Comment corriger la géométrie des trains roulants d'une voiture

Опубликовал Admin
Si vous voulez un comportement sans faille de votre véhicule sur la route, tout en évitant une usure prématurée de vos pneumatiques, vos trains roulants doivent être réglés aux normes. Si vous constatez une usure inégale et/ou trop rapide de vos pneus, si votre voiture tire d'un côté ou vibre en roulant, si la colonne de direction n'est pas très sensible, il y a de grandes chances que la géométrie des trains roulants de votre voiture soit déréglée . Avec cet article, vous allez pouvoir mesurer le degré de dérèglement de la géométrie actuelle et corriger vous-même les défauts du train avant.

Se préparer

  1. Vérifiez la pression des pneus. Avant toute intervention, vos pneus doivent être gonflés conformément aux recommandations du constructeur.
    • Souvent, le manque de performances est dû à des pneus mal gonflés. C'est la raison pour laquelle il faut écarter cette hypothèse d'emblée en les gonflant correctement. Il est possible que cela règle instantanément votre problème.
    • De plus, le fait de gonfler ses pneus permet d'obtenir par la suite des mesures fiables.
  2. Récupérez les recommandations du constructeur concernant les différents réglages. Elles sont forcément dans le manuel livré avec le véhicule. Parmi ces valeurs idéales, vous trouverez les repères de réglage (fourchettes) pour le parallélisme, le carrossage et la chasse.
    • Inscrivez ces valeurs quelque part. Pour l'instant, vous n'avez nul besoin de savoir à quoi elles correspondent exactement : cela sera expliqué dans les parties 2 et 3. À ce stade, il vous suffit de les relever exactement.
  3. Vérifiez la suspension avant. Il faut envisager un problème de suspension lié à une usure normale ou à la défaillance d'une des pièces du dispositif. Tout comme pour la pression des pneus, vous devez vous assurer que votre suspension est en bon état pour pouvoir, par la suite, faire les réglages nécessaires.
    • Amenez la voiture sur une surface plane, soulevez l'avant et installez des chandelles de sécurité.
    • Une suspension se vérifie en secouant chacune des roues, et ce dans les deux sens, c'est-à-dire horizontalement et verticalement. Normalement, il ne doit pas y avoir de jeu ni dans un sens ni dans l'autre. Si c'est le cas, il faut déterminer ce qui cloche. .
    • Si la suspension est lâche (« folle »), il faut remplacer les pièces défaillantes. Par pièces, nous entendons, par exemple, les rotules, les pignons de direction, les porte-fusées, les biellettes de direction ou les cardans.
    • À moins que vous n'ayez les connaissances et l'outillage adéquat pour réparer votre suspension, le plus sûr est de confier ce travail à votre garagiste.

