Comment conduire sur le verglas

Опубликовал Admin
La conduite hivernale ne se résume pas seulement à la conduite sur neige : il arrive aussi que les routes soient verglacées, et le danger est souvent bien plus grand. Autant on peut se prémunir contre une route couverte de glace, autant il est très difficile d'anticiper la présence de verglas, cette fine pellicule de glace invisible qui se forme sur les routes. Sachez cependant qu'il est possible d'éviter l'accident sur route verglacée, c'est tout l'objet de l'article qui suit.

Étapes

  1. Comprenez bien que le verglas n'est rien d'autre que de la glace. Il s'agit donc d'une mince couche de glace qui se forme au sol (sur la route, les trottoirs, les allées…), le plus souvent à la suite d'une petite pluie, ou de la fonte, puis du gel d'une couche de neige. Dans le mot verglas, il y a la racine « verre », le verglas est transparent comme… du verre ! Comme il ne renferme aucune bulle d'air, le verglas est invisible sur toutes les surfaces lisses ou rugueuses. Il a ceci de traitre qu'il est quasiment impossible à percevoir.
  2. Sachez où et comment se forme le verglas. Le verglas apparait quand la température approche du point de congélation. Sur autoroute, dans certaines conditions, le verglas se forme sous l'effet conjugué d'un réchauffement de la route après passage des voitures et d'une température proche du point de congélation. Avant de partir ou en route, écoutez les prévisions météo et les alertes autoroutières.
    • Le verglas se forme en soirée ou tôt le matin quand les températures sont minimales, mais ce peut être aussi en journée si le soleil ne parvient pas à réchauffer l'atmosphère.
    • Le verglas peut aussi se former sur les chaussées à l'ombre, comme dans un tunnel ou sur une partie protégée par des platanes. Il a également tendance à se former sur des routes peu fréquentées.
    • Le verglas est particulièrement présent sur les ponts, les viaducs et les routes passant sous ces ouvrages. En effet, ces constructions subissent en quelque sorte une double réfrigération, une par-dessous et une par-dessus.
  3. Sachez quand vous devez vous attendre à rencontrer du verglas. Le verglas apparait plutôt en fin de nuit et en début de soirée. En journée, la route est souvent plus chaude et souvent traitée. Cela ne veut pas dire pour autant que le verglas ne se forme pas au beau milieu de la journée. Si le temps est froid, il y a toujours possibilité de rencontrer une portion de route verglacée.
    • Essayez de repérer des signes qui annoncent le verglas. Si vous roulez tranquillement et que vous voyez les voitures devant vous se mettre à zigzaguer, il y a de fortes chances qu'il y ait du verglas sur la chaussée.
  4. Apprenez à détecter le verglas, si possible. Comme le verglas est translucide, il peut, avec un bon éclairage, être repéré à la condition que vous le cherchiez ! Le verglas se présente sous la forme de plaques très lisses et brillantes. Une portion de route brillante, en hiver, a de très grandes chances d'être couverte de verglas. Si le macadam est globalement mat et que vous voyez soudain une plaque brillante, à coup sûr, c'est du verglas, restez calme et suivez nos conseils.
    • Cette technique ne vous sera d'aucun secours la nuit, car les feux de croisement ne sont pas assez puissants et multidirectionnels. Cela ne marche qu'à la lumière du jour… et encore !
    • Si cette comparaison ne vous parle pas, pensez à deux voitures noires dont l'une aurait une peinture mate (route sans verglas) et l'autre aurait une finition brillante (route avec verglas) : l'éclat n'est pas la même, vous en conviendrez !
    • Il n'est pas toujours possible de repérer le verglas, mais il faut rester quand même vigilant. À défaut de repérer le verglas, vous êtes en alerte pour faire face à une situation critique. Profitez-en pour regarder sur les côtés pour voir ce qui se passe.
  5. Sachez conduire sur routes glissantes. Si vous vivez dans une région froide, n'hésitez pas à suivre avec un professionnel, et en toute sécurité, quelques leçons de conduite sur route glissante. Vous pouvez aussi vous exercer seul, par exemple sur un grand parc de stationnement gelé. Si vous êtes équipé d'un freinage ABS, voyez ce que donne le freinage. Voyez la réaction du véhicule quand on tourne le volant dans un sens ou dans l'autre. Une fois la peur passée, cette conduite est même grisante ! Attention ! C'est moins drôle sur une route étroite et fréquentée !
  6. Sachez réagir en présence de verglas. En cas de verglas sur la route, restez calme et ne faites pas n'importe quoi ! Le bon comportement consiste à agir le moins possible et à attendre que la voiture ait dépassé la zone de verglas. L'usage des freins est à proscrire, le mieux est de tenir le volant pour que la voiture aille droit. Si vous sentez que l'arrière de votre voiture part vers la gauche (ou la droite), tournez le volant exactement dans le même sens. SI, comme on le fait trop spontanément, vous tournez le volant en sens inverse, vous accentuez la glissade et risquez le tête-à-queue (voyez plus bas ce qu'il convient alors de faire !)
