Comment apprendre à aimer son travail

Опубликовал Admin
"La plupart des gens sont à peu près aussi heureux qu’ils se décident de l’être." Abraham Lincoln (1809-1865) Première option L’alarme sonne, vous l’éteignez. L’alarme sonne à nouveau ; vous vous lamentez. Vous vous levez, et enfilez rapidement un vêtement. Vous prenez la route en étant vous plaignant, vous arrivez au boulot, et déjà vous détestez la journée. Vous regardez votre montre et comptez les minutes. Vous rentrez à la maison, mangez, regardez la télévision et allez-vous coucher. L’alarme sonne ; vous l’éteignez. Vous vous dites : « Nous ne sommes qu’au mercredi, encore deux jours de travail. Oh ! cette semaine va-t-elle finir un jour ? J’ai juste envie de dormir jusqu’au samedi. Oh mon Dieu ! Que je gagne à la loterie. Je déteste ce travail. Qu’ai-je fait de mal ? Chaque jour, je me sens comme en prison. » Seconde option L’alarme sonne, mais la douche masque le bruit. Vous choisissez des vêtements élégants pour la journée. Vous jouez votre chanson préférée le long du trajet vers le boulot, tout en souriant et en étant coincé dans la circulation. L’air heureux, vous vous dites : « Oh déjà l’heure de rentrer ! Qu’ai-je fait de la journée ? » Vous prenez un bon diner, discutez de la journée, et vous dormez presque instantanément. L’alarme sonne, mais la douche masque le bruit. Vous vous dites : « J’adore ce que je fais ! » Lequel de ces scénarios auriez-vous préféré ? La question n’est pas de savoir ce que vous ressentez, mais plutôt ce que vous voulez ressentir. Honnêtement, n’enviez-vous même pas un peu ceux qui aiment réellement ce qu’ils font et qui ont hâte de commencer une nouvelle journée ? Pour eux, le travail n’est pas une corvée, mais de l’amusement. Pourquoi ? Parce qu’ils ont décidé que ce soit comme cela. Avant de pouvoir aimer votre travail, vous devez savoir ce que vous entendez par « plaisir ». Faire cela ne vous aidera pas seulement à aimer votre travail, mais aussi à profiter pleinement de la vie. Découvrez ici quelques moyens qui pourraient vous aider à avoir plus de satisfaction dans votre emploi. Il ne s’agit pas de solutions miracles, cela prendra du temps, mais vos efforts vous seront très bien récompensés.

Étapes

Faire un examen de conscience

  1. Cherchez ce qui vous rend heureux. Pensez-y et écrivez-le. Prenez le temps de faire une liste des choses qui vous rendent heureux. En dressant une telle liste, écrivez tout ce qui vous passe par la tête, peu importe le caractère insignifiant ou inapproprié par rapport à votre boulot. L’objectif n’est pas de relier cela à votre emploi, mais plutôt de faire une liste qui dit tout à propos de vous.
  2. Cherchez « le pourquoi » de chaque élément. On est tous d’accord, vous avez votre liste, maintenant vous devez savoir pourquoi cela vous rend heureux… Qu’en est- il de « la pêche » qui vous rend heureux ? Le faites-vous réellement ou est-ce l’entourage que vous aimez? Est-ce vraiment la pêche ou le fait de sortir avec les amis que vous aimez ? Faites cela pour chaque élément. Cherchez profondément. Continuez à vous demander « pourquoi » jusqu’à ce que vous parveniez à découvrir les origines des raisons pour lesquels vous aimez cela. Voilà la liste que vous recherchez vraiment.
  3. Cherchez ce qui vous rend malheureux. Vous procéderez de la même manière que dans les deux étapes précédentes, mais cette fois-ci dans le sens négatif. Est-ce que vos randonnées matinales vous rendent mécontent ? Mais pourquoi ? Est-ce vraiment le temps que vous passez dans la voiture ? (Si vous avez déjà effectué un trajet en voiture pour le plaisir, alors ne serait-ce pas le fait de rester en voiture ?) Est-ce les autres conducteurs ?
  4. Cherchez « le pourquoi » de chaque élément. Tout comme vous avez procédé pour les aspects positifs, vous devez savoir pourquoi ces choses vous rendent triste. Pourquoi le fait de vous asseoir dans la voiture vous ennuie-t-il? Puisque vous aimez prendre la voiture tout en écoutant de la musique, en quoi cela est-il différent ? Réfléchissez. Cela servira plus tard et doit être extrêmement spécifique. Pourquoi cela vous dérange-t-il ? Faites la liste et faites l’« infini du pourquoi » pour découvrir au plus profond de vous les choses qui vous rendent malheureux.
  5. Découvrez ce qui vous motive. Les gens aiment faire les choses qui les motivent (ceci est une définition évidente). Vous devez donc avoir une liste des choses qui vous motivent. Certaines personnes sont motivées par le fait d’aider les autres, certains sont motivés par les exploits, d’autres par la stimulation intellectuelle. Il ne s’agit pas d’une tâche aisée, mais vous en avez besoin pour mieux vous connaitre. C’est l’une des choses qui donnent « du sens à votre vie » et qui peuvent varier d’un individu à un autre. Qu’en est-il pour vous ?

Analyser son boulot

  1. Identifiez les aspects positifs. D’accord, peut-être que vous n’aimez pas votre travail, mais il y a des aspects à propos de ce job que vous ne détestez pas complètement. Il y a des choses que vous aimez réellement. Listez-les premièrement. Mettez-vous dans un état d’esprit détendu et réfléchissez sur tous les aspects de votre travail qui ne sont pas négatifs. Peut-être que la distance qui vous sépare du boulot est très courte, c’est une bonne chose. Qu’en est-il des conditions d’éclairage et des autres avantages en général ? Y a-t-il une salle de récréation ? Si vous avez des pauses au cours de la journée, même si ce sont de petites pauses, c’est un plus. Qu’en est-il au moins des gens qui y sont ? Faites la liste de tout cela.
  2. Cherchez « le pourquoi ». Tout comme dans l’étape précédente, vous devez identifier la raison pour laquelle vous aimez ces aspects. Qu’en est-il de chaque aspect de la liste positive qui vous attire ? C’est important, car vous aurez à relier cela à la liste que vous avez précédemment faite.
  3. Identifiez les aspects négatifs. Cela devrait être assez facile –que n’aimez-vous pas à propos de votre boulot ? Listez tout cela tout en étant précis. Dire « Je déteste ce que je fais » n’est pas suffisant. Qu’est-ce que vous n’aimez pas précisément dans votre emploi, l’environnement, le personnel, la société, bref tout.
  4. Cherchez « le pourquoi ». Vous en avez fait pour les points positifs, et vous devez le faire pour les points négatifs. Tout comme à la Phase 1, allez au plus profond de vous-même. Vous avez peut-être écrit que vous détestez votre patron. Mais pourquoi ? "Il est un < écrivez ici ="" description="">", n’est pas productif. Quel aspect particulier de sa personnalité n’aimez-vous pas, et le plus important pourquoi cela vous affecte négativement ?

Collecter les données

  1. Faites correspondre vos influences positives. Examinez attentivement la liste des éléments qui vous rendent heureux et celle des aspects que vous aimez et détestez dans votre boulot. Curieusement, il pourrait y avoir des choses à propos de votre emploi que vous n’aimez pas et qui correspondent à certaines choses qui vous rendent heureux. Par exemple : « Mon patron reste toujours dans les parages », mais dans la liste de ce qui vous rend heureux vous avez : « Être entouré de gens ». Collectez tout ce que vous avez énuméré dans les deux listes (ce que vous aimez et n’aimez pas) et écrivez ces choses (celles qui s’appliquent) à côté des éléments de la liste de ce qui vous rend heureux en dehors du travail.
  2. Faites correspondre vos influences négatives. D’une manière similaire à l’étape précédente, vous allez faire correspondre les éléments relatifs à votre emploi (ce que vous aimez et n’aimez pas) aux aspects qui vous rendent mécontent. Une fois encore, vous vous apercevrez que certains éléments que vous avez listés sur le plan positif correspondent à votre liste des aspects qui vous rendent triste. Par exemple, si vous avez écrit : « Mon patron me laisse seul » comme point positif, mais « Être seul » vous rend malheureux, alors il y a un paradoxe qui vous amène à rechercher les contradictions.
  3. Recherchez les contradictions. Sur vos listes de correspondance, il est fort probable que vous ayez des éléments de votre travail que vous aimez et qui correspondent à des éléments qui vous rendent malheureux, et vice versa. Faites une liste contradictoire de tous ces éléments. Vous vous y concentrerez profondément très bientôt.
  4. Recherchez les concordances. À l’instar de l’étape précédente, vous aurez des éléments qui correspondent exactement à ce que vous aviez pensé. Certains parmi les « mauvais » aspects concernant votre job sont dans votre liste d’éléments qui vous rendent malheureux, et vice versa. Faites une liste de concordances avec tous ces éléments.
  5. Examinez le travail fait jusque là. Par précaution, vous devez faire plusieurs fois ces exercices. Il ne suffit pas de s’y prononcer avec force une fois pour en finir. C’est un outil extrêmement important que vous utiliserez plus tard. Si vous voulez vraiment agir de façon proactive dans votre vie, vous l’utiliserez plusieurs fois dans le futur. Une fois que vous êtes entièrement certain que toutes vos listes sont exactes et complètes, prenez une pause.
  6. Prenez une pause. Donnez-vous du temps pour bien comprendre tous ces aspects. Vous saurez le moment auquel vous serez prêt pour la prochaine étape, mais ne vous précipitez pas. Votre cerveau a besoin d’un peu de temps pour traiter les informations que vous venez juste de lui fournir. Si vous avez bien suivi les étapes, vous aurez de nouvelles et surprenantes informations. Après quelques jours, vous serez prêt.

Prendre des initiatives

  1. Prenez un engagement. Le but que vous vous êtes défini est d’aimer votre travail. Pour ce faire, vous devez être déterminé à faire des changements psychologiques positifs. Ne croyez pas que le simple fait que vous ayez suivi les étapes précédentes changera comme par magie les choses. Cela nécessitera un examen constant de vos attitudes et de vos comportements.
  2. Concentrez-vous sur les correspondances positives. Par exemple si votre patron reste tout le temps dans les parages, rappelez-vous que vous aimez vous entourer des gens. Lorsque votre téléphone sonne constamment, rappelez-vous que vous aimez parler aux gens. Lorsque vous êtes constamment sollicité à faire des choses supplémentaires, n’oubliez pas qu’aider les gens est ce qui vous rend heureux. L’objectif ici est de rechercher les choses concernant votre travail qui correspondent aux éléments que vous avez énumérés comme étant ceux qui vous rendent heureux. Concentrez-vous sur cela. Chaque fois que survient un événement lié à votre travail qui se trouve sur votre liste de « ce qui vous rend heureux », dites-vous mentalement : « C’était bon parce que... ».
  3. Recherchez des motivations liées à votre emploi. Il doit y avoir quelque chose à propos de votre job qui correspond à votre liste de motivation. Trouvez ces éléments. C’est l’une des choses que votre superviseur devrait également savoir. Essayez d’avoir une conversation avec votre patron sur les choses qui vous stimulent, et voyez comment vous pouvez en profiter davantage dans vos attributions. Ne pensez pas que les choses changeront du coup, vos attributions actuelles vous ont été assignées pour une raison donnée, et cela prendra du temps pour ajuster vos tâches, mais la plupart des directeurs aiment voir leurs salariés être productifs et heureux. Cela réduit les délais et les rend meilleurs, car la performance de l’équipe s’améliore. Lorsque vous le faites, focalisez la conversation sur ce que vous aimez plutôt que sur ce que vous détestez. « Je déteste mon travail parce que c’est ennuyeux » n’a pas sa place dans cette conversation. Vous pourriez vous faire renvoyer, et vous attendre à : « Bonne chance dans votre recherche d’emploi. Passez par le service des ressources humaines en partant ». En revanche, « Je voudrais vraiment avoir quelques fonctions supplémentaires qui me permettent d’interagir plus avec les gens » entrainera une réponse réfléchie et montrera une maturité dans votre travail.
  4. Éliminez les « mauvaises pensées ». Parfois, vous vous demandez à quel point vous n’aimez pas votre travail (ou vous n’aimez pas certains aspects de votre emploi). Votre esprit se concentre là-dessus et cela s’accentue jusqu’à vous en soyez submergé. C’est ce qu’on appelle avoir de « mauvaises pensées », et rien de bon n’en sortira. Lorsque vous vous trouvez dans ce cas, concentrez-vous plutôt sur les aspects positifs. Au lieu de cela, pensez à une activité dans votre emploi qui vous rend heureux. Ce n’est pas facile. Développer des pensées négatives est une habitude difficile à abandonner, mais il est crucial que vous l'arrêtiez dans son élan. Les pensées négatives augmentent le stress, peuvent conduire à la dépression et certainement réduire vos performances, et cela conduira à avoir des performances médiocres qui augmenteront vos mauvaises pensées. Vous voyez à présent le cercle vicieux !
  5. Utilisez à bon escient vos pauses. Lorsque vous avez une pause de 15 minutes ou un déjeuner de 30 minutes, utilisez ce temps pour faire des choses que vous aimez faire. Ce n’est pas le moment de vous rassembler avec vos collègues et de vous mettre à faire des critiques. Si cela fait partie de vos habitudes, vous devez arrêter : cela vous fait du mal. Vous pourriez trouver quelqu’un qui aime se promener. Accompagnez cette personne pour parler de choses agréables. Pendant le déjeuner, associez-vous à des personnes positives plutôt qu’à des gens négatifs. Les gens s’influencent mutuellement avec leurs attitudes. Votre objectif est d’augmenter le positif et de diminuer le négatif. Lorsque vous ne faites qu’entendre des personnes exprimer des opinions négatives, vos points de vue sombres augmenteront. De même, lorsque vous êtes avec des gens positifs, vos opinions constructives augmenteront.
  6. Utilisez les affirmations. Vous avez probablement entendu ou vu cela des milliers de fois. Peut-être que vous n’y avez pas prêté attention, mais cela fonctionne vraiment. Cela peut sembler un peu ridicule de vous mirer le matin et de vous dire que vous allez avoir une belle journée. Mais laissez cela vous pénétrer, cette astuce est d’une grande aide. Les pensées positives se forment exactement de la même manière que les pensées négatives. Cela fonctionne à cause de la manière dont notre cerveau a été programmé. Cela peut sembler inutile au premier abord et vous ne verrez pas les résultats spontanément (puisqu’il ne s’agit pas d’une sorte de baguette magique), mais gardez cela en esprit. Faites-le tous les jours. Collez à votre miroir la liste des choses qui vous rendent heureux, et lisez-la tous les matins.
  7. Recherchez les résultats. Si vous avez suivi les étapes et que vous accomplissez les actions, vous verrez les résultats. Au début, vous aurez à accomplir vos premiers pas ; il vous faudra donc les rechercher. Les résultats seront là, et c’est à vous de les trouver. Lorsque vous avez un résultat, réjouissez-vous ! Vous êtes en train de réussir ! Chaque succès envoie une réponse positive à votre cerveau. Ils se rapprocheront de plus en plus vite. Cependant, il y aura toujours des aspects de votre boulot que vous n’aimez pas. Il n’y a personne qui puisse aimer tous les instants de sa vie. Ce n’est tout simplement pas normal. Quand cela arrive, gérez-les rapidement et de manière décisive, puis passez à autre chose. Ne vous attardez pas sur les points négatifs. Mettez l’accent sur les aspects positifs à venir.