Mesurer le parallélisme des roues

  1. Déterminez le parallélisme actuel de votre véhicule. Le parallélisme correspond, vu d'en haut, à l'angle entre la projection des roues au sol et l'axe longitudinal du véhicule. Si les roues convergent vers l'avant, on parle de pincement, si elles divergent, on parle d'ouverture . Selon les modèles, on doit avoir un parallélisme égal à 0° (l'avant et l'arrière de la roue sont sur un même axe) ou un léger pincement qui assure une plus grande stabilité .
    • Ce problème de parallélisme est très courant sur les voitures, mais il est facile à corriger soi-même .
  2. Tracez un repère. La voiture étant toujours surélevée, prenez un morceau de craie ou un crayon blanc que vous appuierez au milieu de la bande de roulement. Tenez votre marqueur sans bouger et demandez à quelqu'un de tourner la roue sur 360°. Ainsi, vous aurez un trait de référence qui fera tout le tour de la roue. Faites cela sur les deux roues.
    • Si la surface du pneu ne présente aucune partie plane à cause des gravures, essayez de fixer votre marqueur sur une pièce rigide  (avec une tige porte-objets, par exemple).
  3. Déposez la voiture au sol. Une fois les roues touchant le sol, appuyez plusieurs fois sur les deux ailes pour bien mettre en place la suspension.
  4. Faites avancer votre véhicule. Ayant préalablement débloqué le volant afin que les roues restent bien droites, poussez la voiture sur 3 à 4 mètres.
  5. Tendez une ficelle. Aidé d'un assistant, prenez un morceau de ficelle ou de fil de fer et positionnez-le sur la partie avant des pneus, au niveau de l'axe des roues, afin de mesurer la distance de ligne à ligne. Faites une marque sur la ficelle. Mesurez la distance. Faites la même chose à l'arrière des pneus.
    • Ces mesures ne seront précises et exactes qu'avec une ficelle ou un fil de fer n'ayant aucune élasticité .
  6. Faites la différence entre les deux mesures. Si la longueur prise à l'avant des roues est inférieure à celle de l'arrière, vos roues sont dites en « pincement », sinon elles sont en « ouverture ». En cas d'égalité des longueurs, les deux roues sont strictement parallèles  (« zéro parallélisme »).
    • Le parallélisme du train arrière est tout aussi important que celui du train avant, il en va de la tenue de route et de l'usure de vos pneus. Il existe un lien entre les réglages de l'avant et ceux de l'arrière, lequel varie en fonction du modèle du véhicule . La détermination du parallélisme du train arrière est en tout point identique à celle du train avant. Si le train arrière est déréglé, il faut en passer par un professionnel équipé. Ce train doit d'ailleurs être corrigé avant de corriger le train avant. Donc, si vous êtes dans ce cas, faites d'abord régler l'arrière, puis vous pourrez vous-même régler l'avant .

Mesurer le carrossage des roues

  1. Déterminez le carrossage du côté droit. Le carrossage désigne, en vue de face, l'angle entre par le plan de roulement de la roue et la verticale . Le carrossage est dit « négatif » si le haut de la roue est incliné vers le véhicule ; si c'est vers l'extérieur, il est dit « positif » . Cela peut varier d'un modèle à l'autre, mais généralement, un carrossage légèrement négatif est souvent de mise, car il permet une meilleure tenue de route.
  2. Découpez un triangle de mesure de carrossage. Récupérez un morceau de carton épais ou une planche de bois et découpez-y un triangle rectangle (un des angles fera 90°) dont l'un des côtés aura comme longueur, la hauteur d'une roue.
  3. Positionnez votre triangle. En commençant par l'avant, placez votre triangle ainsi : le plus petit côté (adjacent à l'angle droit) sur le sol et perpendiculaire à la roue, l'autre côté adjacent contre la roue au niveau de l'axe de cette dernière .
  4. Faites votre mesure. Il doit y avoir, à un endroit ou un autre, un espace entre votre triangle et la roue. Le plus souvent, ce sera en haut du triangle. Mesurez cet écart avec une règle ou avec un pied à coulisse. Cette valeur sera celle du carrossage .
    • Faites de même avec l'autre roue avant. Les deux roues doivent avoir le même carrossage et la valeur trouvée doit se trouver dans la fourchette préconisée par le constructeur. Si ce n'est pas le cas, votre train avant a besoin d'être réglé. Faites de même avec le train arrière.
    • Pour confirmer un défaut de carrossage, déplacez (vers l'avant ou l'arrière) votre véhicule pour faire faire à vos roues un demi-tour, Reprenez alors vos deux mesures .
    • Un carrossage modifié, à l'avant ou à l'arrière, affecte forcément le comportement du véhicule . Cependant, à moins que vous n'ayez été victime d'un gros accident, il est assez rare d'avoir un problème de carrossage . Si vous devez régler le parallélisme et le carrossage, c'est ce dernier qui doit être compensé en premier .
    • Le réglage du carrossage est affaire de professionnels équipés  et même sur certaines voitures, le réglage ne pourra se faire qu'au prix d'une déformation importante du train et/ou le remplacement de pièces importantes . Vous le voyez, à moins d'être compétent et équipé, ce réglage ne peut pas être fait chez soi.