  7. Ralentissez en décélérant. Tout en levant le pied de l'accélérateur, maintenez votre trajectoire avec le volant. Le fait de décélérer permet de garder le contrôle du véhicule et de gagner quelques secondes pour réagir.
    • N'appuyez surtout pas sur la pédale de frein, sinon c'est la glissade (on dit la « chasse ») assurée. Dans cette situation, il faut maintenir le véhicule sur sa trajectoire en en faisant le moins possible et en attendant la fin de la plaque, celle-ci ne dépasse guère 5 ou 6 mètres, sauf verglas généralisé.
  8. Si vous le pouvez, essayez de rétrograder. Ainsi, vous garderez davantage la maitrise de votre voiture.
  9. Essayez de repérer des zones sans verglas. La chaussée n'est pas forcément entièrement recouverte de verglas. Voyez si, devant vous ou sur les côtés, il n'y aurait pas des plaques de neige, de la terre ou des gravillons, qui offrent plus d'adhérence, et qui, en roulant dessus, vous permettraient de reprendre le contrôle du véhicule.
  10. Si vous dérapez ou que vous n'avez plus aucune adhérence, restez calme (essayez, tout au moins !) Si vous roulez doucement, rien n'est perdu ! Le verglas n'est heureusement pas toujours continu, si bien qu'à un moment où un autre, un ou plusieurs pneus vont retrouver de l'adhérence. Ne sollicitez pas trop vos freins, sauf si le dérapage est vraiment trop prononcé. En ce cas, procédez comme suit :
    • avec une voiture équipée de l'antiblocage des roues (ABS), appuyez un peu fermement sur la pédale et attendez de voir ce que cela donne,
    • si vous n'avez pas l'ABS, appuyez légèrement sur la pédale de frein,
    • Dans les deux cas, positionnez votre volant en sorte que votre véhicule garde sa trajectoire.
  11. Si vous sentez que la sortie de route est inévitable, manœuvrez le volant pour toucher le bas-côté en limitant les dégâts. Si vous voyez un champ bien plat, un bas-côté un peu large, c'est parfait, laissez faire. De même, si vous avez un mur de neige, laissez-vous glisser contre. Parfois, on n'a pas le choix, optez pour la sortie de route la plus salutaire.
  12. Dès que vous roulez sur le verglas, restez calme. Certes, c'est facile à dire, car la situation est stressante, mais s'affoler ne ferait qu'empirer les choses. Si vous ne pouvez faire autrement que continuer à rouler, faites-le doucement, très doucement. En ce cas, mettez vos feux de détresse pour signaler aux autres conducteurs que vous êtes dans une situation difficile.
  13. Quittez la route dès que possible. Si les conditions sont exécrables, mettez-vous en sécurité en allant manger quelque chose dans un restaurant ou arrêtez-vous sur le bord de la route, en attendant que les services de la voirie passent pour sabler ou saler la route. Il vaut mieux perdre du temps que la vie ! Vous décompresserez et analyserez mieux la situation. Prenez une bonne boisson chaude et reposez-vous !
    • Sur autoroute, en cas de freinage brusque et de trafic soutenu, il peut arriver qu'il y ait des carambolages en série. Très rapidement, vous allez devoir prendre une décision, à savoir rester dans la voiture (dans laquelle vous êtes relativement à l'abri) ou, au contraire, sortir (pour éviter les conséquences d'un suraccident, mais vous devrez alors marcher sur une surface forcément glissante, avec un froid intense, et peut-être sous la menace d'un autre véhicule qui quitterait la chaussée). Pour prendre votre décision, prenez en compte l'endroit où vous vous trouvez, l'importance du trafic, si vous avez déjà froid ou non, si vous êtes en bonne forme physique.
  14. Anticipez vos passages sur du verglas. Il est possible, en étant averti, d'éviter d'être surpris par le verglas. Savoir comment se comporter sur une route verglacée est essentiel.
    • Conduisez doucement ! Conduire vite sur une route verglacée entrainera à coup sûr l'accident.
    • Ne faites pas de queue de poisson !
    • Veillez à ce que votre parebrise ne soit pas sale, couvert de glace, bref, vous devez pouvoir voir la route. Quand on est novice, le premier réflexe pour enlever le givre du parebrise est d'activer le lave-glace et de mettre en route les essuie-glaces. Mauvaise idée ! Tout ce que vous réussirez à faire, c'est d'abimer vos balais d'essuie-glaces. Le matin, pour dégivrer un parebrise, rien ne vaut une raclette gratte-givre. Vous ferez cela avant de partir.
    • Allumez vos feux de croisement en permanence, comme cela, grâce aux reflets, vous pourrez mieux voir les plaques de verglas.
    • Vérifiez l'état de vos pneus. Des pneus usagés sont souvent cause d'accidents, et ce, quelles que soient les conditions météorologiques. Sur le verglas, avec de bons pneus, vous aurez une meilleure traction, et donc, une meilleure adhérence. L'idéal est d'installer à temps des pneus d'hiver (« pneus froids »).
    • Rappel important : il ne faut jamais conduire sur route glissante avec le régulateur de vitesse enclenché !

Conseils

  • Ne téléphonez pas au volant et ne vous laissez pas distraire par la radio ! Concentrez-vous sur votre conduite.
  • Le plus important lors d'une conduite sur verglas est d'éviter les mouvements brusques. Braquez trop rapidement le volant, freinez ou accélérez trop brutalement et vous partirez « dans le décor » avec les conséquences qu'on peut imaginer. Si on devait donner une image de la façon de conduire dans de telles conditions, ce serait d'imaginer qu'il y a un œuf entre votre semelle et la pédale de frein (ou d'accélérateur), l'objectif étant de ne pas écraser l'œuf. Voyez-vous la pression qu'il faut exercer ?
  • Dès que la mauvaise saison se profile avec son lot de verglas, montez vos pneus neige. Cela vous sera particulièrement utile si vous êtes appelé à vous déplacer sur des routes que vous ne connaissez pas, non plus que les conditions météorologiques.
  • Si vous voyez que le temps se dégrade et qu'on annonce du verglas, évitez tant que faire se peut de rouler.
  • Si votre voiture est équipée d'un freinage ABS, sachez à l'avance comment il faut freiner avec ce type de système. Si vous êtes seul sur la route, faites un petit essai de freinage pour voir ce que cela donne. Si l'essai est concluant, faites-en un deuxième. Ne prenez jamais de risques ! Ainsi, vous serez rassuré lors d'éventuels freinages réels ceux-là !
  • Si le verglas est dangereux pour les voitures, il l'est tout autant pour les piétons et les cyclistes. Pour ces derniers, le danger est double : outre la chute elle-même, il y a un risque de collision avec les autres éléments de la circulation (voitures, camions…)

Avertissements

  • Les véhicules 4x4, SUV, pickups et autres camions ont tous, un centre de gravité haut, ce qui les rend vulnérables dans ces conditions de verglas. Le véhicule peut même faire un tonneau. Si vous ne voulez pas connaitre cette expérience désagréable, conduisez doucement.
  • N'utilisez jamais le régulateur de vitesse sur routes enneigées ou verglacées ! Vous devez être maitre de votre conduite.
  • Souvenez-vous de cette lapalissade : aucune adhérence, c'est… aucune adhérence ! Que vous ayez deux ou quatre roues motrices, ou encore un SUV, si l'adhérence vient à manquer, rien ni personne ne pourra vous venir en aide ! Conclusion : même si vous avez un véhicule « spécial », conduisez lentement et attentivement.
  • Concernant le dérapage de la voiture, il y a deux cas de figure : soit c'est l'avant qui part et vous devez tourner le volant pour aller en sens opposé (si vous glissez vers la droite, tournez le volant vers la gauche), soit c'est l'arrière qui part et vous devez tourner le volant pour aller dans le même sens (si vous glissez vers la droite, tournez le volant vers la droite). Plus facile à dire qu'à faire !

Éléments nécessaires

  • Des pneus neige
  • Des feux de croisement en état de fonctionner
  • Quelques notions de conduite en conditions météorologiques difficiles (ce n'est pas obligatoire, mais c'est rassurant)
Теги:
ТОП