Conseils

  • N’oubliez pas que l’herbe n’est pas toujours plus verte chez le voisin. Parfois, vous pouvez changer de job et constater que votre nouvel employeur a un caractère très difficile, que vous aurez de pires collègues avec le double de vos tâches par rapport au travail précédent, ou que vous serez moins payé avec moins de bénéfices. Réfléchissez-y avant d’opérer ce changement. Cherchez à en savoir plus sur le nouveau travail potentiel et sur les nouveaux collègues avec lesquels vous allez travailler.
  • La plupart du temps, les aspects que vous détestez dans votre travail sont relatifs à un autre employé ou à plusieurs d’entre eux qui vous rendent la vie misérable au travail. Ce que vous devez retenir sur eux, c’est de ne pas prendre les choses qu’ils disent de façon personnelle. Il y en a qui insultent, qui sont jaloux, qui colportent des rumeurs et même qui cherchent à prendre votre place. Trouver parfois quelque chose que vous aimez en cette personne et lui en parler peut complètement lui faire changer d’avis. Intéressez-vous à ce qu’ils veulent vous dire. Posez des questions à propos d’eux, ou de leur vie. À maintes reprises, cette personne commencera à ne plus savoir pourquoi elle vous aime, et elle changera sa façon de se comporter. Lorsque vous rencontrez quelqu’un qui vous pose des problèmes, cela est aussi évident pour n’importe qui d’autre. Ne vous laissez pas prendre à leurs jeux.
  • Si cela ne fonctionne pas, c’est-à-dire si vous êtes à 100 % sûr sans l’ombre d’un doute que vous n’aimerez jamais le travail que vous faites, et que vous allez en trouver un autre, utilisez ce que vous avez appris à travers ces étapes afin d’évaluer votre nouvel emploi potentiel. Assurez-vous que votre prochain emploi correspond à ce que vous aimez.
  • Commencez à chercher. En agissant de la sorte, vous pourrez soit trouver que vous aimez votre métier plus que ce qui se trouve ailleurs, ou en trouver un autre. Le fait d’agir pour chercher un nouvel emploi peut parfois être thérapeutique.
  • Si cela est financièrement possible, commencez par mettre de côté une partie de votre salaire dans un compte épargne. Cela pourrait prendre jusqu’à un an en fonction du montant que vous pouvez épargner, mais vous réussirez à économiser suffisamment pour quitter votre travail et subvenir à vos besoins, le temps de trouver une nouvelle opportunité.
  • Sachez que votre attitude impacte aussi bien les autres employés que votre rendement au travail. Si vous pouvez vous le permettre, prenez quelques jours pour réfléchir à votre vocation professionnelle, et ce que vous aimerez faire. Prendre du recul et acquérir une perspective différente peut être crucial pour changer vos perspectives et votre attitude.

Avertissements

  • Ne démissionnez jamais d'un poste de façon impulsif sans avoir assuré vos arrières. Cela pourrait vous prendre du temps avant de trouver un emploi qui vous correspond le mieux. Vous pourriez facilement vous retrouver dans une situation pire. Si vous voulez démissionner, trouvez d’abord un nouvel emploi.
Теги: