vous allez travailler. Prix, niveau de contrôle, facilité d’utilisation, service clientèle, il peut y avoir une différence énorme avec les services proposés entre chaque société.
  2. Vérifiez si le nom que vous voulez est déjà pris. L’hébergeur que vous avez choisi pour enregistrer votre nom de domaine vous permettra de chercher dans une base de données pour savoir si votre nom de domaine est déjà pris ou non. S’il est libre, continuez à suivre les instructions. Sinon, trouvez un nouveau nom ou consultez la section ci-dessous.
    • Ne supposez pas qu’un nom est disponible seulement à cause du fait que quand vous le tapez dans la barre d’adresse, aucun résultat n’apparaît. Des sites qui n’ont pas encore été mis en ligne ou qui sont en cours de réparation peuvent parfois donner de faux espoirs.
  3. Choisissez un domaine et payez-le. Pour obtenir et pour payer un domaine, vous devrez généralement payer pour l’acheter, une fois par an pour le renouveler, et probablement pour l’installer.
  4. N’oubliez jamais de payer le renouvellement à temps, sinon vous allez perdre votre site d’un jour à l’autre. Ce sera particulièrement gênant si une entreprise peu scrupuleuse rachète votre nom de domaine et affiche un site web qui va choquer vos anciens visiteurs.

Marchander pour un nom de domaine occupé

  1. Trouvez qui est le propriétaire du domaine. Si c’est une grande entreprise avec un site web déjà bien établi, retirez-vous tout simplement sans faire de vagues. Cependant, vous pourriez avoir de la chance, et découvrir que le nom de domaine a été acheté sur un caprice, en tant que plan de secours, ou sans considération sérieuse : dans ce cas, vous pourrez peut-être trouver un accord.
  2. Contactez le propriétaire. Avant même de parler de prix, demandez-lui simplement par email si le domaine est en vente. Si vous êtes connu ou que l’on peut facilement connecter votre nom avec celui d’une entreprise prospère, créez une adresse email secondaire au nom générique avec laquelle vous allez le contacter, étant donné que votre succès pourrait jouer contre vous. Soyez conscient, cependant, qu’une adresse email générique et sans identité a plus de chances d’être considérée comme du spam ou comme un courrier publicitaire.
  3. Négociez un prix. Selon l’entrepreneur James Siminoff, il y a quatre scénarios de négociation de base :
    • Le propriétaire demande un prix démesuré. Si c’est le cas, contrez avec ce qui, selon vous, est un prix raisonnable au lieu de laisser tomber. Le fait que les noms de domaines soient considérés comme des biens fonciers de valeur n’est pas un secret : votre timide offre a peu de chances de faire en sorte que le propriétaire vous prenne au sérieux.
    • Le propriétaire vous demande d’offrir un prix. Si c’est le cas, ils veulent vendre et ils sont prêts à négocier un prix. Offrez entre 20 % et 30 % en dessous de votre prix minimum, et que les négociations commencent !
    • Le propriétaire offre un prix inférieur à celui que vous attendiez. Acceptez, mais cachez votre enthousiasme, sinon il pourrait suspecter qu’il a été trop généreux.
    • Le propriétaire demande exactement le prix que vous attendiez. Voir ci-dessus.
  4. Soyez extrêmement prudent pendant que vous dialoguez avec le propriétaire. Même si vous acceptez nonchalamment d’acheter le domaine via email, l’échange écrit pourrait être utilisé contre vous dans un tribunal en tant que contrat juridiquement valable, au cas où vous changeriez d’avis. Jusqu’à ce que vous soyez absolument sûr que vous voulez arriver à un accord, acceptez d’acheter le domaine « sous réserve que toutes les conditions soient acceptables ». Cela vous donnera une sortie de secours si la situation se dégrade.
  5. Amenez le propriétaire à accepter aussi tôt que possible. Si le propriétaire accepte bien volontiers votre prix, l’email se transforme en un contrat exécutoire.

Conseils

  • Pour vous donner une idée : vous devriez être capable de trouver un fournisseur qui vous offrira tout ce qui a été décrit ci-dessus pour moins de 20 euros par an, en supposant que le trafic ne sera pas élevé (inférieur à 5 Go par mois), et que le site ne sera pas trop lourd (moins de 50 Mo). C’est relativement raisonnable, en particulier pour un site web personnel.
  • Existe-t-il une autre façon ? Oui, il y a une autre solution. Les grandes entreprises devraient faire appel à un bureau d’enregistrement de noms de domaine pour administrer de manière centrale tous leurs domaines. Il y a plusieurs bureaux d’enregistrement de noms de domaine très professionnels qui existent depuis longtemps et qui fournissent des interfaces d’administration complètes, donnant à leurs clients un contrôle total sur leurs noms de domaine. Ensuite, tout ce qu’ils doivent faire est de modifier les données du serveur de nom et de remplacer le vieil hôte par le nouveau pour chaque domaine.
  • Les domaines de premier niveau (ou TLDs) « d’héritage » ou « vintage » incluent .biz, .com, .net, .org, .mobi, .info, .edu.
  • Pour chaque domaine de premier niveau, le code du pays possède seulement 2 caractères, tels que .us, .fr, et .cn pour les États-Unis, la France, et la Chine respectivement.
  • De nouveaux domaines de premier niveau sont régulièrement mis en circulation. Les nouvelles extensions populaires incluent .design, .club, .love, .rocks, .guru, .ink, .wiki, .realtor, et bien d’autres. Vous trouverez une liste complète sur le site de l’ICANN ou sur ICANNwiki.
Information
Les membres de Guests ne peuvent laisser de commentaires.