Régler le parallélisme

  1. Repérez les rotules de direction. Ces pièces assurent la jonction entre votre colonne de direction et les roues . Les rotules, situées aux extrémités de la biellette de direction, ont une forme de « L » et sont bien visibles à l'intérieur et près des roues.
    • Si vous n'avez jamais opéré sur cette partie de votre véhicule, référez-vous au manuel du constructeur ou allez sur Internet pour voir à quoi cela ressemble.
  2. Desserrez les contrécrous des rotules. À l'opposé de la roue, chaque rotule est vissée sur une biellette et le tout est bloqué par un contrécrou. Ce dernier se défait à l'aide d'une simple clé plate.
    • Sur certains véhicules, l'écrou côté conducteur se défait en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre et celui du côté passager, en tournant dans le sens contraire .
    • Sur certaines directions, il faut déposer le collier qui retient le soufflet protecteur fixé sur l'axe de la rotule . Consultez le manuel du constructeur.
    • Si le dernier réglage remonte à longtemps, il y a un risque que les boulons soient grippés et les filetages encrassés. Pulvérisez du dégrippant et laissez agir. Les boulons devraient alors se défaire facilement .
  3. Faites vos réglages. Selon le type de direction, il y a en gros deux façons de régler le parallélisme.
    • Si vous avez une direction à crémaillère, il suffit de tourner dans un sens ou dans un autre la rotule pour modifier le parallélisme soit dans le sens d'un pincement soit d'une ouverture .
    • Dans le cas d'une suspension à double triangulation (parallélogramme), il faudra jouer avec les manchons de réglage pour régler le parallélisme. Ces manchons peuvent s'abimer durant l'opération, aussi soyez prudent ! Il existe des clés spéciales pour régler ces manchons sans faire de dégâts .
    • Dans les deux cas, souvenez-vous qu'il faut répartir équitablement entre les deux roues la modification du parallélisme. Chaque rotule doit être modifiée de moitié par rapport au parallélisme final voulu.
  4. Vérifiez une dernière fois le parallélisme. Resserrez les boulons (et remontez les soufflets, s'il y en a). Vérifiez ensuite une nouvelle fois le parallélisme selon la méthode décrite dans la partie 2. Réglez à nouveau si nécessaire.
    • Sauf si vous êtes un habitué, il y a des risques que vous fassiez des erreurs, que vous tâtonniez.
  5. Faites un test de conduite. Roulez un certain temps pour vérifier que ces défauts de réglage ont été corrigés. Il ne doit plus y avoir de déport, la voiture ne doit plus vibrer, elle doit aller droit si vous lâchez le volant…
    • S'il y a toujours un problème, c'est que c'est sérieux et il vous faut alors recourir à un professionnel.

Conseils

  • Outre le carrossage et le parallélisme, il existe un troisième réglage possible, celui de la « chasse ». Si l'on regarde une roue de côté, la chasse est l'angle que fait l'axe du pivot de direction avec la verticale . Cet angle est impossible à déterminer sans matériel spécialisé et son réglage est impossible à faire chez soi… s'il est possible . En effet, sur certains véhicules, le réglage n'est possible qu'au prix d'un remplacement de la suspension. Si la correction du parallélisme n'a pas réglé votre problème, il est possible qu'il faille régler la chasse. Un professionnel vous dira si c'est bien là que se situe le problème et si le réglage est faisable.
  • Les professionnels sont les personnes les plus aptes à régler le parallélisme des roues d'une voiture.
  • Il existe dans le commerce des instruments de mesure du carrossage. Si vous n'avez pas réussi à obtenir vos valeurs de carrossage, vous pouvez y recourir, ils ont assez simples d'emploi .

Avertissements

  • Une voiture surélevée doit être stable, car vous allez vous glisser dessous. Vous allez également, à un moment donné, solliciter vos roues en appuyant sur la suspension. La voiture ne doit pas ciller sur ses appuis. Une voiture mal calée peut être à l'origine de graves blessures, voire de la mort !
  • De nos jours, régler le parallélisme est assez complexe, car il faut mesurer différents paramètres. Si vous ne faites pas ceci correctement, vous risquez de mettre votre vie en danger dans des situations extrêmes.
Теги: